Archives par étiquette : démission

L’AGRIF demande la démission du député Danièle Obono

Cette député qui "nique la France" :

3c484c65a2d021a349aae5bdf03a26b7_L"L’AGRIF manifeste son indignation quant à l’arrivée à l’Assemblée Nationale d’une députée du parti La France insoumise, compagnon de route des Indigènes de la République. La dénommée Danièle Obono, Gabonaise d’origine, passée par le NPA, est une proche du mouvement raciste d’Houria Bouteldja, Saïd Bouamama et autre « militants anti-colonialistes » fanatiquement anti-français et anti-blancs : elle a donc très vite été repérée comme signataire d’une pétition de soutien au rappeur Saïdou et à Bouamama lorsque l’AGRIF les a assignés en justice pour le morceau de rap et le livre Nique la France.

Quand les journalistes de la radio RMC lui demandent des justifications pour cette accablante prise de position, elle répond qu’elle défendait « la liberté d’expression de cet artiste, parce que ça fait partie des libertés fondamentales ». Et dirait-elle « vive la France ! » maintenant qu’elle est devenue députée ? C’est avec une gêne mêlée de dégoût que Mme Obono répond : « Pourquoi vive la France? Oui je peux dire vive la France, mais pourquoi? Pour le 14 juillet? ». Les adhérents et sympathisants de l’AGRIF imaginent bien à quel point cette déclaration d’amour à notre pays, même purement verbale, répugne aux militants du PIR qui font de la France l’objet de leur insondable ressentiment.

Ces déclarations ont heureusement entraîné un certain nombre de protestations de la part d’hommes publics, au Front National et au parti Les Républicains avec Thierry Mariani en particulier, mais pas avec l’ampleur que l’on serait en

Lire la suite de l'article

La valse au gouvernement : démission de Goulard, citée dans l’affaire du Modem et peut-être de Sarnez

C'est déjà fini pour le ministre des armées : 

"Citée dans une enquête préliminaire sur les assistants parlementaires du MoDem, la ministre des Armées affirme qu'elle a demandé au chef de l'État d'être démissionnée pour pouvoir «démontrer librement (sa) bonne foi».

Le remaniement «technique» qui était annoncé va-t-il se transformer en un vaste coup de balai? Après que Richard Ferrand a été exfiltré à l'Assemblée lundi, une autre ministre de premier plan va quitter le gouvernement mardi: Sylvie Goulard, ministre des Armées. La centriste a annoncé cette décision surprise dans un communiqué transmis mardi aux rédactions. «J'ai demandé au président de la République, en accord avec le premier ministre, de ne plus faire partie du gouvernement», affirme-t-elle".

Pour Sarnez, du Modem également, il en irait autrement

"la ministre déléguée aux affaires européennes n'exclut pas de quitter le gouvernement. «Tout est ouvert pour moi, ma mission au gouvernement ou la présidence du groupe MoDem à l'Assemblée», confie-t-ele au Parisien. «Ce sont deux engagements passionnants», assure–t-elle tout en précisant que c'est le président Macron qui décidera".

Commentaires (1)

Excellente nouvelle que ce personnage quitte le poste de ministre de la défense ,pour la bonne et simple raison qu'elle ne se cachait pas pour dire qu'elle ne se sentait pas française !!!!
Citoyenne du monde ,ça c'est sûr !!!!!
Le plus étonnant fut de l'avoir nommé à ce rôle stratégique ,qui nécessite en qualité première d'être une patriote exemplaire.
Avoir nommé cette femme à la tête de nos armées ,est à

Lire la suite de l'article

Solère contraint par les élus à la démission de la présidence du groupe LR au conseil régional

A droite la recomposition se confirmerait :

Règlement de comptes chez les Républicains d'Île-de-France. Thierry Solère démissionne, sous la pression des membres du groupe LR qu'il présidait au Conseil régional. Ces derniers lui ont adressé une lettre dans laquelle ils lui reprochent son manque d'investissement. "Il apparaît que les responsabilités extérieures (présidence du comité d’organisation de la Primaire de la Droite et du Centre, porte-parolat de notre candidat aux Présidentielles) que tu as eues à exercer au cours de ton mandat de président ne t’ont pas permis de consacrer tout le temps nécessaire à l’exercice de ta fonction à la tête du groupe Les Républicains à la Région", ont-il adressé à Thierry Solère.

