Archives par étiquette : comme

A l’heure où les députés n’ont plus le droit de faire travailler leurs proches, il emploie sa femme comme assistante présidentielle

Lui, c'est le président de 8% des Français, mais président de la république quand même. Sa femme sera dotée avec l'argent public :

"À l’heure où les emplois familiaux doivent être interdits à l’Assemblée nationale, les députés de l’opposition, de droite et de gauche, fustigent le futur statut de la Première dame. Pendant sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait déclaré que la Première dame aura « un rôle, un vrai statut, une vraie capacité à faire ».

Lire la suite de l'article

En faisant comme si les militants LGBT représentaient l’ensemble des homosexuels, on accrédite une prise en otage

Le 1er juin, la sociologue Nathalie Heinich recevait le prix Pétrarque de l’essai 2017, décerné par France Culture et Le Monde. Cette décision n’a pas fait l’unanimité au sein de la communauté des sciences humaines, acquise au lobby LGBT.  Nathalie Heinich répond dans Limite à ses détracteurs. Extraits :

Unknown-4"« Homophobe » : si tous ceux qui s’interrogent sur la légitimité, les fondements et les effets possibles du mariage homosexuel, ainsi que de leurs conséquences prévisibles que sont la légalisation de la PMA et de la GPA, sont « homophobes », alors doivent être aussi considérés comme tels les membres du Comité national d’éthique qui viennent de déclarer leur opposition à la PMA au motif qu’elle fabriquerait institutionnellement deux situations considérées aujourd’hui comme délétères pour les enfants, à savoir les familles mono-parentales (pour les célibataires) et l’impossibilité de connaître ses origines ; homophobes également, les signataires (Caroline Eliacheff, Françoise Héritier, Aldo Naouri, Heinz Wissmann) de la pétition « Ne laissons pas la critique du PACS à la droite » que j’avais initiée dans Le Monde en 1999 pour suggérer des solutions plus satisfaisantes aux problèmes rencontrés par les couples homosexuels ; ainsi que les nombreux intellectuels qui ont salué mon analyse des arguments problématiques à propos de la loi sur le mariage homosexuel, parue dans Le Monde en janvier 2013 ; homophobes enfin, les contributeurs (notamment le pédo-psychiatre Maurice Berger et la psychanalyste Catherine Dolto) du dossier « Les enfants du mariage homosexuel » paru dans Le Débat (n° 180, mai-août 2014). Le refus de débattre manifesté par tous ceux qui réduisent

Lire la suite de l'article

En marche à deux jours du 14 juillet vers la colère noire des militaires dont le premier ne veut pas “se faire b… comme ça”

PdvIl est peut-être temps que les bébés de la politique au pouvoir depuis deux mois sachent que leurs responsabilités dépassent celles d'un enfant de 6 ans : 

""Je ne vais pas me faire b… comme ça". C'est, de sources concordantes, le rugueux cri du cœur poussé ce matin par le chef d'état-major des armées Pierre de Villiers aux députés de la commission de la défense, au lendemain de l'annonce par Bercy d'une réduction des crédits de 850 millions d'euros en 2017. "Le grand écart entre les objectifs assignés à nos forces et les moyens alloués n'est plus tenable", a assuré le général de Villiers lors d'une audition à huis clos. "On a déjà tout donné", a-t-il martelé, répétant que l'armée est déjà à l'os, avec des effectifs militaires passés de 241.000 à 203.000 personnes de 2008 à 2015.

"Il a tapé du poing sur la table, et pas seulement au sens figuré', relate un témoin. De mêmes sources, le chef d'état-major des armées, très applaudi à l'issue de sa présentation, a prôné un budget défense de 34,8 milliards d'euros dès 2018, soit une hausse de plus de 2 milliards, dans la droite ligne de ses préconisations des derniers mois.

