Archives par étiquette : communiste

Lénine : « Un bon communiste est un bon tchékiste ».

Une-1651(1)Stéphane Courtois a été longuement interrogé dans L'Homme Nouveau sur Lénine et la révolution bolchévique. Extrait :

"[…] Tous ces révolutionnaires russes connaissent la Révolution française par cœur et s’identifient personnellement à tel ou tel de ses personnages. Lénine reprend directement ce que j’appelle les éléments proto-totalitaire de la Révolution française, dont la Terreur et la dictature. Il fait même référence très clairement à l’écrasement de la Vendée. Dès 1905, il y consacre une page entière, absolument hallucinante. C’est la préfiguration pure et simple de ce qui va se passer.

L’organisation de la guerre civile va permettre d’exterminer les gens, avec notamment cet outil qu’est la Tcheka. Celle-ci contient un aspect totalement nouveau. Auparavant, il existait déjà des polices politiques, à l’instar de l’Okhrana, sous le tsar. Mais il s’agissait d’une police de surveillance et d’infiltration des groupes révolutionnaires dont les membres arrêtés étaient déférés à la justice. En revanche, la Tcheka est autorisée à torturer et tuer en toute illégalité et impunité tous les opposants du régime. Dzerjinski le dit très clairement : « Le meilleur moyen de faire taire un homme, c’est de lui mettre une balle dans la tête ». Dans quel autre régime a-t-on entendu ce type de phrase?

La Tcheka se conduit de manière tellement violente, abominable que certains membres de la direction bolchevique s’en inquiètent. Lénine réagit en affirmant : « Un bon communiste est un bon tchékiste ».

Lire la suite de l'article

Le système communiste enserre toujours dans son carcan près du tiers de la population de l’humanité

Bernard Antony publie un nouveau livre, intitulé « Le Communisme, 1917-2017 ». Il est interrogé sur Riposte laïque. Extrait :

Melenchon-staline2"« C’est parce que, depuis plus de trente ans, le bolchevisme a proclamé que tous les moyens sont bons pour réussir ; c’est parce que la répétition constante du mensonge finit par donner une apparence de réalité aux faits les plus inexacts que le bolchevisme moderne est la plus gigantesque entreprise de dépravation de l’homme qui ait jamais existé ». C’est un extrait du discours prononcé le 16 novembre 1948 à l’Assemblée Nationale par le ministre de l’Intérieur Jules Moch. Un grand homme à qui la France doit beaucoup. En parlant ainsi du communisme, cet homme, juif, socialiste, franc-maçon, héros de la guerre de 14, grand résistant et père d’un enfant résistant tué par les nazis, n’était pourtant pas suspect de vouloir banaliser le nazisme !

Mais ayant voyagé en URSS, il avait tout compris. Compris non seulement que Staline et Hitler, selon l’expression du grand historien Pierre Chaunu, étaient « des jumeaux hétérozygotes » mais que le premier des deux, sorti du ventre atroce du léninisme, avait largement participé au développement du second en lui fournissant les deux piliers du système de déshumanisation communiste : la Tchéka et le Goulag.

Tchéka : modèle de la SS et de la Gestapo.

Goulag : modèle du système concentrationnaire nazi.

Quoique ni socialiste ni maçon, j’admire ce Jules Moch qui sut briser les grèves insurrectionnelles du PC et de la CGT sans état d’âme, ayant bien pesé ce

Lire la suite de l'article

Le groupe communiste inquiet pour sa survie au Parlement

Lors des journées parlementaires du Parti communiste et du Parti de gauche dans une ancienne mine de Wallers-Arenberg (Nord), la question d’un rassemblement à la gauche du gouvernement était une nouvelle fois au cœur des débats. Le Premier secrétaire du Parti communiste, Pierre Laurent, n’est toujours pas décidé à se ranger derrière Jean-Luc Mélenchon.

Les parlementaires n'ont pas caché leurs inquiétudes sur le maintien de leur groupe parlementaire à l'issue des élections de l'an prochain, législatives et sénatoriales.

Capture d’écran 2016-09-16 à 13.40.02

"La mise à l'écart de millions de gens de toute représentation" : cela le gêne moins lorsque ces millions votent FN.

