Archives par étiquette : constituent

Une « guerre religieuse mondiale » se met en place et les chrétiens en constituent l’une des cibles

Ancien gouverneur du Kansas (2011-2018), Sam Brownback, homme politique chevronné converti du christianisme évangélique au catholicisme en 2002, a été choisi par Donald Trump, le 26 juillet 2017, pour les fonctions d’ambassadeur extraordinaire des États-Unis pour la liberté religieuse, choix ratifié par le Sénat en janvier 2018, et il a prêté serment le 1er février suivant. Il a participé, le 10 mai dernier, à un sommet qui s’est tenu à Washington D.C. sur la persécution mondiale des chrétiens et la manière de la contrer. Breitbart en a rendu compte le jour même dans un article. En voici l’essentiel, par Christianophobie Hebdo :

Unknown-24"Sam Brownback, le nouvel ambassadeur extraordinaire pour la liberté religieuse internationale, a rejoint des responsables religieux, des militants, des experts et des laïcs lors d’un sommet qui s’est tenu sur la colline du Capitole le jeudi [10 mai], destiné à exhorter les chrétiens des États-Unis à cesser d’ignorer la situation désespérée de leurs coreligionnaires brutalement persécutés à l’étranger. Brownback a déclaré qu’une « guerre religieuse mondiale » se mettait en place et que les chrétiens en constituaient l’une des cibles.

L’Institute on Religion and Democracy (IRD) accueillait, ce jeudi, une conférence intitulée : « Sommet sur la persécution mondiale des chrétiens : pourquoi les chrétiens se fichent-ils des chrétiens ? »Lors de ce sommet, les intervenants ont appelé les chrétiens d’Occident à s’occuper de leurs frères et de leurs sœurs persécutés, en faisant valoir que, jusqu’à présent, les chrétiens américains avaient oublié les disciples du Christ

Lire la suite de l'article

Les opinions exprimées par le public venant participer aux états généraux de la bioéthique constituent une « douche froide »

pour le lobby LGBT :

Unknown-30"La Manif pour tous s’apprête à publier, lundi 19 mars, un premier « bilan à mi-parcours » des débats qui ont lieu depuis deux mois dans toute la France. Le rapport établi par l’organisation, dont des membres ont assisté à tous les débats sur la PMA, estime que pour l’instant, une réunion sur deux a été consacrée à la PMA entre janvier et début mars. L’association déplore en particulier le trop grand nombre de médecins parmi les intervenants, au détriment selon elle d’autres profils comme les philosophes ou des spécialistes de bioéthique.

La Manif pour tous constate une forte assistance mais déplore qu’il soit parfois difficile de s’inscrire, dans des salles trop petites. Mais sur le fond, elle se félicite surtout de l’intervention de participants attachés « aux droits des enfants d’avoir un père et une mère ».

« Ces soirées montrent que l’opposition à la PMA sans père et à la GPA est réelle, souligne la présidente de la Manif pour Tous, Ludovine de la Rochère. Dans ces conditions, je ne vois pas comment Emmanuel Macron, qui s’est toujours montré très attaché à la cohésion de la société, pourrait passer en force. »

À travers cet « observatoire », la Manif pour tous veut surtout accentuer la pression sur le gouvernement, en insistant sur la volonté du chef de l’État de ne pas provoquer de nouvelles fractures dans la société."

Lire la suite de l'article

Guyane : face au désordre des habitants se constituent en milice

Lu dans Présent à propos des troubles en Guyane :

Unknown-23"[…] la Guyane est le département français le plus victime de l’immigration-invasion. Originaires du Suriname, du Guyana, du Brésil et même d’Haïti, les clandestins, attirés par les pompes aspirantes de l’immigration, y débarquent chaque année par dizaines de milliers. Au point que, en novembre dernier, le préfet a dû suspendre l’enregistrement des demandes d’asile. Un afflux massif qui vient encore aggraver un chômage catastrophique, mais surtout la criminalité. Ici, en effet, on n’enregistre pas moins d’un homicide par semaine (49 sur les douze derniers mois), près de 200 viols en un an, 428 vols à main armée en 2016. Le taux de criminalité y était en 2014 de 90 pour mille habitants, alors qu’il est de 56 pour mille en France métropolitaine. Une criminalité dans laquelle les clandestins jouent un rôle majeur, puisque ceux-ci représentent 50 % des détenus en Guyane.