En coulisses, le motif n'est pas le même et Thierry Solère se voit reprocher un double jeu : il compte parmi les 24 personnalités Les Républicains qui ont rédigé de concert, lundi 15 mai, un communiqué de presse appelant la droite et le centre à "être à la hauteur de la situation de notre pays et de l'attente des Français" et à "répondre à la main tendue par le président de la République."

Mais ce n'est pas aussi simple. Alors que NKM a signé le même communiqué, LR a engagé une procédure contre Jean-Pierre Lecoq, candidat dissident face à NKM. Le maire LR du 6e arrondissement de la capitale expliquait :

"À l’allure où va la campagne des législatives, qui s’annonce aussi folle que celle de la présidentielle, rien ne dit que je ne vais pas, au final, finir par récupérer l’étiquette

Lire la suite de l'article

Le 7 mai à 22h, on entendait déjà “Macron démission !”

Le 7 mai 2017 à 22h, quelques temps après l'annonce des résultats des élections présidentielles, une trentaine de militants de l'Action Française est descendue dans les rues de Paris pour dénoncer aux cris de "Macron démission!" et "Elections, pièges à con" la République qui vend la France à la finance.

Lire la suite de l'article

Démission de l’évêque d’Aire et Dax, Mgr Gaschignard

TéléchargementLe Pape François a accepté, ce jeudi 6 avril 2017, la démission de l'évêque d'Aire et Dax, Mgr Hervé Gaschignard. Âgé de 57 ans, il occupait cette responsabilité depuis 2012, après avoir été évêque auxiliaire de Toulouse de 2007 à 2012.

Extraits du communiqué du diocèse :

[…]Depuis quelques temps, des rumeurs persistantes circulaient dans le diocèse sur des paroles déplacées et des attitudes inappropriées de l’évêque dans sa relation pastorale aux jeunes. Elles sont remontées jusqu’au Saint-Siège.[…]

Jusqu’à la nomination d’un successeur à Mgr Gaschignard, le pape François a nommé comme Administrateur Apostolique du diocèse Mgr Bernard Charrier, évêque émérite de Tulle. C’est un homme reconnu pour sa sagesse. Il rejoindra la communauté diocésaine dès le lundi 10 avril pour la messe chrismale à Tartas."[…]

Lire la suite de l'article

Démission de Michael Flynn : le recours au Logan Act pourrait faire comparaître les membres du groupe Bilderberg

Intéressante analyse de Réinformation.tv :

Unknown-37"Après la démission de Michael Flynn lundi dernier, tombé sous le coup du Logan Act, une loi de 1979 à laquelle personne jusqu’ici n’avait eu recours, les Démocrates, les globalistes, les médias assermentés à l’establishment, en un mot toutes les forces d’agitation anti-Trump s’aventurent sur un terrain miné. Car nombreux sont ceux qui, parmi eux, pourraient se retrouver derrière les barreaux !

Michael Flynn poussé à la démission par l’establishment américain

Michael Flynn a été poussé à la démission de son poste de conseiller à la sécurité nationale parce qu’il aurait laissé entendre fin décembre à l’ambassadeur russe, lors d’une conversation téléphonique, que les Etats-Unis abandonneraient les sanctions d’Obama à l’égard de la Russie, une fois Trump au pouvoir. Même si le détail de cette conversation n’est pas clair, Michael Flynn a soulevé contre lui l’opposition virulente des propagandistes et du monde politique anti-Trump. Leur arme : le Logan Act, une loi qui interdit à un citoyen sans permission officielle des autorités américaines d’influencer les décisions politiques d’un pays étranger. Lundi dernier, les Démocrates demandaient au président du House Oversight and Government Reform committee, Jason Chaffetz, de poursuivre les investigations sur Flynn. Mais ont-ils choisi la bonne stratégie ? Barack Obama et Nancy Pelosi, la chef de file des Démocrates, pourraient bien en faire les frais.

