Archives par étiquette : d’information

Le Monde dénonce le service public d’information qui s’est mué en agence de propagande

Le Monde dénonce « le service public d’information [qui] s’est mué en agence de propagande et les médias privés rachetés les uns après les autres par des proches du pouvoir

Mais en Hongrie. Pas en France :

"Zsolt Havasi, lui, distribue le dernier numéro de Magyar Nemzet. Appartenant à un oligarque opposé à Viktor Orban, ce quotidien a mis la clé sous la porte au lendemain des élections, asphyxié économiquement.« Maintenant, je vais me reposer », ironise le journaliste sportif au chômage, sous un immense drapeau réclamant l’aide de l’Union européenne. « Mais plus sérieusement, je pense qu’on doit pouvoir laisser s’exprimer les oppositions normalement, non ? »

Ce rédacteur fait référence à l’absence de pluralisme devenu criant en Hongrie, alors que le service public d’information s’est mué en agence de propagande et que les médias privés sont rachetés les uns après les autres par des proches du pouvoir. « Mon pays n’est plus une démocratie », renchérit Eszter Kaiser, une styliste ayant vécu vingt-huit ans en Suisse romande."

Sur ce journal, Yves Daoudal expliquait :

"Magyar Nemzet (la Nation hongroise), deuxième quotidien hongrois, appartenait à l’homme d’affaires richissime Lajos Simicska (qui a fait sa fortune ailleurs). Lajos Simicska est, était, un ami de plus de 40 ans de Viktor Orbán. Brusquement, en 2015, il a décidé de s’opposer à lui. C’est alors que Magyar Nemzet est devenu un « journal d’opposition ». Lajos Simicska avait décidé de jouer la carte Jobbik. Jubilation dans la classe politico-médiatique européenne : peu importe que Lajos Simicska

Lire la suite de l'article

Xavier Breton demande une mission d’information pour préparer la révision des lois de bioéthique

55 députés LR ont cosigné un courrier adressé à François de Rugy pour lui demander la mise en place d’une mission d’information pour préparer la révision des lois de bioéthique. À l’occasion des révisions antérieures, le débat parlementaire avait toujours été précédé par les travaux d’une mission d’information. Ces travaux avaient permis aux députés d’alors d’actualiser leurs connaissances et surtout de s’accorder sur des principes partagés. 

Capture d’écran 2018-04-11 à 21.46.08

Lire la suite de l'article

Lancement du site d’information sur les états généraux de la bioéthique : bioethique2018.fr

On me communique :

Capture d’écran 2018-02-12 à 19.27.12« Quel monde voulons-nous pour demain ? » ; c’est la question difficile et fondamentale posée par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) dans le cadre des états généraux de la bioéthique 2018, lesquels préparent la révision de la loi de bioéthique prévue en 2019.

Alors que les réunions de débat ont commencé depuis plusieurs semaines, le site internet officiel des états généraux de la bioéthique n’est toujours pas fonctionnel, ce qui complique l’accès aux informations, et donc le suivi des débats.

Le site www.bioethique2018.fr, en ligne depuis le début du mois de février 2018, répond donc aux besoins des citoyens français qui sont tous appelés par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, à participer à ces états généraux.

Lancé par un médecin, le site bioethique2018.fr indique les thèmes, dates, lieux et modalités d’inscription aux débats-citoyens.

Ce site est manifestement fiable et conçu pour une participation maximale. Vous pourrez trouver sur cette page l'agenda de toutes les réunions des Etats généraux.

Lire la suite de l'article

Rétention d’information : “un homme politique” accusé

Remarquable titre d'Europe 1 :

Capture d’écran 2017-11-05 à 17.44.15S'il avait été d'"extrême droite", nous l'aurions appris dès le titre… Il faut lire l'article jusqu'à la fin pour savoir qu'il s'agit de Peter Pilz, un vieux routier de la politique autrichienne, l'un des co-fondateurs des Verts, en 1986.

Alors les médias, cela vous dérange maintenant de pointer les détraqués sexuels ?

Lire la suite de l'article

Russia Today lance sa chaîne française d’information en continu

Unknown-4Après la Grande-Bretagne et l'Espagne, Russia Today s'installe en France. Créée à Moscou en 2005 et diffusée sur le câble et le satellite (avec 70 millions de téléspectateurs à ce jour), cette chaîne parrainée par le Kremlin et financée sur argent public, à hauteur de 25 millions d'euros, va concurrencer les chaînes France 24, CNN ou BBC World.

Si l'équipe rédactionnelle est encore embryonnaire, elle comptera, à terme, entre 130 et 150 journalistes, tous recrutés en France et dirigés par une jeune journaliste russe, Margarita Simonian. Avec "RT en français", ce projet dispose depuis peu sur le Net d'un site préfigurant la future chaîne. Il a été confié à un journaliste passé par L'Écho des savanes, Jérôme Bonnet.

Lancé avec le feu vert des pouvoirs publics et la bénédiction du CSA, qui lui a accordé une convention, ce nouveau média sera présentée à Cannes, le 16 octobre. L'ancien cadre dirigeant du groupe Canal +, à la tête de Télé Più, en Italie, au début des années 1980, Emmanuel Gout, est chargé d'en faire la promotion.

En 2017, une étude menée par Nielsen montre que la chaine RT a connu un développement plus rapide que toutes les chaines américaines d’information internationale (40%). Elle a triplé son audience à New-York et Washington DC., surpasse CNN et surtout Al Jazeera, et enregistre 550 millions de téléspectateurs (RT avance 700 millions) dans le monde dont 85 millions aux États-Unis.

Lire la suite de l'article

Syrie: un media européen pris en flagrant délit d’information véridique !