C’est contre cette grave dérive et à la suite du meurtre d’un habitant d’un quartier populaire en février dernier que plusieurs dizaines de personnes ont décidé de former ce collectif des « 500 frères ». Mais, avec eux, pas de niaiseries du genre de celles auxquelles nous assistons depuis des années dans nos banlieues ethniques. Encagoulés, vêtus de noir et plutôt costauds, ils n’hésitent pas à faire le coup de poing dans les rues de Cayenne et multiplient les coups d’éclats pour demander l’éradication des squats, le maintien d’un escadron de gendarmes mobiles affecté en renfort ou encore le renvoi dans leur pays des détenus étrangers pour

Lire la suite de l'article

Les foules de migrants constituent bien une menace

De Marc Fromager, directeur de l'AED, dans La Nef :

Unknown-50"[…] Qu’on le veuille ou non, les foules de migrants, concentrées en Turquie et en Afrique du Nord, constituent bien une menace. Que fait-on pour gérer cette situation ? Nos brillantes interventions en Syrie et en Libye ont considérablement aggravé le risque auquel nous sommes exposés. On pourrait presque finir par se demander si nous n’avons pas fait exprès… Le suicide démographique de l’Europe nous oblige (croit-on, parce que sinon, on pourrait aussi encourager la vitalité endogène) à lancer des rapts à grande échelle de population périphérique, mais sans réfléchir aux conséquences en termes de tensions culturelles et religieuses, à moins que là aussi, ce ne soit fait exprès.

Si jamais tous ces arguments ne suffisaient pas, il resterait simplement à se promener dans nos rues où le déploiement massif de l’armée demeure assez parlant, sauf à considérer qu’ils sont là pour rien, ce qui serait pour le coup encore plus inquiétant que le danger qu’ils sont censés contenir. Leur présence est venue répondre non pas à des menaces, mais à des attaques bien réelles sous forme d’attentats. Nous sommes en guerre contre le terrorisme, ce qui prouve bien au passage que nous sommes en guerre.

Un jour, il faudra bien nommer l’ennemi, l’islam radical, et cesser de simplement faire croire qu’il s’agit de Daesh. À Nice, l’assassin n’avait rien à voir avec le Proche-Orient. Nous avons donc parmi nous des personnes qui pourront basculer à tout moment, comme le montre encore

Lire la suite de l'article

Les églises constituent un bien commun de la nation

Dans Christianophobie hebdo, Charles Beigbeder répond à ceux, y compris chrétiens, qui ont critiqué l'appel de Denis Tillinac pour sauver les églises de France :

Index"[…] Ma réflexion est, au contraire, à mille lieues de toute logique communautariste. C’est parce que les églises constituent un bien commun de la nation, accessible à tous, que je considère qu’il faut les préserver de la disparition ou d’une affectation à un autre culte. Barrès évoquait déjà “la grande pitié des églises de France”. Avant lui, Viollet-le-Duc, tout anticlérical qu’il fût, ne s’en est pas moins investi avec talent et énergie en faveur de leur restauration. Après lui, Malraux a protégé nombre d’entre elles d’une destruction imminente. Aucun des trois n’était pourtant un pilier de sacristie, mais ils avaient conscience de la place du christianisme dans l’identité nationale.

Quant à évoquer une logique victimaire, c’est se méprendre sur le sens de cet appel. Nous voulions rappeler que les églises ne sont pas des lieux interchangeables. Une église, ce ne sont pas que des murs ; ce sont des cérémonies avec un culte bien spécifique pour lequel le bâtiment a été construit. Que feraient les musulmans des vitraux figuratifs, eux qui interdisent la représentation du visage humain ? Faudrait-il enlever les crucifix et les statues des saints ? Il serait très maladroit de laisser croire qu’une culture vivante (l’islam) pourrait prospérer sur les ruines d’une culture prétendument déclinante (le catholicisme). Ce serait une symbolique parfaitement choquante pour nos concitoyens et peu propice à

Lire la suite de l'article

Pour Ségolène Royal, deux explosions criminelles ne constituent pas un attentat terroriste

A propos des explosions sur le site pétrochimique de Berre-l'Etang, en réponse à la question "Est-ce que la thèse d'un attentat terroriste est totalement exclue ?", Ségolène Royal répond ce matin sur BFMTV :

"Ce n'est pas la piste qui est privilégiée aujourd'hui"

Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur, a pourtant déclaré hier devant l'Assemblée nationale :

"Les premiers éléments qui sont communiqués montrent qu'il s'agit effectivement d'un acte criminel dont la motivation n'est pas établie"

Allô, Manuel Valls ! On cherche un premier ministre pour coordonner les déclarations des ministres…

Commentaires (8)

Décidemment, elle n’en rate pas une !

