Archives par étiquette : Diocèse

Mgr François Jacolin nommé évêque du diocèse de Luçon

J1Le Pape François a nommé ce mardi 29 mai, Mgr François Jacolin évêque du diocèse de Luçon, il était jusqu’à présent évêque du diocèse de Mende. Le diocèse de Luçon était vacant depuis la démission pour raison de santé de Mgr Alain Castet.

Lire la suite de l'article

Le diocèse de Bayonne lance un concours vidéo pour les jeunes à l’occasion de “Diocèse en fête”

Les organisateurs de cette journée ont proposé un concours vidéo pour les jeunes de 12 à 16 ans. Par équipe de 2 à 4, ils ont réalisé un film au format 3 minutes sur des sujets imposés : l'évangélisation, le Christ, la joie, la fraternité. Dans le contenu on veut entendre : Le Christ est ma Joie ! Les gagnantes sont deux jeunes filles de la Paroisse de Navarrenx : Alaïa et Anna-Rita. Un rayon de joie et de fraîcheur pour la journée  :

Lire la suite de l'article

Profanation de l’église de Domois dans le diocèse de Dijon

DSC_8968Lundi dernier, dans l'après-midi, un ou plusieurs individus se sont rendus à l'église de Domois, dans la commune de Fenay (21). L'édifice, un sanctuaire marial, qui était ouvert à l'occasion du lundi de Pâques, a été saccagé : les portes de la sacristie ont été fracassées à coups de hache, les vases et les cierges brisés, le mobilier et plusieurs vitraux endommagés

Pire encore : le ou les vandales ont descellé le tabernacle, l’ont ouvert à coups de hache, ont répandu les hosties consacrées à terre et les ont piétinées. Des crachats étaient visibles un peu partout. Le curé de Fenay, qui a déposé plainte mardi à la brigade de gendarmerie de Gevrey-Chambertin, est choqué :

"Il s'agit d'un acte de profanation délibéré. La volonté de nuire est manifeste. Visiblement, les auteurs des faits connaissaient les lieux".

Dès lundi soir, les gendarmes sont venus effectuer des relevés d'empreintes sur les lieux. Une enquête a été ouverte. Une messe de réparation devrait être célébrée dans les jours qui viennent.

DSC_8966

DSC_8965

Hosties

Lire la suite de l'article

Le diocèse de Vannes lance une souscription pour sauver la statue de Jean-Paul II

Suite au vote du conseil municipal de Ploërmel de la vente la statue de jean-Paul II et comme la loi interdit "aux personnes publiques de consentir des libéralités", le diocèse de Vannes lance une souscription pour financer son acquisition à hauteur de 97 000€. Mgr Centène explique :

3588931472"Le 25 octobre 2017 le Conseil d’Etat enjoignait à la municipalité de Ploërmel de supprimer la croix dominant la statue de saint Jean Paul II érigée sur un terrain communal, en application de la loi du 9 décembre 1905. Cette décision a suscité de nombreuses critiques bien compréhensibles tant aux niveaux local et national qu’international : cette affaire était devenue un symbole de crise religieuse et culturelle de l’identité française.

Le diocèse de Vannes n’était pas engagé dans ce différend opposant la Fédération morbihannaise de la libre pensée à la commune de Ploërmel mais ne pouvait pas rester insensible à cette situation.

C’est pourquoi le diocèse a pris l’initiative de racheter la statue de saint Jean Paul II pour :
* restaurer la concorde,
* assurer la visibilité de la croix comme symbole chrétien au cœur de la cité,
* préserver l’intégrité de l’œuvre, en la déplaçant en totalité dans un emplacement très proche de son lieu actuel,
* être en conformité avec la loi.

En réponse à cette initiative, la délibération du 1er mars 2018 du conseil municipal de Ploërmel a décidé de vendre la statue de saint Jean Paul II, œuvre de M. Zurab TSERETELI,

Lire la suite de l'article

Ploërmel : la statue de Jean-Paul II vendue au diocèse sera déplacée

Unknown-21Le conseil municipal de Ploërmel a voté jeudi soir à l'unanimité, moins trois abstentions, la cession de la statue de Jean-Paul II, installée sur un parking public depuis plus de douze ans. Le diocèse de Vannes deviendra propriétaire de ce monument, offert en 2006 à la ville de Ploërmel par l'artiste russe Zourab Tsereteli. Le prix de son acquisition a été fixé à 20 000 euros.

Une fois vendue, la statue devrait être déplacée de quelques dizaines de mètres, aux frais de l'Église, vers le terrain adjacent du collège privé catholique du Sacré-Coeur, où elle restera visible à partir de l'espace public.

