Archives par étiquette : Déradicalisation

Les politiques de « déradicalisation » en France : inefficaces

C5SZ0FKXUA0Ro_EIl y a un endroit où l'Etat peut rapidement faire des économies. 100 millions d'euros ont été dépensés en trois ans pour la déradicalisation des musulmans extrémistes. Le résultat, selon un rapport parlementaire est plus que mitigé. Autant dire nuL.

C'est le bilan que tirent deux sénateurs, Esther Benbassa (EELV) et Catherine Troendlé (LR), dans un rapport rendu public le 12 juillet. Des associations «sans réelle expertise» ont bénéficié de juteuses subventions allant jusqu'à 435 000 euros, transformant cette œuvre de salut public en véritable «business». Plusieurs responsables sont d'ailleurs mis en cause pour des affaires de détournements de fonds.

Le centre expérimental de Pontourny, dont la création a déjà coûté plus de deux millions et demi d'euros, est aussi dans le viseur des rapporteurs. Les deux élues conseillent sa fermeture d'urgence au vu de son inefficacité. Des pensionnaires se surnomment «la bande des salafistes rigoristes». Un individu a été condamné pour apologie du terrorisme après son passage dans ce centre. 

Le rapport est en ligne ici.

Lire la suite de l'article

La déradicalisation, ça rapporte gros

Pendant des mois, Sonia Imloul a été présentée comme l’un des chantres de la déradicalisation en France. Et son association, la Maison de la prévention et des familles, installée en plein cœur de la Seine-Saint-Denis, comme un modèle en la matière. Les autres départements étaient invités à s’en inspirer. 

Le préfet lui avait alloué 25000 euros puis 35000 euros de subvention dans le courant 2014. Merci au contribuable.

Les journalistes la louaient. Merci pour les "Fakes news". 

Bernard Cazeneuve était venu partager un couscous. Bravo pour le discernement.

Sonia Imloul comparaît devant la 12e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour détournement de fonds publics, blanchiment et travail dissimulé. Où sont passés les 60 000 euros alloués à la maison de la prévention ? 

Lire la suite de l'article

“La déradicalisation est un véritable fiasco”

Et c'est la très gauchiste sénatrice (EELV) Esther Benbassa qui le déclare, suite à sa mission d’information sur la déradicalisation:

Images-6"[…] Ce que nous avons découvert est quelque peu déroutant parce qu’inattendu. L’impression générale est que les pouvoirs publics, pressés de rassurer la population, ont débloqué beaucoup d’argent pour mettre en œuvre cette « déradicalisation ». Mais le résultat n’est pas assez sérieux et confine au bricolage. Une bonne partie des associations et des structures subventionnées n’ont pas les compétences pour investir ce sujet. On peut parler d’un relatif fiasco.

Vous faites référence au cabinet de Dounia Bouzar, qui fut longtemps présentée comme la référence et qui est aujourd’hui mis en cause pour ses résultats ?

Dounia Bouzar a quand même bénéficié d’un financement de 930 000 euros alors qu’elle n’était pas, me semble-t-il, préparée à appréhender le domaine avec les outils nécessaires. Ses livres ne sont pas assez convaincants pour offrir un « modèle de déradicalisation » susceptible d’être repris. Elle dit avoir déradicalisé plusieurs jeunes femmes mais celle qu’elle a montré dans les médias a fini, je crois, par partir en Syrie ! Echec également avec Sonia Imloul et son association en Seine-Saint-Denis. Quant à l’Unismed, qui a remporté récemment l’appel d’offre pour intervenir sur toute la partie sud de la France, le discours de son président nous est apparu décousu. De même que l’Association française des victimes du terrorisme (AFVT), dont on a compris qu’elle recourait à un prestataire extérieur pour faire le travail. […]

Un autre volet de la

Lire la suite de l'article

Cellule de déradicalisation : vitrine Potemkine

1Au printemps 2014, le gouvernement lance le numéro vert antidjihad pour inciter les familles à signaler des cas de radicalisation dans leur entourage. Sonia Imloul, militante associative, crée une structure qui permettrait de déradicaliser les enfants, tout en soutenant les parents. Elle convainc le préfet Pierre N'Gahane, alors secrétaire général du Comité interministériel pour la prévention de la délinquance (CIPD) et chargé du numéro vert. Ce dernier valide l'idée et accepte de lui accorder des subventions pour un montant de 35.000 euros.

Sonia Imloul recrute un étudiant pour l'aider. L'association, baptisée «La Maison de la prévention et de la famille», commence à travailler à l'été 2014 et reçoit les premières fiches de signalement émanant du numéro vert antidjihad. Sonia Imloul affirme  avoir traité une trentaine de cas et déclare qu'elle travaille avec «une dizaine» de personnes aux compétences variées (juristes, psychologues, éducateurs, etc).

Son associé Julien Revial dément :

«Au mieux, on a été cinq à travailler, Sonia Imloul incluse».

Quant à la prise en charge des familles, seuls trois dossiers de prévention de la radicalisation ont réellement abouti.

«Les autres familles qui venaient – une quinzaine – avaient déjà vu leurs enfants partir, on était plus vraiment dans la prévention».

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve vient même manger un couscous le 20 décembre 2014, encourageant l'association à continuer son travail.

Au fil des mois, le jeune homme se rend compte que la gestion de l'association devient de plus en plus opaque. Malgré les 35000 euros de subvention, Julien Revial et les

Lire la suite de l'article

Appel d’offre du Ministère de la Justice pour la déradicalisation des condamnés

Le ministère de la justice a publié un appel d'offres dont voici l'objet :

"Prise en charge en plateau technique de la radicalisation de personnes sous main de justice, prévenues et condamnées, en dehors des établissements pénitentiaires"

Il s'agit de débrancher le Coran ?

Lire la suite de l'article