Archives par étiquette : Conception

30 novembre – 8 décembre : grande neuvaine de l’Immaculée conception

0Questions à Don Guillaume Chevallier, prêtre, aumônier du Chapelet des enfants :

Pouvez-vous nous présenter l'initiative du Chapelet des enfants ?

Le Chapelet des enfants a commencé dans un petit village de la Somme au début du siècle dernier : chaque jour, une jeune fille, Geneviève de Lalain-Chomel réunissait des enfants à la sortie de l'école pour réciter à l'église une dizaine de chapelet. Puis, peu à peu, les enfants récitèrent une autre dizaine le soir en famille. Les familles qui se mirent à prier se convertirent les unes après les autres et transformèrent la paroisse. Dès 1927, le R.P. Voinot, rédemptoriste, travailla à étendre à la France entière la dizaine quotidienne du Chapelet des enfants.

En 1936, Geneviève de Lalain Chomel décide d'honorer particulièrement la Vierge Marie dans son Immaculée Conception en créant, pour la première fois en France une neuvaine préparatoire à la fête de l'Immaculée Conception, le 8 décembre. Elle reçoit très vite la bénédiction des évêques de France puis des papes successifs depuis PIE XI.

Chaque année, l’association du Chapelet des enfants édite une image et une prière pour la neuvaine de l’Immaculée Conception, tenant compte des orientations données par le Saint Père à l’Eglise. Editée aujourd’hui en 400 000 exemplaires, elle est priée dans tout le monde francophone.

Quel lien particulier voyez-vous entre la France et l'Immaculée Conception ?

La France est une terre, une nation, bénie par la Vierge, et qui le lui a rendu au cours des âges à travers ses saints, ses missionnaires, ses

Lire la suite de l'article

Etats-Unis : le ministère de la santé reconnaît que la vie commence à la conception

Lu sur Gènéthique :

"Le ministère de la santé américain, dans sa proposition de plan stratégique pour  2018-2022, « reconnait que la vie commence à la conception ». Le plan stratégique actuel, rédigé sous l’administration Obama, parle d’accomplir sa mission « à travers des programmes et des initiatives couvrant un large éventail d’activités, servant les américains à toutes les étapes de la vie ». Dans le prochain plan, les termes « dès la conception » ont été  ajoutés à la fin de cette phrase. Il rappelle aussi que « l’objectif ultime est d’améliorer les résultats des soins de santé pour toutes les personnes, y compris les enfants à naitre ». De plus, l’expression « mort naturelle » en référence à la fin de vie a été ajoutée dans le nouveau plan, « suggérant que la fin de vie ne devrait pas être accélérée par l’intervention humaine ». Le projet de document est ouvert aux commentaires du public jusqu'au 27 octobre. S'il est approuvé, il remplacera le plan quinquennal précédent de l'administration Obama.

Des personnalités « prolife » ont rejoint le ministère de la santé depuis l’élection de Donald Trump : Teresa Manning, secrétaire adjointe aux affaires de la population, supervisant le financement fédéral des programmes de planification familiale, Charmaine Yoest, ancienne présidente d’Americans United for Life, secrétaire adjointe aux affaires publiques, et Matthew Bowman, avocat qui a travaillé pour Alliance Defending Freedom."

l'Amérique en marche vers l'abolition de l'avortement.

Lire la suite de l'article

L’égalité de tous les êtres humains nécessite de protéger l’embryon dès la conception

One of Us réagit au « ainsi nommé mouvement féministe “Avortement, les femmes décident !“ pour le droit à l’avortement », et affirme que « l’égalité de tous les êtres humains nécessite de protéger dès la conception » l’embryon, « l’un de nous ». La Fédération déclare que

« l'avortement n'est pas un problème exclusif de défense de la vie ou de l'avortement d'une femme », mais un sujet qui fait « appel à tous ». Elle dénonce un « processus social et culturel qui a généré une série de phénomènes dans lesquels il semble que le seul critère qui compte est la suprématie d'une mentalité caractérisée par le mépris de la dignité de la personne ».

Carlo Casini, Président émérite de One of Us, s’interroge :

« Le principe de l'égalité dans la dignité s'applique-t-il à toutes les personnes, y compris les plus pauvres, les petits et les faibles, ou ne se réfère-t-il pas à certaines catégories d'êtres humains ? ».

Ce principe de l’égalité devrait être mis en lien avec le principe de précaution « appliqué sans discussion sur les problèmes écologiques » et Carlo Casini souhaiterait qu’il soit appliqué dans les « discussions sur la vie humaine ».

Jaime Mayor Oreja, Président de One of Us affirme qu’il est « impossible de construire une société sur ce faux droit ».  

Lire la suite de l'article

Législatives – Elisabeth Baston (FN) : “Je suis attachée au respect de la vie de la conception à la mort naturelle”

Elisabeth Baston, candidate FN dans la 11ème circonscription de Paris, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature pour la 11ème circonscription de Paris. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

Capture d’écran 2017-06-07 à 19.18.27En fait, je suis engagée en politique depuis longtemps, à l’Action Française depuis mes 20 ans puis au Front National (j’ai déjà été quatre fois candidate, dont deux fois au législatives à Paris qui est pour nous, difficile). La raison d’être de cet engagement politique est la défense de la France et des Français, et celle de notre civilisation française et chrétienne. Ce qui est en jeu, plus que jamais, avec le nouveau pouvoir, c’est la résistance aux très réelles menaces de dilution de notre nation, par le haut avec la globalisation et par le bas avec l’immigration incontrôlée et continue, ouvertement prônée par l’actuel président qui a déclaré, comme candidat, que l’arrivée en masse des migrants était une « opportunité » économique.

