Archives par étiquette : d’Emmanuel

Une union électorale à définir pour les partis de droite, afin d’empêcher en 2022 la réélection d’Emmanuel Macron

Pascal Gannat, Vice-président du groupe FN-RBM Conseil régional des Pays de la Loire, explique pourquoi il participe au débat sur l'union de la droite ce soir à Angers :

N12NCBwC_400x400"Je participerais à la table ronde de ce jour mardi 27 mars à Angers avec Jean-Frédéric Poisson, Robert et Emmanuelle Ménard, Marie-France Lorho, Karim Ouchik, Guillaume de Thieulloy et le professeur Guillaume Bernard. Avec le soutien à distance de Thierry Mariani. Le thème est : ‘’Une union des droites est-elle possible ? Vers une plate-forme commune’’

J’y défendrai la nécessité d’une union électorale qui reste à définir pour les partis de droite, afin d’empêcher en 2022 la réélection d’Emmanuel Macron. La France est confrontée à d’immenses difficultés et ni les Insoumis, ni LREM n’apportent les réponses et les propositions qui les résoudront. L’expérience électorale de 2017, traumatique à bien des égards pour beaucoup de Français de droite impose que nous ne revoyons plus jamais la défaite par désunion. Il est indispensable qu’un tel rassemblement ait lieu. C’est pourquoi nous devons nous mettre d’accord sur une plateforme minimale mais fédératrice d’idées neuves qui soit l’aboutissement d’une réflexion de fond à partir des courants historiques de la droite française, portant sur l’Europe, l’immigration, la famille et la natalité, la place de L‘islam, l’école, le respect de la personne humaine et de son environnement, la protection sociale, le rôle de la France dans le monde et sa souveraineté.

Tout est à bâtir en ce sens, rien n’est en effet acquis. Il est en effet

Lire la suite de l'article

Un hagiographe d’Emmanuel Macron à la tête de La Chaine Parlementaire

Http---o.aolcdn.com-hss-storage-midas-6aaf1bcba67e05c79206355fcbb1da15-206212932-delais.pngSur proposition du président de l'Assemblée nationale, Bertrand Delais a été élu pour un mandat de trois ans à la tête de LCP-AN. Seuls les députés LREM ont voté pour, toutes les autres formations politiques ont voté contre. Le patron des députés socialistes, Olivier Faure, estime :

"Ce n'est plus La Republique en marche, c’est une marche consulaire".

Sur Twitter, Marine Le Pen moque "un macroniste béat et un militant anti-FN".

Bertrand Delais a rédigé des billets de blog entre juin 2017 et janvier 2018. Sans équivoque :

"Emmanuel Macron a compris qu'il fallait renouer avec une sorte 'd'anti com' pour cesser de discréditer la fonction politique." (11 juin 2017)

"Son fameux 'en même temps' (…) fait de son mouvement quelque chose de profondément ancré dans notre histoire." (17 juin 2017)

"Il renoue avec les militaires égarés en politique qui faisaient valoir une réussite de terrain, de Bonaparte à De Gaulle." (17 juin 2017)

"Un homme seul, dépourvu de schémas idéologiques mais pas sans conviction : voilà qui pourrait définir la démarche d'Emmanuel Macron." (17 juin 2017)

"Un homme libre et qui incarne à lui seul une rupture avec le cynisme de l'époque." (17 juin 2017)

"Apparaître comme l'homme providentiel était la première condition [pour accéder au pouvoir]. (…) Emmanuel Macron a réussi brillamment cette tentative." (25 juin 2017)

Il s'est imposé dans la fonction avec une certaine flamboyance. 25 juin 2017

"Emmanuel Macron régénère la Ve République." (7 juillet 2017)

"La force d'Emmanuel Macron est de vouloir croire à la pérennité de

Lire la suite de l'article

Encore une fausse nouvelle d’Emmanuel Macron : sur Russia Today

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

Capture d’écran 2018-02-16 à 18.17.49"On sait que pour Macron et pour tout l’établissement de la pensée unique RT n’est qu’un outil de propagande du Kremlin, diffusant des fausses nouvelles pour infléchir les votes des citoyens et les faire voter comme le souhaite Poutine (présidentielle américaine, Brexit, Catalogne, etc.). Et ses journalistes ne sont donc pas des journalistes, mais des agents d’influence et d'intoxication qu’il convient d’exclure des événements politiques.

Le 10 avril prochain auront lieu les New York Festivals qui récompensent les meilleures réalisations des médias. RT est nominée 17 fois, soit davantage que CNN, la BBC ou Sky News."

