Archives par étiquette : droite

Des “Jeunes avec Calmels” veulent l’ouverture à droite

Unknown-15Regrettant son ton trop modéré à droite, en particulier sur l'immigration, plusieurs «Jeunes avec Calmels» (une soixantaine), dont le responsable Erik Tegner, ont décidé de retirer leur soutien à la vice-présidente LR, proche d'Alain Juppé. Erik Tegner, responsable du mouvement qui fût encarté au Front national à l'âge de 17 ans avant de rejoindre Les Républicains à 20, explique :

«On ne l'a pas assez entendue sur le projet de loi asile et immigration». «Quand elle a vu Laurent Wauquiez tomber à 8% dans les sondages, j'ai peur qu'elle se soit dit qu'elle devait incarner une ligne plus modérée».

Aurélie Vial, vice-présidente du mouvement, elle aussi démissionnaire, ajoute :

«Elle a toujours été dans l'ambiguïté. Un coup elle se montre proche de la politique de Macron, ensuite elle revient vers la ligne de Wauquiez».

Mieux : les prises de positions de Virginie Calmels pour décliner les mains tendues des personnalités proches du Front national en ont agacé certains. Après avoir condamné l'appel de Thierry Mariani qui réclamait une alliance avec le FN, la vice-présidente a rejeté la proposition de Nicolas Dupont Aignan. Un autre jeune avoue :

«Nous sommes déçus. On l'a plus entendue refuser de discuter avec la droite radicale que parler du fond. Or il faut que nous parlions à tout le monde. Nous le faisons déjà entre jeunes».

Erik Tegner évoque l'attirance envers Marion Maréchal-Le Pen :

«Sur le terrain, les militants ne font que parler d'elle positivement. Je ne vois pas pourquoi on

Lire la suite de l'article

A droite, les enjeux culturels (immigration, racisme, sexisme…) jouent un rôle largement supérieur aux enjeux économiques

Capture d’écran 2018-05-11 à 07.50.44Le chercheur Matt Grossmann a compilé toutes les études sur l'élection de Donald Trump en 2016, avec une conclusion majeure : les enjeux culturels (immigration, racisme, sexisme…) ont joué un rôle majeur – largement supérieur aux enjeux économiques.

Ce qui rejoint pleinement les conclusions des recherches sur le vote en faveur de la droite radicale européenne (et notamment du FN), qui montrent que c'est avant tout le fait d'être hostile à l'immigration qui conduit à ce vote, et pas du tout le déclin économique et social. (via)

Lire la suite de l'article

A droite : cultiver les points de convergences plutôt que d’entretenir les motifs de division

Dans une tribune publiée dans Valeurs Actuelles, Karim Ouchikh, président du SIEL et conseiller régional Ile-de-France, écrit :

VALEURS4248_001"[…] Parce que le sentiment patriotique y subsiste plus qu’ailleurs, la relève viendra à coup sûr de la droite de l’échiquier politique : pas de cette droite molle, européiste, libérale et libertaire, partie naturellement grossir les rangs du parti présidentiel, mais de cette droite authentique qui éprouve un amour charnel pour la France et qui accorde depuis toujours une vertu certaine au temps (qui encourage la fidélité des êtres et façonne la continuité historique des peuples), aux limites (qui bornent les espaces et préservent les repères collectifs) et à la spiritualité (qui féconde les âmes et corrige les dérives humaines).

Dans cet espace considérable qui sépare LR et le FN, la vraie droite peut retisser les liens, aujourd’hui brisés, d’une confiance renouvelée avec les Français et refonder les bases d’une véritable alternance politique qui ferait la part belle moins aux partis qu’aux trois priorités existentielles suivantes, lesquelles relèvent au fond d’une même détermination à préserver intact l’être français :

  • renverser les flux migratoires qui mettent en péril les grands équilibres ethnico-culturels de notre peuple, en interdisant toutes formes d’immigration, en démantelant les dispositifs d’appel d’air et en organisant la remigration ;
  • instaurer un droit du peuple français à sa continuité historique, opposable à tous, qui s’appuierait sur des politiques publiques volontaristes, de l’enseignement scolaire aux médias audiovisuels, en passant par la redéfinition de notre modèle républicain (refondation de la laïcité,