Lu sur euronews (oui, euronews, vous avez bien lu)!

Quand les rebelles de Jaysh al-Islam, “L’armée de l’Islam”, ont déserté mardi leur QG, dans le quartier de Al kalasa, les voisins se sont précipités dans cette ancienne école.
C’est une véritable caverne d’Ali Baba pour ceux qui souffrent de la faim depuis des semaines.

“Ils nous empêchaient de tout prendre, dit Hanan. Il n’y avait pas de lait, rien pour cuisiner, pas de viande, pas de citron, ils ne nous donnaient rien.” “Ils gardaient tout ça pour eux ici, ajoute Amer. Ils ne nous permettaient même pas de manger un morceau de pain. On mourait de faim et on se couchait affamés.”

Au milieu des sacs de nourritures, des colis d’aide humanitaire, qui ne sont jamais parvenus aux civils. Si les combats perdurent à Alep-Est, cette découverte dans le QG abandonné est un cadeau inespéré.

Lire la suite de l'article

Avortement : Alliance Vita lance une campagne d’information

A la veille du premier débat sur le délit d’entrave à l'avortement décidé par le gouvernement selon la procédure accélérée, Alliance VITA a tenu à apporter son expertise sur ce sujet, maltraité à ses yeux. Tugdual Derville, délégué général de l’association, a explicité le décalage entre la démarche du gouvernement, qui confine à la censure des voix résistant à la banalisation de l’IVG, et le besoin d’une politique de prévention de l’avortement, qui réponde aux aspirations des Français, et particulièrement des Françaises. Il s’est appuyé en particulier sur le tout dernier sondage Les Français et l’IVG, réalisé par l’IFOP à la demande de l’association.  

Caroline Roux et Valérie Boulanger, respectivement responsable des services d’écoute d’Alliance VITA et responsable de son service d‘aide SOS Bébé ont explicité la situation réelle de l’avortement telle que les femmes le confient aux écoutantes d’Alliance VITA. Le site sosbebe.org est consulté plus de 800 000 fois annuellement ; SOS Bébé écoute chaque année plusieurs milliers de femmes ou de couples sur des problématiques liées à la grossesse et principalement à l’avortement. L’expérience d’Alliance VITA montre que l’apparente banalisation quantitative de l’avortement cache des problématiques de malentendus hommes/femmes qu’il faut regarder en face.

Henri de Soos, secrétaire général d’Alliance VITA, a montré à quel point la loi originelle de 1975 avait progressivement perdu toutes les dispositions qui prétendaient lui conférer un équilibre en assumant une politique de prévention de l’IVG. Il a enfin révélé la demande effectuée, le jour même, par Alliance

Lire la suite de l'article

New-York Times : “Les médias d’information ont largement manqué ce qui se passait autour d’eux”

Extrait de l'article publié hier par Jim Rutenberg, médiateur au New York Times :

"Les médias d’information ont largement manqué ce qui se passait autour d’eux. C’est une histoire qui se répète. Les estimations n’ont pas seulement été un mauvaise guide durant cette nuit électorale – elles ont été à l’inverse de ce qui se jouait réellement (…)

C’est plus qu’un échec des instituts de sondages. Il s’agit bien de l’échec à entendre la colère bouillonnante d’une grande partie de l’électorat américain qui s’est sentie délaissée par une minorité sélective, trahis par des accords commerciaux qu’ils considèrent comme des menaces et non respectés par Washington, Wall Street et les médias mainstream (…)

Les journalistes n’ont pas remis en question les sondages qui confirmaient leur intuition selon laquelle M Trump ne pouvait l’emporter, même dans un million d’années (…)

Dans une ancienne chronique, j’ai cité l’écrivain conservateur Rod Dreher expliquant que la plupart des journalistes étaient aveuglés par leur propre bigoterie contre la religion conservatrice, contre les gens de la campagne, contre la classe ouvrière et contre les Blancs pauvres. Quel que soit le résultat de l’élection, vous entendrez de nombreux rédacteurs en chefs parler de la façon dont ils doivent envoyer leurs reporters au coeur de la nation et du pays, pour mieux comprendre les citoyens. (…) Pour eux, le gouvernement était en panne, le système économique était en panne et, nous l’entendons souvent, les médias d’information étaient en panne également. Il y a certainement une part de vrai. Cela peut

Lire la suite de l'article

La TV reste la 1ère source d’information mais la part d’internet croît

Images-20La télévision (JT et chaînes d’info) reste la première source d’information de 50% des Français, devant les sites web (20%), les réseaux sociaux (9%, deux fois plus qu’en 2015) et la radio (9%), selon une enquête mondiale du Reuters Institute. Seuls 4% des Français privilégient encore les journaux papier, un des plus faibles taux au monde.

Leur fidélité aux JT fait des Français les consommateurs d’info les plus traditionalistes des 26 pays étudiés, où le web est souvent devenu prioritaire pour l’info. Ils font aussi partie des plus méfiants envers l’info. Mais plus de 40% d’entre eux citent les réseaux sociaux parmi leurs diverses sources pour suivre l’actualité, deux fois plus qu’en 2014.

La confiance en la télévision s'amenuise : la majorité (54%) des 18-24 ans s’informent en priorité en ligne (32% sur les sites web et 22% sur les réseaux sociaux), contre 27% qui citent la télé en premier. A l’inverse, les plus de 65 ans plébiscitent à 60% la télé.

Les trois-quarts des internautes en France et dans le monde préfèrent toujours lire des textes, une méthode jugée plus rapide et plus pratique. Dans les vidéos de news, les publicités placées au début du visionnage agacent.

Lire la suite de l'article