Cette manoeuvre fait suite à la décision du Conseil d'Etat, saisi par les laïcards, qui a ordonné le retrait de la croix mais pas de la statue, alors que les deux éléments constituent le monument.

Lire la suite de l'article

La Fraternité de St Joseph Gardien en mission dans le diocèse de Toulon

Sœur Claire, de la Fraternité de St Joseph Gardien (La Castille)⁩, a bien voulu répondre à nos questions.

Pouvez-vous nous présenter la Fraternité de Saint-Joseph Gardien ?

21640770_1841259096184554_8508022575379084281_oLa Fraternité de Saint Joseph Gardien est une communauté religieuse de droit diocésain fondée par l’abbé père Federico ALCAMAN et érigée par Mgr Dominique REY le 19 Mars. Elle a pour charisme de prendre part à la charge que saint Joseph reçu d'en haut, c’est-à-dire, garder et servir la Vérité et l’Amour éternel de Dieu manifesté en Jésus Christ, en rétablissant la primauté de Dieu dans l’esprit et le cœur des hommes. Ce charisme se manifeste particulièrement par la contemplation et l’enseignement de la vérité révélée, vécue et célébrée dans la Sainte Liturgie.

La Fraternité trouve ses origines au début du XXIe siècle au Chili et naît du travail apostolique de l’abbé ALCAMAN, travail qui aura pour résultat un groupe des laïcs d’esprit missionnaire et formation solide. La prédication de missions paroissiales chez le Père Federico et au sud du Chili, se consolidera et deviendra le domaine apostolique propre du groupe. Quelques années plus tard, des jeunes se consacrent avec des vœux temporaires de chasteté pour se dédier entièrement à la piété, à l'étude de la doctrine et à l'apostolat. En 1999 surgit une communauté de jeunes femmes qui professent des vœux privés de pauvreté, de chasteté et d'obéissance, en vue d'une vie religieuse. En 2002, une communauté d'hommes a été formée de la même manière et avec le même objectif.

Quatre ans plus

Lire la suite de l'article

Le diocèse de Nantes prête une chapelle à la FSSPX

Capture d’écran 2018-02-04 à 20.14.03En attendant les travaux d'une nouvelle église, depuis dimanche 04 février, le diocèse de Nantes à permis à la FSSPX de célébrer la messe traditionnelle dans l'une des chapelles du centre ville, la chapelle de l'Immaculée.

Désormais, tous les dimanches et à 300 mètres de la cathédrale, les fidèles qui le désirent pourront participer à la messe à 8h30 (messe basse) et 10h00 (messe chantée).

Toutes les informations du prieuré Saint Louis sont accessibles sur un nouveau site.

Lire la suite de l'article

Le diocèse de Vannes consacré à l’Immaculée Conception

Homélie de Mgr Centène, en la Solennité de l’Immaculée Conception vendredi 8 décembre 2017, cathédrale de Vannes :

Merci-Marie-170x240"Les lectures de cette messe nous présentent le mystère de l’Immaculée Conception comme un tableau en 3 plans.

Au 1er plan, et c’est l’objet de la 1ère lecture, c’est un drame qui s’offre à nos regards. Ce drame c’est que le dessein de Dieu sur l’homme a été vicié dès l’origine, pollué à la source. L’homme a préféré son bien propre en dehors de Dieu. Il s’est séparé de Dieu. Dieu avait créé l’homme pour l’élever à la communion avec Lui et il doit maintenant le chercher : « où es-tu donc ? » demande-t-il d’une voix angoissée. L’homme est perdu ! Et il est d’autant plus perdu qu’il fuit et se cache. L’homme perdu vit sous le poids de l’esclavage du péché, de ses effets nuisibles et dévastateurs. Ce tableau de notre humanité nous conduirait au désespoir si le dessein de Dieu ne nous était pas révélé.

C’est ce que fait Saint-Paul dans la 2ème lecture. « Dieu nous a choisi dans le Christ avant la fondation du monde pour nous soyons saints, immaculés devant lui dans l’amour. Il nous a prédestinés à être pour lui des fils adoptifs par Jésus le Christ ». C’est un plan plus large qui est offert : le dessein de Dieu sur l’humanité, et c’est un projet de vie, de bénédiction, de bonheur. Ce qui a été voulu par Dieu et qui se réalisera, c’est le

Lire la suite de l'article

Le diocèse de Bayonne ne soutiendra pas le Téléthon

Lettre du directeur diocésain de l'enseignement catholique aux Chefs d’Etablissement :

B"Au cours des dernières années, l’Eglise catholique n’a pas manqué d’exprimer, par la voix de plusieurs évêques ou de ses responsables, ses réserves et ses inquiétudes à propos du téléthon. C’est ainsi que le cardinal Ricard, alors président de la conférence des évêques de France, considérait dès le mois de décembre 2006, qu’il était « légitime qu’à l’occasion du téléthon, beaucoup de catholiques s’interrogent sur l’affectation de leurs dons », ou que le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, estimait il y a quelques années, qu’on ne saurait « signer des chèques en blanc » en faveur du téléthon. De même, un communiqué de presse du 2 décembre 2011 disponible sur le site du diocèse de Paris souligne qu’il est nécessaire de « s’engager résolument pour des recherches qui respectent pleinement la vie humaine ».

