Archives par étiquette : Commun

Danielle Fasquelle veut que LR rompe avec Sens Commun

Unknown-9Daniel Fasquelle, candidat à la présidence des Républicains, a réclamé la "dénonciation de la convention" qui lie son parti à Sens commun, émanation de la Manif pour tous. Le député du Pas-de-Calais a écrit un courrier au secrétaire général de LR, Bernard Accoyer, après la diffusion sur L'Incorrect d'une vidéo dans laquelle le président de Sens commun Christophe Billan explique notamment qu'on ne peut être Français sans être chrétien.

Interview sans langue de bois de Christophe Billan, président de Sens Commun from L'Incorrect on Vimeo.

Daniel Fasquelle a demandé d'inscrire la dénonciation de la convention à l'ordre du jour du bureau national du parti qui doit se tenir mardi.

"La conséquence serait que l'adhésion à Sens commun ne vaudrait plus adhésion à LR. Mais si certains de leurs membres veulent se désolidariser de la ligne de leur président, ils quittent Sens commun et rejoignent directement Les Républicains".

Lire la suite de l'article

Sens Commun : la France silencieuse restera silencieuse

Sens Commun a annulé sa « journée de la France silencieuse », prévue dimanche de 13 heures à 19 heures à Asnières. Trois tables rondes avec des intellectuels, tels François-Xavier Bellamy, étaient prévues. Laurent Wauquiez, Bruno Retailleau et Daniel Fasquelle étaient attendus. Ils ont tous les trois annulé, suite aux oukases du politiquement correct, ayant monté en épingle les propos de Christophe Billan dans L'Incorrect. Il avait déclaré :

« Si Marion Maréchal-Le Pen vient demain avec ses idées rejoindre une plateforme, cela ne me posera aucun problème. Mais si elle est plus Le Pen que Marion, j’aurai un souci »

Le mensuel est paru mardi. Nous sommes jeudi. 2 jours de retraites, de rétropédalages, d'excuses, de communiqués, qui nous montrent que la droite la plus bête est toujours en crise, qu'elle a peur de son ombre et surtout de la gauche et des médias. Bref, un spectacle pathétique.

Commentaires (4)

Conclusion : avec des gens de ce piètre acabit la refondation n'est pas pour demain.

Rédigé par : EROUANI | 12 oct 2017 14:12:28
____________________________________

Bien d'accord avec vous.
Une ouverture de Sens Commun vers le FN, comme envers tout autre défenseur des valeurs familiales, aurait pourtant été bienvenue et un signal de regroupement des forces authentiquement nationales face à la culture de mort du mondialisme triomphant de Macron et de ses alliés et ralliés.
Incroyable de voir comment le président de Sens Commun, le très honnête Christophe Billan, a été attaqué et trainé dans la boue de toutes parts par

Lire la suite de l'article

Le communiqué de Sens Commun n’aura servi à rien

Suite à la tempête provoquée par le président de Sens Commun, qui ne s'interdit pas de discuter avec le FN, Sens Commun avait pris soin de rédiger et publier un communiqué pour s'interdire de passer toute alliance avec le FN, frontière infranchissable du politiquement correct édictée par la police de la pensée. Peine perdue : ses prestigieux invités qui avaient promis de se rendre au rassemblement de Sens Commun le 15 octobre annulent leur participation :

Ceux qui avaient cru un instant que ces deux candidats à la présidence des Républicains voulaient faire passer l'intérêt national avant l'intérêt partisan peuvent aller se recoucher.

Lire la suite de l'article

Une alliance Sens Commun – FN ? Courage fuyons

L'intéressé n'a visiblement pas pris la peine de savoir si cela était vrai ou faux (lire ici le propos de Christophe Billan). Mais quand on évoque le FN, le LR devient hystérique :

Lire la suite de l'article

Le président de Sens Commun tend la main à Marion Maréchal-Le Pen

Dans le numéro d'octobre de l'Incorrect, le président de Sens Commun Christophe Billan tend la main à Marion Maréchal-Le Pen. Christophe Billan explique d'abord rester chez Les Républicains parce que Sens Commun redoute "les jeux d'appareil du Front national" et "sa capacité à hystériser le débat en dévoyant nos valeurs". Mais il ne "redoute pas en soi la plupart des thématiques  du Front national : les notions de patrie, d'identité, d'État-nation, de contrôle des frontières", etc. Puis il s'adresse indirectement à la nièce de Marine Le Pen :

"Il ne faut s'interdire de parler avec personne et il faudra bien aller parler aux électeurs de droite qui ont quitté LR. Nous avons parlé avec Marion Maréchal-Le Pen et nous l'avons assumé. Le problème de Marion Maréchal-Le Pen reste le nom Le Pen et non la plupart de ses idées. […] Si Marion Maréchal-Le Pen vient demain avec ses idées, rejoindre une plateforme, cela ne me posera aucun problème."