Parmi les réalisations de RT nominées : la couverture du référendum sur l'indépendance de la Catalogne, celle des élections législatives en Allemagne ou encore celle de la Coupe des Confédérations de football 2017 en Russie.

Lire la suite de l'article

Premier bilan d’Emmanuel Macron : 8 mois pour rien

Commentaires (1)

On a beaucoup aimé le cynisme de Macron quand il déclarait qu'il n'y avait que 50 sans abris en Ile de France :
https://www.youtube.com/watch?v=WAnQN7VBuPY

N'empêche que les Français l'ont élu ! Cela en dit long sur l'état moral de ce peuple !

Rédigé par : Ahmed | 16 fév 2018 12:27:38
____________________________________

Lire la suite de l'article

Le mondialisme d’Emmanuel Macron

Analyse politique du dernier numéro de Politique Magazine :

58384668bc6aa78ced9f7f1be9e"L’homme de Davos

Jamais l’homme ne s’est plus révélé tel qu’il est et tel qu’il pense, que dans cette enceinte de la satisfaction mondialiste.

C’était le mercredi 24 janvier 2018 au Forum économique mondial de Davos, en Suisse. Le Président de la République française venait rendre compte devant le gratin de l’univers de sa mission et de sa vision. Non pas comme les autres chefs d’État qui y expriment les intérêts et les conceptions de leur pays pour faciliter d’éventuels accords ou signifier des désaccords, comme Donald Trump le fit le vendredi suivant, avec sa gouaille habituelle. Non, le chef de l’État français venait délivrer son message, publier sa foi, apporter son témoignage et manifester ainsi son adhésion profonde et –donc- « intelligente » aux normes édictées par la gouvernance mondiale ou, plutôt, par ceux qui prétendent l’exercer. Lui , comprenait ; lui, voyait ; lui, disait et le bien et le mal selon la norme définie par le magistère commun de cette bonne gouvernance.

Le globish

Alors, comble de satisfaction, pour lui, la salle était pleine : tous, ils étaient là ! Tous écoutaient ! Il a été le plus long des intervenants, et quel succès ! À la fin de son intervention, il a eu droit à une « standing ovation ». Et, merveille, se différenciant des chefs d’État qui usent tous par dignité de la langue de leur pays, lui, pour bien montrer qu’il sait aller au-delà de ses étroitesses nationales, il a parlé d’abord anglais : le

Lire la suite de l'article

Les succès d’Emmanuel Macron et d’En Marche ne doivent rien au hasard

Lu dans Minute :

2850_page_01"[…] « Je crois qu’Emmanuel Macron a tout à fait le talent pour être présidentiable un jour. » Celui qui a prononcé cette phrase, c’est Jacques Attali, un homme de réseaux qui ne cesse de traîner dans les hautes sphères du pouvoir depuis qu’il a conseillé François Mitterrand. Quand a-t-il dit cela ? En août 2014. A l’époque, Macron venait tout juste de prendre les rênes du ministère de l’Economie. Voilà une belle anticipation d’initié, qui voyait ce qui se tramait en arrière-salle : une recomposition du paysage politique français.

Les événements ont d’ailleurs été annoncés au plus haut niveau. François Hollande en personne l’a affirmé : « Il faut un acte de liquidation. Il faut un hara- kiri. Il faut liquider le PS pour créer un Parti du Progrès » (propos tenus le 12 décembre 2015 et rapportés par Gérard Davet et Fabrice Lhomme – Un Président ne devrait pas dire ça, éd. Stock, 2016). On aurait dû le prendre plus au sérieux. Car, un an plus tard, c’est justement cette thématique que reprenait Emmanuel Macron sur le plateau de TF1 : « Je veux réunir tous les progressistes contre les conservateurs. »

[…] Face à la montée du Front national, il fallait créer un grand parti unique. Avec des têtes nouvelles. Le battu de la primaire du PS, Manuel Valls, s’en était agacé : « J’en ai marre de voir que le se- crétaire général de l’Elysée aide à lever des fonds pour

Lire la suite de l'article

PMA : festival d’incohérences d’Emmanuel Macron

DMM5_zFXkAIAyteDimanche sur TF1, Emmanuel Macron a été interrogé, notamment sur l'extension de la PMA aux lesbiennes et aux femmes célibataires. Réponse du chef de l'Etat :

