Archives par étiquette : Conception

Législatives – Elisabeth Baston (FN) : “Je suis attachée au respect de la vie de la conception à la mort naturelle”

Elisabeth Baston, candidate FN dans la 11ème circonscription de Paris, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature pour la 11ème circonscription de Paris. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

Capture d’écran 2017-06-07 à 19.18.27En fait, je suis engagée en politique depuis longtemps, à l’Action Française depuis mes 20 ans puis au Front National (j’ai déjà été quatre fois candidate, dont deux fois au législatives à Paris qui est pour nous, difficile). La raison d’être de cet engagement politique est la défense de la France et des Français, et celle de notre civilisation française et chrétienne. Ce qui est en jeu, plus que jamais, avec le nouveau pouvoir, c’est la résistance aux très réelles menaces de dilution de notre nation, par le haut avec la globalisation et par le bas avec l’immigration incontrôlée et continue, ouvertement prônée par l’actuel président qui a déclaré, comme candidat, que l’arrivée en masse des migrants était une « opportunité » économique.

Dilution de notre nation également par la dénatalité qui est le fruit des attaques incessantes, pas seulement politiques, contre la famille et la vie. La famille, cellule de base de la société, est irremplaçable en tout ce qu’elle peut apporter à ses membres et nous sommes déterminés à revenir sur les lois récentes contraires aux droits légitimes des familles (allocations familiales, quotient familial, congé parental …). Déterminés aussi à revenir sur la dénaturation du mariage, à abroger la loi Taubira. Tout cela était dans les engagements présidentiels de Marine Le Pen et pour ma part, j’ai participé

Lire la suite de l'article

Le macronisme est une conception postpolitique du monde

Mathieu Bock-Côté analyse la victoire d'Emmanuel Macron dans le Figarovox. Extrait :

C_QR80KXoAAbohs"[…] Emmanuel Macron est parvenu à concrétiser un vieux fantasme politique qui habite une bonne partie des élites françaises depuis quelques décennies: celui de la création du grand parti du «cercle la raison» qui serait presque le parti unique des élites qui se veulent éclairées – ne resteraient plus dans les marges que des oppositions radicales, idéologiquement fanatisées et socialement rétrogrades. Ce parti, c'est celui de la mondialisation heureuse, de l'Europe postnationale et de l'idéologie diversitaire, même si naturellement, diverses sensibilités s'y expriment et cohabitent. Ne faisons pas l'erreur d'y voir un néocentrisme: sur les questions identitaires et sociétales, le progressisme macronien ne s'annonce pas modéré. Il n'est pas animé par un principe de prudence. On peut s'attendre à un grand enthousiasme du nouveau pouvoir dans la promotion d'une forme de multiculturalisme à la française, dans lequel on ne verra pas un calque toutefois du multiculturalisme à la canadienne à la Justin Trudeau.

Parti unique: la formule est peut-être trop forte, me direz-vous. Voyons plus en profondeur. Quand on croit qu'il n'y a finalement qu'une seule politique possible, aux finalités indéniables, on relativise l'importance du débat politique. On bascule alors dans le domaine de la gestion et on veut surtout rassembler des administrateurs efficaces. Cette étrange aspiration n'est-elle pas celle d'une dissolution de la politique et des antagonismes philosophiques qui traditionnellement, s'y exprimaient? Le macronisme, pour ce qu'on en sait pour l'instant, est une conception postpolitique du monde.

Lire la suite de l'article

Des programmes officiels du ministère à l’enseignement en passant par la conception des manuels

Professeur d’histoire-géographie au lycée Stanislas de Paris, Vincent Badré présente son ouvrage “L’histoire politisée : réformes et conséquences”. Il y affirme notamment que les élèves sont sous l’influence d’une idéologie contestable, celle du ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Vincent Badré dénonce également l’abandon de la chronologie et du Roman National dans les manuels d’histoire. L’enseignement de la géographie et de l’éducation civique n’est pas non plus épargné. Il évoquera aussi l’application concrète de la théorie du genre dans les cours et la progression de l’Islam dans les programmes.

Lire la suite de l'article

Pour une refonte totale de notre conception viciée de la laïcité à la française

Pour le député Jean-Frédéric Poisson est une "bonne mauvaise nouvelle" :

Unknown-25"Bonne, parce qu'interdire le port d’un vêtement reste une fausse solution. Comme cela se vérifie, les extrêmes de tout acabit profitent de ces interdits pour chercher à outrance la provocation en bravant toujours plus l'interdiction. Le port d'un vêtement devient alors un acte de provocation militante et non le prolongement d'une foi dans le respect de soi et des autres. Effet inverse recherché…

Et puis, quelle serait la limite de ce type d'interdiction ? Interdiction aussi dans l'espace public du col romains des prêtres, du voile des religieuses, comme certains cherchent à vouloir l'imposer ? Et alors, la kipa juive, le turban hindou, la coiffure à dreadlocks rastafari…? Et puis, au-delà des signes vestimentaires, faudra-t-il cacher les tatouages représentant Bouddha, les pendentifs shintoïstes, et quoi encore… Tout cela n’est que folie.

La décision du Conseil est donc sage et responsable. Mais la nouvelle reste « mauvaise » car elle est de circonstance et donc insuffisante. Pour ne pas être un coup d'épée dans l'eau, elle mériterait d'être prolongée (au-delà des responsabilités du Conseil d’Etat) d'une refonte totale de notre conception viciée de la laïcité à la française, érigeant le nihilisme comme religion d'Etat. La nature ayant horreur du vide, les radicalismes s'y engouffrent.

