Archives par étiquette : croissance

Le groupe Media Participations en croissance

Lu sur le blog de Denis Sureau :

Unknown-6"Média Participations, quatrième groupe d’édition français, éditeur de l'hebdomadaire Famille chrétienne et du missel de poche Magnificat, de livres religieux (Mame, Edifa, Desclée, Tardy…) ou pratiques (Rustica), numéro un de la bande dessinée en Europe (Dargaud, Dupuis, Lombard…), qui a repris en juin dernier les Éditions Anne Carrière, a engagé des négociations exclusives avec La Martinière, septième groupe français (Seuil, Éditions de La Martinière, Points, Don Quichotte, l'américain Abrams, etc.).

Si elles aboutissent, les deux groupes Média Participations (355 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016 et plus de 1000 salariés), piloté par Vincent Montagne, et La Martinière (206 millions d’euros et 500 salariés), présidé par Hervé de La Martinière, pèseront donc 560 millions d’euros, devenant le troisième éditeur français, derrière Hachette et Editis, et le vingt-sixième mondial."

Lire la suite de l'article

La croissance de l’Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre

Mgr Gilles Wach est le fondateur et le prieur général de l'Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre (ICRSP) société de Vie Apostolique en forme canoniale de Droit Pontifical dont la principale mission est la formation de futurs prêtres en son séminaire de Gricigliano (Italie). Il répond à L'Homme Nouveau. Extrait :

L'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre (ICRSP) que vous dirigez a eu la grâce de plusieurs ordinations cette année encore. Les vocations ne se tarissent donc pas ?

Notre Institut a effectivement depuis plusieurs années la grâce de nombreuses ordinations sacerdotales, 29 depuis 2015 dont 6 cette année. Nos maintenant 106 chanoines exercent leur ministère sur trois continents, dans treize pays. C'est S.E.R. le Cardinal Burke  qui cette année encore nous a fait l'honneur de venir ordonner nos prêtres, tandis que S.Exc.R. Mgr Pozzo, secrétaire de la Commission Pontificale Ecclesia Dei est venu ordonner 13 diacres et sous-diacres pour notre Institut.

Ces vocations viennent du monde entier, en particulier d'Europe et de France. Notre maison de formation, le séminaire international Saint-Philippe-Néri de Gricigliano, situé à côté de Florence en Italie, s'apprête à recevoir en septembre 2017 plus de 20 nouveaux séminaristes en première année de formation. A ceux-là s'ajoutent une quinzaine de jeunes hommes qui vont passer une année de discernement dans nos maisons aux États-Unis, en Angleterre, en Allemagne, en Italie, en France.

Au total, c'est une centaine de vocations que nous accueillons actuellement pour les former au sacerdoce, dont 9 diacres.

Notre Institut compte également des oblats

Lire la suite de l'article

Croissance inquiétante de formes d’intolérance et d’épisode de discriminations vis-à-vis des chrétiens en Europe

Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire du Saint-Siège pour les Rapports avec les États, a tenu le jeudi 30 mars 2017 à l’université catholique du Sacré-Cœur, à Milan, une conférence sur le thème « Le Saint-Siège et la défense du droit à la liberté religieuse, de Pie XI à François ». Le responsable de la diplomatie pontificale a remarqué que 

Gallagher_navi_small« dans la dernière période, à l’échelle mondiale, sans exception pour le continent européen », on voit que « le respect pour la liberté religieuse est souvent compromis, avec une dégradation préoccupante des conditions de cette liberté fondamentale, qui dans différents cas a atteint le niveau d’une persécution ouverte, dans laquelle les chrétiens sont souvent les premières victimes, bien que pas les seules. Les facteurs déterminants de ces situations alarmantes sont certainement liés à la permanence d’États autoritaires et non démocratiques. À cela s’ajoute le constat que aussi dans de nombreux pays à la tradition démocratique ancienne la dimension religieuse tend à être vue avec suspicion, soit à cause des problématiques inhérentes au contexte multiculturel, soit par l’affirmation idéologique d’une vision séculariste, selon laquelle les religions représenteraient une forme de sous-culture, porteuse d’un passé à dépasser. ».

C’est un mérite du christianisme d’avoir 

« contribué à créer, dans la séparation entre ce qui est de César et ce qui est de Dieu, la possibilité de développement d’un État laïc, compris non pas comme un État totalement étranger à la religion, ou pire encore comme un État agnostique, mais comme un État qui, conscient de la

Lire la suite de l'article

La croissance démographique tient en réalité aux progrès qui ont permis le recul de la mortalité et non à une natalité excessive

Le numéro de novembre de La Nef est consacré à la démographie. Loin des prévisions catastrophiques des malthusiens qui nous dirigent, le professeur Dumont explique :

Couverture286"[…] Con­trairement à l’usage fréquent et irrationnel de l’expression « explosion démographique », l’évolution moyenne de la population dans le monde se caractérise, depuis la fin des années 1960, par une continuelle décélération, conforme à la logique de la transition démographique. Celle-ci comprend deux étapes. La première est celle pendant laquelle les progrès économiques, sanitaires, hygiéniques… permettent d’enregistrer une baisse très importante de la mortalité des nouveau-nés, des enfants et des adolescents, et des femmes en couche. La seconde étape est de nature différente. Là, le changement provient de la natalité qui se met à baisser parce que les couples ont réalisé l’amélioration considérable des taux de survie de leurs nouveau-nés, il n’y a donc plus besoin d’autant de naissances pour satisfaire la descendance espérée.

