Archives par étiquette : demander

Marcher le 21 janvier, c’est demander que la « promotion » de la vie devienne un objectif politique

Conseiller régional PCD en Ile-de-France, Nicolas Tardy-Joubert explique dans Valeurs Actuelles pourquoi il est important de participer à la Marche pour la vie :

9024-p6-affiche"Le 21 janvier à Paris, les marcheurs pour la Vie montreront à nos compatriotes qu’il existe une autre voie, face à celle d’une culture de mort prégnante dans notre société : celle de la défense de la Vie. La liberté des marcheurs est d’affirmer leur attachement au respect de la vie de la conception à la mort naturelle pour des raisons personnelles ou collectives.

Marcher, c’est manifester sa volonté de voir la Vie mieux protégée dans les politiques publiques. Chacun sait qu’il n’y aura pas de majorité au Parlement pour abroger la loi Veil, mais pourquoi n’y aurait-il pas une majorité favorable au déploiement de politiques publiques pour encourager l’accueil de la vie dans notre pays, et mettre en place une politique familiale ayant des répercussions économiques favorables ? En comparant les résultats de nos politiques avec d’autres pays, nous ne pouvons que déplorer que pour une population équivalente à l’Italie et inférieure à celle de l’Allemagne, le nombre d’avortements soit deux fois plus élevé en France. Sur un strict plan économique, une démographie plus vigoureuse dans notre pays, donnerait des opportunités de croissance. Ne faudrait-il pas fixer un objectif de réduction du nombre d’avortements dans le cadre d’une mandature ? Pourquoi ne pas aider les jeunes femmes enceintes et les jeunes parents à accueillir la vie, lever les freins psychologiques, économiques et sociaux qui existent ?

Lire la suite de l'article

Gilbert Collard va demander des comptes après le débat de Marine Le Pen, les dissensions causées par Florian Philippot et le départ de Marion

Gilbert Collard, réélu de justesse dans le Var ne compte pas en rester là :

Lire la suite de l'article

Plutôt que de se lamenter de l’abstention, le FN ferait mieux de se demander pourquoi il n’est pas parvenu à mobiliser

Selon Antoine Vouillazère dans Minute, le FN n'est pas victime de l'abstention mais d'une piètre campagne :

2826_page_01"[…] En 2012, Marine Le Pen, avec 6,4 millions de voix, avait obtenu 17,90 % au premier tour de la présidentielle. Deux mois plus tard, aux législatives, cela n’avait donné que 3,5 millions de voix pour les candidats du Front national mais, en raison de l’abstention, le parti présidé par Marine Le Pen avait tout de même totalisé 13,60 % des suffrages. Une chute raisonnable. Cette fois, ça a été une dégringolade. Les 7 678 491 voix du 23 avril sont devenues 2 990 592 le 11 juin ! Les 21,30 % du 23 avril ont été ramenés 13,20 % ! La faute à qui ? A l’abstention ! Cette bonne blague !

Aux élections européennes de 2014, le Front national devient, dit-il, le premier parti de France. Il l’est effectivement en ce mois de mai puisqu’il remporte le scrutin avec 24,86 % des suffrages (et 24 députés), devançant l’UMP (20,81 %) et distançant le PS (13,98 %). Si c’est l’abstention qui plombe les résultats du Front national, il faut croire les électeurs se sont déplacés en masse pour ces européennes ! Pas exactement… Le jour où le Front national s’est tant vanté d’être « le premier parti de France », l’abstention atteingnit le chiffre phénoménal de 57,57 % du corps électoral ! Seuls 42,43 % des électeurs avaient voté… contre 48,71 % aux législatives de dimanche dernier ! Aux élections régionales de

Lire la suite de l'article

Il faudrait demander une mission parlementaire pour évaluer la pratique de l’avortement

Sabine Faivre, psychologue et auteur du livre La Vérité sur l’avortement aujourd’hui, publié en 2006, est interrogée par Anne Isabeth dans Présent. Extrait :

"Que manque-t-il aujourd’hui à ce débat sur l’avortement ?

Il manque le rapport au réel : nous sommes enfermés dans des postures. Il faut en sortir pour avoir le courage d’affronter la réalité. Il y a très souvent un écart entre la théorie et la pratique en milieu hospitalier. Dans la plupart des cas, l’avortement est réduit à une pratique, un geste médical : c’est ce que l’on voit sur les sites officiels qui détaillent les techniques utilisées. On évacue ainsi l’humain. Or, les femmes veulent que l’on parle d’elles, qu’on les écoute et qu’on les rejoigne dans leurs difficultés.