Lire la suite de l'article

Le parti communiste américain soutient Hillary Clinton

Lu sur Réinformation.tv :

"Le soutien enthousiaste du parti communiste américain à Barack Obama hier et Hillary Clinton aujourd’hui est révélateur : grâce à ces deux disciples du radical Alinsky, les idées de l’extrême gauche sont passées dans le courant majoritaire du parti démocrate.

Le parti communiste américain, naguère financé par Moscou et dont des membres éminents ont espionné au profit de l’URSS, n’a plus beaucoup d’adhérents ni d’électeurs mais garde une influence à travers divers syndicats et associations, et à travers le parti démocrate. Au vingtième siècle, il présentait traditionnellement un candidat à la présidentielle mais depuis Obama, il apporte son soutien dès la convention au candidat démocrate. Bien que Bernie Sanders ait d’abord porté ses espoirs, il s’est rallié sans états d’âme à Hillary Clinton parce que le programme et la formation de celle-ci lui conviennent. C’est une nouvelle facette d’une candidate qu’on savait acquise au mondialisme, représentante de l’oligarchie américaine, corrompue, et qui se révèle en outre adepte des idées d’extrême gauche, comme tous les disciples du radical Saül Alinsky.

Le soutien du parti communiste date d’Obama

Selon l’observateur politique Joseph Farah, ancien communiste et fondateur du site WND.com, si le parti communiste apporte son soutien aux démocrates, c’est qu’il y a « très peu de différences » entre leurs programmes. Cela date d’Obama. En 2008 le parti communiste américain a salué dans son élection la victoire de « la classe laborieuse ». Depuis, son soutien, et sa satisfaction ne se sont jamais démentis. Il a applaudi en bloc son dernier

Lire la suite de l'article

Un ancien élu communiste ne croit pas à la fable des loups solitaires

Ancien député-maire communiste de Vénissieux, André Gerin répond aux questions de l'Est républicain :

"Hollande et la gauche en général ne désignent pas l’islamisme. Or, aujourd’hui, la France est gangrenée par cette idéologie totalitaire. L’heure n’est plus aux discours lénifiants. Si on ne nomme pas la maladie, on ne peut ni la combattre, ni la soigner. Il n’est plus possible de parler de terrorisme sans en préciser la nature. Ce qui s’est passé à Magnanville confirme ce que je pense depuis des années. Arrêtons avec la fable du loup solitaire. C’est du pipeau. Il existe un terreau. Tous ces jeunes radicalisés se nourrissent dans leur territoire. Dans ces secteurs, l’idéologie salafiste fait des dégâts considérables. C’est, pour une part, la loi de la charia qui prédomine. Avec à la clé : endoctrinement, enfermement, homophobie, pression contre les mariages mixtes, sexisme, antisémitisme. Sans oublier le racisme anti-blanc, anti-France, qui est tabou. Pourquoi laisse-t-on cette question au FN ?

Choisir la cécité, c’est contribuer à l’amalgame. Est-ce que la gauche va enfin consentir à reconnaître cette évidence : une partie des musulmans de notre pays s’est radicalisée ? La majorité d’entre eux souffre de cette situation. Il faut leur tendre la main. Mais à eux aussi de prendre leur part pour poser les bases d’un islam spirituel compatible avec la République et le mode de vie à la française. Ce n’est pas moi mais de grands intellectuels musulmans (Abelwahab Meddeb, NDLR) qui ont écrit que l’islamisme

Lire la suite de l'article

La presse communiste distribuée gratuitement dans les collèges et lycées de vos enfants

Lu ici :

Najat Vallaud Belkacem a annoncé ce mardi le lancement d’une plate-forme de journaux gratuits dans les collèges et lycées à la rentrée 2016, afin de développer l’esprit critique des élèves et leur apprendre à se méfier de la désinformation sur les réseaux sociaux (…)

Les premiers titres seront Les Echos, Le Monde, Libération, Le Parisien, Le Figaro, La Croix, L’Humanité, L’Express, Courrier International, L’Obs (…)

« La liberté d’expression, ça s’apprend », a souligné Najat Vallaud-Belkacem lors d’une conférence de presse (…)"

Ne cherchez pas Présent, Minute ou Valeurs Actuelles dans les titres proposés car il s'agit bien de bourrer le crâne de nos enfants avec la pensée unique et le politiquement correct des médias encadrants.