Ce mécanisme de la transition démographique est essentiel car il explique la croissance démographique inédite dans le monde depuis deux siècles. Il dément ainsi une croyance fréquente selon laquelle cette multiplication par six de la population mondiale durant cette période serait due à une tendance des couples à une fécondité débridée. La croissance démographique tient en réalité aux progrès qui ont permis le recul de la mortalité et non à une natalité excessive. En effet, entre 1950 et 2015, la fécondité moyenne dans le monde est passée de 5 enfants par femme à 2,5, soit une baisse de 50 %.

Lire la suite de l'article

Brexit : La croissance britannique se porte bien !

Mais qui en doutait ?

"En dépit des craintes suscitées par le Brexit, depuis le référendum qui a vu les Britanniques opté pour une sortie de l’Union européenne, la croissance de l’économie du Royaume-Uni a résisté et atteint 0,5 % au troisième trimestre, a annoncé jeudi 27 octobre l’Office des statistiques nationales (ONS). Une croissance supérieure au 0,3 % sur lequel tablaient les économistes, d’après un consensus établi par l’agence Bloomberg.

« La perspective de la croissance n’est pour l’instant pas affectée de façon générale par le référendum sur l’Union européenne et une bonne performance des services a permis de compenser un repli des autres secteurs d’activité ».

Cette estimation de l’ONS, la première pour la période estivale, était scrutée par les économistes, qui prédisaient un coup de frein plus net de la croissance en cas de victoire du Brexit. La Banque d’Angleterre (BoE) a même assoupli sa politique monétaire au début du mois d’août pour la première fois depuis plus de sept ans, pour doper l’économie face aux risques de ralentissement. [Source]

"Les consommateurs britanniques ont, eux, continué de dépenser de façon vigoureuse, ne semblant pas inquiétés par certains facteurs, comme une chute de la livre sterling face au dollar et à l’euro. Ces statistiques viennent s’ajouter à une série d’autres indicateurs encourageants. La consommation des ménages a continué comme si rien ne s’était passé, le chômage n’a pas progressé, le secteur de la construction reste solide… La période d’avant le référendum, elle, n’a pas connu

Lire la suite de l'article

Le FMI s’inquiète pour la croissance mondiale… sauf pour le Royaume-Uni

Il faut se remémorer l'hystérie qui a précédé le référendum sur le Brexit. L'ensemble des médias français et européens promettaient l'apocalypse au Royaume-Uni ou au minimum une catastrophe économique et sociale. Voici juste un exemple daté du 26 mai 2016 :

"Le Brexit : un nouveau risque grave pour la croissance du G7 (…)

Une sortie du Royaume-Uni de l’UE renverserait la tendance à une expansion du commerce mondial et de l’investissement, ainsi que des emplois qu’ils créent, et elle serait un nouveau risque grave pour la croissance"

Patatra ! le FMI s'inquiète désormais pour la croissance des pays du G7…sauf pour le Royaume-Uni :

"Le Fonds monétaire international (FMI) ne prévoit toujours qu’une croissance atone pour l’économie mondiale cette année, avant une timide amélioration en 2017. La surprise provient du Royaume-Uni, qui, malgré l’annonce et le choc du Brexit, devrait connaître la plus forte croissance des pays du G7 en 2016 selon le dernier rapport de l’organisme.

Les prédictions du Fonds monétaire international (FMI) sur le possible crash économique du Royaume-Uni après le vote pour la sortie de l’Union européenne auraient-elles été un peu trop pessimistes ? La possibilité est à envisager car selon le dernier rapport des Perspectives économiques mondiales de l’organisme, le pays devrait connaître la croissance la plus importante du G7 (France, États-Unis, Canada, Allemagne, Japon, Italie, Royaume-Uni – la Russie est suspendue depuis 2014 et la crise de Crimée), avec une prévision à 1,8 %. Par comparaison, les États-Unis ne connaîtront « que » 1,6 %

Lire la suite de l'article

L’euro s’est avéré un frein à la croissance et un accélérateur de crise

Mylène Troszczynski, député européen de l'ENL, écrit sur Boulevard Voltaire :

Unknown-8"[…] le FN a organisé un colloque réunissant neuf grands économistes et centré autour de l’euro, le 14 mai dernier.

