Archives par étiquette : Dieu

17 et 18 février, forum sur le thème : « Les enjeux du Credo du Peuple de Dieu »

  2018_forum_Sens_CredoPeupleDieu_image

Les samedi 17 et dimanche 18 février, la Famille Missionnaire de Notre Dame organise un forum sur le thème : « Les enjeux du Credo du Peuple de Dieu ».

Ce texte donné par Paul VI il y a 50 ans, en 1968, rappelait dans un contexte tourmenté les vérités fondamentales de la foi, et les dogmes développés dans la Tradition de l’Église.

Aujourd’hui plusieurs de ces vérités de foi demeurent contestées par certains à l’intérieur même de notre Église. Au cours de ce forum, nous étudierons l’origine et le contexte de cette profession de foi du Bienheureux Paul VI, son contenu, ainsi que sa réception difficile par d’importantes parties de l’Église jusqu’à nos jours.

Cette démarche est importante pour nous recentrer dans la fidélité sur le contenu de la foi, afin de pouvoir annoncer l’Évangile aujourd’hui dans son intégrité.

Voir le programme ici.

Lire la suite de l'article

Dieu existe vraiment !

Magnifique témoignage d'un jeune ayant fait une école de commerce et qui est devenu prêtre :

"Car à 13 ans je suis parti six mois dans un internat en Allemagne. Loin de mon entourage, je me suis alors questionné sur la foi, et c’est là que j’ai lu le témoignage bouleversant d’André Levet, un détenu qui a eu une apparition du Christ dans sa cellule. Cela m’a beaucoup touché.

Et très simplement, je me suis dit: «Si lui, il L’a rencontré, pourquoi pas moi?». Du coup, avec pas mal d’audace, je lui ai donné rendez-vous… au parc Monceau.

Le plus drôle, c’est que j’ai longtemps eu peur d’y aller! C’est seulement un an plus tard, lorsque l’une de mes sœurs m’a proposé d’y aller, que j’ai accepté de répondre à l’invitation que j’avais moi-même adressée à Dieu dans la prière. Et pendant que nous discutions au parc, un prêtre que je ne connaissais pas, est venu mettre sa main sur mon épaule comme si je lui étais familier, a posé sur moi un regard magnifique plein de tendresse et de douceur et m’a dit «bonjour» avant de repartir… Je ne savais pas qui il était et je ne l’ai jamais revu. J’avais alors 14 ans et venais de faire l’expérience que ma prière avait été écoutée… Dieu existe vraiment!"

Le témoignage complet mérite d'être lu.

Lire la suite de l'article

L’unité entre les chrétiens ne pourra devenir effective que si elle est basée sur l’union à Dieu

En conclusion de la semaine de prière pour l'unité des chrétiens, le père Jean Geysens, moine de Chevetogne, a fait part de ses réflexions à sa communauté monastique, par une causerie dont voici un extrait :

Unité"Le passage de l'évangile proposé pour ce dernier jour vient de Jean 17. Il y a un beau petit n° du Catéchisme de l'Eglise Catholique à cet égard : Dans cette prière Pascale, sacrificielle, tout est récapitulé en Lui : Dieu et le monde, le Verbe et la chair, la vie éternelle et le temps, l'amour qui se livre et le péché qui le trahit, les disciples présents et ceux qui croiront en Lui par leur parole, l'abaissement et la gloire. Elle est la prière de l'Unité (n° 2748). Précisément : de quelle unité s'agit-il dans la prière dite sacerdotale du Christ, cité très souvent en contexte œcuménique ? Jusqu'aux premières décennies du XXème siècle, ces paroles (surtout le vs. 21) ont été comprises surtout comme une prière pour l'union de l'homme avec Dieu. Il s'agit d'une unité qui s'enracine en Dieu. Etre ancrés, enracinés, en Dieu, ainsi est la préoccupation principale de Jésus dans cette partie du discours d'adieu. L'unité entre les hommes et entre les disciples en particulier ne pourra devenir effective que si elle est basée sur ce qui est essentiel dans la foi, à savoir : l'union à Dieu, qui est la condition pour arriver à l'unité en Dieu.

Donc, la prière de l'Unité en Jn 17 a d'abord une signification mystique – participer consciemment

Lire la suite de l'article

Dieu n’est pas mort

Le professeur de philosophie Radisson, citant de nombreux grands auteurs, demande à ses étudiants d’attester par écrit que Dieu est mort. L’un d’entre eux, Josh, s’y refuse. Son professeur le met alors au défi de prouver le contraire à lui et à ses camarades. Un défi qui ne sera pas sans conséquences…

Un film promu par SAJE.