Les Français ne doivent pas se laisser déstabiliser par un vêtement quelle qu’en soit la connotation politique. Pour faire face à ces agressions culturelles, la France doit retrouver ce qui est son âme et son histoire, et le réaffirmer

Lire la suite de l'article

La vie doit toujours être accueillie et protégée de la conception à la mort naturelle

Extrait du discours du pape au corps diplomatique polonais :

"[…] À la lumière de son histoire millénaire, j’invite la Nation polonaise à regarder avec espérance l’avenir et les problèmes qu’elle doit affronter. Une telle attitude favorise un climat de respect entre toutes les composantes de la société et une confrontation constructive entre les différentes positions ; en outre, elle crée les meilleures conditions pour une croissance civile, économique et même démographique, alimentant la confiance d’offrir une vie bonne à ses propres enfants. En effet, ils ne devront pas seulement affronter des problèmes mais ils jouiront des beautés de la création, du bien qu’ils sauront accomplir et diffuser, de l’espérance que nous saurons leur donner. Les mêmes politiques sociales en faveur de la famille, cellule première et fondamentale de la société, pour venir en aide aux plus faibles et aux plus pauvres et les soutenir dans l’accueil responsable de la vie, seront de cette façon encore plus efficaces. La vie doit toujours être accueillie et protégée – les deux choses ensemble : accueillie et protégée – de la conception à la mort naturelle, et tous nous sommes appelés à la respecter et à en prendre soin. D’autre part, il revient à l’État, à l’Église et à la société d’accompagner et d’aider concrètement quiconque se trouve en situation de graves difficultés, afin qu’un enfant ne soit jamais perçu comme un poids mais comme un don, et que les personnes les plus fragiles et pauvres ne soient pas abandonnées. […]"

Lire la suite de l'article

La censure : curieuse conception de la liberté d’expression

L'abbé Guillaume de Tanoüarn n'est pas rancunier : après avoir été censuré dans son propre Libre Journal, il apporte tout son soutien à la radio, au nom de la liberté d'expression (et de la censure des patrons d'émission ?) :

"Depuis un mois, Radio Courtoisie est la cible d’attaques de plus en plus violentes, dont le mobile apparent tient à certaines déclarations faites, à titre personnel, par son président Henry de Lesquen. Autant, les désaccords et les débats sont compréhensibles, entre personnes réellement libres, il faut s’y attendre. Autant leur mise en scène sur la place publique est difficilement acceptable quand elle nuit au bon fonctionnement de la radio et met en cause ses principes mêmes.

En effet, ce qui caractérise Radio Courtoisie, c’est la liberté d’expression et de pensée dans le respect des personnes et de leur dignité. Les responsables d’émission bénéficient d'une authentique liberté dans le choix de leurs invités et aussi dans leurs propos. Le corollaire de cette liberté, c’est la responsabilité des patrons d’émission, qui sont engagés par le contenu des émissions qu’ils dirigent.

Nous, patrons d'émission, tenons à souligner notre gratitude vis-à-vis de ceux qui, depuis plusieurs années à la tête de notre radio, ont pu faire en sorte que le risque permanent qu’il y a dans la liberté de pensée ne dégénère jamais en propos inadmissibles ou dégradants. Nous réaffirmons ici notre attachement à cette liberté qui nous a été donnée de mener nos émissions tout en ayant conscience des responsabilités qui

Lire la suite de l'article

Aujourd’hui nous célébrons la Conception et la Mort de Notre Seigneur Jésus Christ

Annonciation et Rédemption le 25 mars 2016

La sainte Tunique d'Argenteuil et le Cœur Immaculé de Marie

 

L'Annonciation :

A Nazareth, par son Fiat, Le Cœur Immaculé de Marie permettait la préparation du salut pour l'humanité.

La Rédemption :

Au Golgotha, s'unissant à son divin Fils souffrant et revêtu de cette Tunique, tissée avec amour, le Cœur Immaculé de Marie participait à la possibilité de salut pour la multitude des hommes.

La Dévotion au Cœur Immaculé de Marie :

A Fatima, Notre Dame annonçait que cette dévotion était voulue par Dieu, qu'Il voulait l'établir dans le monde, et Notre Dame avait précisé : ''A qui embrassera cette dévotion je promets le salut ''

(Informez- vous sur cette dévotion : allez sur le site du Cœur Immaculé de Marie)

            www.fatima100.fr

Lire la suite de l'article

Location d’utérus, vente d’enfants, conception de triplés, avortement : le monde de demain est déjà là

Une mère porteuse américaine, enceinte de triplés, a entamé des poursuites contre le père biologique afin d'obtenir le droit de garder l'un des bébés. En effet, l'acheteur (33000$ plus 6000$ par enfant) lui a demandé d'avorter de l'un des bébés.

La mère porteuse n'a aucun lien génétique avec les triplés, issus de la fécondation d'ovules d'une donneuse par les spermatozoïdes du futur père. Mais elle explique :

"La mère s'attache aux enfants qu'elle porte pendant neuf mois (…) qu'elle soit ou non liée génétiquement aux enfants. Le processus d'attachement est à la fois psychologique et physique. Il ne peut être (…) diminué par l'existence d'un contrat écrit de gestation par autrui (GPA)."

Une clause du contrat de vente précise que le père peut demander l'avortement de l'un des bébés en cas de grossesse multiple. La mère porteuse, qui avait accepté cette possibilité, a finalement refusé d'avorter :

"Ce sont des êtres humains, je me suis attachée à ces enfants".

Lire la suite de l'article