Archives par étiquette : Damas

Les ultimes combats de Daech dans la banlieue de Damas

D'Antoine de Lacoste sur Boulevard Voltaire :

1200px-Battle_of_Damascus_map.svg"Les médias européens en parlent peu, et pourtant…

Après les combats de la Ghouta contre Al-Nosra et Jaych al-Islam, ponctués par la provocation de l’attaque chimique qui a valu à la Syrie le grotesque bombardement du trio Trump-Macron-May, l’armée syrienne a achevé son dernier combat pour libérer Damas et sa banlieue.

Car au sud de la capitale, à dix kilomètres à peine, Daech tenait son dernier bastion urbain : le camp palestinien de Yarmouk et ses quartiers alentour, notamment la ville d’Hajar Asswad. Au moins 2.000 combattants et leurs familles, qui avaient progressivement reconquis cette zone au détriment des autres groupes islamistes, impitoyablement éliminés, administraient cette zone.

Les Palestiniens, présents dans ce camp depuis 1948 et leur expulsion de Palestine par les Israéliens, se sont divisés sur cette affaire : une partie a rejoint les islamistes, l’autre a combattu aux côtés de l’armée syrienne.

Celle-ci a lancé l’offensive il y a un mois, aidée de l’aviation russe. Le Hezbollah libanais et les Iraniens ont semblé absents des combats qui, au sol, se sont donc passés essentiellement entre Syriens. En effet, pour une fois, les combattants de Daech comptaient peu de volontaires étrangers. Les combats ont été meurtriers : plusieurs centaines de morts de chaque côté. Les hommes de Daech ont vendu chèrement leur peau et l’on sait bien que ce sont de redoutables combattants. Leurs snipers, en particulier, ont été très efficaces. Mais l’armée syrienne a pu mettre en ligne de nombreux soldats, libres maintenant de

Lire la suite de l'article

Livraisons de S300 russes à Damas ou la subtile diplomatie de Poutine

Analyse d'Antoine de Lacoste, publiée sur Boulevard Voltaire :

S-300_Russie_600_400La Russie a annoncé il y a quelques jours la livraison de missiles sol-air S300 à l’armée syrienne. Au premier abord cette nouvelle est logique : face à la dernière agression américano-franco- anglaise contre la Syrie, le Kremlin décide de renforcer la défense aérienne de son allié afin de décourager toute nouvelle tentation belliqueuse.

La défense anti-aérienne de la Syrie n’est certes pas catastrophique comme l’a prouvé la destruction en vol de plus de 70 des missiles américains lancés vers Damas et Homs. De plus, chacun a encore en mémoire la destruction d’un F16 israélien en février dernier à la suite d’un énième raid en Syrie de l’aviation de l’Etat hébreu. C’était la première fois depuis trente ans qu’Israël perdait un avion.

Depuis, celle-ci ne s’y est d’ailleurs plus risquée et la dernière attaque contre une base syrienne s’est faite depuis le Liban, l’aviation israélienne se gardant bien de s’aventurer à nouveau dans le ciel syrien. On notera à ce propos que ces violations répétées de l’espace aérien de ses voisins par Israël n’émeuvent pas beaucoup les pays occidentaux : il semble aujourd’hui acquis qu’Israël se situe au-dessus du droit international…

La livraison de ces S300 est en fait une vieille histoire. Voilà plusieurs années que Damas les espère et qu’Israël les redoute. C’est d’ailleurs à la demande de l’Etat hébreu que Poutine a accepté à plusieurs reprises d’en différer la livraison. La diplomatie de Poutine est très différente de celle du monde

Lire la suite de l'article

Charles Sannat : Macronléon 1er aura-t-il le cran de ne pas bombarder Damas ?

Encore une excellente tribune de Charles Sannat, dont nous avions reproduit l'hommage au Colonel Beltrame. C'est assez court et le meilleur, selon nous, est à la fin, allez voir !

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

N’imaginez pas un seul instant que j’aille me livrer à une attaque en règle de notre Président (béni soit son saint nom), je suis téméraire mais pas totalement inconscient !!!

Macronléon 1er est beaucoup plus fort que moi. Tenez, par exemple moi, je ne dispose ni de Mirage, ni de Rafale, ni de missiles super puissants pour bombarder la Syrie.

Je ne me lancerai pas non plus dans de doctes analyses sur la possibilité ou l’impossibilité d’attaques chimiques perpétrées par le régime syrien, bien que de vous à moi, faire cela alors que Bachar a le soutien des Russes et qu’il a militairement gagné relèverait de la plus grande crétinerie stratégique, mais que voulez-vous, n’est pas Macronléon 1er qui veut !

Les Russes ont clairement dit qu’ils viseraient les points de lancement des missiles tirés sur la Syrie !