Lire la suite de l'article

La loi de 1905 est hérétique par la doctrine de l’Etat qu’elle suppose, un Etat qui se veut à la fois Dieu et César

Extrait d'un texte de l'abbé Viot sur la laïcité :

Viot-b"[…] Citons à ce sujet deux extraits du magistral discours de Combes à Auxerre le 4 septembre 1904, parce que résumant admirablement l’état d’esprit de la rupture de 1905, ainsi que sa signification, état d’esprit toujours à l’œuvre au sein de la majorité de nos politiques, tous partis confondus – il n’y a que des français catholiques pour ne pas le voir ! : « En séparant la convention diplomatique des articles organiques qui avaient déterminé les Chambres françaises à l’accepter, le Pape de l’époque [Pie VII qui avait refusé effectivement les articles organiques de 1802, accolés au Concordat de 1801], et après lui ses successeurs lui ont ôté son efficacité [mensonge manifeste car tout avait finalement bien fonctionné de 1801 à 1902], par cela même qu’il a annulé les règlements de police destinés à l’appliquer ». Combes avait ainsi beau jeu d’accuser Rome de violer un concordat qu’elle n’avait jamais accepté, taisant à dessein que, jusqu’à lui (non inclus), on avait toujours su faire preuve de pragmatisme de chaque côté. Combes voulait en finir : « Il est évident que la seule voie restée libre aux deux pouvoirs en conflit, c’est la voie ouverte aux époux mal assortis, le divorce, et de préférence, le divorce par consentement mutuel. Je n’ajoute pas remarquez le bien par incompatibilité d’humeur. Car il ne saurait être question dans l’espèce d’accès d’irritation et de mauvaise humeur. Il s’agit d’une chose bien autrement sérieuse et grave. Il

Lire la suite de l'article

Le gouvernement américain prie pour remercier le Bon Dieu d’avoir pu réformer l’ObamaCare

Capture d’écran 2017-12-21 à 07.21.33Le ministre du logement de Donald Trump a récité, en pleine réunion gouvernementale à la Maison Blanche et à la demande du président américain, une prière chrétienne pour remercier Dieu de la victoire politique obtenue au Congrès sur la réforme fiscale.

Réuni avec ses ministres et ses principaux conseillers peu avant le vote à la Chambre des représentant sur sa grande baisse d'impôts, Donal Trump a interrompu les discussions pour demander à Ben Carson, ancien neurochirurgien et chrétien adventiste, de réciter "une bonne solide prière". Mains serrées, yeux fermés et tête baissée, le président américain a été accompagné dans son recueillement par son équipe.

"Notre doux père au paradis, nous sommes si reconnaissants pour les opportunités et la liberté dont vous nous avez gratifiés dans ce pays".

Lire la suite de l'article

Rappel à Dieu de Jehan de Saint Chamas

Lu sur le site de Notre-Dame de Chrétienté :

"Nous avons appris le rappel à Dieu mercredi 15 novembre de Jehan de Saint Chamas. Notre Dame de Chrétienté tient à saluer ce grand défenseur de l'Église et de la France qui aura consacré toute sa vie "Pour qu'Il règne".

Jehan de Saint Chamas a été l'un de ces hommes qui, dans le sillage de Jean Ousset et de la Cité catholique, ont fait le choix de quitter leur activité professionnelle et la perspective d'une brillante carrière pour se consacrer totalement au combat civique et à la formation de laïcs chrétiens.

A la Cité catholique, à "l'Office international" (la "rue des Renaudes", aujourd'hui Ichtus) et au Centre d'Études des Entreprises Jehan de Saint Chamas fut un inlassable promoteur de la doctrine sociale de l'Église.

Nous gardons de lui le souvenir d'un maître, alliant le souci d'un enseignement très solide à un grand sens humain et à une attention permanente aux personnes qu'il rencontrait. Les initiatives qu'il a lancées au service des étudiants et des jeunes professionnels ont influencé durablement plusieurs générations. Par ses conseils Jehan de Saint Chamas a aidé au discernement d'un grand nombre de vocations, tant religieuses que vocations au mariage. […]"

Lire la suite de l'article

L’année des quatre dauphins – L’étonnant abandon de Louis XIV à Dieu

Les-a-dauphins"Comment évoquer autrement ces mois tissés de noir qui ont vu se succéder quatre dauphins à la cour de Louis XIV ? En avril 1711, le vieux roi perd son fils, emporté en quelques jours par la petite vérole. Sa tristesse est immense, mais Louis sait qu’il a en son petit-fils, le duc de Bourgogne, un successeur digne de lui. L’espoir tourne court : en février 1712, le jeune homme succombe à une maladie foudroyante ; trois semaines plus tard, le fils de celui-ci, le duc de Bretagne, devenu dauphin l’espace d’un mois, meurt à son tour. Louis est pétrifié de chagrin, la France semble saisie d’horreur, l’Europe entière a les yeux fixés sur Versailles en deuil, frappé par ce qui ressemble à une malédiction… L’avenir de la dynastie des Bourbons, cet arbre jadis si puissant, repose sur un enfant de deux ans, arrière-petit-fils du Roi-Soleil, dont les chances de survie semblent bien compromises. Louis XIV s’éteindra en 1715, ignorant que l’enfant qui lui succède alors régnera lui-même cinquante-neuf ans… Ce moment crépusculaire, largement ignoré aujourd’hui, est raconté d’une plume magnifique par Olivier Chaline : il offre un portrait exceptionnel de Louis XIV, accablé par la douleur, mais gardant la tête haute et, jusqu’au bout, le sens de la majesté."

Si c’est ainsi que la quatrième de couverture présente ce petit livre. Olivier Chaline dévoile page après page, l’étonnant abandon de l’homme le plus puissant du monde entre les mains de la Providence qui le frappe non seulement dans son royaume mais dans sa famille et jusque

Lire la suite de l'article