Archives par étiquette : Daech

Adoption de la Résolution « Poursuivre et punir les crimes contre l’humanité voire l’éventuel génocide commis par Daech ».

L’ECLJ se réjouit du débat qui a eu lieu ce jeudi 12 octobre à l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) à Strasbourg et de l’adoption de la Résolution « Poursuivre et punir les crimes contre l'humanité voire l'éventuel génocide commis par Daech ». Ce vote marque une nouvelle étape dans la lutte contre le terrorisme islamiste. Cette Résolution recommande aux États européens d’entamer des poursuites judiciaires devant les juridictions nationales et internationales à l’encontre des personnes ayant participé aux crimes commis par « Daech » sur les minorités religieuses en Syrie et en Irak.

Précédemment, cette même Assemblée ainsi que le Parlement européen avaient reconnu que les crimes commis contre les minorités religieuses, notamment chrétiennes, en Syrie et en Irak, constituaient un génocide. L’ECLJ avait œuvré en ce sens. L’ECLJ a ainsi adressé le 10 juillet 2017 une lettre d’alerte au Conseiller spécial aux Nations unies pour la prévention du génocide, M. Adama Dieng, concernant la situation en Syrie et en Irak. L’ECLJ encourageait la mise en œuvre de mesures juridiques rapides pour faire cesser les crimes commis par « Daech » dans ces pays.  Dès le 12 septembre 2017, M. Dieng répondait à cette lettre et déclarait :

« Je partage avec [l’ECLJ] la conviction que, étant établi que les actes commis par [« l’État islamique »] sont constitutifs de crimes de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, ils devraient être examinés et poursuivis par les Cours et tribunaux compétents et indépendants.»

Face à l'absence actuelle de mécanisme judiciaire international qui soit en mesure de poursuivre

Lire la suite de l'article

Daech persiste à revendiquer le massacre à Las Vegas

DLZK80KW0AAzzs1On compte 58 morts et 515 blessés par balles. Via son agence de propagande Amaq, l’Etat islamique a revendiqué la tuerie, qui aurait été perpétrée par l’un de ses «soldats».

Le suspect, Stephen Paddock, retraité de 64 ans, habitué des casinos, se serait converti à l’islam il y a 6 mois. Le FBI, lui, n'a pas trouvé de lien entre cet Américain et l'Etat islamique. Ce dernier affirme que le nom de guerre du tireur est "Abou Abd el-Bir al-Amriki" et affirme que l'attentat a été préparé d'avance. Le tireur avait un arsenal impressionnant (47 armes) dans la chambre d'hôtel depuis laquelle il a tiré, au point que l'on se demande comment il a pu monter toutes ces armes. Le tueur avait placé des caméras à l’intérieur et à l’extérieur de sa chambre de l'hôtel Mandalay Bay d’où il a tiré. Est-ce que ces caméras diffusaient un flux vidéo quelque part ?

Le tireur, millionnaire ayant fait fortune dans l'immobilier, a envoyé 100 000 dollars aux Philippines, où l'Etat islamique est effectivement présent. Selon les autorités locales, il a laissé une lettre dont le contenu n'est pas divulgué.  

Ce serait la première fois que l'Etat islamique revendiquerait une attaque qui ne vient pas de lui…

Lire la suite de l'article

Le nouveau chef de Daech serait un franco-tunisien

Unknown-6Selon le site de la chaine saoudienne d’information Al Arabiya, Mohamed Ben Salem al-Ayouni, dit Jalaluddin al-Tunisi – le tunisiendevrait être nommé nouveau calife de l’Etat Islamique. Selon Al Arabiya, il est né en 1982 dans la ville portuaire de Sousse, à l'est de la Tunisie. Adolescent, il a émigré en France, où il obtint, après quelques années, la nationalité française. En 2011, il est rentré au pays suite à la révolution tunisienne puis s'est rendu en Syrie pour participer à la guerre civile. Il a rejoint Daech en 2014, après la mort du commandant de Sariyat al-Ghoraba – le bataillon des étrangers – à qui il succéda. Il devint rapidement une figure importante de l’organisation terroriste et l’un des proches du calife autoproclamé.