Ambiance… Je dis cela, je ne dis rien ! Je dis juste à notre Macronléon 1er national qu’il est fort sympathique avec son idée de rentrer en guerre contre Poutine et la Syrie, mais déjà qu’il nous faut 2 500 gendarmes mobiles et plusieurs jours de guérilla campagnarde pour déloger moins de 100 zadistes certes, motivés, mais pas non plus surarmés, il ne faut pas trop pécher par orgueil et croire que nos petits

Lire la suite de l'article

Damas : Mgr Nassar a échappé providentiellement à un attentat

Message de Mgr Samir Nassar, Archevêque Maronite de Damas :

Unknown-16"Merci chers amis de votre proximité amicale et spirituelle qui compte beaucoup en ces jours où le monde nous oublie.

Un obus fut tombé sur mon lit lundi 8 Janvier 2018.

À 13h20 au moment de m'apprêter à prendre une petite sieste… quelques secondes au lavabo m'ont sauvé la vie… le lit est criblé d'éclats d'obus.

La Providence veille sur son petit serviteur…

Je suis maintenant exilé comme 12 millions de réfugiés syriens qui n'ont plus rien.

Les dégâts sont importants: les portes de la cathédrale et 43 fenêtres et portes sont à remplacer, des trous à boucher, les citernes de fuel et d'eau à réparer, le réseau électrqiue à refaire, une voiture endommagée.

La violence est seul maitre… les innocents sont sacrifiés tous les jours.

Les prêtres gardent le moral. Ils ont pleuré de joie en me voyant sortir vivant de la fumée et des décombres. Merci Seigneur pour ce nouveau recommencement. Ma vie vous appartient.

En union de prière devant Notre Dame de la Paix."

Lire la suite de l'article

Sans la Russie, Damas serait tombée en septembre 2015 aux mains des djihadistes

De Renaud Girard dans le Figaro :

"A l’ordre du jour du Conseil européen qui se tiendra les 20 et 21 octobre 2016, figure un « débat d’orientation sur les relations avec la Russie ». Angela Merkel a déjà préconisé, par voie de presse, le durcissement des sanctions de l’Union européenne à l’égard de la Russie. Faut-il que la France suive l’Allemagne sur cette ligne ou plutôt qu’elle invente une politique différente ?

Les manœuvres de l’opération Spring Storm de l’OTAN, qui déployèrent, en mai 2016, quelque 6000 soldats à la frontière nord de l’UE avec la Russie, avaient leur raison d’être : il s’agissait de rassurer les trois pays baltes sur la solidité de l’alliance stratégique qui nous unit à eux depuis 2004. Quand, dans les airs ou sur les mers qui entourent le continent européen, les forces russes se montrent, il faut aller à leur rencontre, avec un sourire poli, mais ferme.

En revanche, la politique européenne de sanctions anti-Moscou est contre-productive. On n’infléchit pas la politique d’une nation aussi résiliente et orgueilleuse que la Russie par des embargos. Les sanctions commerciales européennes ont pénalisé nos propres producteurs industriels et agricoles. Elles ont envenimé nos relations avec la Russie, sans faire fléchir le Kremlin le moins du monde sur le dossier ukrainien.

Ces relations n’ont jamais été aussi mauvaises depuis la chute de l’URSS en 1991 et les médias russes parlent de la possibilité d’une troisième guerre mondiale, où la Russie serait l’agressée. Moscou a

Lire la suite de l'article

Le Patriarche de l’Église syriaque orthodoxe basée à Damas met en garde l’Europe

Mgr Ignace Ephrem II déclare à l'AED :

Unknown« Il devrait y avoir un moyen de filtrer ceux qui viennent en Europe, pour éviter ceux qui ont embrassé  l’idéologie extrémiste ». « Je ne sais pas comment il faudrait procéder, mais cela est nécessaire et devrait être fait sans violer les droits de ceux qui sont pacifiques et respectueux des lois ». « Nous vivons avec des musulmans et nous les respectons, mais ce que nous avons vu au cours des dernières années est une autre forme d’islam qui considère comme des « kaffirs [infidèles] » non seulement les non-musulmans, mais aussi les musulmans qui ne sont pas d’accord avec eux sur l’interprétation de l’islam.

Ce que nous craignons aujourd’hui, ce ne sont pas les musulmans modérés, mais certaines expressions de l’islam qui veulent réclamer l’imposition de la charia en Europe ».

« Pouvons-nous attendre des gouvernements européens qu’ils demandent à ces pays musulmans que des églises soient construites ? »

Le Patriarche a ajouté que le déclin massif de la population chrétienne en Turquie – de 3 500 000 à 150 000 au cours du 20ème siècle – risquait de se répéter en Syrie et au Liban :

  • 80% des chrétiens d’Irak ont quitté le pays depuis le renversement du Président Saddam Hussein en 2003.
  • En Syrie, depuis le début de la guerre en 2011, 50% des chrétiens du pays sont des déplacés intérieurs ou vivent comme réfugiés à l’étranger.
  • Au Liban, beaucoup de réfugiés chrétiens sont si pauvres qu’ils n’avaient pas d’autre choix que de quitter la région.