Lire la suite de l'article

Si la droite ne s’assume pas, elle ne saura pas s’adresser à ceux qui l’ont délaissée

La nouvelle présidente de Sens commun, Laurence Trochu a été interrogée dans Valeurs actuelles. Extraits : 

Christophe Billan, l’ancien président de Sens Commun, avant de démissionner de ses fonctions en novembre, expliquait au magazine l’Incorrect, que Sens Commun pourrait quitter Les Républicains si, en cas d'élection de Laurent Wauquiez à sa tête en décembre, celui-ci "privilégiait les alliances d'appareil au détriment des idées et des militants". Vous-même, avant de prendre la présidence de Sens Commun, expliquiez en octobre 2017 que vous alliez tester l’action de Laurent Wauquiez ? Etes-vous rassurée ? Ou en est l’état de votre relation Les Républicains, avec Laurent Wauquiez ?

Unknown-29Revenons à l’intuition initiale de Sens Commun qui donne à notre mouvement un positionnement inédit. C’est le seul mouvement politique à droite qui, tout en appartenant à LR, peut à la fois mettre son énergie au service d’idées que nous portons ensemble et affirmer qu’un projet politique ambitieux ne peut faire l’impasse sur la défense et la promotion de la famille. Notre loyauté va de pair avec nos exigences. Nous voulons une droite qui prenne le risque de se mesurer aux réformes de civilisation en cours.

Laurent Wauquiez a nommé cinq membres de Sens Commun dans les instances LR : Catherine Delalande (conseiller départemental de l’Eure), Marguerite Chassaing (Conseiller départemental du Nord), Marie-Carole Pétresco (élue municipale à Larmor-Plage), Armelle Tilly (conseiller départemental des Hauts de Seine et maire adjoint à Chaville), et moi-même. C’est le signe de la confiance qui s’est établie depuis la création

Lire la suite de l'article

Union à droite : chacun doit prendre ses responsabilités et rejeter toutes querelles d’égos

Tribune de Nicolas Pécari, étudiant favorable à une « union des droites », dans L'Incorrect :

Unknown-25"Au regard de la situation préoccupante de la France et alors que la plupart de nos compatriotes de droite sont écartelés entre les Républicains et le Front National inaudibles depuis les échecs répétés des années passées, il parait maintenant nécessaire de redonner au Français qui aiment leur pays la possibilité de se voir à nouveau représentés dans leurs valeurs et dans leurs convictions. C’est devant les échecs des partis existants et devant l’urgence de la situation qu’il est aujourd’hui fondamental de lancer cet appel au rassemblement de notre courant de pensée.

Aujourd’hui la plupart de nos compatriotes, sont désabusés et rejettent ce système, cette classe politicarde déracinée et corrompue. Notre pays est ouvert aux quatre vents et beaucoup viennent profiter de notre modèle social, souvent abusivement. Cette vague migratoire ne conduit pas hélas qu’à notre appauvrissement économique, elle détruit notre identité, notre cohésion nationale, ce qui a fait la France.

La crise est aussi sociale : combien de million de français vivent dans la précarité ou sont au chômage ? Combien de familles ou même de territoires entiers déclassés ? Cela n’a que trop duré ! La crise n’est pas que migratoire et sociale, elle est aussi institutionnelle : nos compatriotes ne croient plus au jeu démocratique, ils ne font plus confiance à leurs représentants, ils n’espèrent plus en l’avenir de leur pays. L’appel d’Angers n’est rien d’autre qu’un appel au rassemblement des sensibilités de droite qui aura pour vocation de

Lire la suite de l'article

Union à droite : Marine Le Pen refuse d’y croire

Interrogée sur la publication par Valeurs actuelles d’une tribune cosignée par des élus de plusieurs partis de droite, Marine Le Pen a déclaré :

« Je ne veux pas me laisser enfermer par l'union des droites » qui « ne veut strictement rien dire ».

