Archives par étiquette : discussion

Jean-Paul II : Rien de ce qu’enseigne l’Eglise sur la contraception n’appartient à une matière susceptible de libre discussion

Jeanne Smits a traduit un discours peu connu de Jean-Paul II, prononcé en 1987 sur la contraception – véritable défense et illustration d’Humanae vitae. En voici un extrait : 

Unknown-9"[…] Il est bien connu que souvent – ainsi que l’a également relevé le concile Vatican II (cf. Gaudium et spes, 51,1) – l’une des principales inquiétudes auxquelles sont exposés les époux est constituée par la difficulté à réaliser dans leur vie conjugale la valeur éthique de la procréation responsable. Ce même concile fonde une juste solution à ce problème sur cette vérité : il ne peut y avoir de contradiction entre la loi divine concernant la transmission de la vie humaine et le véritable amour conjugal (cf. Gaudium et spes, 2). Parler d’un « conflit de valeurs ou de biens » et de la nécessité qui en découlerait de les « équilibrer », en choisissant l’un et en rejetant l’autre, n’est pas moralement correct et ne fait qu’engendrer la confusion dans la conscience des époux. La grâce du Christ donne aux époux la vraie capacité à accomplir la « vérité » entière de leur amour conjugal. Vous désirez témoigner concrètement de cette possibilité et ce faisant donner aux couples mariés une aide précieuse : celle de vivre dans la plénitude de leur communion conjugale. Nonobstant les difficultés que vous pouvez rencontrer, il est nécessaire de continuer avec un dévouement généreux.

2. Les difficultés que vous rencontrez sont de diverses natures. La première, et en un certain sens, la plus grave, est que même dans la communauté

Lire la suite de l'article

La discussion sur la proposition de loi sur l’euthanasie interrompue

Capture d’écran 2018-02-02 à 17.51.21Hier s'est tenue à l'Assemblée nationale la discussion de la proposition de loi déposée par le groupe de La France Insoumise sur l'euthanasie. A une heure du matin, alors que la discussion n'était pas terminée et que le vote sur cette proposition n'avait pas eu lieu, le président a décidé de lever la séance, ajoutant :

"Il appartiendra à la Conférence des présidents de fixer les conditions de la poursuite de la discussion de la présente proposition de loi".

Autrement dit, cette loi, si elle n'a pas été adoptée -et l'on peut s'en réjouir- elle n'a pas non plus été formellement rejetée. Et c'est bien pratique pour un gouvernement qui compte légaliser l'euthanasie avec la révision des lois de bioéthique. Lors de la discussion, Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, n'a pas rejeté cette proposition de loi sur le fond. Elle a simplement déclaré qu'elle arrivait trop tôt :

"En tant que ministre et en tant que médecin, je me dois d’éviter deux écueils : l’irrésolution et l’impréparation. Pour nous préparer, prenons le temps de la réflexion, d’autant que le sujet de la mort est un sujet politiquement grave, qui engage la société tout entière. Comme le philosophe de la mort, Jankélévitch, le disait magistralement : « La mort n’est pas un objet comme les autres : c’est un objet qui, étranglant l’être pensant, met fin et coupe court à l’exercice de la pensée. La mort se retourne contre la conscience de mourir ! » Veillons tous ensemble, quelles que soient nos divergences politiques,

Lire la suite de l'article

Daniel Hamiche ouvert à toute discussion avec Dominique Paoli

Capture d’écran 2017-07-04 à 07.04.30Communiqué du 4 juillet 2017

L’annonce, le 1er juillet, de la non reconduction d’Henry de Lesquen à la fonction de président de Radio Courtoisie et l’élection, à cette même fonction et à l’unanimité des membres du conseil d’administration de la radio, de Dominique Paoli nous invitent aux commentaires qui suivent.

  1. La non réélection d’Henry de Lesquen est une décision de sagesse des membres du conseil d’administration, et nous la saluons.
  2. En juin 2016, nous avions invité Henry de Lesquen à démissionner de la présidence et nous avions décidé de suspendre notre collaboration à cette radio tant qu’elle ne serait pas effective.
  3. Henry de Lesquen avait alors choisi de nous exclure – et d’autres avec nous – de la radio : une décision que nous avions immédiatement contestée.
  4. Nous demeurons ouverts à la discussion avec la nouvelle présidente de la radio, afin d’envisager de reprendre éventuellement notre collaboration et nous laissons à Dominique Paoli la décision d’y donner suite, tout en précisant que nous n'accepterions de revenir qu'à la condition que tous les patrons d'émission suspendus se voient également proposer de reprendre leur place à l'antenne.

Daniel Hamiche, patron du Libre Journal de Chrétienté

Guillaume de Thieulloy, suppléant du Libre Journal de Chrétienté

Lire la suite de l'article

Le délit d’entrave à l’avortement en discussion mardi 24 janvier

Mardi 24 janvier, la Commission mixte paritaire chargée de proposer un texte sur les dispositions restant en discussion de la proposition de loi relative à l'extension du délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse, tiendra sa réunion à 17 heures salle 6351 (Affaires sociales). A l'ordre du jour :

  • nomination du bureau;
  • nomination des rapporteurs;
  • examen des dispositions restant en discussion de la proposition de loi.

La liste des membres de cette commission est ici.

Nous vous invitons à prier pour que cette commission abroge ce projet liberticide.

Lire la suite de l'article

Le député Poisson demande une discussion sur le traité TAFTA

Jean-Frédéric Poisson député des Yvelines et président du Parti chrétien-démocrate écrit dans le Figarovox à propos du traité de libre-échange transatlantique «TAFTA» :

"[…] Dès le 2 juin dernier, j'adressai à Christian Jacob, Président du Groupe les Républicains à l'Assemblée nationale un courrier lui demandant d'exiger de Claude Bartolone la tenue d'un débat à l'Assemblée sur le traité transatlantique en cours de négociation. Un débat démocratique à l'échelon des Parlements nationaux me semble en effet indispensable, étant données les conséquences considérables de ce traité pour les peuples européens. […]

Il ne s'agit rien de moins que d'une unification économique, commerciale et juridique des espaces nord-américain et européen, sur des bases libre-échangistes à l'américaine. Ce projet aura des conséquences considérables pour notre pays. Comment savoir si cet accord de libre-échange sera équilibré entre les deux parties? Comment évaluer ces retombées en matière d'emploi, de santé, d'environnement?

Le seul moyen de le savoir est d'associer étroitement les Parlements nationaux au suivi des négociations du traité. C'est ce que je demande. Et je crois être le premier du côté des Républicains à exiger officiellement un débat à l'Assemblée nationale sur ce sujet.

À ce stade de la négociation, et à ce que l'on en sait, trois points m'interpellent.

Premièrement, la suppression totale des droits de douane (actuellement de 5,2 % pour l'UE et de 3.5% pour les États-Unis) sur les produits industriels et agricoles qui sera évidemment préjudiciable aux pays de l'Union européenne.

Deuxièmement, l'élimination programmée des barrières non tarifaires qui obligera à une

Lire la suite de l'article