Archives par étiquette : Daniel

Daniel de Montplaisir : Louis XX, futur roi de France ?

TV Libertés poursuit son enquête sur les prétendants au trône de France et au sentiment monarchique. Après avoir reçu le comte de Paris puis son fils le prince Jean d'Orléans, la chaîne vous fait découvrir la personnalité : Louis Alphonse de Bourbon. Daniel de Montplaisir est le meilleur défenseur et avocat de Louis XX qui aime à répéter la phrase de ses pères :"Je ne prétends à rien, je suis".

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron veut commémorer Mai 68 avec Daniel Cohn-Bendit

Lu sur Boulevard Voltaire :

Graffiti68_03"De Gaulle avait qualifié Mai 68 de « chienlit ». Nicolas Sarkozy, dans sa campagne de 2007, déclarait : « Dans cette élection, il s’agit de savoir si l’héritage de Mai 68 doit être perpétué ou s’il doit être liquidé une bonne fois pour toutes ». Cinq ans plus tard, François Hollande – faut-il s’en étonner ? – revendiquait cet héritage, saluant « les piétons de Mai 68, qui marchaient la tête dans les étoiles et avaient compris qu’il fallait changer » (pourquoi les métaphores passent-elles si mal quand on les associe à l’homme que des irrespectueux nommaient Flamby ?).

Voici que, selon le journal L’Opinion, Emmanuel Macron qui, né en 1977, n’était même pas en couche-culotte à l’époque, envisagerait de commémorer Mai 68, en 2018. Un cinquantenaire, ça se fête, n’est-ce pas ? Des proches du chef de l’État, comme Daniel Cohn-Bendit, seraient associés à sa préparation. C’est que, malgré sa tenue débraillée et sa gouaille habituelle, le porte-parole du mouvement du 22 mars est devenu un personnage incontournable que l’on s’arrache dans les salons bobos et les plateaux de télévision.

Mai68 14SSuggérons-lui, s’il n’y pense pas, de s’adjoindre aussi Alain Geismar, un autre leader de 68 qui a troqué l’habit de révolutionnaire contre l’habit de mandarin. Après avoir quitté ses camarades maoïstes, il devint un réformiste bon teint, fréquentant les cabinets des ministres et des politiciens comme Claude Allègre, Bertrand Delanoë ou Dominique Strauss-Kahn, dont il fit la campagne avortée. Summum de la gloire, il fut nommé inspecteur général

Lire la suite de l'article

Le député pro-famille Daniel Fasquelle candidat à la tête des LR

6a00d83451619c69e201a5115e865e970c-115siLe député LR du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle a annoncé sa candidature à la présidence des Républicains (LR), face à Laurent Wauquiez :

"Oui je suis candidat à la présidence des Républicains. Pour porter un projet avec une équipe autour de moi et avec la volonté de profondément refonder le parti". "Je veux redonner une envie de droite aux Français". "Après avoir redressé les comptes je veux redresser le parti. On s'est trop perdu dans nos divisions. Il faut remettre les militants au coeur de notre famille, et surtout donner une autre image de la droite aux Français". "Je ne suis candidat contre personne, je veux rassembler toutes les droites".

Toutes les droites… jusqu'au FN ?

Daniel Fasquelle avait déposé le 21 novembre 2014, soit après la loi Taubira, une proposition de loi créant un mariage pour les hétérosexuels et un mariage pour les homosexuels, le second étant dépouillé du droit d’adoption. Il déclarait alors :

«À 18 ans, les enfants prisonniers d’une filiation avec des couples homosexuels devraient pouvoir confirmer l’adoption ou la remettre en cause afin de rétablir une filiation avec leur(s) parent(s) biologique(s).»

