Archives par étiquette : discrimination

Il est interdit de critiquer les institutions chargées de lutter contre la discrimination

Le CSA vient de mettre en demeure RTL suite à la diffusion sur son antenne de propos tenus par Eric Zemmour le 2 février 2017 dans le cadre de sa chronique « On n’est pas forcément d’accord ». 

"Le CSA a été saisi au sujet de la diffusion de propos tenus par M. Eric Zemmour au cours de l’émission RTL Matin du 2 février 2017, dans sa chronique intitulée On n’est pas forcément d’accord.

Après examen de la séquence, le CSA a considéré que la gravité et le caractère provocateur des propos tenus par le chroniqueur, qui constituent un éloge de la discrimination et la critique de toutes les institutions judiciaires qui contribuent à lutter contre celles-ci, alors que ces propos n’ont fait l’objet d’aucune contradiction ni mise en perspective à l’antenne, constituaient un manquement caractérisé aux stipulations de la convention de RTL. Celles-ci précisent en effet que l’éditeur doit en effet veiller à promouvoir les valeurs d’intégration et de solidarité qui sont celles de la République et contribuer aux actions en faveur de la cohésion sociale et à la lutte contre les discriminations.

Le CSA a donc mis en demeure la société CLT-UFA, éditrice du service RTL, de respecter les stipulations de l’article 2-4 de la convention du 2 octobre 2012."

Effet Streisand oblige, voici cette chronique du 2 février :

Lire la suite de l'article

Une association de lutte contre la discrimination sexuelle organiserait des rencontres tarifées

Francesco Spano, directeur de l'UNAR, le Bureau national anti-discrimination raciale rattaché à la présidence du gouvernement italien, est soupçonné d'avoir voulu financer un club de rencontres gay payantes. Il a toutefois nié, dans un communiqué, toute malversation.

Selon les auteurs d'une émission télévisée, parmi les nombreuses associations recevant des financements de l'UNAR, comme la Croix-Rouge italienne ou l'Unicef, il y a également l'ANDDOS, une association combattant la discrimination sur une base sexuelle. Or, selon le reportage télévisé, l'ANDDOS organisait en réalité des rencontres homosexuelles payantes dans un club privé où, selon un client cité par le Corriere della Sera, "on organisait trois fois par an des rencontres sur la prévention du Sida" pour justifier l'appellation d'association socio-culturelle qui permet l'exemption des impôts.

Le versement des quelque 55.000 euros que devait recevoir l'ANDDOS, sur un budget annuel de l'UNAR d'environ 1 million d'euros, a été immédiatement stoppé par le secrétaire d'Etat compétent, même si l'émission télévisée avait affirmé le contraire.

Et moi qui croyais qu'ils étaient des modèles de vertu…

Lire la suite de l'article

L’idéologie antiraciste mène à une politique de discrimination ethnique en faveur de l’immigré

A l'occasion de la sortie d'Une France soumise : les voix du refus, Caroline Valentin a accordé un entretien fleuve au sociologue Mathieu Bock-Côté, que le FigaroVox publie. Extraits :

51BkHsEr37L._SX322_BO1,204,203,200_"[…] Toujours est-il que la gauche a, au fil des années, remplacé la figure tutélaire de l'ouvrier par celle de l'immigré, intronisé nouveau damné de la terre, au prix d'une interprétation dévoyée de l'idéologie antiraciste qui s'est installée en Occident au cours du deuxième tiers du XXème siècle. L'antiracisme remplaça la lutte des classes, l'exaltation des différences culturelles introduisant une nouvelle summa divisio de la société permettant de recueillir les votes d'individus que l'on a incités à s'identifier non plus sous l'angle de leurs intérêts de classe, mais de leur appartenance à une minorité ethnique, pour glaner des avantages catégoriels définis spécifiquement pour eux. Et quand la droite accéda à nouveau au pouvoir, elle ne modifia en rien cet état de fait, acquise qu'elle est, elle aussi, au multiculturalisme quoique pour d'autres raisons à rechercher peut-être dans l'adhésion à l'idée de mondialisation heureuse. C'est à cette aune que l'on comprend mieux d'où vient l'inaction de l'État, car si soumission il y a, elle est d'abord idéologique. […]