Connu pour être un chef de guerre d'une redoutable férocité, Baghdadi le nomma émir de l’Etat Islamique en Libye, après la défaite de l'organisation à Syrte face aux forces libyennes. Jalaluddin al-Tunisi entretiendrait de bonnes relations avec les autres groupes terroristes d’Afrique du Nord et pourrait rapidement y étendre son influence.

Lire la suite de l'article

Tanneguy Roblin : “Il reste encore une présence forte de Daech en Irak et en Syrie”

Tanneguy Roblin, chef de mission en Irak de l'association SOS Chrétiens d'Orient, livre pour Boulevard Voltaire son analyse de la situation après la libération de Mossoul par l'armée irakienne. Il explique quels sont les enjeux de cette bataille qui a été longue : enjeux symbolique, militaire et humain. Il fait le point de ce qu'il reste à reprendre sur le terrain à l'État islamique et décrit les défis colossaux auxquels va être confronté l'Irak : réinstallation des personnes déplacées (estimées à 900.000 rien que pour Mossoul), reconstruction. Mais, aussi, il va falloir éviter qu'un phénomène de communautarisation ne se développe sur les ressentiments, afin d'empêcher la création d'un nouvel État islamique dans le futur.

Lire la suite de l'article

«Daech et la Fondation Clinton financées depuis une même source»

Capture d’écran 2016-11-04 à 22.20.16Dans un entretien accordé à la chaîne russe RT, le lanceur d'alerte Julian Assange se prononce sur les récentes révélations concernant les couriels d'Hillary Clinton et sur le financement sous-terrain du groupe djihadiste Daech.

Dans un email datant de 2014, Hillary Clinton s'adresse à John Podesta, alors conseiller de Barack Obama (à présent le chef de la campagne électorale d'Hillary Clinton, ndlr), et l'appelle à « faire pression » sur le Qatar et l'Arabie saoudite, « qui apportent clandestinement un soutien financier et logistique à Daech et à d'autres groupes sunnites radicaux », rappelle le lancer d'alerte.

Il a également indique que le courriel de la candidate démocrate contenait des informations sur le plus important contrat en matière de vente d'armes conclu par les États-Unis avec l'Arabie saoudite, dont le montant s'élevait selon certaines estimations à 80 milliards de dollars.

Concernant les liens entre la Fondation Clinton et le financement clandestin de l'État islamique, M. Assange affirme que le groupe terroriste a été créé grâce à un versement de fonds provenant des mêmes personnes que celles qui soutient actuellement l'ONG de la candidate démocrate. Auparavant, le site WikiLeaks a publié une partie des courriels confidentiels de John Podesta contenant des citations d'interventions privées d'Hillary Clinton qui ont eu lieu en 2013-2014. Un discours crucial a été prononcé par Clinton lors d'une rencontre avec des banquiers durant laquelle elle a indiqué qu'elle suivait deux lignes politiques, « publique et privée, qui sont totalement différentes ». 

Lire la suite de l'article

Les graves accusations de Moscou contre Washington pour son soutien à Daech

Le torchon brûle encore et toujours : 

"Les frappes de la coalition internationale conduite par les États-Unis contre les troupes régulières syriennes laissent penser que la Maison-Blanche défend les extrémistes de l'organisation terroriste État islamique (Daech), a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

« Nous exigeons de Washington des explications complètes et détaillées. S'agit-il d'un soutien sciemment apporté à Daech ou d'une nouvelle erreur? Le représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu a été chargé de convoquer une réunion spéciale du Conseil de sécurité de l'Onu. Des explications doivent être données devant le Conseil de sécurité », a indiqué Mme Zakharova".

Lire la suite de l'article

Et si Daech était beaucoup plus fort et stratège que ce que racontent les medias et autres spécialistes?

DaechA lire : Daech est en passe de créer les conditions d’une guerre apocalyptique avec l’Occident.

"L'État islamique est peut-être en train de perdre les batailles de Syrie et d’Irak, mais il gagne la guerre partout ailleurs. 

Daech a marqué la fin du mois du Ramadan par une vague d’attaques terroristes: Attentats à Istanbul; à Bagdad; à Dhaka, au Bengladesh; et dans de multiples sites à travers toute l’Arabie saoudite; sur la promenade des Anglais, à Nice. Et ces attentats avaient été précédés par une terrible fusillade à Orlando, en Floride, par un homme qui avait répondu à l’appel de Daech de frapper directement le sol des États-Unis.

