Archives par étiquette : d’office

Mise d’office sous pilule dès 13 ans sans l’avoir demandé

A 13 ans, Laure est chez le médecin de famille qui la suivait depuis sa naissance :

« Je venais pour une angine, il a regardé mes seins en me disant qu’il était temps ».

Temps de quoi ? L’adolescente timide n’ose même pas le demander. Le médecin lui prescrit le jour même la Diane 35, un médicament antiacnéique détourné pour un usage de contraceptif oral.

« Pas une seule fois il m’a demandé si j’avais eu une relation sexuelle ou si je prévoyais d’en avoir une ».

La réponse est pourtant non aux deux questions. Ce n’est qu’à 18 ans qu’elle connaît sa première expérience sexuelle.

« Etait-ce vraiment nécessaire de me faire prendre un traitement pendant cinq ans à une période où tant de choses se jouent ? ».

En 2012, Laure a 22 ans. Dans les journaux, à la télévision, la Diane 35 est soudain sur le banc des accusés ; on lui impute des thromboses veineuses, plusieurs morts. Laure prend rendez-vous chez une gynécologue. Après deux mois d’attente, le rendez-vous est « expédié en quinze minutes ».

« Quand je lui ai demandé quels étaient les risques, elle a soupiré en disant que c’était du grand n’importe quoi, mais sans expliquer pourquoi ».

L’étudiante ressort avec une prescription pour une autre pilule. Quelques mois plus tard, en janvier 2013, la Diane 35 est retirée du marché. Le scandale des pilules de troisième et quatrième générations éclate.

« Ça a été un déclic, je me suis dit

Lire la suite de l'article

Islam : un déséquilibré hospitalisé d’office

Il ne s'agit pas de l'un des très nombreux déséquilibrés criant "Allah Akbar" dans nos rues, mais de Robert Chardon, maire UMP de la commune de Venelles (13), qui s’est prononcé sur Twitter pour « interdire le culte musulman en France ». Il a été hospitalisé d’office dans la journée de vendredi, suite à une demande d'« un tiers compte tenu de l’incohérence de ses propos ».

Lire la suite de l'article

Pour l’administration, les femmes mariées reporteront d’office leur nom de jeune fille

Et un pas de plus dans la destructuration de la famille entamée dans ce cas précis depuis la révolution dite française. A croire qu'ils n'ont que ça à faire où que là se situe l'urgence pour la France : 

"Aujourd'hui, les administrations substituent le nom du conjoint au nom de naissance des femmes mariées. L'Assemblée nationale a décidé ce vendredi que les courriers administratifs seraient désormais adressés sous le nom de naissance, à moins que la personne concernée en ait décidé autrement.

L'administration devra adresser ses correspondances aux femmes sous leurs noms de naissance, sauf si elles désirent qu'elles le soient sous leurs noms de femmes mariées, alors qu'actuellement c'est l'inverse dans la pratique, a voté vendredi l'Assemblée nationale. Les députés ont adopté un amendement socialiste au projet de loi sur l'égalité entre les femmes et les hommes spécifiant que "les correspondances des autorités administratives sont adressées aux usagers sous leur nom de famille, sauf demande expresse de la personne concernée de voir figurer son nom d'usage sur les correspondances qui lui sont adressées.
 
En fait, depuis la Révolution, la législation ordonne "qu'aucun citoyen ne pourra porter de nom ni de prénom autres que ceux exprimés dans son acte de naissance".

Commentaires (10)

diviser pour mieux régner, que leur importe qu'une famille est un nom?

que signifie le nom de famille si ce n'est l'appartenance au même clan, pour les enfants c'est un repère mais que leur importe l'intérêt des enfants?

favoriser

Lire la suite de l'article