Archives par étiquette : demande

Dans la famille totalitaire, je demande Marlène Schiappa

Images-3Jonathann Daval est mis en examen pour le meurtre de sa femme. L'affaire fait la une de nombreux médias. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Mais la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les hommes et les femmes Marlène Schiappa est intervenue suite à une déclaration de l'avocat :

« L’idée, c’est de dire qu’à chaque fois qu’une femme est victime de violences sexistes ou sexuelles et ici d’un féminicide, on trouve des raisons qui justifieraient le fait que cette femme ait été victime. On fait comme si la victime elle-même était coupable d’avoir été victime. (…) Là, nous dire qu’elle avait une personnalité écrasante, et que c’est pour ça qu’il l’aurait assassinée (…), je trouve ça proprement scandaleux. En disant ça, on légitime les féminicides (…). Il y a toujours une bonne excuse, ça suffit ! »

Cette sortie appelle deux remarques :

  • C’est sans doute la première fois dans l’histoire qu’un ministre conteste ouvertement le droit à un accusé d’avoir un avocat. Car il s’agit des propos d’un avocat, qui ne fait que son travail. Après c’est au tribunal de juger. Pas à Marlène Schiappa. Ou alors tout homme qui tue une femme doit-il être condamné sans procès, voire fusillé séance tenante.

  • L'argumentaire de Marlène Schiappa est à conserver et à ressortir à chaque fois que, après une émeute de banlieue, un ministre ose dire que ces "jeunes" sont des victimes de la société écrasante et raciste…

Lire la suite de l'article

La volonté du patient respectée s’il demande l’arrêt des soins, mais déniée s’il demande leur poursuite

Communiqué de l'Acpervie-sos-maternité (Protestants pro vie) :

Page1image400"La loi Claeys sur la fin de vie à peine votée, une nouvelle transgression a été entérinée. Alors que cette loi instaure l’euthanasie passive sous couvert de sédation jusqu’au décès, elle était garante de la volonté du patient. C’est lui qui, de vive voix ou par des directives anticipées, décidait s’il fallait arrêter les soins dans une situation sans issue. Dans le cas d’Ines, c’est  la patiente, mineure représentée par ses parents, qui demande au contraire la poursuite des soins. Les Chrétiens Protestants et Évangéliques s’inquiètent de voir la volonté du patient respectée s’il demande l’arrêt des soins, mais déniée s’il demande leur poursuite. Ce pouvoir de vie et de mort donné aux médecins, redoutable tant pour eux mêmes que pour tout mortel, est un nouveau glissement vers l’euthanasie active.

Les Chrétiens Protestants et Évangéliques prient pour Ines et ses parents, ainsi que pour le personnel soignant dont la tâche est difficile, mais qui est heureusement sécurisée par un garde-fou: le serment d’Hippocrate.

Ce serment n’est pas sans relation avec un garde fou plus ancien, gravé dans les Tables de la Loi écrites du doigt de Dieu."

Lire la suite de l'article

“Interruption volontaire de vie, sans demande du patient”

Capture d’écran 2018-01-07 à 16.59.28Il me semble qu'il y a un mot beaucoup plus simple et moins euphémisant, hypocrite et orwellien pour dire "interruption volontaire de vie sans demande du patient"…

Mais non, en Belgique, Jacqueline Herremans, membre de la commission fédérale euthanasie et avocate, explique, suite à la démission d'un médecin qui refusait l'assassinat d'une personne âgée:

"Ce médecin me paraissait être un homme qui avait le souci du bien-être de la patiente. Il a sans doute été un peu dépassé par la situation. Jamais nous n’avons reçu une telle déclaration à la commission. Lorsque nous nous sommes interrogés sur la qualification à donner à cet acte, nous ne l’avons pas qualifié d’euthanasie mais bien d’interruption volontaire de vie, sans demande du patient"

Seul ce cas a fait débat. Mais chaque année, près de 2000 euthanasies ont lieu en Belgique. Légalement.