Lire la suite de l'article

Sens Commun a obtenu le nombre de votes nécessaire pour être reconnu à Sciences Po

Défaite pour les gauchistes : Sens Commun s’est présenté la semaine dernière aux initiatives étudiantes, sorte d’élections qui permettent aux associations de se faire reconnaître comme telle au sein de l’Institut d’études politiques parisien. Sens Commun a recueilli les 120 voix minimum nécessaires pour être reconnue comme association à Sciences Po.

DLsR7l6XUAA6Kks

Commentaires (3)

Bravo!Semez maintenant…

Rédigé par : a.picadestats | 9 oct 2017 21:12:52
____________________________________

Sens commun à sciences po c'est gentil mais cela ne va pas déboucher sur grand chose. D'autant plus que le conformisme des étudiants de l'IEP Paris est désespérant.
au début/milieu des années 70 (entre 71 et 75), le GUD était implanté à l'IEP Paris et avait obtenu des élus.
il y avait l'UED (Union des Etudiants de Droite) à la fin des années 70 avec le regretté Emmanuel Ratier et jusqu'au début des années 80 avec pas mal de militants activistes.
Au milieu des années 80 il y avait le GNAR (Groupe nationaliste d'action révolutionnaire ce qui du seul point de vue du sigle a plus de panache que Sens commun ou sens unique) puis fin des années 80 le CNEP avec Régis de la Croix Vauboix.
Sens commun à science po c'est comme une implantation giscardienne ou barriste à l'IEP il y a 30 ans…

Rédigé par : xavier | 9 oct 2017 21:42:38
____________________________________

Traduire Art et Culture par Arts and culture etc… quel génie! Cette école me paraît pourrie par le mondialisme: sans identité, tu meurs! scions ce pot!

Rédigé par : clovis

Lire la suite de l'article

Science-Po : la gauche LGBT ne veut pas de la présence de Sens Commun

Capture d’écran 2017-10-05 à 21.11.34Une branche étudiante du mouvement Sens Commun se présente aux «Initiatives étudiantes» de la grande école parisienne, qui permet aux associations étudiantes d’être reconnues. Mais plusieurs associations de l’école (Unef, Solidaires Étudiant-e-s, France Insoumise, l’Union des étudiants communistes, le collectif Garces) ont publié un communiqué commun très virulent contre la candidature de Sens Commun, en s'inventant une persécution imaginaire :

Capture d’écran 2017-10-05 à 21.12.56Sens Commun Sciences Po dénonce ce sectarisme :

Capture d’écran 2017-10-05 à 21.14.49

Lire la suite de l'article

Immigration et bien commun

Comment la présence de moins de 50 immigrés empêche à 8000 étudiants de suivre leurs cours :

"Dimanche soir, le président de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Urca), Guillaume Gellé, a annoncé que «l’établissement resterait fermé jusqu’à nouvel ordre» après qu’une quarantaine de migrants se sont installés dans le parc universitaire. «Je ne pouvais plus assurer la sécurité de tous, que ce soit celle des étudiants ou celle des réfugiés. Parmi eux, on dénombre une quinzaine d’enfants, dont certains ont moins de 5 ans. L’université ne pouvait pas fonctionner normalement face à cette occupation illégale. Tant que les conditions de sécurité ne seront pas rétablies, l’accès aux locaux de l’université restera interdit et les cours suspendus», a-t-il écrit dans un arrêté d’interdiction."

21742860_1569942916403562_517542156298730583_n

Lire la suite de l'article

Le bien commun, grand oublié des politiques immigrationnistes

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

"Comme beaucoup de lecteurs le savent, je suis un catholique pratiquant et je n’aime donc guère l’idée de critiquer un message pontifical.

Malheureusement, des raisons mo­rales graves m’obligent à m’opposer au message du Pape pour la 104e journée des migrants, publié le 15 août dernier. Je note d’abord que cette publication (fort peu urgente, puisque ladite journée sera la 14 janvier prochain) a eu lieu dans le contexte de la vague d’attentats qui a frappé l’Espagne et l’Europe. Beaucoup de lecteurs en ont déduit – à tort ou à raison, mais personne, à Rome, n’a fait le moindre effort pour nous convaincre que c’était à tort – que ce message était une réponse à ces attentats.

Or, le Pape déclare dans ce message : « Le principe de la centralité de la personne humaine, fermement affirmé par mon bien-aimé prédécesseur Benoît XVI, nous oblige à toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale. » La référence à Benoît XVI (Caritas in Veritate n° 47) ne dit pas ce que le Pape François y lit. Et c’est logique, car ce principe est tout bonnement monstrueux.

Évidemment, il est souhaitable que l’Église défende la dignité de la personne humaine. Mais prétendre que cette dignité « nous oblige à toujours faire passer la sécurité de la personne avant la sécurité nationale » est absurde. Si c’était vrai, il faudrait donc sacrifier des millions de personnes à une seule, puisque la sécurité

Lire la suite de l'article