Archives par étiquette : droit

Si le peuple vote mal, on lui retire le droit de vote

Jusqu’à maintenant aux Pays-Bas, lorsqu’une pétition avait récolté plus de 300 000 signatures, le gouvernement se voyait contraint d’organiser un scrutin. Un référendum de ce type sur le pouvoir des services de renseignements est prévu le 21 mars. Ce pourrait bien être le dernier.

Le texte préparé par la ministre des Affaires intérieures, Kajsa Ollongren, met en fureur une partie de l’opposition. Les députés néerlandais ont adopté par 76 voix contre 69, jeudi, un projet de loi qui prévoit la suppression du référendum consultatif.

Commentaires (1)

Ils ont au moins le courage de le dire dans une loi… Sarkozy ne s'était pas pourvu d'une loi pour ne pas respecter le référendum sur l'Europe !

Rédigé par : Olivier HOUDEMONT | 16 avr 2018 18:13:19
____________________________________

Lire la suite de l'article

Frappes en Syrie : il faut que ce soit un pays communiste qui rappelle le droit aux “démocraties”. Un comble.

Qu'est-ce que les puissances occidentales, auto-proclamées garantes du Droit et Référence mondiale du respect des peuples, ont à répondre à Pékin sur ce juste rappel à la loi?

Au lendemain des frappes lancées par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni, au tour de la Chine de réagir. "Nous nous opposons constamment à l'usage de la force dans les relations internationales, et soutenons le respect de la souveraineté, de l'indépendance et de l'intégrité territoriale de tous les pays", a déclaré Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. "Nous appelons les parties concernées à revenir dans le cadre du droit international et à résoudre la crise par le dialogue et la négociation", a-t-elle ajouté, dans un communiqué sur le site du ministère.
"Toute action militaire unilatérale qui contourne le Conseil de sécurité de l'ONU (…) contrevient aux principes et normes élémentaires du droit international, et ne fait que compliquer la résolution du problème syrien", a encore observé Mme Hua. "Une solution politique est la seule issue possible", a-t-elle ajouté, rappelant que Pékin demande "une enquête complète, équitable et objective" sur l'attaque chimique en Syrie, et que "nulle partie ne devait préjuger des résultats" de celle-ci.
 
La Chine, comme membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, a mis à plusieurs reprises son veto depuis 2011, à chaque fois aux côtés de la Russie, à des résolutions onusiennes sur la Syrie, s'opposant farouchement à toute intervention américaine. Plaidant pour une "résolution pacifique" de la

Lire la suite de l'article

Occupation de la basilique de Saint-Denis : ni droit d’asile ni profanation

Dans L'Homme Nouveau, l'abbé Claude Barthe redonne à ces notions leur véritable sens :

Arton9751"[…] Il faut raison garder : l’incident montre certes, une fois de plus, comment le catholicisme est instrumentalisé par des groupes dont la provocation est la raison d’être, mais ces notions ne pouvaient être ici invoquées.

La profanation d’un lieu sacré consiste à lui appliquer des usages vulgaires ou coupables. Avant d’être réutilisé pour le culte, il devra être « réconcilié » par une cérémonie expiatoire. Le Code de 1917 prévoyait quatre cas de violation de l’église : homicide ou suicide ; grave délit d’effusion de sang ; usages sordides ou impies ; ensevelissement d’un infidèle ou excommunié déclaré (canon 1172 § 1). Sans annuler ces éléments qui servent toujours de référence, le Code de 1983 évoque seulement « des actions gravement injurieuses qui y sont commises au scandale des fidèles et qui, au jugement de l’Ordinaire du lieu » exigent le rite pénitentiel (canon 1211).

