Archives par étiquette : Comte

Décès du fils aîné du Comte de Paris

FLe Comte de Paris a annoncé le décès, à l'âge de 56 ans, de son fils aîné François.

Né le 7 février 1961, le frère de Marie, Blanche, Jean et Eudes est mort dans la nuit du 30 au 31 décembre. Atteint de toxoplasmose pendant la grossesse de sa mère, François d'Orléans était handicapé mentalement, comme sa soeur Blanche.

Comme tous les membres de la famille d'Orléans, il aura pour dernière demeure la chapelle royale, à Dreux.

RIP

Lire la suite de l'article

Le Comte de Saillans, 1er combattant de la contre-révolution

Edouard Ferrand vient de publier un ouvrage sur le comte de Saillans, premier combattant de la révolution française. François-Louis, comte de Saillans (1741-1792) est le chaînon manquant des historiens de la période. Son action aurait pu en effet changer le cours de l'Histoire de France. Son épopée du Midi de la France fut le premier soulèvement contre-révolutionnaire. Elle a joué en contrecoup un rôle décisif dans la mise en accusation de Louis XVI et son exécution.

"Cet officier émigré prit la tête du troisième camp de Jalès en juillet 1792, avec la volonté de soulever le Midi royaliste et catholique, de remonter sur Paris en passant par Lyon pour rétablir l'autorité du roi. Dans le même temps l'armée des Princes envahirait l'Est de la France", nous explique Jean Tulard.

Cet ouvrage est le résultat de quarante années de recherches dans les Archives nationales, départementales et dans d'importantes sources privées. De précieux documents inédits et de nouveaux éclairages sur le procès de Louis XVI apportent une lecture neuve sur les derniers temps de la Monarchie.

Lire la suite de l'article

2 juin : conférence à Marcigny (71) sur le Comte de Précy

Louis-François Perrin Comte de Précy, Général français (1742-1820). Aristocrate de petite noblesse brionnaise, il choisit le métier des armes. Royaliste convaincu, défenseur de Louis XVI aux Tuileries en août 1791, il prend la tête de l'armée d'insurrection de Lyon en 1793; et échappe aux massacres après la défaite. Sous la Restauration, il revient à Marcigny où il meurt en 1820. Un an plus tard il est inhumé à Lyon dans un mausolée à la gloire des défenseurs de Lyon.

Affiche 02- 06-17-01

Lire la suite de l'article