"Vous me permettrez, sur des sujets aussi complexes, de refuser le oui ou non. […] Je pense que, à partir du moment où on a accepté pour des femmes vivant en couple de bénéficier de la PMA, il est normal, compte tenu du fait que nous reconnaissons qu'une mère peut être seule, ou que deux femmes puissent être en couple, de reconnaître ce droit aux femmes seules et aux couples de même sexeJ'ai dit que je respecterai l'ensemble des convictions. Sur ces sujets de société, le politique ne doit pas imposer un choix en brutalisant les consciences, des convictions profondes que je respecte chez chacune et chacun. Je souhaite que durant l'année 2018, nous puissions avoir ce débat de manière apaisée. […] Je suis pour reconnaître des droits égaux à nos concitoyens. Je suis très sensibles au respect de la filiation. C'est aussi pour ça que je suis contre la GPA. J'ai une conception de la dignité du corps de la femme. Cette conception philosophique ne permet pas qu'on puisse porter un enfant pendant neuf mois pour le compte d'un autre. Je souhaite qu'on ne puisse pas passer de la PMA à la GPA subrepticement."

Je refuse le oui et le non mais je dis oui…

Des droits égaux à nos concitoyens, sauf pour les enfants privés délibérément de père.

Comment

Lire la suite de l'article

Les idées reçues d’Emmanuel Macron sur l’Afrique

Ilyes Zouari, secrétaire général adjoint de la revue Population & Avenir, a publié dans Les Echos une analyse dénonçant les vieux clichés d'Emmanuel Macron sur l'Afrique. Extraits :

Unknown-6"Lors du dernier sommet du G20 à Hambourg, le 8 juillet dernier en Allemagne, Emmanuel Macron a tenu des propos surprenants en conférence de presse en affirmant, d’une part, que plusieurs pays d’Afrique subsaharienne continuaient à avoir un taux de fécondité «de sept à huit enfants par femme», et d’autre part, que des plans Marshall avaient déjà été «décidés et faits» en faveur du continent noir. La réalité est pourtant bien différente.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le niveau de la fécondité en Afrique subsaharienne a déjà commencé à baisser dans la quasi-totalité des pays, et ce, depuis au moins deux décennies. Quant aux plans Marshall, il se font toujours attendre.

Une transition démographique déjà entamée

Globalement, l’indice synthétique de fécondité (ISF) est ainsi passé de 6,8 enfants par femme en 1975 (année du plus haut historique) à 5,0 en 2016, soit une diminution d’environ 26 %. L’Afrique subsaharienne francophone n’a pas échappé à la règle, avec une baisse globale du même ordre. La Côte d’Ivoire (passée de 7,9 enfants par femme à 4,9) et Madagascar (de 7,2 à 4,3) ont même connu une diminution de 40 % de leur ISF sur cette même période.

En fait, sur les 22 pays francophones subsahariens, seuls trois n’ont pas encore connu de baisse significative de la fécondité, à savoir le Niger, le

Lire la suite de l'article

Le chiffre très discutable des “adhérents” du parti d’Emmanuel Macron

Selon Arnaud Leroy, ex-député socialiste, ancien porte-parole d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, membre du conseil d'administration de La République En marche, interrogé dans Les Echos, déclare que le parti du président de la République compterait aujourd'hui près d'un demi-million de militants :

"Le nombre d'adhérents augmente et on approche aujourd'hui de 400 000". 

Impressionnante mais discutable : La République en marche estampille "adhérent" toute personne qui aurait communiqué son adresse mail – gratuitement – sur le site Internet de LREM. 

Un élément de mesure objectif est tombé le jeudi 17 août : 72 066 personnes ont participé au vote proposé par la direction sur les statuts de LREM (90,6% de oui). LREM apparaît donc comme un parti de taille moyenne, avec autant de militants actifs que… le PS au plus fort de l'impopularité de François Hollande. Et ce, alors que les adhérents socialistes doivent eux s'acquitter d'une cotisation annuelle de 20 à 200 euros selon les revenus ! La formation macroniste est deux fois moins fournie en militants que l'UMP au retour de Nicolas Sarkozy… 

Lors du dernier congrès socialiste de Poitiers, en juin 2015, 71 140 militants ont participé au vote sur les motions. Quelques mois après l'élection de François Hollande, en octobre 2012, quelque 87000 adhérents avaient participé au congrès de Toulouse.

Les macronistes ont particulièrement ramé pour atteindre leur chiffre : le scrutin sur les statuts du parti s'est étalé sur trois semaines et demi.

Le dernier congrès de l'UMP, qui a signé le retour

Lire la suite de l'article