Lors du suicide de Dominique Venner, sur l’autel de Notre-­Dame de Paris, en mai 2013, l’archevêque avait prescrit une messe de réconciliation, mais pas lors de l’exhibition des Femen, en février 2013, ce qui peut se discuter car la volonté d’injure au lieu sacré était caractérisée. On ne voit pas en revanche comment l’évêque de Saint-Denis pourrait traiter de profanation le déploiement d’une banderole par quelques excités en mal de publicité. En revanche, on pourrait bien parler de profanation dans bien des cas de manifestations scandaleuses dans des églises, sous forme de

Lire la suite de l'article

Bataille autour du droit à naître des enfants porteurs de la trisomie 21

Aux Etats-Unis :

Unknown-33"[…] Ces dernières années, plusieurs États – le Dakota du Nord, l'Indiana, l'Ohio – ont voté des lois très controversées [sic] interdisant aux femmes l'avortement si le fœtus est atteint de trisomie 21 et punissent le médecin qui pratiquerait une interruption médicale de grossesse en suspendant sa licence. D'autres États, comme l'Utah, ont des projets de loi similaires en attente.

Depuis plus de 40 ans les conservateurs, parmi eux beaucoup de chrétiens évangéliques, n'ont qu'une priorité : la lutte contre l'IVG pourtant légalisée par la Cour suprême en 1973. Ils ont réussi, au fil du temps, à pousser certains États à mettre en place toutes sortes de mesures qui rognent le droit à l'avortement : ils ont imposé une période d'attente obligatoire, des échographies vaginales, des séances de « conseil ». Le but est de dissuader les femmes d'avorter. Ils ont également obligé les cliniques à respecter des conditions de fonctionnement de plus en plus draconiennes. Beaucoup d'établissements ont dû fermer leurs portes et dans plusieurs États, il faut maintenant parcourir des centaines de kilomètres pour trouver une clinique afin de pratiquer une IVG.

Le dernier combat des anti-avortement se focalise sur le sort des fœtus trisomiques qui souffrent d"une terrible forme de discrimination", selon Karianne Lisonbee, une représentante du congrès local de l'Utah et auteur d'un projet de loi. « L'avortement sélectif n'est jamais le bon choix, mais c'est particulièrement monstrueux que l'on puisse refuser la vie à des enfants à naître simplement parce qu'ils ont un handicap », a déclaré Ohio Right

Lire la suite de l'article

Marlène Schiappa défend “le droit à ” l’avortement devant l’ONU

Le secrétaire d’Etat française à l’Egalité, Marlène Schiappa, a prononcé un discours devant l’Assemblée générale de l’ONU à l’occasion d’une conférence sur l’autonomisation des femmes en milieu rural mardi :

« Les populistes et leurs alliés s’adonnent à une remise en cause permanente des droits humains, au premier rang desquels les droits des femmes ». « Paradoxe ultime, parfois, des femmes les incarnent ou les soutiennent »

La France « continuera de défendre partout, toujours, les droits sexuels et reproductifs et l’accès à la contraception ». Marlène Schiappa a souligné que

« à cet égard, la France ne peut que déplorer les décisions de ses alliés historiques la Hongrie, la Pologne, les Etats-Unis d’Amérique… de remettre en cause, plus ou moins directement l’accès à l’avortement ».

« Le choix est le principal droit. Choisir de se marier, de divorcer, de se cultiver, d’avoir des enfants, d’avorter. De créer une entreprise. De se présenter à une élection – d’en gagner, parfois. De passer son permis de conduire. De voyager. De circuler librement. De vivre, tout simplement ».

Tout simplement. Le droit de se présenter à une élection comme le droit de supprimer une vie, celle d'un enfant à naître. Si le choix est le principal droit, je veux changer de ministre et de gouvernement.

Lire la suite de l'article

Cécile Edel sur l’avortement : ” Aujourd’hui on parle de droit fondamental alors pourquoi n’évitons pas à la femme un tel drame ?

Anticipant la diffusion ce soir d’un “documentaire” à charge contre les milieux pro-vie sur Arte, Jean-Marc Morandini a organisé un débat objectif et bien mené entre Cécile Edel, présidente de Choisir la vie, et Fatime Benomar, féministe, sur Cnews.

On peut retrouver sur la vidéo ci-dessous à partir de 21’45” ce débat où Cécile Edel a été remarquable par son courage, son éloquence et la force de ses convictions face à une adversaire pourtant rompue aux plateaux de télévision. 