La mise en place de l’euro, loin d’être la panacée vendue par la propagande, a eu des résultats médiocres. Avant la grande crise de 2008, la zone euro avait la plus faible croissance du monde : de 2000 à 2008, nous avions 1,8 % par an, contre 2,4 % aux États-Unis, 4 % en Amérique latine, 5 % en Afrique et 7 à 9 % en Asie. Depuis la crise, la zone euro est la plus touchée avec les catastrophes grecque, espagnole et irlandaise. L’euro devait être un accélérateur de croissance et un bouclier contre la crise. Dans les faits, l’euro s’est avéré un frein à la croissance et un accélérateur de crise.

L’économiste Charles Gave l’a bien montré, dans son article paru en février 2013 : « Quand les technocrates tuent la croissance ». « De 1975 à 2000, la croissance en Europe, telle que l’on peut la mesurer en utilisant les indices de la production industrielle, était de 2,5 % par an en moyenne. » Tous les pays croissaient à peu près au même rythme. « À partir de 2000, une vraie catastrophe semble avoir frappé les économies du Vieux Continent. La croissance s’arrête net. La moyenne passe à une pente de 0 % par an. »

Et l’Europe se scinde en deux. D’un côté, l’Allemagne et quelques pays du Nord qui continuent leurs croissances et, de l’autre, la France, l’Espagne,

Lire la suite de l'article

Croissance et travaux à Saint Joseph des Lys (Versailles)

SaintJoseph2016Saint Joseph des Lys (38 rue Rémilly à Versailles, près de la Gare Rive Droite) poursuit son développement.

En raison des très nombreuses demandes, Saint Joseph des Lys ouvre une deuxième classe de Grande Section en septembre prochain (il reste de fait encore quelques places : n’hésitez pas à en parler aux parents que vous connaissez). Le Collège de garçons poursuit son développement avec l'ouverture de la classe de 4ème.

Des travaux d'aménagement seront réalisés cet été pour créer de nouvelles classes au primaire, agrandir les classes du collège, refaire le revêtement des cours de récréation, poursuivre les travaux d'entretiens courants…

Vous pouvez soutenir Saint Joseph des Lys en cliquant ici. Un grand merci de votre soutien.

Photo : Bénédiction de la Croix de l’école à l’occasion de la Saint Joseph, le 19 mars 2016

Lire la suite de l'article

Croissance du nombre de catholiques

L'édition 2016 de l'Annuaire Pontifical et celle de l'Annuaire statistique de l'Eglise pour 2014 sont disponibles.

De février à fin décembre dernier, l'Eglise catholique a vu la création de plusieurs circonscriptions ecclésiastiques:

  • 3 nouveaux sièges épiscopaux,
  • 3 éparchies,
  • 2 exarchats apostoliques.
  • En outre, 1 éparchie est devenue métropole, et 1 exarchat est devenu éparchie.

Le nombre des catholiques est passé de 1 115 millions en 2005 à 1 272 millions en 2014, soit de 17,3% à 17,8% de la population mondiale. En 2014, l'augmentation des catholiques était répartie par continent comme suit:

  • Afrique + 41% pour les 23% de la population.
  • Amérique + 11,7% pour les 9,6% de la population.
  • Asie + 20% pour 9,6%.
  • Europe + 2% pour environ 2%.
  • Océanie + 15,9% pour 18,2%.

Les baptisés catholiques se répartissent ainsi:

  • 17% en Afrique,
  • 48% en Amérique,
  • 10,9% en Asie,
  • 22,6% en Europe
  • 0,8% en Océanie.

Le nombre des évêques a augmenté de 8,2% passant de 4.841 à 5.237.

L'accroissement du nombre de prêtres est de 9381 en neuf ans, passant de 406 411 à 415 792. Cependant cette augmentation n'est pas homogène.

  • En Afrique elle est de + 32,6%
  • en Asie de + 27,1%.
  • L'Europe a perdu 8%
  • l'Océanie a perdu 1,7%. 

Les candidats au sacerdoce, diocésains et religieux, sont passés de 114 439 en 2005 à 116 939 en 2014. Le seul accroissement est enregistré en Afrique avec + 3,8%. En Europe la diminution est de 17,5% et en Amérique de 7,9%.

Lire la suite de l'article

Agressions de la saint-Sylvestre : croissance du nombre de plaintes

Pour la ville de Cologne uniquement, 516 plaintes ont été enregistrées par la police de la ville.

133 plaintes ont été déposées pour des agressions, y compris à caractère sexuel, commises le soir du Jour de l'An à Hambourg.

Lire la suite de l'article

L’UE, c’est la prospérité, la croissance, la puissance économique…

En 1992 (avant le traité de Maastricht), la dette de la France représentait 35 % du PIB. Ce qui était déjà conséquent.

23 ans après, grâce à l'Union Européenne sans laquelle, aux dires des européistes, ce serait la catastrophe (l'apocalypse, toussa…), cette dette représente 95 % du PIB et chaque Français "doit" 31 000 euros.

Lire la suite de l'article