Il y a un hiatus entre la loi et la façon dont les choses se passent dans la réalité des hôpitaux, et c’est précisément cela qu’il faut montrer. Il faudrait demander une mission parlementaire pour évaluer la pratique de l’avortement : son aspect médical, technique, psychologique, comme on le fait pour d’autres pratiques médicales. Cet argument est audible par n’importe qui : qu’on soit pour ou contre l’avortement.

Vous dites qu’en France, il y a un manque énorme d’études sur les conséquences, la dimension humaine de l’avortement. Pourquoi ?

C’est plus que cela : on ne trouve pas d’études sur la dimension humaine et psychologique de l’avortement, à cause d’un verrou idéologique. Il existe des recherches sur les fausses couches, la grossesse, l’accouchement. Rien sur l’avortement. C’est vraiment significatif. D’ailleurs,

Lire la suite de l'article

L’Eglise doit demander pardon aux homosexuels… pour leur avoir caché la vérité

Alors que le cardinal Marx, et à sa suite, le pape François lui-même ont publiquement demandé que l’Eglise catholique demande pardon pour la manière dont elle a traité les personnes homosexuelles, un jeune homme au lourd passé LGBT vient d’exprimer de manière poignante ce dont il accuse réellement l’Eglise sur ce chapitre. Joseph Sciambra (que nous avons déjà évoqué ici et a eu affaire tout au long de sa jeunesse à des hommes d’Eglise qui lui ont dit de ne pas renoncer à son style de vie homosexuel. Il lui a fallu attendre des années avant qu’on lui dise la vérité. Réinformation.tv rapporte une tribune publiée par LifeSiteNews :

Joseph_Sciambra_645_363_55"Joseph Sciambra, la quarantaine, a grandi dans la confusion adolescente du gamin qui s’est laissé happer par l’obsession pornographique après avoir mis la main sur des numéros de Playboy de son grand frère. Recherchant sans cesse de nouvelles expériences, il s’est essayé au « porno gay », pour en adopter rapidement le style de vie, avant de sombrer dans des pratiques de plus en plus extrêmes. Ses recherches d’un plaisir qui laissait un goût de vide l’ont finalement conduit à un pacte démoniaque : la « star » du porno gay sado-masochiste est allé au bout de sa logique – après avoir couché avec un millier d’hommes… Se retrouvant à l’hôpital entre la vie et la mort à la suite d’un acte d’une violence horrible, il se souvient de s’être senti happé par une immense bouche dégoulinant de salive qui pour lui représentait clairement l’enfer.

Lire la suite de l'article

Tariq Ramadan va demander à devenir français

Ce n'est pas une blague : en plein débat sur la déchéance de nationalité, l'islamologue suisse d'origine égyptienne, proche malgré ses dénégations des Frères musulmans fondés par son grand-père, va demander la nationalité française. Il l'annonce solennellement sur sa page Facebook dont voici une capture d'écran :

Capture d’écran (7)

Tariq Ramadan, dont on chuchote que ses diplômes universitaires ont été obtenus de façon peu protocolaire, et dont l'honnêteté intellectuelle est sérieusement mise en cause par ses pairs universitaires, va donc devenir Français, puisque d'après lui, c'est un "droit".

Obtenir la nationalité française, devenir bi-national, et se faire déchoir dans la foulée pour proximité avec le terrorisme islamique… Non, ne rêvons pas, ça n'arrivera jamais.

Lire la suite de l'article

Il faut demander des grâces de conversion pour ceux qui militent aujourd’hui pour l’avortement

Voici la méditation proposée par le père Bernard Domini, modérateur de la Famille Missionnaire de Notre-Dame, avant le pèlerinage pour la Vie organisée dimanche 24 janvier à Paris en raison de l'annulation de la Marche pour la Vie :

Maxresdefault"Saint Jean-Paul II a promulgué l’Encyclique “Evangelium vitae”, le 25 mars 1995, jour de l’Incarnation du Verbe dans le sein virginal de la Vierge Marie, l’Immaculée. Il a voulu d’abord faire découvrir ou redécouvrir le caractère sacré de la vie humaine, créée par Dieu à son image et ressemblance et appelée à la vie éternelle dans le Bonheur éternel. Mais l’homme, dès le début de l’humanité a choisi le péché, le refus de la loi de Dieu et il a fait entrer la mort dans le monde (Gn 3,1-5). L’une des conséquences du péché originel a été le meurtre d’Abel par son frère Caïn (Gn 4,8). Jean-Paul II a longuement commenté ce premier meurtre (EV7-28) et a décrit le combat qui s’en est suivi entre les forces du mal et Dieu, le Vivant, l’auteur de la vie. Lorsque l’homme perd le sens de Dieu et méprise sa Loi, il en vient à mépriser la vie de son frère et il perd la signification profonde de sa propre vie !

