Archives par étiquette : démographie

M. Macron : la démographie n’est pas un problème pour l’Afrique

IndexSuite à aux propos surprenants de M. Macron sur la fécondité des femmes africaines (7 ou 8 enfants par femme…), Ilyes Zouari, spécialiste du Monde francophone, auteur du "Petit dictionnaire du Monde francophone" (L'Harmattan, avril 2015), x-Administrateur de l'association Paris-Québec, nous a envoyé les trois premiers paragraphes d’un article – bien plus long – rédigé en 2016 pour la revue Géopolitique africaine.

Ces quelques lignes démontrent bien que les propos de M. Macron n’ont pas lieu d’être. Intéressons-nous plutôt à la catastrophe démographique et écologique du sous-continent indien (où l’Inde continue encore à gagner près 20 millions d’habitants par an), et laissons les Africains tranquilles, au nom de nos intérêts communs sur le long terme. Les irrationnelles idées malthusiennes ont déjà coûté terriblement cher à la France, qui en fut, de loin, la première victime. Quant aux questions migratoires, c'est à nous d'avoir le courage de prendre les mesures qui s'imposent, en s'inspirant, par exemple, du Japon, du Brésil, des pays du Golfe ou encore des pays du Maghreb…

Les grands défis de l’Afrique francophone (revue Géopolitique africaine, n°58/59, novembre 2016) 

Tirée par une double mutation démographique et économique, l’Afrique francophone s’affiche désormais comme l’un de principaux relais de croissance dans le monde. Certaines menaces fragilisent toutefois ce vaste ensemble, qui souffre, par ailleurs, d’une perception encore injustement négative et handicapante.

Une mutation démographique considérable

Depuis le milieu du 20e siècle, les 25 pays d’Afrique francophone ont connu un formidable essor démographique, passant d’un total de 73 millions d’habitants en

Lire la suite de l'article

Famille et démographie

L'association Famille et Liberté a publié un Livre Blanc Pour une nouvelle politique familiale. L'objectif est précisé au début :

Capture d’écran 2017-02-14 à 22.31.26"[…] Il nous a cependant semblé qu’en ces temps d’effervescence électorale sur fond de pessimisme et de remise en question désabusée de ce qui fonde notre société, il était plus que jamais nécessaire de redéfinir la place de la famille dans la société et dans la vie politique. Surtout, des orientations précises et concrètes nous ont semblé utiles pour fournir propositions et arguments aux hommes et aux femmes politiques qui ont vraiment le souci, de quelque bord qu’ils soient, de comprendre et de répondre aux légitimes préoccupations des électeurs et d’assurer la pérennité de la France.

Les tentatives de redressement du pays ont échoué parce qu’elles ont toutes négligé le ressort principal de la cohésion sociale, celle où chacun occupe sa place et toute sa place, c’est-à-dire la famille. Nous entendons donner ainsi tout un arsenal d’argumentaires pour montrer qu’il n’y a pas de justice sociale sans la notion toute familiale de ce qui est dû et demandé à chacun, dans le souci prioritaire du plus petit mais en fonction de l’intérêt de la famille entière ; pas de développement économique durable sans le modèle du père qui entreprend et construit pour sa famille, dans la vision à long terme dessinée par la succession des générations ; pas de rayonnement culturel sans le désir de transmettre ce que l’on a reçu et développé, désir constitutif de la famille

Lire la suite de l'article

Avec le changement de population auquel nous assistons aujourd’hui, c’est la démographie qui finira par faire la loi

Robert Ménard déclare dans Causeur :

"[…] Je constate simplement que le peuple français, en tout cas dans le sud de la France, veut conserver ce à quoi il tient : la famille, les enfants, un paysage religieux qu’il connait… Un exemple : la crèche, à Béziers, installée dans l’hôtel de ville, est devenue en trois ans un passage obligé. La première année, 200 000 personnes l’ont soutenue ! Pourquoi ? Parce qu’elle incarne la France comme elles l’aiment. Un autre exemple : Le Puy-du-fou, sorte d’appartement-témoin de la France comme on en rêve. C’est ça que j’essaie de dire dans ce livre. Je ne suis pas réactionnaire au sens où je dirais : « Revenons cinquante ans en arrière et tout ira bien ! » Nier les progrès – dans un domaine comme la médecine par exemple – serait tout simplement stupide. Mais conservateur, encore une fois, oui ! […]

