Archives par étiquette : djihadistes

Déséquilibrés : pas de malades mentaux parmi les djihadistes

Selon le Chef de pôle au centre hospitalier de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or et membre du bureau national du Syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH), Pierre-François Godet :

Capture d’écran 2018-04-30 à 16.22.35"La question des troubles psychiatriques supposés des personnes radicalisées ou des terroristes djihadistes est bien présente à l’esprit des autorités et on l’a même entendue dans la bouche des plus hautes personnalités de l’État [lire ici].

[…] la question soulevée est celle d’un lien éventuel entre trouble mental et radicalisme djihadiste. À ma connaissance, il n’existe pas d’étude scientifique démontrant un lien objectif, c’est-à-dire statistiquement significatif, entre radicalisme djihadiste et telle ou telle structure de personnalité. Des quelques informations qui nous parviennent sur les personnes radicalisées, sur les fichés “S” et sur les terroristes, je n’ai pas entendu qu’il se dégage statistiquement de profil psychologique type. Je souligne en tout état de cause qu’aucun cas de maladie mentale avérée n’a été rapporté chez les auteurs d’événements qui ont marqué l’actualité.

Je peux néanmoins faire part de mon impression clinique sur quelques situations de terroristes dont le parcours personnel a été médiatisé. Il ne s’agit que d’une impression ; elle peut donc être erronée, elle n’est pas généralisable et il ne s’agit pas d’un point de vue d’expert.

Il a été question de jeunes hommes, aux antécédents carcéraux ou pénaux, en particulier de petite délinquance avec violence aux personnes, affichant habituellement leur mépris pour les règles de vie commune, mais dont l’horreur des crimes contraste aussi avec la séduction dont ils pouvaient se montrer capables

Lire la suite de l'article

Syrie : Les Kurdes ne veulent plus garder la centaine de djihadistes “français”

Entendu sur Europe 1 :

"Dans le nord de la Syrie, alors que les grandes batailles contre l’État islamique sont terminées, des centaines de djihadistes étrangers sont toujours aux mains des forces kurdes dont la gouvernance n’a pas d’existence légale. Ils sont gardés dans des camps ou dans des prisons. Les djihadistes français sont environ une centaine dans cette partie de la Syrie. La France ne souhaite pas les rapatrier, mais les responsables kurdes ne veulent plus gérer ces prisonniers étrangers (…)

Mizkeen Ahmad, une influente conseillère politique au sein de l’administration kurde, en veut à la coalition depuis la prise de la ville kurde d’Afrine par la Turquie. Pour elle, c’est une trahison qui doit avoir une conséquence. "L’Europe ne nous a pas aidés à Afrine, pourquoi on continuerait à s’occuper de vos prisonniers de Daech ? On en a capturé des milliers et personne ne nous a soutenus. Dont acte", s'agace-t-elle au micro d'Europe 1. "On peut libérer tous ces membres de Daech. On va les relâcher hors de nos frontières… dans quels pays ils iront, et où ils commettront une attaque ? Peu importe, il faut prendre cette décision", menace Mizkeen Ahmad."

Lire la suite de l'article

Lendemain d’attentat en France : les faux panneaux de signalisation “djihadistes” deviennent la priorité

Génération Identitaire a revendiqué en toute transparence la mise en place de faux panneaux de signalisation avec dlihadistes barré afin de  "lancer l'alerte quant aux retours de djihadistes sur notre territoire", puisque "monsieur le maire Jean-Luc Moudenc, refuse de s'opposer à ces retours". 

Et quelle est la priorité des autorités à votre avis ? Certainement pas de renforcer les moyens pour surveiller les fichés S. Tout simplement de diligenter une enquête contre les auteurs de ces faits gravissimes. L'enquête ne devrait pas durer longtemps car il suffit d'aller sur le compte facebook de Génération Identitaire Toulouse locaux :

29497258_1779540448735292_8248969782754279424_n"L’hebdomadaire Le Point annonçait ce matin qu’une enquête était en cours afin de retrouver les militants identitaires ayant posé les panneaux « djihadistes » barrés aux entrées de Toulouse.

Cette situation est surréaliste !

Au lendemain de l’attaque de Trèbes, enquêter sur les lanceurs d’alerte attachés à la sécurité de leurs compatriotes relève du scandale. Une fois de plus, nous observons le zèle des autorités lorsqu’il s’agit de réprimer ceux qui dénoncent les dangers qui nous menacent, alors que le laxisme judiciaire et l’irresponsabilité des pouvoirs publics face aux djihadistes règnent. Les récents propos du secrétaire d’État, Christophe Castaner, qui souhaite « accueillir » les djihadistes de retour d’Irak et de Syrie, en sont la parfaite illustration.

Génération Identitaire Toulouse interpelle l’ensemble des autorités, locales, nationales et européennes afin qu’elles retrouvent le sens des priorités et qu’elles consacrent leurs forces à la sécurité de nos concitoyens

Lire la suite de l'article

Les djihadistes ne sont pas les bienvenus à Toulouse

29497258_1779540448735292_8248969782754279424_nJeudi 22 mars, les Toulousains ont pu constater l’installation de panneaux « djihadistes » barrés aux entrées de Toulouse.

