Archives par étiquette : critiquer

Dupont-Aignan : “L’enjeu n’est donc pas tant de critiquer Macron que de réussir notre reconstruction”

Extrait de l'interview accordé par Nicolas Dupont-Aignan dans Ouest-France :

Comment voyez-vous l’avenir ?

L’avenir, c’est une grande coalition de la droite. Ni Marine Le Pen, ni Laurent Wauquiez, ni moi, ni personne à droite ne gagnera seul, alors même que nous sommes largement majoritaires dans le pays. Cette coalition n’est pas possible aujourd’hui parce que les appareils partisans, englués dans leurs contradictions et leurs rénovations, veulent garder leur pouvoir et tiennent nos programmes pour incompatibles. Nous sommes pourtant d’accord sur plus de 80 % des points !

Une union entre Front National et Républicains vous paraît vraiment possible ?

Nous sommes divisés parce que nous sommes culpabilisés par une pensée unique et une gauche totalitaire d’esprit. Elle aurait le droit de créer de très larges alliances et pas nous ? J’ai eu le courage de casser cette digue inventée par Mitterrand pour nous empêcher de gouverner. Il faut mettre de côté la question des personnalités, du leader et des appareils politiques vermoulus pour aller à l’essentiel : constituer une alternative à Macron. La droite, divisée, a abandonné l’opposition à un Mélenchon. C’est ça la vie politique française ? Ce n’est pas possible ! Il y a une autre voie, c’est évident, et nos électeurs nous demandent de la prendre.

Comment prétendez-vous rassembler ?

En forgeant un programme plus rassurant que celui du Front et plus audacieux que celui des Républicains. Avec Jean-Frédéric Poisson (le président du Parti Chrétien) nous avons lancé un site participatif, Les Amoureux de la France,

Lire la suite de l'article

Il est interdit de critiquer les institutions chargées de lutter contre la discrimination

Le CSA vient de mettre en demeure RTL suite à la diffusion sur son antenne de propos tenus par Eric Zemmour le 2 février 2017 dans le cadre de sa chronique « On n’est pas forcément d’accord ». 

"Le CSA a été saisi au sujet de la diffusion de propos tenus par M. Eric Zemmour au cours de l’émission RTL Matin du 2 février 2017, dans sa chronique intitulée On n’est pas forcément d’accord.

Après examen de la séquence, le CSA a considéré que la gravité et le caractère provocateur des propos tenus par le chroniqueur, qui constituent un éloge de la discrimination et la critique de toutes les institutions judiciaires qui contribuent à lutter contre celles-ci, alors que ces propos n’ont fait l’objet d’aucune contradiction ni mise en perspective à l’antenne, constituaient un manquement caractérisé aux stipulations de la convention de RTL. Celles-ci précisent en effet que l’éditeur doit en effet veiller à promouvoir les valeurs d’intégration et de solidarité qui sont celles de la République et contribuer aux actions en faveur de la cohésion sociale et à la lutte contre les discriminations.

Le CSA a donc mis en demeure la société CLT-UFA, éditrice du service RTL, de respecter les stipulations de l’article 2-4 de la convention du 2 octobre 2012."

Effet Streisand oblige, voici cette chronique du 2 février :

Lire la suite de l'article

Canada : Si on ne peut plus critiquer l’islam, le coran, les hadiths, cela va devenir compliqué

De Jeanne Smits dans Minute :