Nul ne peut en effet ignorer que les orientations et les choix de l’Association Française contre les Myopathies (AFM), qui est à l’origine du téléthon et qui l’organise chaque année, ne font pas l’unanimité et soulèvent de graves problèmes d’ordre éthique.

Première difficulté : certaines recherches financées par le Téléthon concernent l’utilisation de cellules souches embryonnaires qui se traduit nécessairement par la destruction d’embryons humains (1).

D’un point de vue strictement médical, l’utilisation de cellules souches embryonnaires est d’autant plus discutable que leur efficacité thérapeutique n’a jamais été démontrée, contrairement aux espoirs que font naître l’utilisation de cellules souches issues du sang de cordon ombilical, ou depuis deux ans, le

Lire la suite de l'article

Le diocèse de Mende ne soutiendra pas le Téléthon

Lu sur Gènéthique :

Unknown-24"A quelques semaines de la nouvelle édition du Téléthon, les chefs d’établissement de l’enseignement catholique de Lozère ont reçu un courrier de la direction de l’enseignement diocésain. Celle-ci souhaite rappeler « la réflexion menée en novembre dernier, mettant en lumière les graves problèmes éthiques qui empêchent l’Enseignement catholique de s’engager dans cette action ». De fait, « l’aventure du Téléthon est liée aux cellules souches qui sont un grand espoir pour la médecine régénérative », mais parmi ces cellules, les cellules souches embryonnaires et fœtales humaines « supposent des embryons ou des fœtus provenant des techniques de procréation médicalement assistée ou d’avortements ».

La direction diocésaine « exhorte les directeurs à être particulièrement attentifs à engager [leurs] établissements dans des actions solidaires cohérentes avec la conception chrétienne de l’homme et respectueuse de celle-ci». Parmi les causes à soutenir, le document indique nommément : le Secours catholique, l’Œuvre d’Orient, les fondations Abbé Pierre ou Jérôme Lejeune, ATD Quart-monde, l’Aide à l’église en détresse."

Commentaires (3)

Pas un sou, pas un kopek, pas un centime pour le Télékon.

Rédigé par : vincilene | 27 nov 2017 20:00:23
____________________________________

Le simple fait que le Téléthon passe à la télé le rend déjà très suspect.

Rédigé par : A.F | 27 nov 2017 21:00:25
____________________________________

Bravo aux chefs cathos de Lozère! Avec un s à éthiques svp.

Rédigé par : clovis | 27 nov 2017 22:12:45
____________________________________

Lire la suite de l'article

Le diocèse de Nanterre fête Summorum Pontificum

Lu sur Paix Liturgique :

Rs20171104093741_componanterre"Quoi de plus normal en ce dixième anniversaire du motu proprio Summorum Pontificum, serait-on tenté de nous répondre, que de voir une telle initiative prendre forme dans un grand diocèse comme celui de Nanterre ? Pourquoi consacrer spécialement une de nos lettres à cet événement quand d’autres célébrations ou pèlerinages similaires ne bénéficient pas forcément d'une même publicité ?

Tout simplement parce que le diocèse de Nanterre, où la messe traditionnelle et les fidèles qui y aspiraient furent naguère fort malmenés, est aujourd’hui un bon exemple de diocèse où l'application du motu proprio se passe dans la paix : lorsque les demandeurs y sont déterminés, la mise en place de la forme extraordinaire au niveau paroissial suit sans trop de difficultés et lorsque l’autorité diocésaine est appelée à intervenir, une solution y est d'ordinaire trouvée en bonne entente.

Signalons au passage que l’intérêt de cette célébration tient aussi à la personnalité de l’évêque de Nanterre, Mgr Michel Aupetit, représentative d’une nouvelle génération d’évêques français, plus inclusive et ouverte que la précédente, dont on ne va pas tarder à voir – en particulier lors de la nomination très attendue du futur archevêque de Paris ou lors de l'élection du prochain président de la Conférence épiscopale – si elle est destinée ou non à assurer la relève de l'Église de France.

Nous ne retracerons pas ici l'engagement de nombreuses familles du diocèse de Nanterre qui décidèrent, au début des années 2000, d’aller chaque dimanche à la rencontre de leurs

Lire la suite de l'article