Brett McGurk, envoyé spécial des États-Unis, a déclaré que ces attentats récents effectués par l’État Islamique étaient un signe de faiblesse, mus par ses pertes croissantes en Irak et en Syrie. «Daech et ses dirigeants se sont réfugiés dans l’ombre», a-t-il déclaré récemment.

C’est pourtant tout l’inverse qui est en train de se passer. Les attaques de Daech démontrent que malgré ses revers récents, l’organisation demeure forte et capable de mettre en pratique sa stratégie globale visant à saper les États modernes, à étendre le califat et à provoquer une guerre apocalyptique avec l’Occident. Les États-Unis ne parviendront pas à vaincre l’État islamique et à protéger le sol américain s’ils ne reconstruisent pas leur stratégie afin de lutter globalement contre l’État islamique plutôt qu’en se concentrant sur des succès tactiques en Irak et en Syrie.

La stratégie de Daech est à

Lire la suite de l'article

Il a le drapeau de Daech accroché au mur du salon et n’est pas placé en garde à vue

Le 3 août, une perquisition menée sur demande du préfet des Côtes-d'Armor a permis de découvrir un drapeau, identifié par la police comme celui de l'Etat islamique, chez un habitant de Trégueux.

Lors de cette perquisition, la police a également trouvé un pistolet à billes et deux chargeurs. Des téléphones portables retrouvés au même endroit ont révélé des photographies du drapeau de l'Etat islamique. Un profil Facebook ouvert sous un autre nom et "évoquant des actes terroristes" aurait été consulté sur les téléphones saisis.

Le tribunal administratif de Rennes a considéré que "ces éléments sont de nature à établir que le comportement de l'individu est susceptible de constituer une menace pour la sécurité et l'ordre public."

Néanmoins, l'homme n'a pas été placé en garde à vue.

Lire la suite de l'article

Malgré l’horreur, la France doit poursuivre son action contre DAECH

Communiqué de l'Oeuvre d'Orient :

"Après le deuil national faisant suite à l’attentat terroriste commis à Nice le 14 juillet dernier, les attentats qui ont frappé l’Allemagne et aujourd’hui la tuerie de l’église St Etienne du Rouvray, L'Œuvre d'Orient tient à manifester toute sa compassion et sa solidarité avec les familles tellement éprouvées.

Malgré la douleur et l’horreur de ces crimes, il est nécessaire de rappeler que la neutralisation de l’organisation appelée DAECH n’a jamais été aussi urgente.

Nous redisons notre incompréhension que la frontière turco-syrienne ne soit pas réellement fermée.

Nous redisons notre incompréhension que DAECH dispose encore de moyens de communication (réseaux téléphoniques et internet)

Nous redisons notre incompréhension que la plaine de Ninive (Irak), c’est-à-dire la rive gauche du Tigre, ne soit toujours pas libérée poussant les populations chassées – chrétiennes et yézidies – au découragement.

Nous nous inquiétons  que certaines voix commencent à mettre en doute l’intérêt de l’action de la France en Syrie et en Irak. La neutralisation du pseudo Etat- Islamique ne règlerait pas tout mais affaiblirait considérablement la menace terroriste dans notre pays.

Face à cette situation, nous appelons tous les responsables religieux, tous les croyants et non-croyants, à être des agents propagateurs de Paix et d’Unité."

Lire la suite de l'article

Les composants de missiles de Daech venaient de Turquie

De Georges Malbrunot dans Le Figaro :

"Des missiles étaient testés dans un «département recherches et développement», puis produits en série dans des fabriques clandestines, où les artificiers djihadistes confectionnaient de grandes quantités d'explosifs. Les composants venaient de Turquie, révèlent au Figaro les démineurs.

En deux ans et demi de contrôle de Faloudja, Daech a eu le temps de mettre en place une mini-industrie de l'armement, avec des chaînes de production standardisée, une division du travail et même un «département recherches et développement». Les experts de l'ONG Conflict Armament Research (CAR) en ont acquis la certitude. Mandatés par l'Union européenne, ils viennent d'inspecter plusieurs des quatorze ateliers de fabrication d'armes que l'État islamique (EI) avait cachés dans des maisons, situées près des mosquées ou des hôpitaux de Faloudja, ce bastion djihadiste à 50 km à l'ouest de Bagdad"

Lire la suite de l'article