Je cite : « Pour Ségolène Royal, la piste terroriste contre la raffinerie de Berre-l'Etang n'est pas "la piste privilégiée". Les enquêteurs s'orientent actuellement vers un acte criminel qui serait à l'origine de l'incendie des cuves du site pétrochimique de LyondellBasell. »

Un acte terroriste ne serait donc pas un « acte criminel » ? C’est idiot !

—————————
Ségolène Royal: "l'attentat terroriste n'est pas la piste privilégiée" dans l'incendie de Berre-l'Etang
16/07/2015 à 09h02

http://www.bfmtv.com/politique/segolene-royal-l-attentat-terroriste-n-est-pas-la-piste-privilegiee-dans-l-incendie-de-berre-l-etang-901950.html
—————————

Rédigé par : Meltoisan | 16 juil 2015 12:58:37
____________________________________

C'est ce qu'on appelle le déni de réalité.

Rédigé par : ml | 16 juil 2015 13:13:16
____________________________________

Bande de trouillards qui n'osent même pas penser qu'il pourrait s'agir là d'un acte terroriste.

Rédigé par : San Juan | 16 juil 2015 13:18:00
____________________________________

le socialisme est une maladie psychiatrique qui entraine un déni formel pathologique pour tout acte qui ne rentre

Lire la suite de l'article

Les Français noirs ne constituent pas un groupe de personnes

selon la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris. Ah non, en fait il s'agit des Français blancs :

"La XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris, d'une manière mirobolante, vient de débouter l'AGRIF de ses poursuites contre les auteurs et chanteurs de « Nique la France ». 

Voici pourquoi l'AGRIF interjette appel immédiatement et sans la moindre hésitation.

Il faut rappeler que les auteurs de « Nique la France » opposaient « petits gaulois de souche » et les « petits culs tout blancs présents à l'Assemblée Nationale » aux « arabes, noirs et musulmans ». L'AGRIF releve d'emblée l'escroquerie du procédé dialectique qui consiste à amalgamer ces trois catégories : comme si tous les arabes et les noirs étaient musulmans, et comme si tous les musulmans étaient anti-français !

Au mépris de la loi ainsi que de tout élémentaire principe de bon sens, le tribunal vient de juger que le blanc n'est pas susceptible de définition et que la « blancheur » ne reposait « sur aucun critère scientifique », « variant de ce fait selon les époques, les cultures et les classifications administratives propres à chaque pays (sic.) ».

On est sans voix devant pareille allégation !

Quand Christiane Taubira est visée par certaines caricatures, les tribunaux ne se posent nullement la question de l'existence de la race noire ! Il faut noter également qu'avec une telle non-définition, un métis qui serait odieusement traité de « sale nègre » ne serait plus protégeable faute d'appartenance

Lire la suite de l'article

Toutes formes de gestation pour autrui constituent une atteinte grave à la dignité humaine

Communiqué de la Commission des épiscopats de la communauté européenne :

"La gestation pour autrui est un sujet de préoccupation croissant dans le débat politique et juridique à travers toute l’Union européenne. Dans ce contexte, le Groupe de travail de la COMECE sur l’éthique dans la recherche et les soins de santé a publié un “Avis sur la gestation pour autrui: la question de sa régulation au niveau européen et international” qui est présenté ce lundi 23 février au Parlement européen lors d’un conférence sous le patronage de l’eurodéputé Miroslav Mikolasik.

L’avis explique pourquoi toutes formes de gestation pour autrui constituent une atteinte grave à la dignité humaine de ceux qui sont impliqués dans cet échange ; en particulier le fait  que cette pratique instrumentalise la mère porteuse (souvent piégée dans la pauvreté et trafiquée sans scrupules) et traite l’enfant comme un objet. C’est pourquoi on ne peut en aucune circonstance consentir à une telle pratique. Tout en prenant en considération les compétences de l’Union européenne en la matière, l’avis recommande, comme une première étape envisageable, d’évaluer la faisabilité du refus de transcrire les certificats de naissance établis dans les pays de naissance. Cela permettrait de juguler une pratique qui, comme l’avis le démontre dans une argumentation en 3 étapes, va à l’encontre des valeurs fondamentales auxquelles adhère l’Union européenne."

Lire l'avis : format pdf, 22 pages.

Lire la suite de l'article