Passons à l’entrée « Années 30 ». Pour vous, c’est « un pays imaginaire où vous déporte la gauche dès lors que vos idées lui déplaisent ». En même temps, les années de l’entre-deux-guerres posent des questions assez sérieuses, notamment sur la démocratie qui est parfois devenue la dictature de la majorité, avant de devenir dictature tout court. Quelles limites imposer, même à une majorité démocratiquement qualifiée ?

Dès que certains ne sont pas d’accord avec vous, ils vous renvoient aux années 30. À les croire, les rues de Béziers seraient peuplées de chemises brunes et on y marcherait au pas de l’oie ! Je veux bien qu’on ne soit pas d’accord avec

Lire la suite de l'article

Nous ne pourrons faire l’économie d’une réflexion en profondeur sur notre démographie

Membre du Comité Central du Front National, Agnès Marion est conseillère municipale du 7e arrondissement de Lyon et conseillère régionale à la région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est la présidente du Cercle Fraternité dont le lancement a eu lieu le samedi 15 octobre à Paris. Le 16, elle est intervenue à La Manif Pour Tous. Concernant la politique familiale, elle fait cette déclaration intéressante au Rouge & Le Noir, montrant que la politique familiale ne peut pas être, telle une vertu devenue folle, décorrélée des problèmes migratoire et identitaire :

Am2-6f2ee"A travers la défense de la famille, cellule de base de la société qui est par nature le lieu de la transmission, nous avons un moyen de lutter concrètement contre la mondialisation et le déracinement dont elle se nourrit. C’est en effet avec l’histoire de sa famille, de sa lignée, que chaque Français peut s’inscrire dans la grande histoire de France. La France comme une personnalité héritée des siècles, vivante, incarnée, loin d’une conception abstraite de la Nation. Prendre soin des familles françaises c’est donc renouer avec la longue durée dont parle Marine Le Pen, cette mémoire française venue du fond les âges dont nous sommes dépositaires et que nous devons défendre pour la transmettre à nos enfants ! Mais, concomitamment, nous ne pourrons faire l’économie d’une réflexion en profondeur sur notre démographie et les conditions d’acquisition de notre citoyenneté. L’enjeu terrible, dramatique, immédiat qui nous fait face est que la natalité française, qu’il faut défendre, est en même temps le

Lire la suite de l'article

L’islamisation expliquée par la démographie

Célèbre démographe, Yves-Marie Laulan organise le 13 octobre de 9h à 18h, à l’Espace Bellechasse, 18 rue de Bellechasse dans le 7 arrondissement de Paris, un important colloque intitulé :”Comment lutter contre l’inévitable islamisation de la France”. Entouré de nombreux intervenants, le spécialiste de la démographie va démontrer que nous sommes soumis à deux évolutions de populations divergentes et contrastées : la population d’origine, dite de souche, dont la fécondité est insuffisante et la population extra-européenne, souvent de religion musulmane, dont le nombre ne cesse de croître et cela de manière exponentielle. Cette situation aboutit à une transformation profonde de la société et à une islamisation de la France.

Lire la suite de l'article

Des évêques se penchent sur les crise : famille, démographie, foi et identité

ImagesCrise de la famille liée à la crise démographique, crise de la foi et crise de l’identité culturelle sont les thèmes abordés par les représentants des Conférences épiscopales de l’Europe centrale et orientale réunis ces 8 et 9 septembre à Bratislava, en Slovaquie.

Vingt-sept ans après la chute des régimes communistes en Europe centrale et orientale, l’Europe doit faire face à de nouveaux défis, ont observé les évêques lors de cette rencontre.

Dans un communiqué, ils ont notamment rappelé l’importance

«d’un véritable partenariat entre les pays européens basé sur la dignité de tous les peuples et le respect réciproque».

Les évêques ont également souligné la nécessité de mener une nouvelle réflexion sur l’identité européenne,

«qui a toujours été liée à la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme».