Lire la suite de l'article

On lui aurait demandé de fermer les yeux sur des anomalies de comptes de campagne

Un rapporteur de la Commission nationale des comptes de campagne révèle pourquoi il a décidé de démissionner :

Unknown-6"Le 20 novembre, les portes ont claqué dans le huis clos du 36, rue du Louvre, siège de la discrète Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Une séance « longue, houleuse et difficile », au dire de notre témoin, qui s'est résigné à démissionner, la mort dans l'âme. « Vous ne m'offrez d'autre alternative que celle de me soumettre ou de me démettre », écrit Jean-Guy de Chalvron dans une lettre adressée au président de la CNCCFP, François Logerot, dont nous avons obtenu copie, paraphrasant la tirade de Gambetta. Durant toute sa carrière, cet inspecteur général de l'administration, aujourd'hui retraité, a été un grand serviteur de l'Etat, passé par dix ministères, de l'Industrie à l'Intérieur. Il fut aussi directeur de cabinet de Louis Mexandeau aux Anciens combattants. De solides gages de sérieux pour ce haut fonctionnaire qui met en avant dans sa lettre de rupture les « valeurs d'indépendance et de rigueur » qui l'ont toujours guidé. Que s'est-il donc passé pour qu'il en arrive là et rompe le silence ?

«La colère », nous explique-t-il, « révolté ». Pendant cinq mois, il a été l'un des deux rapporteurs chargés d'éplucher les 52 cartons de factures d'un grand candidat à la présidentielle. Or, il dit avoir déniché nombre de dépenses litigieuses qui ne pouvaient pas, selon lui, ouvrir droit à un remboursement par l'Etat, donc par le

Lire la suite de l'article

Il est désormais permis de tuer sa femme si elle le demande

La Cour de cassation a confirmé la relaxe de Jean Mercier, octogénaire poursuivi pour "non-assistance à personne en péril" après avoir tué sa femme, qui lui avait demandé "d'apporter des médicaments" et de la morphine, et de l'aider à les décapsuler. Il avait attendu alors son dernier souffle et appelé un médecin.

Condamné en première instance en 2015 à un an de prison avec sursis, il avait été relaxé par la cour d'appel de Lyon en novembre 2016.

Sa femme était adhérente à l'ADMD (Association pour le droit de mourir dans la dignité) et c'est un avocat de ce mouvement qui défend Jean Mercier.

La même association va pouvoir brandir ce jugement pour dénoncer l'hypocrisie de la loi actuelle et demander la légalisation de l'euthanasie. CQFD.

Commentaires (2)

C'est le crime compassionnel, avatar du crime passionnel.

Rédigé par : René Clémenti | 13 déc 2017 16:25:52
____________________________________

A ce sujet comme pour bien d'autres… nous sommes soumis au "Gouvernement des juges"!

Rédigé par : Michael Jeaubelaux | 13 déc 2017 17:09:10
____________________________________

Lire la suite de l'article

La Croix-Rouge de Belgique demande à ses antennes de supprimer les crucifix

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

505792923"La Croix-Rouge de Belgique a intimé l’ordre à ses antennes locales de supprimer les crucifix accrochés dans les locaux de ses antennes locales. Au nom de l’impartialité et de la neutralité.

Ce qui a du mal à passer en certains endroits, comme à Verviers, où l’on fait le lien avec saint Nicolas auquel on retire sa croix après lui avoir fait perdre son compagnon noir (là ce n’était pas de la diversité mais du racisme…), ou avec le marché de Noël de Bruxelles devenu Plaisirs d’hiver…

D’ici à ce qu’à la Kroarouje belge (un nom impénétrable) ils découvrent ce qu’ils ont dans le dos…"

Lire la suite de l'article

Avant une loi sur l’euthanasie, le ministre demande un rapport sur la loi Claeys-Leonetti de 2016

Hier lors des questions au gouvernement, Olivier Falorni a demandé l'instauration de l'euthanasie en faisant le rapprochement avec l'avortement :

605694"Madame la ministre des solidarités et de la santé, ici même, il y a quarante-trois ans jour pour jour, était enfin accordé aux femmes le droit de disposer de leur corps ; mais le droit de disposer de leur mort reste encore, aujourd’hui, refusé aux Français. Allons-nous encore accepter longtemps cette logique hypocrite du laisser mourir qui reste inscrite dans la loi et qui prolonge inutilement des souffrances insupportables ? Est-il tolérable que certains Français, ceux qui en ont les moyens physiques et financiers, soient obligés de s’exiler pour bénéficier de l’aide médicalisée au décès, comme autrefois les femmes devaient partir à l’étranger pour pouvoir avorter ? Est-il acceptable, dans notre pays, de devoir s’en remettre à la clandestinité, comme autrefois les femmes devaient s’en remettre au secret des faiseuses d’anges ? Madame la ministre, je vous le demande très respectueusement, ne me répondez pas qu’il faut attendre un large consensus : s’il avait fallu attendre un large consensus, Simone Veil n’aurait jamais fait voter sa loi sur l’interruption volontaire de grossesse.