En juin 2016, ce député membre de l'entente parlementaire pour la famille, présentait une nouvelle proposition de loi visant à transposer les textes internationaux, corrigeant le droit français et la loi Taubira :

'Ce texte met l’intérêt supérieur de l’enfant au cœur de notre législation, conformément aux textes internationaux et européens, en particulier la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant. La proposition de loi

Lire la suite de l'article

Daniel Hamiche ouvert à toute discussion avec Dominique Paoli

Capture d’écran 2017-07-04 à 07.04.30Communiqué du 4 juillet 2017

L’annonce, le 1er juillet, de la non reconduction d’Henry de Lesquen à la fonction de président de Radio Courtoisie et l’élection, à cette même fonction et à l’unanimité des membres du conseil d’administration de la radio, de Dominique Paoli nous invitent aux commentaires qui suivent.

  1. La non réélection d’Henry de Lesquen est une décision de sagesse des membres du conseil d’administration, et nous la saluons.
  2. En juin 2016, nous avions invité Henry de Lesquen à démissionner de la présidence et nous avions décidé de suspendre notre collaboration à cette radio tant qu’elle ne serait pas effective.
  3. Henry de Lesquen avait alors choisi de nous exclure – et d’autres avec nous – de la radio : une décision que nous avions immédiatement contestée.
  4. Nous demeurons ouverts à la discussion avec la nouvelle présidente de la radio, afin d’envisager de reprendre éventuellement notre collaboration et nous laissons à Dominique Paoli la décision d’y donner suite, tout en précisant que nous n'accepterions de revenir qu'à la condition que tous les patrons d'émission suspendus se voient également proposer de reprendre leur place à l'antenne.

Daniel Hamiche, patron du Libre Journal de Chrétienté

Guillaume de Thieulloy, suppléant du Libre Journal de Chrétienté

Lire la suite de l'article

Daniel Rabourdin : « Avec la Révolution, on a voulu tuer Dieu »

Daniel Rabourdin vient de produire et réaliser un docu-fiction sur les guerres de Vendée intitulé La Rébellion cachée, film dans lequel il dénonce, à travers la vie de personnages issus du peuple, ce que fut le génocide vendéen. Ce film est aussi pour lui l’occasion de dénoncer ce manque de liberté qui existe en France, où le gouvernement central a, selon lui, pratiquement autorité sur tous les plans, tant matériel que spirituel. Il répond à Charlotte d'Ornellas :


Daniel Rabourdin : "Avec la Révolution, on a… par bvoltaire

Lire la suite de l'article

Daniel Hamiche chassé de Radio courtoisie

Communiqué de Daniel Hamiche :

HPour la première fois depuis plus de 23 ans, je ne dirigerai pas mon émission de ce soir, jeudi 23 juin, sur Radio Courtoisie. Pour une raison morale.

Je ne partage pas, comme chrétien, les extravagances raciales de Henry de Lesquen, actuel président de Radio Courtoisie, qu’il diffuse sur les réseaux sociaux et ailleurs.

Ce que pense ou ce qu’écrit Henry de Lesquen est son affaire et, éventuellement, celle de la Justice. On pourrait m’objecter que ses propos n’ont rien à voir avec Radio Courtoisie. C’est évidemment ce que soutient Henry de Lesquen. C’est évidemment une idée fausse.

Ce que dit ou ce qu’écrit Henry de Lesquen a, bien sûr, à voir avec Radio Courtoisie puisqu’il en est le président. Pour les médias et groupes hostiles à des degrés divers, à cette antenne, Radio Courtoisie = Henry de Lesquen. Et les turpitudes de ce dernier entachent la première. On pourra le contester ou le regretter, mais c’est un fait, et un fait particulièrement têtu…

Cette assimilation est mortelle pour Radio Courtoisie. C’est mon sentiment et celui, désormais, d’un bon nombre de patrons d’émissions et de suppléants de cette radio fondée par Jean Ferré avec le soutien de Serge de Beketch.

J’ai donc signalé à Henry de Lesquen, dès le 10 juin dernier, que ses extravagances m’imposaient le devoir moral de suspendre, à titre conservatoire, ma collaboration à la radio. Il en a inféré que j’étais “démissionnaire” et m’a donc chassé de Radio Courtoisie. D’autres l’ont

Lire la suite de l'article