Lire la suite de l'article

Avortement : le CMR (Chrétiens dans le Monde Rural) défend le MRJC et “le droit fondamental à l’avortement”

Le communiqué m'avait échappé : il est daté du 30 janvier. Sur son site très officiel (l'url est même un nom de domaine de la Conférence des évêques de France -cef), le MRC soutient sans équivoque le MRJC sous le titre "Pour que le débat s’ouvre au sein de l’Église" et s'en prend même aux autorités ecclésiales qui ont repris le MRJC. Ce communiqué montre qu'il y a bien un problème de fond avec ces mouvements reconnus par l'épiscopat et que le communiqué initial du MRJC ne constitue par une maladresse ni une erreur de jeunesse :

Capture d’écran 2018-02-07 à 17.12.23"Nous CMR (Chrétiens dans le Monde Rural) avons bien pris connaissance du message du MRJC, à l’occasion de « La Marche pour la vie », et nous désapprouvons fortement les réactions violentes qu’il a suscitées, ainsi que la condamnation globale de la part de certains responsables d’Eglise. Le MRJC est très à l’écoute de la vie réelle et concrète des jeunes de sa génération et particulièrement des jeunes femmes confrontées à la difficile question de l’accueil de la vie.

En lien avec ce mouvement d’Action Catholique, le CMR partage le souci de l’importance du dialogue dans l’Eglise sur toutes questions sociétales particulièrement celles qui sont confisquées par un courant catholique qui veut ‘dogmatiser’ ses seules réponses. La réalité complexe des situations vécues ne cesse de nous interroger et nous ne pouvons nous contenter d’y opposer des réponses fermées ou perçues comme telles qui excluent des personnes en situation de fragilité. Comme le dit le pape François ‘entre

Lire la suite de l'article

Et si l’État de droit n’était pas une magnifique absurdité ?

De Philippe Bilger sur Boulevard Voltaire :

Images"En suivant les débuts du procès correctionnel de Salah Abdeslam à Bruxelles, je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir une pensée malsaine et de formuler une indécente interrogation. Et si l’État de droit dans sa pureté, et à l’égard de certains, n’était pas une magnifique absurdité ?

Salah Abdeslam comparaît pour une tentative de meurtre dans un contexte terroriste et possession d’armes à feu le 15 mars 2016 à Forest. Il sera arrêté le 18 mars à Molenbeek après une fuite de quatre mois (Le Figaro). Aussi bien à Paris qu’en Belgique, depuis, il se tait et refuse de répondre aux questions. C’est son droit. L’énorme appareil aussi bien pénitentiaire que pour ses transferts et sa comparution qui a dû être mis en place, par crainte qu’il échappe à la Justice et prive tous ceux qui attendaient, espéraient son procès bruxellois avant celui, bientôt, de Paris pour les attentats du mois de novembre 2015, fait de lui paradoxalement le détenu le plus surveillé de France mais aussi le plus protégé.

On a déjà le sentiment d’un trop-plein, d’une surabondance de moyens et de précautions. Quelle importance cela lui donne ! On est haletant après ses premiers mots, ses déclarations alors qu’à l’évidence, sauf à souligner que son silence ne le rend pas coupable, il va continuer son mutisme qui le place en position de force et ceux qu’il déteste, ceux qui le jugent, en situation de totale infériorité. Persévérer dans une attitude qui lui

Lire la suite de l'article

Mgr Rey : “Notre vigilance éthique est nécessaire pour que la société fasse droit au plus fragile”

Alors que s’ouvrent les Etats généraux de la bioéthique, Mgr Rey, l’évêque de Fréjus-Toulon rappelle dans un long communiqué qu’il existe des interdits fondateurs :

11076830lpw-11076828-article-jpg_4685589« Il est toujours plus sympathique, lorsque l’on soutient une cause, d’essayer de la présenter de manière positive et d’en souligner les aspects les plus consensuels. Ainsi, il est convenu que sur les questions sensibles, comme celles qui touchent à la vie humaine, on doit s’abstenir de condamnations trop rapides et de jugements à l’emporte-pièce. A juste titre on s’efforce de distinguer personne et acte, de ne pas réduire ceux qui portent atteinte à la vie aux pratiques discutables qu’ils promeuvent parfois. Ainsi, alors que s’ouvrent les « Etats généraux de la bioéthique » le 18 janvier, nous sommes invités à participer à un « Débat public » organisé par le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE), préalable à la révision des lois de bioéthique.