Lire la suite de l'article

Syrie : François Hollande refuse de trouver le chemin de Damas

Les conséquences catastrophiques des éliminations de Khadafi et de Saddam Hussein ne lui auront pas ouvert les yeux. Ce matin, François Hollande a de nouveau déclaré vouloir éliminer Bachar el-Assad :

B"La France travaille pour que des solutions politiques soient trouvées en Syrie. Nous devons parler avec tous les pays qui peuvent favoriser une transition politique. Cette transition est nécessaire. Rien ne doit être fait pour consolider la position de Bachar el-Assad."

"Bachar el-Assad, c'est lui qui est responsable de la situation en Syrie, c'est lui qui a tiré sur son peuple, c'est lui qui a bombardé des civils, c'est lui qui a utilisé des armes chimiques. Depuis trois ans, cette question sur ce qu'il peut faire est posée, nous l'avons toujours dit, le maintien de Bachar el-Assad n'est pas possible. C'est la position que nous voulons faire partager avec la Russie et l'Iran. La solution ne passe pas par Bachar el-Assad, à terme il doit partir."

"Quand j'entends certains dire que « c'est le moins pire »… C'est toujours la même histoire avec les dictateurs. Comment voulez-vous qu'un Syrien qui a vu sa famille massacrée puisse revenir à la table des négociations avec Bachar el-Assad" .

"La Russie est un allié du régime syrien. Cela ne veut pas dire que la Russie est un allié indéfectible de Bachar el-Assad. La Russie veut elle aussi trouver une solution. Ce qui se produit en Syrie a des conséquences majeures au Liban. Lors de l'Assemblée générale des Nations unies, il y aura une

Lire la suite de l'article

Syrie : François Hollande refuse de trouver le chemin de Damas

Les conséquences catastrophiques des éliminations de Khadafi et de Saddam Hussein ne lui auront pas ouvert les yeux. Ce matin, François Hollande a de nouveau déclaré vouloir éliminer Bachar el-Assad :

B"La France travaille pour que des solutions politiques soient trouvées en Syrie. Nous devons parler avec tous les pays qui peuvent favoriser une transition politique. Cette transition est nécessaire. Rien ne doit être fait pour consolider la position de Bachar el-Assad."

"Bachar el-Assad, c'est lui qui est responsable de la situation en Syrie, c'est lui qui a tiré sur son peuple, c'est lui qui a bombardé des civils, c'est lui qui a utilisé des armes chimiques. Depuis trois ans, cette question sur ce qu'il peut faire est posée, nous l'avons toujours dit, le maintien de Bachar el-Assad n'est pas possible. C'est la position que nous voulons faire partager avec la Russie et l'Iran. La solution ne passe pas par Bachar el-Assad, à terme il doit partir."

"Quand j'entends certains dire que « c'est le moins pire »… C'est toujours la même histoire avec les dictateurs. Comment voulez-vous qu'un Syrien qui a vu sa famille massacrée puisse revenir à la table des négociations avec Bachar el-Assad" .

"La Russie est un allié du régime syrien. Cela ne veut pas dire que la Russie est un allié indéfectible de Bachar el-Assad. La Russie veut elle aussi trouver une solution. Ce qui se produit en Syrie a des conséquences majeures au Liban. Lors de l'Assemblée générale des Nations unies, il y aura une

Lire la suite de l'article

Compte-rendu de Jacques Myard, de retour de Damas

MyardA lire dans les 4 vérités, son entretien avec Bachar al-Assad excepté. Des autres rencontres qu'il a pu faire (ministre des Affaires étrangères, président du Parlement, grand Mufti, patriarches catholique et grec orthodoxe, responsables de la Croix rouge et du Croissant rouge…), le député UMP retient les éléments suivants :

"1) Il n’existe pas à ce stade de possibilités de victoire militaire sur le terrain d’un parti ou de l’autre. Le gouvernement tient une grande partie du pays (60 % ? ) mais il existe toujours des zones d’insécurité y compris dans le voisinage de Damas. Les terroristes syriens seraient entre 50 et 80 000 selon diverses sources.

2) L’ensemble de nos interlocuteurs nous ont clairement indiqué que si la France continue à exiger le départ de Bachar au motif qu’il est infréquentable, la Syrie éclatera car il est le seul à pouvoir maintenir l’unité de l’armée, le Liban sera balayé, le chaos s’installera sur tout le Proche et Moyen Orient.

3) Seul un règlement politique peut ramener la paix. A ce titre, il convient de relever :

  • Que Damas a donné son accord pour un cessez le feu de 5 semaines au représentant de Benkimoun. Stéphane de Mistoura négocie avec 5 groupes d’insurgés à Alep,
  • Qu’il y a eu récemment des négociations directes entre le gouvernement de Damas et des opposants à Moscou,
  • Que le gouvernement a mis en place un comité de conciliation nationale avec des députés Kurdes qui « déclarent leur volonté de rester dans la

Lire la suite de l'article