Archives par étiquette : devant

Profanation d’hosties en Espagne : l’artiste sacrilège bientôt devant la CEDH ?

De Nicolas Bauer dans La Nef :

"Une association chrétienne espagnole a déposé une requête à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) avec l’aide de l’ECLJ, à la suite de la profanation d’hosties consacrées par l’« artiste » Abel Azcona. L’« œuvre d’art » litigieuse était composée de 242 hosties subtilisées au cours de plusieurs messes puis arrangées sur le sol pour former le mot « pederastia ». L’« artiste » s’est ensuite photographié nu avec son « œuvre » et a exposé les photos dans des locaux prêtés par la ville de Pampelune.

Cette affaire pose deux questions majeures. La première est de la compétence de la Cour de Strasbourg : les juridictions espagnoles ont-elles effectué une juste mise en balance entre le droit à la liberté d’expression de l’« artiste » et le « droit à la protection des sentiments religieux en tant que composante de la liberté religieuse » ? Pour en juger, nous pouvons espérer que la CEDH soit attentive à plusieurs aspects de l’affaire, qui pourraient jouer en la défaveur d’Abel Azcona.

En particulier, l’« artiste » a assumé avoir utilisé des hosties consacrées afin d’offenser les catholiques. Le juge espagnol qui a donné raison à Abel Azcona a également fait preuve d’une hostilité et d’un mépris évidents envers la foi chrétienne. Par ailleurs, l’exposition a été subventionnée par la mairie alors même que l’« artiste » a pu vendre sa création près de 300 000 euros. Si la CEDH accepte la requête, l’ECLJ lui présentera

Lire la suite de l'article

Le problème du budget de l’armée est devant nous

Selon le chef d'Etat-major des Armées le général François Lecointre, interrogé dans Famille chrétienne :

Unknown-11"Les dangers augmentent, le monde autour de nous est de plus en plus dur. Comment faire face avec un matériel de plus en plus obsolète ? L’armée de terre a vécu pendant 30 ans en consommant la totalité des véhicules blindés d’infanterie qu’elle avait hérités d’une armée de conscription beaucoup plus nombreuse. Il y a un moment où tout s’arrête quand il n’y a plus de véhicules ! C’est pourquoi le problème du budget est devant nous. Notre combat collectif, avec notamment la ministre des Armées, c’est de reconstruire nos armées. Cela passe impérativement par une phase de régénération qui va être longue et coûteuse. Nous étions arrivés à un état de délabrement de l’armée très inquiétant. Il aurait pu faire décrocher la France du rang des grandes puissances militaires. Mais le dernier budget voté – assorti de la loi de programmation militaire – devrait nous permettre de relever la tête. De stabiliser, régénérer et ensuite de monter en puissance.

Un an après la démission fracassante du général de Villiers , Emmanuel Macron est-il devenu conscient des dangers engendrés par le manque d’investissement ?

Le Président de la République est parfaitement conscient que la régénération de l’armée française suppose des moyens. Il sait très bien que notre modèle est usé jusqu’à la corde et que cette usure nécessite des efforts financiers. Cela suppose aussi de ne plus surexploiter l’armée française. Chaque semaine, j’échange avec le Président à

Lire la suite de l'article

Les Sentinelles devant le Conseil d’Etat

Les Sentinelles pour la famille ne sont pas satisfaites des conclusions du rapport du Conseil d’Etat. Elles iront veiller le 11 juillet devant lui :

Sentinelles_ce"Il n’était pas possible que le Conseil Consultatif National d’Éthique, en charge de l’organisation et de la synthèse des États-Généraux de la Bioéthique, occulte dans ses conclusions la franche opposition aux dérives anthropologiques voulues par certains. Outrager la vérité et la démocratie et insulter tous les citoyens qui ont participé à ces conférences, aux débats sur internet ou dans le monde réel n’aurait pas été tolérable. Il a juste tenté d’en discréditer une partie en la qualifiant de « partisane ».

Pour tenter de faire oublier cet échec, un avis a été requis auprès du Conseil d’État. Servile en diable, il ne voit pas d’obstacle juridique à la PMA sans père. L’intérêt de l’enfant à avoir une filiation authentique n’entre pas en ligne de compte. Tout juste est-il sceptique sur l’opportunité de permettre à des femmes seules d’y accéder, du fait de la fragilité sociale des familles dites monoparentales.

Les dispositions de l’article 7 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, qui prévoit que l’enfant puisse dans la mesure du possible connaître et être élevé par ses parents ne sont pas évoquées.

Des Sentinelles veilleront le mercredi 11 juillet à partir de 20h00 place du Palais-Royal, face au Conseil d’Etat pour exprimer leur attachement à une anthropologie respectueuse de l’homme et de sa dignité et leur volonté de voir restaurée une démocratie plus

Lire la suite de l'article

Nouvelle offensive pro-GPA devant la CEDH

L'ECLJ prévient :

"Une nouvelle offensive pro-GPA s’organise à Strasbourg devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Elle est menée avec les affaires Pierre Anne BRAUN c. France (n°1462/18), SAENZ et SAENZ CORTES c. France (n°11288/18) et Martine MAILLARD et autres c. France (n°17348/18).

