Archives par étiquette : complet

Guide complet des principaux pèlerinages catholiques en France

Pelerinages-de-franceGuy Barrey, diplômé de l’IEP de Paris et d’études supérieures de droit public, a été magistrat de chambre régionale des comptes, inspecteur général du tourisme, et inspecteur général à l’administration du développement durable, de 2009 à 2016. Directeur du site internet http://pelerinagesdefrance.fr et délégué pour l'Eure-et-Loir de l'association Lourdes cancer Espérance, il vient de publier Pèlerinages de France, guide complet des principaux pèlerinages catholiques en France. Chaque pèlerinage mentionné comporte un résumé historique et des données touchant à sa dimension spirituelle.

L’histoire des pèlerinages de France est indissociable de l’histoire du peuple français, des grands moments de l’histoire de France, des rois qui ont fait la France et de la République qui a suivi, indissociable de la construction même de notre pays. Les pèlerinages de France montrent combien le christianisme a façonné les territoires qui composent notre pays, entretenu la foi et imprégné les mentalités. Ils illustrent combien le catholicisme est consubstantiellement lié à la France. Ils manifestent combien la France ne serait pas la France sans le catholicisme. Ils expriment combien la France, constellée de lieux de pèlerinages dédiés à la Vierge Marie, est bien « le Royaume de Marie », combien le Sacré-Cœur de Jésus y est partout chez lui, rayonnant depuis ses messages de Paray-le-Monial.

Tous ces pèlerinages, des plus grands aux plus humbles, sont également indissociables d’un patrimoine religieux exceptionnel, qu’il importe d’entretenir et de préserver. Ce patrimoine religieux catholique explique pour partie que la France soit et demeure depuis de longues années la première destination touristique au

Lire la suite de l'article

Si Sens Commun ne comprend pas que tout est affaire de rapports de force en politique, l’échec sera complet

Lu dans Présent :

"Ils sont les seuls à avoir tenu dans la tempête, à rester contre vents et marées aux côtés de François Fillon, le candidat qu’ils avaient contribué à faire élire lors de la primaire de la droite et du centre. Mais la loyauté n’est décidément pas une qualité que l’on récompense en politique…

Depuis deux jours et au terme d’une campagne volée aux électeurs soucieux de discuter de l’état de la France, Sens Commun anime tous les débats médiatiques, et toujours pour le pire.

Alain Juppé a annoncé qu’il serait dans l’opposition si François Fillon gouvernait avec Sens Commun, parce que le candidat a eu le malheur d’affirmer qu’il « pourrait » prendre des membres de Sens Commun dans son gouvernement. Rien n’était pourtant fait avec une promesse pareille et le renversement idéologique complet peu probable… Mais le courageux Sarthois s’est pourtant empressé de rappeler mercredi après-midi qu’il n’avait « pas la même sensibilité » que le mouvement. Beau retour d’ascenseur dans l’adversité.

Il est quand même exceptionnel que les dizaines de circonscriptions accordées à l’UDI au lendemain de sa trahison n’aient choqué personne et qu’une éventuelle place accordée à un mouvement issu d’un phénomène incontournable et massif de la droite française contemporaine fasse couler tant d’encre, jusque parmi les cadres même des Républicains… Avec des amis pareils, l’électeur conservateur a de quoi s’inquiéter.

Mais cela montre autre chose : quel que soit le degré de respectabilité que l’on cherchera à incarner, la diabolisation sera toujours la

Lire la suite de l'article

Theresa May annonce que le Royaume-Uni ne tentera pas de rester dans le marché commun. Brexit complet

Theresa May fait taire les débats sur le type de relation que la Grande-Bretagne ambitionne de conserver avec l'Union européenne après sa sortie. Il ne s'agira «pas d'une appartenance partielle, associée ou quoi que ce soit qui nous laisse un pied dedans, un pied dehors». Il s'agit bien d'un «hard Brexit», un Brexit dur.

«Nous recherchons un partenariat nouveau d'égalité entre une Grande-Bretagne mondiale, indépendante, autonome et nos amis et alliés de l'UE». «Nous ne souhaitons pas adopter un modèle déjà existant pour d'autres pays». «Nous ne cherchons pas à conserver certains éléments de notre appartenance en partant.»

Donc pas de solution intermédiaire, à la norvégienne ou à la suisse.

Devant un parterre d'ambassadeurs de pays de l'Union européenne, Theresa May doit énumérer ses douze priorités et principes pour le Brexit. 

Lire la suite de l'article

Vers “le travail de sabordage complet de l’éducation nationale, de la famille et de la morale de bon sens”

Communiqué de l'Agrif en réaction à la nomination de Najat Vallaud-Belkacem :

"L’AGRIF prend acte du dernier remaniement ministériel, et fait part de sa profonde inquiétude suite au maintient de Christiane Taubira au ministère de la justice et à propos de la nomination de Najat Vallaud-Belkacem à la tête du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. 

Najat Vallaud-Belkacem bien connue pour être une petite papesse de la théorie du genre, abreuvée de l’idéologie ultra-féministe américaine et qui fait largement la promotion de l’avortement, va poursuivre et empirer le travail de sabordage complet de l’éducation nationale, de la famille et de la morale de bon sens. Avec elle, c’est la continuation au racisme anti-humain, à la haine des valeurs chrétiennes et aux dépenses publiques massives pour mettre en œuvre cette idéologie nihiliste. Puisqu’elle est à la tête de l’enseignement supérieur et de la recherche, c’est l’Université française toute entière qui va pâtir de cette idéologie, et qui va endoctriner des générations de jeunes étudiants. Pis encore, puisqu’elle est à la tête de l’éducation nationale, ce sont les enfants qui vont faire les frais de cette propagande d’état. 

Avec ce remaniement, François Hollande et Manuel Valls entretiennent consciemment un climat anxiogène et nauséabond, jouent sur la peur, la haine et profitent de la crise économique pour déconstruire les derniers repères moraux, et ce dès le plus jeune âge. 

Évidemment, vu la côte de popularité des socialistes, et vu les réactions qu’ont suscité ce remaniement, les

Lire la suite de l'article