"Ils sont 201 députés, les libéraux (gauche), les « néo-démocrates » et l’écologiste, à avoir approuvé la motion qui désigne et condamne expressément l’islamophobie, contre 91 élus de l’opposition du Parti conservateur et du Bloc québécois. Plus des deux tiers des représentants populaires se sont donc retrouvés autour d’un texte qui, sans être contraignant, menace directement la liberté d’expression à propos de l’islam et de ses pratiques en ce qu’il vise l’adoption ultérieure, mais rapide, d’une loi à part entière. La motion, présentée par l’élue « libérale » (née au Pakistan) Iqra Khalid, prie le gouvernement de préparer un texte et de demander au Comité permanent du patrimoine canadien d’entreprendre « des études pour établir une approche pangouvernementale pour la réduction ou l’élimination du racisme et de la discrimination religieuse systémiques, dont l’islamophobie, au Canada ». Il appartient également au gouvernement de « condamner l’islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination religieuse systémiques ». L’islam est présenté comme la principale victime d’un « racisme » antireligieux qui pourtant, au Canada, est institutionnel en ce qui concerne les chrétiens. Cela fait belle lurette que les chrétiens qui s’opposent à l’avortement, à l’éducation sexuelle obligatoire dans les écoles ou à la mise en place de l’idéologie du genre se heurtent à la persécution laïciste.

Un tragique attentat a facilité l’adoption de la motion : la fusillade contre la grande mosquée de Québec le 29 janvier, qui a fait six morts et

Lire la suite de l'article

A-t-on le droit de critiquer l’islam ?

Eclj logo 2Un communiqué de Grégor Puppinck, directeur de l'ECLJ, sur la condamnation en Autriche d'une conférencière ayant osé parler de pédophilie au sujet de Mahomet :

"La Cour européenne des droits de l’homme est appelée à se prononcer sur l’étendue du droit de critiquer l’islam à l’occasion de la condamnation pour blasphème d’une conférencière ayant mis en cause les mœurs de Mahomet.

La conférencière qui saisit la Cour de Strasbourg a été reconnue coupable d’avoir publiquement « dénigré une personne qui est un objet de vénération », à savoir « Mahomet », le prophète de l’islam, d’une manière « susceptible de susciter une indignation justifiée », en violation de l’article 188 du Code pénal autrichien.

Les propos litigieux ont été tenus durant un cycle de conférences intitulé « Connaissances de base sur l’Islam » à l’Institut d’éducation du Parti autrichien de la liberté (FPÖ) devant une trentaine de participants.

Il est reproché en substance à la conférencière d’avoir dit que Mahomet avait des tendances pédophiles (il « aimait le faire avec des enfants ») car il s’est marié avec une fille de six ans (Aïcha) et a consommé ce mariage lorsqu’elle n’avait que neuf ans. La conférencière notait que cela posait problème dans la mesure où « le plus haut commandement pour un homme musulman est d’imiter Mahomet », ajoutant plus généralement que « les musulmans entrent en conflit avec la démocratie et notre système de valeurs ».

Suite à une plainte de journalistes, la conférencière fut condamnée à payer 480 euros ou

Lire la suite de l'article

Au FN, critiquer la ligne du parti est impardonnable

ImagesL'Opinion consacre un article à Jean-Lin Lacapelle, chargé de faire le ménage dans les fédérations du FN. Il a déjà changé de nombreux secrétaires départementaux. Ses critères de changement sont :

  1. Ceux qui ont démissionné.
  2. Ceux qui « n’avaient pas le niveau ».
  3. Ceux qui étaient là depuis trop longtemps

Et puis il y en a un autre, dont s'est rendue coupable Barbara Mazières, ex-secrétaire départementale dans le Maine-et-Loire, virée pour « Double indiscipline » :

"elle avait critiqué Florian Philippot sur le site Internet du Salon beige (blog des catholiques d’extrême droite [sic]), et retweeté un appel à défiler le 1er mai avec Jean-Marie Le Pen. Impardonnable."

Un piège dans lequel Marion Maréchal Le Pen ne souhaite pas tomber, ainsi que le déclare Bruno Larebière à Atlantico :

"[…] Puisque vous me demandez son état d’esprit, je dirais qu’elle est résignée. Résignée à ce que la ligne du parti, telle qu’elle est fixée aujourd’hui, s’impose jusqu’à la présidentielle, quand bien même considère-t-elle que c’est une erreur, tant sur le plan économique que sur le plan politique.