Ces requêtes ont été introduites par des couples de Français mariés ayant eu recours à la GPA aux États-Unis, en Ukraine et au Ghana. Les actes de naissance des enfants ainsi conçus, dressés dans ces pays, mentionnent chaque couple commanditaire comme parents des enfants, alors même que la femme n’a pas accouché. Avec les enfants mineurs, les trois couples ont saisi la CEDH pour se plaindre du refus des autorités françaises de reconnaître la femme commanditaire comme "mère" de l'enfant.

La CEDH s’était déjà prononcée sur la question de la transcription à l’état civil français d’actes de naissance dressés à l’étranger suite à une GPA dans les affaires MENNESSON c. France (n°65192/11) et LABASSEE c. France (n°65941/11). Faisant prévaloir la vérité biologique et le principe de réalité, la Cour avait alors exigé que la filiation paternelle d’un enfant né d’une GPA régulière à l’étranger puisse être établie à l’égard de l’homme indiqué comme père dans l’acte de naissance dès lors qu’il s’agit véritablement du père biologique. Depuis ces arrêts, le droit français permet la transcription de la filiation à l’égard du père biologique, la conjointe de celui-ci ayant seulement la possibilité d'adopter l'enfant.

À présent, les requérants demandent à la Cour

Lire la suite de l'article

Référendum sur l’avortement en Irlande : 3 contestations devant la Haute Cour

Lu sur RITV :

"Les résultats du référendum irlandais qui vit la victoire du « oui » à l’avortement à 66,5 %, se trouvent contestés devant la Haute Cour du pays. Trois demandes distinctes d’autorisation de contestation ont été déposées, pointant des irrégularités : radiations inexpliquées, doubles votes et surtout désinformation de la campagne médiatique et étatique… Selon l’une des signataires, Joanna Jordan, la différence entre les deux parties n’était que de 2,6 % dans les sondages le 24 mai, soit la veille du referendum : l’écart final mérite d’autres explications.

Le Ministre de la santé ne craint pas que cela remette en cause le calendrier de l’introduction de la législation sur l’avortement, en Irlande – on aimerait pourtant. D’autant que les promesses de modération du gouvernement sur la législation à venir semblent être progressivement mises au placard… [Lire la suite]"

Lire la suite de l'article

Demande de récusation des experts devant examiner Vincent Lambert

L'expertise médicale de Vincent Lambert, qui devait avoir lieu samedi, a été reportée après une demande de récusation des avocats des parents qui contestent la composition de l'équipe d'experts.

Mi-avril, la justice administrative avait reporté l'euthanasie de Vincent Lambert en ordonnant une nouvelle expertise de ce patient. Me Jean Paillot, l'un des avocats des parents (avec Me Triomphe), explique :

"Le dépôt d'une demande de récusation au tribunal bloque l'expertise jusqu'au moment où le tribunal statue sur la demande de récusation". "Soit le tribunal confirme les experts, soit il les change".

La défense des parents conteste la composition du collège des trois experts

"aucun d'entre eux n'a de compétence en matière de patients EVC (état végétatif chronique) et en EPR (état pauci-relationnel)". "On ne se laisse pas faire et on veut une vraie bonne expertise, pas une expertise bâclée".

L'état de Vincent a en effet évolué de manière positive depuis 2014 (date de la dernière expertise) avec des progrès au plan neurologique et au plan fonctionnel, par exemple dans le domaine de la déglutition.

Lire la suite de l'article

Alfie Evans : rassemblement aujourd’hui devant l’ambassade de Grande-Bretagne à Paris

Dbt3ysyW0AIEdVn

18h30 au 35 Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris.

DbtQrQSX4AA8sCL

Cette affaire conduit à deux réflexions :

1. Les médecins de cet hôpital de Liverpool, comme ceux de l’hôpital de Reims (Vincent Lambert) se considèrent comme les propriétaires de leurs patients, avec droit de vie ou de mort – c’est-à-dire de mort – sans considération de l’autorité familiale, et en ce qui concerne Alfie de l’autorité de ses parents, qui sont, de droit naturel, et de bon sens, les seuls dépositaires de l’autorité. Et ils poussent leur folle dictature jusqu’à enfermer à clef leurs patients à tuer en attendant de pouvoir le faire.

2. Nous avons aboli la peine de mort pour les criminels, mais nous avons donné aux juges le droit de condamner à mort des innocents… Il est clair que tout cela ne pourrait avoir lieu si l’on n’avait pas instauré le règne de la culture de mort impliquant le droit de tuer l’enfant dans le ventre de sa mère, puis toutes les aberrations … En attendant d'avoir, comme en Chine, les avortements forcés.