En pratique, cette idéologie a conduit nos responsables politiques à adopter – parfois en catimini – une politique multiculturaliste. Le critère de l'ethnie remplace celui de classe sociale. Cette politique à laquelle nos élites se sont converties est en réalité une politique de discrimination ethnique, système dans lequel le modèle républicain

Lire la suite de l'article

La discrimination salariale entre femmes et hommes “à travail égal” est un mythe

Ce n'est pas en période électorale que les partis politiques oseront aborder ce sujet en vérité. Tout est bon pour gagner les voix des femmes, même tomber dans les communiqués féministes les plus caricaturaux.

Le post publié hier abordait en partie ce mythe d'une inégalité salariale entre hommes et femmes de 27% à travail égal qui s'expliquerait par la discrimination. Le sujet est complexe car il y a deux intox cumulées :  d'une part l'inégalité, ou plutôt l'écart de salaire, existe bien mais pas à travail égal et pas dans dans de telles proportionss et, d'autre part, il ne s'agit pas de discrimination, acte grave juridiquement condamnable par les tribunaux, car il existe des explications rationnelles. Inégalités ou différences entre femmes ez hommes ne veut pas forcément dire discrimination sexiste.

Deux articles abordent ce sujet de manière assez détaillée, avec beaucoup de références et liens vers des études officielles françaises et étrangères, et méritent d'être lus en intégralité En voici quelques extraits :

Le mythe de l’écart salarial hommes-femmes de plus de 20% “à travail égal”

"Parité, communautarisme et discrimination positive sont les symptômes de l’égalitarisme. En effet, l’examen des données statistiques n’atteste pas d’une discrimination prétendument importante, notamment pour l’égalité salariale hommes – femmes. Les écarts de salaires de 27 % brut s’expliquent surtout par les préférences de carrière (le temps partiel, la différence de secteur, d’heures supplémentaires et de responsabilité). Lorsqu’on se restreint au travail à temps complet, l’écart est de 10%, dont 5 points inexpliqués.

Toutefois, on

Lire la suite de l'article

La gouvernement assume sa discrimination envers les femmes voulant garder leur enfant

La député Patrick Hetzel a interrogé le ministre des affaires sociales et de la santé sur les frais médicaux des femmes enceintes souhaitant mener leur grossesse à terme :

H"Aujourd'hui, la France est, avec l'Irlande, championne d'Europe de la fécondité. Toutefois, force est de constater un léger recul de celle-ci entre 2014 et 2015 : 1,96 enfants par femme en 2015 contre 2 en 2014. De ce fait, on ne peut que s'étonner de la discrimination dont sont victimes les femmes qui souhaitent mener leur grossesse à terme par rapport à celles qui l'interrompent. En effet, depuis le 1er avril 2016, les femmes interrompant volontairement leur grossesse se voient rembourser tous leurs frais médicaux par la Sécurité sociale à 100 %, alors que, pour une femme enceinte, les 2 premières échographies avant la fin du 5ème mois de grossesse ne sont remboursées qu'à 70 %. Il aimerait connaître les mesures que compte prendre le Gouvernement à ce sujet, afin de mettre fin à cette rupture d'égalité qui pénalise les femmes menant leur grossesse à terme."

Réponse du ministre :

"L'interruption volontaire de grossesse (IVG) est un droit, celui des femmes à disposer de leur corps. Or, pour garantir l'effectivité de ce droit pendant les 16 premières semaines de la grossesse, l'accès à l'IVG doit être entièrement gratuit pour permettre aux femmes qui le souhaitent d'y recourir sans que la question financière n'interfère. Avant 2016, le forfait de prise en charge des frais relatifs à l'IVG ne couvrait pas l'entièreté des frais engagés laissant certaines