Tout ceux qui parient sur un « conflit ouvert » entre la présidente du Front national et l’élue du Vaucluse avant la présidentielle de 2017 s’illusionnent. A moins d’un an du scrutin, Marion Maréchal-Le Pen ne fera rien qui pourrait nuire à la candidature de Marine Le Pen ou même qui pourrait être perçu comme étant susceptible de lui nuire. Elle est et elle sera un « bon petit soldat ». Elle lui a seulement fait comprendre qu’elle

Lire la suite de l'article

A Tours, il est interdit de critiquer le centre LGBT

Même si ce centre est favorable à la GPA, comme l'exprime cet extrait d'une assemblée générale :

« Nous avons gagné de nombreux combats mais il y en a encore de nombreux autres à mener : la PMA, la gestation pour autrui, le droit des transgenres, les droits des travailleurs du sexe, etc. Dans ces combats, certains de nos partenaires ne seront pas d'accord. C'est pour cela que nous devons les mener unis. »

La conseillère municipale Cécile Chevillard, proche de La Manif Pour Tous, s'est exprimée lundi lors du conseil municipal de Tours, au détour d'une délibération destinée à voter des subventions pour 65 associations dont 600€ pour le Centre LGBT de Touraine afin de mener des actions de prévention contre le suicide.

"dans ce contexte particulier et tragique j'ai une pensée pour toutes les victimes de cet acte barbare à Orlando. Pour cette raison uniquement je voterai cette subvention. La barbarie et le terrorisme ne doivent pas paralyser toute réflexion, ce serait donner raison à la violence et l'intolérance."

Concernant le Centre LGBT elle le qualifie :

"une association qui est plus qu'un lobby politique défendant des postures politiciennes comme on l'a vu récemment."

Elle ajoute que ce soutien municipal pour la prévention anti-suicide serait plus justifié ailleurs en citant une liste d'autres structures : CHU, SOS Amitié, La Maison des Adolescents… Pour  la socialiste Cécile Jonathan, "C'est scandaleux que le maire la laisse déblatérer des contre-vérités". Sic.

Lire la suite de l'article

Il faut abolir les lois antiracistes pour pouvoir critiquer l’islam

Sobhy Gress, président de l’association Solidarité Copte-Europe, organisait samedi dernier, en partenariat avec l’AED, SOS Chrétiens d’Orient et Valeurs actuelles, un colloque sur le thème « SOS, Orient-Occident, Libertés en péril ». Il a été interrogé par Louis Lorphelin dans Présent. Extrait :

"Comment voyez-vous l’évolution de la France à court et moyen termes, due notamment à l’invasion migratoire de population majoritairement musulmane ?

A moins que les Français ne réagissent en 2017 en ne votant ni gauche, ni Républicains, ils seront soumis et dominés par le politiquement correct. S’ils font le bon choix en 2017, il subsiste encore un espoir de redresser la France. Pour cela, les Français doivent changer leur façon de comprendre la politique. Ils doivent exiger de leurs dirigeants l’usage du référendum pour tout ce qui touche la nation, l’identité, les traditions chrétiennes. Il faut abolir les lois antiracistes pour rétablir la liberté d’expression et pouvoir critiquer l’islam. Il faut concevoir des enfants, aussi. Enfin, une arme très efficace contre l’islam, c’est l’affirmation de sa foi chrétienne et de son identité française dans la société, coûte que coûte. C’est en consentant au martyre que nous, chrétiens d’Orient, avons pu survivre à quatorze siècles d’islamisation. […]"

Lire la suite de l'article

“On m’a répondu qu’il ne fallait pas critiquer les autorités françaises”

De passage à Paris à l’occasion de la Nuit des Témoins organisée par l’Aide à l’Église en Détresse, Mgr Jeanbart, archevêque d’Alep, a parlé aux journalistes de la situa­tion en Syrie, mais également du silence coupable en Occident. Extraits par Christianophobie hebdo :

Unknown-10"Trouvez-vous que cette guerre est mal traitée par la presse occidentale ?

C’est peu de le dire ! Les médias occidentaux n’ont cessé d’étouffer le quotidien des Syriens qui souffrent. Vous reprenez des informa- tions sans jamais les vérifier ; vous vous êtes contentés d’une source unique et partiale, l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme.