En réalité, la liberté d'expression a un coût. Afin que vos enfants aient un accès libre à une presse indépendante et vraiment pluraliste, il faudra vous abonner au choix à Présent, Minute, Valeurs actuelles, Politique magazine, la Nef, L'Homme nouveau, Famille chrétienne, L'Action française 2000, France Magazine, Actuailes

Et continuer de lire et faire connaître le Salon beige.

Commentaires (14)

D'accord, mais je crois qu'on peut aussi éviter le Figaro! Voici, à l'intention des catholiques qui liraient encore ce journal, une petite recension de la propagande qu'on y trouve (la toute dernière référence se rapportant à la campagne prétendument antiraciste de Belkacem):

De septembre à octobre 2015:

pro-avortement :
http://madame.lefigaro.fr/societe/lespagne-interdit-lavortement-des-mineures-sans-consentement-parental-110915-98122
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/28/97001-20150928FILWWW00064-ivg-un-numero-de-telephone-ouvert.php
http://madame.lefigaro.fr/societe/marisol-touraine-livg-est-un-droit-non-negociable-240915-98485
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/09/28/24159-tout-savoir-sur-livg-coup-fil

pro-pornographie :
http://www.lefigaro.fr/cinema/2015/09/17/03002-20150917ARTFIG00280–la-belle-saison-l-affiche-du-film-censuree-par-un-maire-fn.php
http://tvmag.lefigaro.fr/le-scan-tele/people/2015/10/08/28008-20151008ARTFIG00265-comment-clara-morgane-parlera-de-son-passe-dans-le-x-a-sa-fille.php

éloge de la bisexualité

Lire la suite de l'article

Une communiste directrice adjointe d’un service à la Conférence des évêques de France

D'une participante à la Journée nationale de rencontre et de formation des délégués épiscopaux à la Pastorale familiale qui s'est déroulée le 7 mars :

"Ayant découvert par Famille Chrétienne les inquiétudes portées par des délégués diocésains à la famille au sujet de la venue du Père Thomasset, que, pour être franche, je ne connaissais pas, je me permets de vous faire passer mon témoignage sur le déroulement de cette journée et la manière dont celle-ci s’est passée.

D’entrée de jeu, en guise d’accueil, a été offert à chacun des participants le livre collectif regroupant les interventions des 26 théologiens paru chez Bayard, avec notamment une contribution du Père Thomasset et de bien d’autres auteurs. J’aurais préféré recevoir un texte officiel du pape et non une série de propositions plus ou moins douteuses dont l’objectif était de troubler les esprits à l’heure des débats synodaux. En tous cas, je ne me sentais pas en confiance avec ce livre. Voudrait-on éloigner de la doctrine de l’Eglise les auditeurs de cette journée qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

BMgr Brunin, le président du Conseil famille et société de la Conférence des évêques de France, a ensuite fait une synthèse de sa perception de la dernière assemblée du synode sur la famille. En l’écoutant j’avais l’impression qu’aucun synode ne s’était déroulé aussi bien que celui-ci. Que tout était dorénavant mieux en termes de collégialité, comme on dit. En arrière-pensée, je me disais que je n’avais jamais autant vu d’évêques et même de cardinaux

Lire la suite de l'article

Le fantasme de l’ouvrier communiste passé au FN ne résiste pas à la réalité des faits

Historien, politologue, Nicolas Lebourg déclare à Politique magazine, dont le dossier est consacré à Marion Maréchal-Le Pen :

P"[…] Marion Maréchal-Le Pen est au confluent des droites catholiques et identitaires. Elle fédère un « bloc des droites » qui entre en concurrence avec les tenants d’une ligne « ni droite, ni gauche » nombreux au sein du Front national. Son libéralisme économique – pas très différent de celui qu’affichait son grand-père – et son conservatisme sur le plan des mœurs, qui s’est affirmé dans l’opposition à la loi Taubira, vont dans cette logique.

Des idées qui tranchent avec celles de sa tante, Marine Le Pen…

La présidente du FN est persuadée que ces combats politiques, en particulier l’opposition au mariage pour tous, n’ont pas d’intérêt stratégique. Il s’agit d’une réflexion ancienne chez elle, mûrie depuis son passage à la tête de l’association Génération Le Pen en 2002. Contrairement à ce qu’on a raconté, ce ne sont pas les « néopaïens » et autres « racialistes » qui ont été écartés des instances de direction du parti lorsqu’elle en a été élue présidente en 2011. Ce sont d’abord ceux qui incarnaient le courant national et catholique, traditionnel au sein du FN. Marine Le Pen a pris le FN par la gauche. D’où, entre autres, l’importance accordée à la défense de la laïcité.