Elle, la rescapée d’Auschwitz, qui se fit accuser dans cet hémicycle de jeter les embryons au four crématoire ! Ne me répondez pas non plus, madame la ministre, que la loi actuelle suffit, car la sédation profonde entraîne l’arrêt de l’alimentation comme de l’hydratation. Alors où est le progrès, où est la dignité quand une fin de vie

Lire la suite de l'article

Mireille Chevet (FN) demande une crèche de Noël dans le hall du Conseil régional des Hauts de France

En séance plénière du jeudi 23 novembre, Mireille Chevet demande à l'Exécutif l'installation d'une crèche de Noël dans le hall du Conseil régional. Son intervention touchante se termine par une chanson A Capella "Entre le boeuf et l'âne gris". Insensible, l'Exécutif de X.Bertrand refuse cette demande légitime.

Lire la suite de l'article

La Fédération des Aveugles de France demande à mettre fin au débat sur l’écriture inclusive

OrVQH-iR_400x400L'écriture inclusive est un handicap de plus pour les non-voyants car elle donne une "langue illisible, incompréhensible" et "proprement indéchiffrable par nos lecteurs d'écrans". 

"Vouloir à tout prix dans une même phrase faire référence aux deux genres revient à faire naître une langue illisible, incompréhensible en particulier par ceux qui éprouvent quelques difficultés avec cette même langue, les dyslexiques par exemple. Pour nous personnes aveugles, cette soi-disant langue inclusive est proprement indéchiffrable par nos lecteurs d'écrans".

Les bobos partisans de ce délire gauchistes n'avaient certainement pas pensé aux aveugles.

Commentaires (1)

Mais les bobos et les gauchistes ne pensent pas, et surtout pas aux autres, ils en sont totalement incapables… Abreuvés aux mamelles du sectarisme et de l'égoïsme, comment pourraient-ils le faire ?

Ils réagissent uniquement en fonction de leurs petits intérêts, gros caprices et méga-délires pour satisfaire leur besoin essentiel : emmerder le monde pour montrer qu'ils existent !

Rédigé par : Irishman | 21 nov 2017 08:29:37
____________________________________

Lire la suite de l'article

Le FN demande une charte éthique refusant la destruction des embryons humains

Voeu du groupe FN-RBM au Conseil régional des Pays de la Loire :

"Depuis le début de la mandature, la Région a versé plusieurs centaines de milliers d’euros à Biogenouest, le réseau des plates-formes en sciences du vivant du Grand Ouest qui rassemble près de 70 laboratoires de recherche. Certaines activités de Biogenouest portent sur la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

Depuis 2005, les transgressions au principe du « respect de l’être humain dès le commencement de sa vie » (article 16 du Code civil) autorisent la destruction d’embryons humains pour des expérimentations scientifique. Depuis la Loi Touraine de 2016, ces recherches peuvent être réalisées en dehors du contrôle de l’Agence de biomédecine. La permissivité de la législation en vigueur est d’autant plus sidérante, que l’utilité thérapeutique de ces manipulations est très discutable. En effet, le professeur Yamanaka, prix Nobel de médecine 2012, a prouvé que la recherche destructrice d'embryons humains ne produit aucun résultat scientifique probant.

Ces tests sur les embryons permettent déjà d’envisager la fabrication d’enfants au génome « parfait », comme l’ont fait savoir les chercheurs de l’université d’Oregon en août 2017, augurant des heures sombres de l’histoire européenne. Quelle sera la prochaine étape ? Des biologistes de l’université de Cambridge annoncent pouvoir cultiver in vitro des embryons humains. Les bébés naîtront-ils bientôt dans des utérus artificiels ? Sans limites fixées par les pouvoirs publics, on se dirige droit vers Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley.

Une grande responsabilité éthique incombe à notre assemblée. C’est pourquoi le groupe FN-RBM formule

Lire la suite de l'article