Partiale ?

Cet observatoire est détenu par l’opposition armée; ce n’est un secret pour personne. Nous sommes sur le terrain et je peux vous affirmer que les informations sont parfois fausses et, en tout cas, triées attentivement.

Vous soutenez le régime de Bachar el Assad ?

C’est bien trop dire! La question ne se pose pas en ces termes. Il est évident que certaines choses n’allaient pas en Syrie, il est normal aussi que les citoyens réclament moins de corruption, plus de sécurité etc. Mais il y avait aussi de très bonnes choses en Syrie, que vous ne relevez jamais; c’est juste malhonnête. C’est parce que nous ne voulons pas de la loi islamique, que nous refusons une loi anti-blasphème, que nous soutenons aujourd’hui ceux qui luttent contre l’État islamique. Ce n’est pas un choix politique, c’est une question de survie.

Avez-vous tenté de dire cela aux autorités françaises ?

Oui, j’ai

Lire la suite de l'article

Ulster : interdiction de critiquer l’islam ?

Lu sur l'Observatoire de la christianophobie :

"Si quelqu’un écrit « La religion chrétienne est toujours l’opium du peuple », ou encore « Le christianisme est une religion violente : voyez les croisades, les guerres de religion, l’Inquisition… etc. », cela nous mettra de mauvaise humeur, certes, mais aucun chrétien normalement intelligent ne s’avisera de faire un procès à l’auteur de telles assertions. Si d’aventure il s’y risquait, il n’est pas besoin d’être prophète pour gager qu’il serait débouté de sa plainte et même condamné aux dépens.

Toutefois, quand il s’agit que la religion musulmane, la chanson que chantent les juges est sur un tout autre air… Le pasteur James McConnell, prêcheur évangélique en Ulster (Irlande du Nord) vient de le comprendre à ses… dépends. Pour avoir osé proférer, dans un prêche de mai 2014 prononcé au Whitewell Metropolitan Tabernacle, que « l’islam est païen, l’islam est satanique » : il a été traîné devant les tribunaux le 14 décembre ! Pour le procureur, cette affaire « n’a rien à voir avec la religion ou la liberté d’expression » et le pasteur McConnell est coupable de stigmatiser « les disciples d’une religion en son entier et de manière stéréotypée ». Attendons la sentence…"

Lire la suite de l'article

La justice interdit de critiquer l’homosexualisme

Christine Boutin a été condamnée à 5 000 euros pour «provocation à la haine ou à la violence» contre les homosexuels, après ces propos tenus en 2014 :

«Je n'ai jamais condamné un homosexuel. L'homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n'est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné».

Est-il toujours permis de citer le n°2357 du Catéchisme ?

"L’homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle, exclusive ou prédominante, envers des personnes du même sexe. Elle revêt des formes très variables à travers les siècles et les cultures. Sa genèse psychique reste largement inexpliquée. S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves (cf. Gn 19, 1-29 ; Rm 1, 24-27 ; 1 Co 6, 10 ; 1 Tm 1, 10), la Tradition a toujours déclaré que " les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés " (CDF, décl. " Persona humana " 8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas."

Christine Boutin fait appel.

Lire la suite de l'article

Interdit de critiquer l’immigration : Éric Zemmour condamné

Lu dans Valeurs Actuelles :

"« Je pense que nous nous dirigeons vers le chaos. Cette situation de peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile » avait déclaré Éric Zemmour dans le quotidien italien le Corriere Della Sera, en octobre 2014.

Le polémiste avait ajouté que les musulmans «ont leur code civil, c'est le Coran», qu'ils «vivent entre eux, dans les banlieues (et que)  les Français ont été obligés de s'en aller».

Des propos qui lui ont valu d’être condamné, ce jeudi, pour « provocation à la haine envers les musulmans ». Il devra s’acquitter d’une amende de 3 000 euros."

Lire la suite de l'article