La grosse colère du plus haut gradé français n’a rien d’étonnant. Pierre de Villiers avait fait de l’obtention de moyens suffisants pour les armées la condition de sa prolongation d’un an comme CEMA. Les 850 millions de coupes, auxquels s’ajoutent 40 millions d’annulations

Lire la suite de l'article

La Conférence des Evêques de France va-t-elle se déshonorer comme en 1975 ?

Message reçu d'un collectif suite au tweet de la Conférence des évêques de France :

"C'est avec une immense tristesse qu'un collectif de délégués à la pastorale familiale des diocèses de France réagit au tweet de Vincent Neymon, communicant de la CEF à propos de la mort de Simone Veil. 

Certes, Madame Veil ne peut porter l'entière responsabilité du massacre des enfants à naître, mais ce signal "consensuel" envoyé à la société française est entaché d'infamie :

Quel mépris pour les millions d'enfants avortés! Ne sont-ils pas nos frères de sang ?

Quel mépris pour les millions de femmes, de parents, de frères et soeurs à jamais meurtris par le drame de l'avortement !

La Conférence des Evêques de France, instrumentalisée par des tâcherons sans convictions claires, va-t-elle se déshonorer comme en 1975 ?

Il est impossible, dans un tel contexte d'apostasie silencieuse, jusque dans les rangs de l'institution ecclésiale, que l'Eglise qui est en France connaisse le renouveau tant attendu. Faudra-t-il pour autant que nous continuions de boire le calice jusqu'à la lie ? Notre Divin Sauveur l'a vécu. Pourquoi pas nous…

En attendant, nous avons choisi de joindre nos larmes à celles de ceux qui sont morts dans le sein de leur mère, à celles de ceux qui pleurent d'avoir contribué à leur disparition.

A la suite de

Lire la suite de l'article

Ce qui manque aux élus, c’est la liberté de ne pas faire comme les autres, ne pas suivre aveuglément les consignes de partis, ne pas être inféodés à des lobbies

Tribune de Joseh Castino à propos de la situation politique de la France :

"Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime, il est complice (George Orwell)

Ob_c76aee_jose-juin-2017Le rideau vient de tomber sur ce premier tour des élections législatives et, comme lors des présidentielles, la vraie nature des responsables politiques s’est affichée au grand jour… C’est le chef de file LR, l’inénarrable François Baroin –postulant à Matignon- qui a ouvert, dès le 5 juin, la marche des courtisans vers le Pouvoir en prônant « un désistement dans le cas d'une triangulaire où le FN serait susceptible de l'emporter », invitant la République en marche et le PS à faire de même.

Ces alliances ineptes ne sont pas de nature à transcender les partis, mais à favoriser les arrangements entre amis pour avoir sa place au soleilDès lors, il en résulte, par-delà les ambitions personnelles et les jeux de pouvoir, un manque flagrant de probité et d’éthique qui détourne inexorablement des urnes, les électeurs lassés par tant de malversations, de collusions, de palinodies et de versatilités de la classe politique… Où ils attendent l’espérance, on leur offre des bilans truqués, des chiffres faux, des compromissions, des « affaires » à répétitions… Rien, dans tout cela, qui ressemble à de la volonté, de l’enthousiasme, de l’espérance, par conséquent à de l’avenir. Alors, le sondage tombe comme une pierre dans le jardin de ces messieurs : ils nous ennuient… et les abstentions

Lire la suite de l'article

Législatives – Pierre Lareigne (PCD) : “En s’éloignant des valeurs comme la vie ou la famille, un fossé s’est creusé entre Les Républicains-UDI et le PCD”

Pierre Lareigne est candidat PCD dans la 1ère circonscription de Gironde. Il a accepté de répondre à nos questions.

1. Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative pour la 1ère circonscription de Gironde sous les couleurs du PCD. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

33-01-Pierre-Lareigne-A-OKDéjà fortement engagé dans le domaine associatif (manécanterie des petits chanteurs de Bordeaux, Association sportive des Coqs Rouges de Bordeaux, association des parents d’élèves d’un lycée de Bordeaux), il m’a paru évident de poursuivre ces engagements en politique. Il me semble essentiel de défendre les valeurs de la vie. C’est pourquoi, le respect de la dignité de la personne humaine est au cœur de mon projet, de sa conception à sa mort naturelle avec une attention particulière portée aux plus fragiles et aux plus démunis. Pour cela, il faut replacer l’être humain au centre de la société. Il est donc nécessaire que l’économie soit au service de la personne et non le contraire. Ardent défenseur de la famille, je me battrai pour revenir sur la politique familiale du dernier quinquennat, notamment la « loi Taubira ». Je refuserai évidemment la PMA et la GPA qui n’est autre que la marchandisation du corps, un esclavage moderne. N’oublions pas que la femme est source de vie et non un objet de procréation.

D’autre part, je suis extrêmement déçu de la façon dont la politique est menée actuellement. Pour moi, la politique est un service. La vérité doit y avoir toute sa place. Le candidat doit être au service

Lire la suite de l'article

En Marche lance ses candidats sans reproche,… s’il en reste, comme Alain Tourret

P1D3208393G_px_640_En novembre 2012, le député (PRG) Alain Tourret avait eu des propos méprisants envers le Cardinal Vingt-Trois lors d'une audition sur la loi Taubira :

"Je vois que, actuellement, vous lancez vos troupes, vous lancez vos Évêques, vous allez lancer vos catholiques… s'il en reste !"

Les courriels dévoilés par les Macron-leaks mettent en cause le député de Vire, Alain Tourret, candidat de La République en Marche aux législatives, et soutien de la première d’Emmanuel Macron. Il aurait ainsi utilisé son indemnité de frais de parlementaire à des fins personnelles : achat d’une télévision, places de cinéma, greenfees pour jouer au golf… Le site Médiapart aurait découvert 11 mois de relevés bancaires d’Alain Tourret. Des dépenses difficiles à justifier dans le cadre de son activité de parlementaire.

Lire la suite de l'article

Salon Najat Vallaud-Belkacem-Belkacem, la réforme de l’orthographe c’est comme le gender : ça n’existe pas

Au cours de l'émission "On n'est pas couché" (ONPC) du 20 mai 2017, l'ex-ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem, interrogée sur la réforme de l'orthographe dans les nouveaux programmes, l'a assuré : "Je n'ai jamais mené de réforme de l'orthographe : c'est une fake news !" Nouvel enfumage :

"Bien sûr, le Ministère de l'Éducation nationale n'est pas l'auteur des rectifications orthographiques proposées par l'Académie française en 1990, rectifications qui ne sont, pour la plupart d'ailleurs, jamais entrées dans le mœurs depuis un quart de siècle : dans son autobiographie parue récemment, l'ex-ministre de l’Éducation nationale ne les applique pas elle-même !

Mais ce qui importe pour les élèves, c'est bien l'application soudaine de ces rectifications dans leur classe ou dans leurs manuels en 2016.

En 2008, sous un ministère de droite donc, les nouveaux programmes faisaient de l'orthographe révisée "la référence" en primaire et demandaient aux professeurs, pour l’enseignement de la langue française, d'en tenir compte (seulement). Mais, de fait, les programmes eux-mêmes ne respectaient pas les rectifications de 1990 : on y trouve 238 fois le mot "maître" (et apparentés) avec l'accent circonflexe qui devait pourtant disparaître ! Et, de fait encore, les éditeurs scolaires n'ont pas appliqué ces rectifications.

Mais en 2016 et pour la première fois, les rectifications orthographiques sont appliquées par les programmes eux-mêmes et la consigne devient la même en primaire et au collège ("L'enseignement de l'orthographe a pour référence les rectifications orthographiques publiées par le Journal officiel de la République

Lire la suite de l'article

Si Edouard Philippe gère la France comme il gère Le Havre…

Image-3En 2001, Edouard Philippe rejoint l’équipe municipale d’Antoine Rufenacht, alors maire du Havre, dont il devient l'adjoint en charge des affaires juridiques. Le 24 octobre 2010 , le conseil municipal l'élit maire du Havre après la démission d'Antoine Rufenacht.