Malheureusement, ont-ils déploré, un certain nombre de décisions prises par les structures européennes mettent la famille et la protection de la vie en danger. Actuellement, l’Europe a besoin, tout d’abord, de familles stables et d’une politique démographique prudente. Et, l’immigration n’est pas une solution à la crise démographique, indiquent-ils.

Lire la suite de l'article

Jean-Marie Le Méné : “Avortement et immigration de masse : la géopolitique est une affaire de démographie”

Extrait d'un interview de Jean-Marie Le Méné, sur Boulevard Voltaire, au sujet de la suppression du délai de réflexion avant d'avorter – un amendement voté par l'Assemblée nationale :

« L’avortement est un droit, mais il y a un acharnement militant pour le banaliser », a regretté Hervé Mariton, député UMP. L’IVG, aujourd’hui, est devenue un acte banal ?

Le fait de procurer la mort d’un enfant avant sa naissance, avec la complicité de la médecine, n’a jamais été et ne sera jamais un droit en dépit des pétitions de principe et des déclarations incantatoires. En effet, par définition, il s’agit d’un acte injuste. La justice consistant à « rendre à chacun ce qui lui est dû », nul ne peut prétendre que la mort soit due à qui que ce soit, fût-ce un enfant non désiré.

Se plaindre d’un acharnement militant pour banaliser l’avortement, en répétant que l’avortement est un droit, c’est se plaindre des conséquences dont on chérit les causes. Les législations sur l’avortement n’ont pas été produites par des enfants de chœur. Elles produisent mécaniquement leurs effets dont le premier est le vieillissement de la population, remplacée peu à peu par une population d’origine étrangère à la démographie plus dynamique. Avortement de masse, immigration de masse. La géopolitique est une affaire de démographie, les politiques l’ont oublié.

Après la suppression de la « situation de détresse » dans la loi début 2014, et les deux nouveaux amendements présentés ce mois-ci, quelle prochaine étape peut-on craindre ?

Il est encore possible d’étendre les délais pour

Lire la suite de l'article

L’avortement est une arme de destruction massive contre la démographie européenne

Lors du débat au parlement européen sur le rapport Tarabella, l'intégralité des élus FN du Parlement européen a voté contre le paragraphe 45 qui insiste sur le fait que les femmes "doivent avoir le contrôle de leur santé et de leurs droits sexuels et reproductifs", notamment "grâce à un accès aisé à la contraception et à l'avortement". Aymeric Chauprade a fait l'intervention suivante :

ImagesCA484GGP"Monsieur le Président, chers collègues, le rapport Tarabella n'est qu'une nouvelle expression du matérialisme, de l'utilitarisme et de l'égalitarisme qui sévissent ici. Ce rapport exhorte les femmes ayant choisi de travailler à temps partiel de le faire à temps plein. Tant pis pour celles qui ont fait le libre choix de se concentrer sur l'avenir de leurs enfants, elles ne correspondent manifestement pas à la définition de la dignité féminine selon M. Tarabella. Pire, ce rapport est un éloge de la culture de mort par le soutien explicite qu'il apporte à l'avortement, véritable arme de destruction massive contre la démographie européenne.

Sa vision de la femme est à mille lieues de ce qu'est la femme européenne dans la longue durée de l'Histoire: une femme forte qui est l'une des clefs du progrès rapide de notre civilisation. La voilà donc cette femme forte de la civilisation européenne, selon la vision misérabiliste de M. Tarabella, tout à coup réduite au statut de victime, à une femme qui aurait besoin de quotas pour arriver aux responsabilités comme si elle ne pouvait pas, par ses qualités intrinsèques,

Lire la suite de l'article

Fragilité de la démographie française

Lu sur le site des AFC :

"L'INSEE vient de publier des données 2013 sur le nombre des naissances :