Ce qui n’a pas l’heur de plaire à tout le monde au sein du parti. Quelle est la meilleure stratégie ?

Du point de vue électoral, c’est Marion

Lire la suite de l'article

On retrouve le planning familial dans toutes les manifestations aux côtés du parti communiste

Caroline Parmentier a interrogé Louis Aliot, candidat FN dans la région sud, dans Présent. Extrait :

"Lors du débat organisé par la Manif pour tous à Toulouse, vous avez été ovationné et votre adversaire LR-UDI Dominique Reynié logiquement conspué. Sur l’attribution des subventions, vous avez affirmé qu’avec vous, il n’y aurait plus de soutien idéologique aux « associations communautaires ou anti-France ». Pouvez-vous nous donner des exemples ?

ALes subventions aux associations sont un secret bien gardé par les régions. On peut imaginer que la région, dont la compétence exclusive est le développement économique, l’entretien des lycées, la construction des lycées et des transports, n’a pas à être au chevet du MRAP, de la LICRA, de SOS-Racisme et de ces associations culpabilisatrices de la mémoire française. Le propre d’une association est tout de même de vivre de ses adhésions. Il y a des associations qui sont au service de l’intérêt général et il y a des associations qui sont des courroies de transmission du parti socialiste et du parti communiste. Celles-là doivent elles-mêmes en tirer toutes les conclusions. Elles ne peuvent pas en permanence lutter contre le Front national et une fois que nous gagnons des régions bénéficier en plus des subventions qu’on pourrait leur octroyer.

Est-ce que vous dites vous aussi : « Pas un sou du conseil régional pour le planning familial ? »

Je crois qu’en Midi-Pyrénées ce n’est pas le cas, il n’y a pas cette subvention. Mais j’ai pris position : le planning familial, il n’y a qu’à aller

Lire la suite de l'article

Le siège du Parti communiste en vente ?

Il s'agit du siège de La Rochelle. Les derniers militants locaux sont furieux. Voulaient-ils y loger des immigrés ?

Commentaires (1)

Et les quelques commentaires (qui datent d'il y a trois mois) continuent à ressasser une version très biaisée de l'Histoire du XXème siècle.

Rédigé par : C.B. | 16 sep 2015 17:13:40
____________________________________

Lire la suite de l'article

Béatification de 17 martyrs du Laos communiste

Lu sur Eglises d'Asie :

"A ce jour, les autorités laotiennes – habituellement discrètes – n’ont pas réagi à l’annonce par Rome de la signature, le 5 juin dernier, par le pape François de la promulgation des décrets relatifs au martyre de 17 prêtres et laïcs laotiens et missionnaires étrangers, tués au Laos entre 1954 et 1970. C’est pourtant la première fois que l’Eglise catholique s’aventure à béatifier des martyrs tués en Asie par des organisations communistes dont les héritiers directs sont toujours au pouvoir. 

Le gouvernement laotien n’est pas pris par surprise. La cause de béatification de ces 17 martyrs a été introduite en 2004, et ce sont les évêques du Laos qui l’ont voulue, convaincus que la béatification de leurs martyrs contribuera à l’édification de l’Eglise dans leur pays. Selon les propres termes des évêques laotiens, l’Eglise du Laos est « encore une jeune plante bien fragile : elle a besoin de trouver des ‘tuteurs’, des appuis surnaturels solides » pour mener son parcours dans un environnement trop souvent hostile. […]

Dans le cas des 17 martyrs du Laos, les dossiers le montrent : le P. Joseph Thao Tiên et seize autres prêtres et laïcs assassinés, exécutés ou morts d’épuisement entre 1954 et 1970, ont trouvé la mort dans un contexte politique particulièrement complexe, celui de la décolonisation, des guerres de libération nationale et de la guerre froide.

[…] Quarante-cinq ans après la mort des deux catéchistes tués en 1970 qui clôturent la liste de ces

Lire la suite de l'article