Nous sommes priés de prendre part aux échanges sur ce thème, au double titre de citoyens et de croyants. Si l’on ne peut que souscrire au principe du dialogue et à son importance, on peut s’interroger sur ces modifications fréquentes des lois de bioéthique. Les évolutions des sciences et techniques qui touchent le vivant sont certes rapides, mais justifient-elles la remise en cause des principes qui semblaient acquis il y a à peine sept ans ? Sinon, pour « s’adapter à l’évolution des mentalités », selon l’expression consacrée, qui seraient désormais prêtes à accepter certaines pratiques, quand elles les

Lire la suite de l'article

“Sous mon gouvernement, nous défendrons toujours le tout premier droit de la Déclaration d’indépendance, et c’est le droit à la vie”

Extrait de l'allocution de Donald Trump hier à la March for Life à Washington :

Capture d’écran 2018-01-20 à 09.56.15"Sous mon gouvernement, nous défendrons toujours le tout premier droit de la Déclaration d’indépendance, et c’est le droit à la vie. Comme vous le savez, de Roe contre Wade est résulté l’une des lois d’avortement les plus permissives du monde. Nous sommes l’un des seulement sept pays qui permettent le choix d’avortements tardifs, avec la Chine ou la Corée du Nord. C’est mal, et ça doit changer.

Les Américains sont de plus en plus pro-vie, vous le voyez tout le temps. En fait, 12% seulement des Américains soutiennent l’avortement à la demande.

La Marche pour la vie est un mouvement né de l’amour, vous aimez vos familles, vous aimez vos voisins, vous aimez votre nation. Et vous aimez tous les enfants, nés ou à naître, parce que vous croyez que la vie est sacrée, que chaque enfant est un précieux don de Dieu.

Nous savons que la vie est le plus grand miracle de tous, nous le voyons dans les yeux de chaque nouvelle mère.

Je veux remercier chacune des personnes ici aujourd’hui qui travaillent avec un si grand cœur et un infatigable dévouement pour assurer que les parents aient le soin et soutien dont ils ont besoin pour choisir la vie.

Grâce à vous, des dizaines de milliers d’Américains sont nés et ont atteint le potentiel que Dieu leur a donné. Grâce à vous !"

Et l'intégralité en vidéo (traduction automatique en cliquant sur paramètres)

Lire la suite de l'article

L’avortement ne peut pas être un droit fondamental car il est une dérogation grave à l’article 16 du code civil

Header-logotypeNicolas Sévilla, délégué général de la marche pour la Vie, qui aura lieu le 21 janvier 2018, répond à Valeurs actuelles :

Vous organisez prochainement une « marche pour la Vie », comme chaque année… pour une actualité particulière ?

La Marche pour la Vie qui aura lieu le 21 janvier prochain n’est pas une manifestation au sens strict du terme. Elle ne défend pas d’intérêts catégoriels, ne porte pas de revendications économiques, ne combat aucune idéologie. Elle est une protestation populaire, pacifique, des milliers de drames qui se déroulent chaque année sous nos yeux et que les responsables politiques depuis 40 ans n’ont pas eu le courage de dénoncer. Tant et tant de caricatures ont été dressées pendant des décennies contre les marcheurs de la Vie qualifiés d’obscurantistes et d’entraveurs du progrès.

Or nous constatons dans chacune de nos familles que la banalisation de l’Interruption Volontaire de Grossesse nous a conduits dans une impasse. 220.000 avortements par an depuis 40 ans placent la France dans une situation d’échec collectif et ce malgré les terribles conséquences de cet acte dont témoignent de plus en plus ouvertement les femmes. Cette actualité est plus brulante que toutes les autres, car elle consume le corps social et broie nos consciences. Les grands de ce monde s’inquiètent à cause du réchauffement climatique mais ils n’ont pas vu ou compris que les menaces n’avaient jamais été aussi grandes au début et à la fin de la Vie de l’homme.

Ces manifestations concernent des sujets

Lire la suite de l'article