Le recours au Logan Act : un jeu à double tranchant

En 2008, sous la présidence de Bush, le sénateur Obama se rendit en Irak « en privé »

Lire la suite de l'article

Démission du Grand Maître de l’Ordre de Malte : une décision sans précédent

ImagesLe 6 décembre 2016, Fra’ Matthew Festing, Grand Maître de l'Ordre de Malte, exige la démission du grand chancelier allemand Albrecht Von Boeselager, numéro trois de l’organisation et membre de l’ordre depuis quarante ans. Il avait en effet couvert la distribution de préservatifs par un dispensaire de l’Ordre de Malte. Alors qu’Albrecht Von Boeselager refuse de démissionner, Fra’ Matthew Festing le démet de ses fonctions. Ayant appris cette nouvelle, le Pape décide de nomme une commission pour enquêter auprès de l’Ordre de Malte, enquête à laquelle s’est fermement opposé le grand maître de l’Ordre, l’Ordre étant totalement souverain. 4 des 5 membres de cette commission sont des membres de l’Ordre de Malte et 3 d’entre eux sont des amis de l’ex-grand chancelier.

Le pape François a alors demandé à Fra 'Matthew Festing, Grand Maître de l'Ordre de Malte, de démissionner et il a accepté le 23 janvier. Riccardo Cascioli commente cette décision extraordinaire dans un article traduit par Benoît et moi :

"[…] Il s'agit d'une décision sans précédent qui a provoqué une grande confusion et ne manquera pas d'avoir des répercussions internationales: l'Ordre de Malte est en effet un Etat souverain, un Etat sans territoire, qui a aussi accrédité un ambassadeur auprès du Saint-Siège. Comme l'a noté l'hebdomadaire britannique The Catholic Heraldla décision du pape équivaut à une annexion pure et simple, une violation flagrante du droit international qui, en fin de compte, menace même l'indépendance du Saint-Siège. Avec un précédent de ce genre, comment pourrait-on en effet légitimement défendre le Saint-Siège, si par exemple,

Lire la suite de l'article

Démission du négociateur britannique pour le Brexit

D'Olivier Bault dans Présent :

Unknown"La presse mainstream française voudrait y voir un « soubresaut », une « embûche », un facteur de « troubles » ou de « tensions » en plus, sur la route du Brexit, mais ceux qui avaient fait campagne au Royaume-Uni pour la sortie de l’UE ont applaudi la démission le 3 janvier de Sir Ivan Rogers du poste de représentant permanent de son pays à Bruxelles. Ivan Rogers avait en effet été la personne en charge des négociations de l’ancien premier ministre David Cameron pour un nouvel accord entre l’UE et les Britanniques. Des négociations qui avaient permis d’obtenir bien peu de concessions et qui avaient valu au représentant permanent démissionnaire d’être accusé d’accepter trop facilement les refus du camp d’en face. Le 15 décembre dernier, la BBC avait divulgué une note de M. Rogers dans laquelle celui-ci affirmait que les négociations pour le Brexit pouvaient prendre dix ans, et on savait depuis que le premier ministre Theresa May et son gouvernement avaient « perdu confiance » dans leur représentant permanent à Bruxelles.

Pour l’homme qui avait poussé David Cameron à organiser un référendum sur la sortie de l’UE, Nigel Farage, l’ancien chef de l’UKIP, Sir Rogers aurait dû démissionner le lendemain du référendum sur le Brexit, car il faut, pour négocier la sortie de l’UE, quelqu’un « qui croit en ce pour quoi le pays a voté ». Le député conservateur et ancien ministre de David Cameron, Ian Duncan Smith, notoirement eurosceptique, a attaqué Sir Ivan Rogers pour ses prises de positions publiques trop

Lire la suite de l'article

“Hollande démission” votera pour faire triompher les convictions avec Poisson

David Van Hemelryck explique :

P"Samedi, je suis à l’étranger. Du coup Dimanche matin je me lèverai tôt, au total je ferai 800km pour voter… Et je voterai pour faire triompher les Convictions avec Poisson.