Le titre de l’Encyclique de Jean-Paul II révélait bien l’intention de ce Saint Pape : non pas, d’abord, condamner mais annoncer la Bonne Nouvelle de l’Evangile de la vie proclamé par Jésus : « Je suis venu pour qu’ils aient la

Lire la suite de l'article

A qui vas-tu demander ton chemin ?

Voici le scénario proposé par un professeur, mis en ligne sur le site de l'académie de Rennes, pour faire débattre les élèves de 5e sur la notion de préjugés ou de clichés dans le cadre du nouvel enseignement moral et civique (EMC) :

« Un soir, tardivement, tu dois rendre visite à une amie qui habite dans une cité que tu ne connais pas et tu es perdu.Tu arrives sur une place où se trouvent un SDF qui dort sur un banc, une bande de jeunes bruyants qui discutent sur un autre banc. Un homme d'origine africaine en tenue traditionnelle traverse la place, accompagné d'une femme aveugle. A la sortie d'une supérette, il y a une femme d'origine roumaine qui porte un bébé dans ses bras. Vers qui vas-tu demander ton chemin ? Qui évites-tu à tout prix ? Explique ton choix. »

Cela fait un tollé et donc l'académie a retiré l'exercice. Bon, mais c'est quoi la réponse morale ?

Lire la suite de l'article

Prise de Palmyre : Mgr Gollnisch va demander des comptes

L'émission Religions du monde d'hier sur RFI était consacrée aux chrétiens d'Orient. Dans la première partie, Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l'Œuvre d'Orient, commente la prise de Palmyre en Syrie par les troupes de Daech. Il s'étonne que Palmyre, ville en plein désert, ait pu être prise par l'Etat islamique sans que personne ne bouge :

"Il faut forcément que des colonnes de combat aient traversé le désert qui est plat comme ma main, pour arriver jusqu'à Palmyre. Comment se fait-il que cela n'ait pas été vu par les satellites occidentaux, que ce n'ait pas été stoppé par les frappes aériennes ? C'est tout-de-même inacceptable à plus d'un titre ! Cela désespère les populations ! Alors je crois qu'il faut arrêter de tourner le dos au régime [de Bachar al-Assad], le régime est ce qu'il est, mais enfin ce n'est pas le Daesh, le premier adversaire c'est le Daesh, il faut donc prendre les moyens de le stopper. […] Comment se fait-il qu'il y ait un développement du Daesh dans ces trois directions que nous avons observées ces trois derniers jours ? C'est inexplicable, et je pense qu'il y aura des gens qui devront nous rendre compte. Je regrette, mais les responsables militaires de la coalition doivent nous expliquer comment le Daesh a pu progresser aussi rapidement dans ces trois directions. J'exige des explications, et je saisirai prochainement la représentation nationale, comme on l'appelle, les parlementaires, pour que soient obtenues des explications sur le développement du Daesh." […]

(Réécouter l'émission ici. Intervention

Lire la suite de l'article

Cardinal Vingt-Trois : “Faut-il se demander si Jésus est mort dans la dignité ?”

Extrait de l'homélie prononcée par Mgr André Vingt-Trois, lors de la veillée de prière pour la vie en la cathédrale Notre-Dame de Paris, en présence des évêques d'Ile-de-France :

"Si nous nous limitons à une interprétation historique ou politique des événements qui vont marquer la fin de la vie humaine de Jésus de Nazareth, nous sommes devant un lamentable échec. (…) Faut-il se demander si Jésus est mort dans la dignité ? Faut-il se demander ce qu’il ressentait lui-même ? Ce que ressentaient les gens qui l’apostrophaient ? Ce que ressentaient ceux qui le moquaient ? À vue humaine, c’est une mort ignominieuse, au point que dans beaucoup de cultures qui n’ont pas été évangélisées, le signe de la croix, le signe du crucifix, du Christ sur la croix, était perçu comme un signe négatif. Comment adhérer à une religion ainsi fondée sur l’injustice et la mort ? C’est pourquoi il est tellement important que Jésus, dans sa prière, comme il l’a fait dans le discours après la Cène, donne à ses disciples quelques éléments pour comprendre que l’enjeu de ce qui se déroule devant eux n’est pas ce que voient les yeux, mais ce que discerne la foi. Il est sanctifié par l’offrande qu’il fait de sa vie, et l’offrande qu’il fait de sa vie est une expression de la gloire de Dieu.

Selon le très beau titre du grand livre de théologie de Hans Urs von Balthasar, La gloire et la croix, nous sommes invités à découvrir le mystère de la

Lire la suite de l'article