« Une grande partie de ce que fait Emmanuel Macron, la droite en avait rêvé », « disparition de l’ISF », « réforme de la SNCF ». « Ils sont très mal à l'aise, même sur l'immigration ils cherchent à tenir le même discours que celui du Front national, mais la réalité c'est que les actes des élus de Laurent Wauquiez, notamment des députés européens au Parlement, sont à l'exact inverse ».

« C'est un parti (Les Républicains, ndlr) qui en réalité tient des propos électoralistes, mais à chaque fois qu'il doit agir, il agit contre l'intérêt des Français, et contre (ses) propres promesses ». 

Que les dirigeants LR tiennent des propos électoralistes, c'est bien connu. Mais l'union à droite ne se limite à des accords d'appareil. Ce n'est pas le sens de la tribune publiée dans Valeurs Actuelles, que Marine Le Pen n'a visiblement pas lue.

"[…] continuer à décloisonner en élargissant encore, sans exclusive d’origine, les participants ; poursuivre les rencontres pour apprendre à se connaître et favoriser les rapprochements locaux et nationaux ; approfondir la réflexion pour favoriser l’émergence d’un programme crédible.

Il est temps, il est plus que temps que les hommes et femmes de droite de bonne volonté fassent

Lire la suite de l'article

Jérôme Rivière : Il n’y aura pas de retour de la droite au pouvoir sans union

Jérôme Rivière, ancien député UMP et aujourd'hui membre du Bureau national du FN, est interrogé dans l'Incorrect sur l'union des droites. Extraits :

Capture d’écran 2018-04-12 à 18.14.20 Capture d’écran 2018-04-12 à 18.15.39

Commentaires (1)

Pas de droite,sans respect des lois divines naturelle et surnaturelle. César doit rendre, au seul vrai Dieu, les hommages qui Lui sont dus et la législation se mettre en cohérence avec les commandements. Si le Christ-Roi ne règne pas ce sera Allah-Roi pour le châtiment de la France apostate.

Rédigé par : LB | 13 avr 2018 08:33:04
____________________________________

Lire la suite de l'article

Les premiers signataires de l’appel d’Angers pour l’union à droite

Suite à la réunion organisée le 27 mars à Angers pour évoquer l'avenir de la droite (revoir l'intégralité en vidéo), Valeurs actuelles publie le texte et la liste des premiers signataires :

Capture d’écran 2018-04-12 à 15.55.29"Il est temps. Il est temps de tracer un nouveau chemin, d’en finir avec des années de terreur intellectuelle qui interdisait toute pensée non conforme au catéchisme de la gauche « morale ». Il est temps de fonder une grande alliance de droite, parce qu’il est temps de donner enfin la victoire au peuple, à notre peuple. Il est temps d’être lucide : en 2018, les droites françaises ne peuvent plus continuer à jouer leur partition en solo et à refuser toute alliance. Ni les Républicains, délestés de leurs alliés centristes, ni le Front national toujours cornerisé, ni non plus les partis euro-critiques ne pourront l’emporter seuls. Et pourtant, ils restent désunis alors que beaucoup de choses les rapprochent sur l’essentiel. Il est temps de faire passer le pays avant les partis. 

Travailler et se rassembler autour de l’essentiel

Il est temps de dire les choses sans détours : notre pays ne peut plus se payer le luxe d’affrontements politiciens stériles. Ceux-ci ne peuvent que nourrir l’indifférence voire l’hostilité des Français à l’endroit des « politiciens » quels qu’ils soient. Si les hommes et les femmes de droite n’en prennent pas conscience, la France sera condamnée à être dirigée par Emmanuel Macron ou un de ses semblables pour de longues années encore…

Il est temps de

Lire la suite de l'article

Thierry Mariani : union des droites, plateforme commune de la droite ?

Intervention vidéo de Thierry Mariani dans le cadre de la table ronde réunie, à Angers, le 27 mars, à l'initiative du "Cercle Anjou Conférences". Faut-il faire l'union des droites ? Si oui, avec qui et quand ? Quelles mesures pour une plateforme commune de la droite ?

Lire la suite de l'article