Dimanche je voterai et ma petite voix sera utile

Tellement utile que je suis prêt à faire 800 km pour enregistrer cette toute petite voix. Mais ça vaut le coup. Et il faut que je vous explique pourquoi :

Quelle que soit la personne élue en 2017, il y aura beaucoup de chance pour que ce soit un politicien. Un politicien sans convictions, comme Fillon par exemple qui soutient l’adoption gay ou Sarkozy qui a changé d’avis et soutient la loi Taubira contre laquelle nous nous sommes battu. Et, quel qu’il soit, ce politicien élu regardera les rapports de forces. Pour avoir une chance de repousser des lois iniques, pour avoir une chance de RÉSISTER, voire mieux d’influencer, de gagner nos prochains combats, cela dépend du score de Poisson à la Primaire. En fait, aller voter, c’est plus fort que d’aller manifester. Et pour nos convictions, nous sommes allés voter en masse.

LES MÉDIAS et le système ESSAIENT DE VOUS DÉCOURAGER

ils ont trop peur après le triomphe du Brexit et de Trump. Peur que vous vous rendiez compte de votre force.

Petite explication : aux primaires on attend entre 2 et 4 millions d’électeurs. La Manif Pour Gous c’etait plusieurs fois un million de personne dans la rue. Faites le calcul. Poisson peut arriver premier

Lire la suite de l'article

Hollande démission sur les plages de l’Atlantique

Aujourd'hui la banderole "Hollande Demission" du pilote David Van Hemelryck arrive à la Baule. Après avoir fait le tour de la Méditerranée, elle attaque les côtes de l'Atlantique. Demain un vrai marathon :La Baule, Noirmoutier, Ile de Ré, Royan, Arcachon.

Mercredi de Arcachon à Biarritz.

Sur les plages, la banderole est applaudie par les citoyens qui en ont ras le bol et qui sont encouragés par ce message dans le ciel ! 

Image1

Lire la suite de l'article

Prorogation de l’état d’urgence : les politiques font payer à la nation quarante ans de démission

L'Assemblée nationale a voté ce matin la prolongation de 6 mois de l'état d'urgence. Le Figarovox interroge le professeur Guillaume Drago, professeur de Droit public à l'Université Panthéon-Assas (Paris II) et directeur du Centre d'études constitutionnelles et politiques, qui estime que nous possédons un arsenal juridique suffisant, mais qu'il manque la volonté de l'appliquer :

"Derrière le paradoxe de l'état d'urgence, se pose la question de la volonté politique. Les politiques font payer à la nation quarante ans de démission, à la fois éducative et sociale à l'échelle nationale. Ils font également payer à la nation une diplomatie hésitante, qui a conduit la France à des actions erratiques, notamment au Moyen-Orient, et qui a produit les effets en chaîne que nous subissons aujourd'hui. Cet ensemble d'abandons et d'égarements dépasse complètement le paradoxe de l'état d'urgence, qui n'est somme toute qu'une méthodologie primaire. La réponse concrète doit passer par une réponse pénale, qui existe déjà.[…]

La réponse, ce n'est pas la loi, mais l'action, la détermination et la définition d'une doctrine d'action. Disons-le clairement: tout existe déjà dans le dispositif législatif, comme on l'a vu d'ailleurs avec le dispositif sur la déchéance de nationalité ou l'état d'urgence. Ceux-ci n'avaient pas besoin d'être constitutionnalisés. Mais aujourd'hui, la volonté politique est manifestement faible, elle l'est même intrinsèquement parce qu'elle n'est pas soutenue par une doctrine et qu'elle est affaiblie par un certain nombre de dogmes idéologiques."[…]

Lire la suite de l'article