  • 811 510 bébés sont nés en France (hors Mayotte), dont 781 621 en métropole. C'est 9 500 naissances de moins qu'en 2012, soit une baisse de 1,2 %, mais toujours plus que dans les années 1990 et 2000
  • la part des naissances hors mariage continue de progresser pour atteindre 57%
  • autre chiffre qui progresse : l'âge des mères à la naissance. En 2013, l'âge moyen est de 30,3 ans, un âge qui augmente régulièrement depuis les années 70
  • parmi les bébés nés en 2013, 14% ont une mère âgée de moins de 25 ans et 22% une mère de plus de 35 ans et 52% de ces bébés ont des parents âgés tous les deux d'au moins 30 ans
  • on apprend aussi qu'un accouchement sur 60 a donné naissance à 2 enfants ou plus, en augmentation sur 10 ans, augmentation « concentrée sur les femmes de 40 ans ou plus. En effet, entre 2003 et 2013, pendant que la part des naissances gémellaires reste relativement stable pour toutes les femmes de moins de 40 ans, elle passe de 1,8 % à 2,4 % pour celles de 40 à 44 ans, et de 2,8 % à 5,7 % pour les femmes de 45 ans ou plus ». Et les auteurs de souligner le rôle du recours à l'AMP à ce niveau.

Ces chiffres confirment des tendances de long

Lire la suite de l'article

Démographie : la Chine est victime des « structures de péché »

La politique de l'enfant unique menace la Chine d'un hiver démographique aux conséquences sociales désastreuses. Les autorités chinoises ont donc décidé d'assouplir cette mesure à la fin de l'année dernière : désormais, si au moins l'un des deux membres d'un couple est enfant unique, un permis peut être délivré pour une deuxième grossesse.

Mais c'est un échec. Les autorités de la commission nationale du planning familial envisageaient entre 1 et 2 millions de naissances supplémentaires à court terme. En définitive, fin mai, seuls 270 000 couples avaient fait la demande de ce permis de procréer ; 240 000 permis étaient accordés.

Plusieurs freins ont joué. Le premier est celui de la bureaucratie chinoise : dans les provinces, on a ralenti et compliqué les processus afin d'éviter un babyboom soudain. La paperasserie a été démultipliée. Il reste impensable en Chine d'avoir un deuxième enfant sans passer par l'administration. Mais le permis de procréer n'est pas tout. Alors que la prospérité se répand parmi certaines catégories de la population, les familles chinoises redoutent les frais qui accompagnent les nouveaux enfants. Dans les villes, on se bat pour avoir une place dans une bonne maternelle : le choix se fait sur dossier, quasiment par concours. Le logement est cher. A cela s'ajoutent les conséquences de 30 ans de politique de l'enfant unique : au lieu de pouvoir compter sur les grands-parents pour garder les enfants, bien des Chinois qui ont eu leur enfant tard sont maintenant obligé de prendre soin de

Lire la suite de l'article

Union européenne : la démographie en berne

Lu dans Les 4 Vérités :

"Le taux de fécondité moyen de l’Union européenne est de 1,6 enfant par femme – loin du seuil de renouvellement des générations, qui se situe autour de 2,1 enfants par femme."

Commentaires (5)

Évidemment ! Toutes les dernières mesures prises par les précédents gouvernements sont pour accélérer le déficit des naissances (avortement, baisse des alloc, taxations accrues des familles, etc.), accélérer la survenue de la mort (euthanasie, suicide assisté, etc.) et accélérer le remplacement de population (immigration massive, pompe aspirante, etc.).
Si on ajoute les mesures prises pour pervertir la jeunesse (gender, "éducation sexuelle" tournant à la pornographie, incitation à la débauche, etc.), on peut deviner ce qui nous attend si nous ne réagissons pas très vite.
Le constat est là… mais je parie qu'aux prochaines élections il n'y aura quasiment aucune sanction : on reprendra les mêmes menteurs UMPS, pour poursuivre la même politique déplorable.

Rédigé par : Fleur | 4 mar 2014 19:17:35
____________________________________

Oui, la croissance est en berne,
La démographie est en berne,
L’économie est en berne,
L’emploi est en berne,
Les entreprises sont en berne,
La recherche est en berne,

Seule la connerie est en hausse constante avec des taux de progression hallucinants dans toutes les institutions européennes…

Rédigé par : DUPORT | 4 mar 2014 19:30:04
____________________________________

Sachant qu'aujourd'hui on tue 1/4 des enfants dans le ventre de leur mère,avortement,le véritable taux de fécondité en Europe est légèrement supérieur à 2,1

Lire la suite de l'article