Par cette action, Génération Identitaire Toulouse continue de lancer l’alerte quant aux retours de djihadistes sur notre territoire. Puisque M. le maire, Jean-Luc Moudenc, refuse de s’opposer à ces retours, il appartient donc aux citoyens de faire entendre cet avertissement : les djihadistes ne sont pas les bienvenus à Toulouse !

Lire la suite de l'article

La Ghouta : les “rebelles” islamistes et djihadistes utilisent les civils comme bouclier

Cet article du Figaro permet de mieux comprendre contre qui combat l'armée syrienne :

WEB_201809_syrie_ghouta"Malgré la résolution votée samedi dernier à l'unanimité par le conseil de sécurité de l'ONU, les combats continuent dans la Ghouta orientale, cette zone à l'est de Damas. Appuyées dans les airs par l'aviation russe, l'armée syrienne et les milices chiites parrainées par l'Iran avancent face aux rebelles. Depuis le début de l'offensive mi-février, plus de 600 civils ont été tués dans les frappes du régime. Moscou a appelé à la mise en place d'une «pause humanitaire» quotidienne de 9h00 à 14h00 pour permettre aux populations civiles de quitter la zone, sans succès jusqu'à maintenant. Comme à Alep fin 2016, le gouvernement de Damas et l'armée russe accusent les rebelles d'avoir pilonné le corridor destiné aux civils pour les empêcher de fuir (…)

● Jaïch al-Islam, un groupe salafiste, principalement parrainé par l'Arabie Saoudite

La Ghouta est principalement occupée par deux organisations. L'Est est tenu par Jaïch al-Islam (l'Armée de l'islam, en arabe), l'Ouest par Faylaq al-Rahmane (la Légion du Tout Miséricordieux). Le premier groupe obéit à une inspiration salafiste, ce courant rigoriste de l'islam sunnite, qui se tient à une lecture strictement littérale du Coran (…) Créé dès le début de la guerre en 2011, Jaïch al-Islam est d'ailleurs principalement soutenu par l'Arabie Saoudite. Dans une moindre mesure, le groupe rebelle est aussi inspiré par une autre organisation de l'islam sunnite, les Frères musulmans, dont les deux grands parains régionaux sont

Lire la suite de l'article

Le gouvernement veut sauver les djihadistes “français” détenus en Irak et en Syrie

…si ceux-ci sont condamnés à mort. En effet, dimanche 21 janvier, une djihadiste allemande a été condamnée à mort par la justice irakienne. Trois "Françaises", jugées pour des faits similaires, risquent la même peine. Réaction de la Garde des Sceaux :

"(…) Bien entendu, s'il y avait une question de peine de mort, l'Etat français interviendrait en négociant avec l'Etat en question"

Ce sont les gardiens de prison qui vont être contents. Ils devront s'assurer que ces djihadistes disposent bien d'un téléphone fixe dans leur cellule et si possible d'une télévision…

Lire la suite de l'article

Espagne : les djihadistes n’avaient «pas d’antécédents terroristes»

L'enquête avance rapidement et la police découvre que l'attentat à Barcelone devait être bien plus sanglant si les terroristes étaient parvenus à leurs fins :

"La cellule terroriste semblait envisager un scénario plus sanglant encore. Les complices ont d'abord tenté de fabriquer au moins une bombe à l'aide de plusieurs bouteilles de propane et d'explosifs artisanaux dans une maison d'Alcanar, une ville à une cinquantaine de kilomètres au sud de Barcelone. Mercredi soir, cette habitation avait été soufflée par une explosion, d'abord attribuée à une fuite de gaz, faisant un mort et sept blessés. Vendredi, le chef de la police, Josep Lluis Trapero a confirmé que «les auteurs préparaient depuis quelque temps dans ce bâtiment d'Alcanar les attentats de Barcelone». «C'était un groupe dont nous ignorons le nombre exact (…). Beaucoup sont identifiés». De son côté, un magistrat de l'Audience nationale, le parquet, Javier Zaragoza, a assuré que les djihadistes n'avaient «pas d'antécédents terroristes» mais constituaient un «réseau structuré».

[…] Si les Mossos d'Esquadra, la police de Catalogne, ont confirmé détenir quatre personnes «en lien avec les attentats», au moins trois autres étaient en fuite selon une fiche de recherche diffusée vendredi. La police a d'abord longuement cherché le chauffeur de la camionnette blanche utilisée sur les Ramblas. De sources officieuses, l'homme est identifié comme Moussa O., un Marocain de 17 ans. Il aurait en fait trouvé la mort avec quatre complices dans une fusillade avec la police à Cambrils, selon la presse espagnole. Le jeune homme, résidant légal en

Lire la suite de l'article

Le retour des djihadistes en Europe

Plus de 5000 Européens ont rejoint Daech entre 2011 et 2016. Un rapport remis à l'Union européenne estime que «1200 à 3000» pourraient revenir. 

Les services français ont comptabilisé environ 460 enfants résidant sur le territoire de Daech susceptibles de rentrer en France.

Qu'est-il prévu pour protéger les Français ?

Lire la suite de l'article