Dilution de notre nation également par la dénatalité qui est le fruit des attaques incessantes, pas seulement politiques, contre la famille et la vie. La famille, cellule de base de la société, est irremplaçable en tout ce qu’elle peut apporter à ses membres et nous sommes déterminés à revenir sur les lois récentes contraires aux droits légitimes des familles (allocations familiales, quotient familial, congé parental …). Déterminés aussi à revenir sur la dénaturation du mariage, à abroger la loi Taubira. Tout cela était dans les engagements présidentiels de Marine Le Pen et pour ma part, j’ai participé

Lire la suite de l'article

Le macronisme est une conception postpolitique du monde

Mathieu Bock-Côté analyse la victoire d'Emmanuel Macron dans le Figarovox. Extrait :

C_QR80KXoAAbohs"[…] Emmanuel Macron est parvenu à concrétiser un vieux fantasme politique qui habite une bonne partie des élites françaises depuis quelques décennies: celui de la création du grand parti du «cercle la raison» qui serait presque le parti unique des élites qui se veulent éclairées – ne resteraient plus dans les marges que des oppositions radicales, idéologiquement fanatisées et socialement rétrogrades. Ce parti, c'est celui de la mondialisation heureuse, de l'Europe postnationale et de l'idéologie diversitaire, même si naturellement, diverses sensibilités s'y expriment et cohabitent. Ne faisons pas l'erreur d'y voir un néocentrisme: sur les questions identitaires et sociétales, le progressisme macronien ne s'annonce pas modéré. Il n'est pas animé par un principe de prudence. On peut s'attendre à un grand enthousiasme du nouveau pouvoir dans la promotion d'une forme de multiculturalisme à la française, dans lequel on ne verra pas un calque toutefois du multiculturalisme à la canadienne à la Justin Trudeau.

Parti unique: la formule est peut-être trop forte, me direz-vous. Voyons plus en profondeur. Quand on croit qu'il n'y a finalement qu'une seule politique possible, aux finalités indéniables, on relativise l'importance du débat politique. On bascule alors dans le domaine de la gestion et on veut surtout rassembler des administrateurs efficaces. Cette étrange aspiration n'est-elle pas celle d'une dissolution de la politique et des antagonismes philosophiques qui traditionnellement, s'y exprimaient? Le macronisme, pour ce qu'on en sait pour l'instant, est une conception postpolitique du monde.

Lire la suite de l'article

Des programmes officiels du ministère à l’enseignement en passant par la conception des manuels

Professeur d’histoire-géographie au lycée Stanislas de Paris, Vincent Badré présente son ouvrage “L’histoire politisée : réformes et conséquences”. Il y affirme notamment que les élèves sont sous l’influence d’une idéologie contestable, celle du ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Vincent Badré dénonce également l’abandon de la chronologie et du Roman National dans les manuels d’histoire. L’enseignement de la géographie et de l’éducation civique n’est pas non plus épargné. Il évoquera aussi l’application concrète de la théorie du genre dans les cours et la progression de l’Islam dans les programmes.

Lire la suite de l'article

Pour une refonte totale de notre conception viciée de la laïcité à la française

Pour le député Jean-Frédéric Poisson est une "bonne mauvaise nouvelle" :

Unknown-25"Bonne, parce qu'interdire le port d’un vêtement reste une fausse solution. Comme cela se vérifie, les extrêmes de tout acabit profitent de ces interdits pour chercher à outrance la provocation en bravant toujours plus l'interdiction. Le port d'un vêtement devient alors un acte de provocation militante et non le prolongement d'une foi dans le respect de soi et des autres. Effet inverse recherché…

Et puis, quelle serait la limite de ce type d'interdiction ? Interdiction aussi dans l'espace public du col romains des prêtres, du voile des religieuses, comme certains cherchent à vouloir l'imposer ? Et alors, la kipa juive, le turban hindou, la coiffure à dreadlocks rastafari…? Et puis, au-delà des signes vestimentaires, faudra-t-il cacher les tatouages représentant Bouddha, les pendentifs shintoïstes, et quoi encore… Tout cela n’est que folie.

La décision du Conseil est donc sage et responsable. Mais la nouvelle reste « mauvaise » car elle est de circonstance et donc insuffisante. Pour ne pas être un coup d'épée dans l'eau, elle mériterait d'être prolongée (au-delà des responsabilités du Conseil d’Etat) d'une refonte totale de notre conception viciée de la laïcité à la française, érigeant le nihilisme comme religion d'Etat. La nature ayant horreur du vide, les radicalismes s'y engouffrent.

Les Français ne doivent pas se laisser déstabiliser par un vêtement quelle qu’en soit la connotation politique. Pour faire face à ces agressions culturelles, la France doit retrouver ce qui est son âme et son histoire, et le réaffirmer

Lire la suite de l'article