Lire la suite de l'article

Discrimination des personnes trisomiques : recours devant le Conseil d’Etat

Le Conseil d’Etat examinera le 7 septembre le recours formé par sept jeunes adultes porteurs de trisomie 21 lui demandant d’annuler une décision du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) censurant leur libre expression. En 2014, à l’occasion de la journée mondiale de la trisomie 21, TF1, M6, Canal+ et D8 avaient diffusé gracieusement un clip intitulé « Dear Future Mom » (Chère future maman). Ce clip mettait en scène plusieurs jeunes français et étrangers porteurs de trisomie 21 où ils expliquaient que, malgré leur handicap, ils pouvaient vivre, travailler et aimer comme tout le monde. Ce clip avait connu un succès foudroyant : il a été vu par plus de 7 millions de personnes. Le revoici :

 

En juillet 2014, le CSA a reproché aux chaînes la diffusion de ce clip estimant qu’il pouvait générer un trouble chez les femmes qui pourraient décider de ne pas garder le fœtus porteur de trisomie.

7 jeunes porteurs de trisomie 21, majeurs non protégés (c'est-à-dire dans le plein exercice de leurs droits d’adultes) ont formé, en septembre 2014, un recours pour excès de pouvoir devant le Conseil d’Etat. Ces jeunes n’ont pas pris d’avocat. C'est une première dans l’histoire de la Justice. Le Conseil d’Etat examinera leur requête en séance publique à 14h.

Lire la suite de l'article

Discrimination au sommet de l’Etat : le sexe, premier atout de compétence?

En effet, que penser d'autre de ce critère de choix : "Rossignol veut une femme à la tête de la Fondation pour l'islam de France" ?

Commentaires (5)

Que penser ? Ceci : QUOS VULT PERDERE JUPITER DEMENTAT

Rédigé par : Isabelle | 3 août 2016 12:31:53
____________________________________

Devise républicaine revue et corrigée par l'UMPS ……et bien avant ces formations politiques.

Langage peu académique ,mais terriblement réaliste.

"liberté,égalité …..vaseline "

Rédigé par : Alpin | 3 août 2016 12:37:21
____________________________________

"Rossignol veut"?
C'est elle qui est chargée du recrutement?
En qualité de quoi?

Rédigé par : C.B. | 3 août 2016 12:40:05
____________________________________

Peut-être parce que les musulmans n'admettent pas l'égalité hommes-femmes, qu'elles ne sont pas admises dans les mosquées sauf s'il y a un 2nd étage (c'est-à-dire presque jamais), et que certains refusent de leur serrer la main, etc
Ce serait une discrimination justifiée.

Rédigé par : Philomène | 3 août 2016 12:46:04
____________________________________

Moi, je trouve que, pour une fois, c'est une bonne idée. Ouaff!
Qu'en pensent nos frères musulmans?

Rédigé par : clementibilinsky@free.fr | 3 août 2016 12:47:02
____________________________________

Lire la suite de l'article

Discrimination grossesse / avortement : le député Hetzel interroge le ministre

Le député LR Patrick Hetzel interroge de le ministre des affaires sociales et de la santé sur les frais médicaux des femmes enceintes souhaitant mener leur grossesse à terme :

608416"Aujourd'hui, la France est, avec l'Irlande, championne d'Europe de la fécondité. Toutefois, force est de constater un léger recul de celle-ci entre 2014 et 2015 : 1,96 enfants par femme en 2015 contre 2 en 2014. De ce fait, on ne peut que s'étonner de la discrimination dont sont victimes les femmes qui souhaitent mener leur grossesse à terme par rapport à celles qui l'interrompent. En effet, depuis le 1er avril 2016, les femmes interrompant volontairement leur grossesse se voient rembourser tous leurs frais médicaux par la Sécurité sociale à 100 %, alors que, pour une femme enceinte, les 2 premières échographies avant la fin du 5ème mois de grossesse ne sont remboursées qu'à 70 %. Il aimerait connaître les mesures que compte prendre le Gouvernement à ce sujet, afin de mettre fin à cette rupture d'égalité qui pénalise les femmes menant leur grossesse à terme."

Lire la suite de l'article