Lire la suite de l'article

Pas de minute de silence dans les écoles : le gouvernement recule devant l’islamisme grandissant

Contrairement aux attentats de 2015, le ministère de l’Education nationale ne demande pas formellement à ce qu’une minute de silence soit observée dans les écoles et lycées en hommage au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame. Il a seulement appelé à un moment de recueillement accompagné d’un temps d’explication et d’échange notamment pour rappeler aux plus jeunes le rôle des forces de sécurité au service des Français. Le message du ministre fait bien attention de ne pas mentionner le caractère islamiste de l’attentat :

“Le vendredi 23 mars, quatre de nos compatriotes ont perdu la vie au cours d’une attaque terroriste à Carcassonne et à Trèbes (…) Dans les écoles et les établissements scolaires, il est important que ce moment de recueillement, dont la forme doit prendre en compte l’âge des élèves, puisse être accompagné d’un temps d’explication et d’échange.

L’acte héroïque du colonel Arnaud Beltrame, qui a donné sa vie pour en sauver d’autres, vient rappeler notre appartenance à un ensemble qui nous dépasse : la Nation. Cela nous invite à réfléchir aux notions de courage, de dépassement de soi et de citoyenneté au XXIe siècle. Ce moment d’hommage sera également l’occasion de rappeler le rôle des forces de sécurité au service des Français. Ainsi, les élèves pourront prendre conscience que la République se nourrit et grandit par l’engagement de chacun (…)

L’école a pour mission de transmettre des savoirs et des valeurs. A un moment où des forces obscurantistes cherchent à atteindre les fondements démocratiques de notre société, la

Lire la suite de l'article

Bordeaux, 3 avril : contre la répression judiciaire, tous devant l’Ecole Nationale de Magistrature

B_1_q_0_p_0

De Résistance républicaine et Riposte laïque :

"Alors que de plus de plus d'internautes, de patriotes, d'hommes politiques, d'écrivains, de cinéastes, se retrouvent devant les tribunaux, et parfois menacés de prison, ce gouvernement vient d'annoncer, par la voix du Premier ministre Edouard Philippe, la mise en place d'une nouvelle loi, encore plus répressive que la précédente, qui faisait pourtant partie des plus sévères du monde.

Le prétexte annoncé est de lutter contre le racisme. Celui du Coran, de Merah, des imams officiant dans des mosquées sous haute surveillance ( ou pas ) ? Vous n'y êtes pas. Il n'en est même pas question. Il s'agit de respecter à la lettre l'esprit du politiquement correct, des associations dites antiracistes et de ce régime. Quiconque osera s'attaquer à l'invasion migratoire sera accusé de racisme. Quiconque osera protester contre l'islamisation de notre pays, et dira la vérité sur la réalité de l'islam, se verra accusé d'inciter à la hain.

L'objectif de ce gouvernement est clair : faire pression sur les hébergeurs pour qu'ils éliminent d'eux-mêmes tous les textes qui seront signalés par de véritables cafards du net, recrutés par la Dilcrah, et payés avec l'argent de nos impôts. Les juges, dont certains se sont illustrés dans le scandale "Murs des cons" auront toute latitude de faire supprimer un article dans les 48 heures, voire de fermer un site.

Cerise sur le gâteau, 400 personnes vont être recrutées pour aller dans les écoles (qui n'ont sans doute pas d'autres priorités) et laver le cerveau

Lire la suite de l'article

Marlène Schiappa défend “le droit à ” l’avortement devant l’ONU

Le secrétaire d’Etat française à l’Egalité, Marlène Schiappa, a prononcé un discours devant l’Assemblée générale de l’ONU à l’occasion d’une conférence sur l’autonomisation des femmes en milieu rural mardi :

« Les populistes et leurs alliés s’adonnent à une remise en cause permanente des droits humains, au premier rang desquels les droits des femmes ». « Paradoxe ultime, parfois, des femmes les incarnent ou les soutiennent »

La France « continuera de défendre partout, toujours, les droits sexuels et reproductifs et l’accès à la contraception ». Marlène Schiappa a souligné que

« à cet égard, la France ne peut que déplorer les décisions de ses alliés historiques la Hongrie, la Pologne, les Etats-Unis d’Amérique… de remettre en cause, plus ou moins directement l’accès à l’avortement ».

« Le choix est le principal droit. Choisir de se marier, de divorcer, de se cultiver, d’avoir des enfants, d’avorter. De créer une entreprise. De se présenter à une élection – d’en gagner, parfois. De passer son permis de conduire. De voyager. De circuler librement. De vivre, tout simplement ».

Tout simplement. Le droit de se présenter à une élection comme le droit de supprimer une vie, celle d'un enfant à naître. Si le choix est le principal droit, je veux changer de ministre et de gouvernement.

Lire la suite de l'article