Or, d'après les chiffres de l'INSEE, Le Havre (175 000 habitants) est une ville qui décroche en terme de niveau de vie. Entre 2010 et 2013, la ville est passé de la 24 258ème place à la 25 791ème place. Autrement dit, depuis l'élection de Edouard Philippe comme maire, cette ville a perdu 1 533 places en 3 ans dans le classement par ville en niveau de vie. Soit un décrochage de 500 places par an !

La ville du Have est également très mal notée dans l'Argus des communes :

Image-4

A l'assemblée, son bilan est également décevant (sans parler de son abstention sur la loi Taubira, déjà évoquée).

Lire la suite de l'article

Débat : Marine Le Pen a-t-elle voulu faire comme Donald Trump ?

A propos du débat présidentiel d'hier soir, David Desgouilles déclare au Figaro :

"Marine Le Pen a en effet raté complètement son débat, ce qui tranchait avec la bonne campagne de second tour entamée dès le lundi 24 avril. En fait, c'est davantage son comportement qui est en cause. Ces derniers mois, on avait pu constater que Marine Le Pen pouvait se montrer convaincante en matière économique devant des journalistes. Mais elle le faisait avec le ton adéquat. Ces sujets pointus nécessitent précisément du calme et de la pédagogie."

Unknown-15Mais d'adressait-elle aux journalistes, ou même, à son adversaire ? Il faut en effet prendre en compte le fait que bon nombre de Français ne comprennent rien en économie, sinon que la vie devient plus dure au quotidien, notamment au sein de ce que Christophe Guilluy appelle la France périphérique, et ces Français ne jugent pas un candidat sur l'équilibre du budget décrit dans le programme (et d'ailleurs ce n'est pas le sujet : on juge surtout sur la capacité d'un chef à prendre la bonne décision au bon moment).

Les médias, qu'ils soient français ou américains, fustigaient l'an passé les écarts de langage de Donald Trump face à Hillary Clinton, la candidate -là aussi- du système. Or, il s'agissait d'une véritable stratégie, gagnante aux Etats-Unis : Donald Trump n'a pas cherché à convaincre les businessmen de Wall Street, mais il a réussi à mobiliser des électeurs qui avaient voté pour le candidat d'extrême-gauche Bernie Sanders lors de la primaire démocrate perdue face à Clinton, ainsi que

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron s’affirme comme le candidat du lobby LGBT

Images-2Hier, lors de son meeting à Villepinte, Emmanuel Macron a déclaré :

"il y a en France plein de familles: il y a des couples de même sexe et des couples de sexe différent, il y a des filiations différentes, et il y a beaucoup d'amour".

Il a affirmé qu'il "défendrai(t) ce qui a été fait durant ce quinquennat", contrairement à Marine Le Pen qui promet d'abroger la loi Taubira. Mais cela ne semble pas choquer certains petits bourgeois qui ont manifesté en 2013 et qui préfèrent aujourd'hui défendre leurs ambitions politiciennes plutôt que leurs idées. Alors que le ralliement de LR à Emmanuel Macron signe la défaite prochaine des candidats LR aux législatives. Ces gens n'ont pas compris que, s'ils souhaitent avoir une chance d'empêcher Macron d'avoir une majorité à l'assemblée, il faut que ce dernier réaliser le score le plus bas dimanche prochain. Car de ce score dépend la dynamique des élections législatives.

Macron a poursuivi hier:

"Deux hommes qui s'aiment et ont des enfants, c'est aussi une famille, deux femmes qui s'aiment et ont des enfants, c'est aussi une famille et (…) leur reconnaître ce droit n'enlève rien à ceux et celles qui n'aiment pas cette idée. C'est leur droit enfin reconnu".

Il a aussi tenu à souligner qu'il n'était "pas favorable à la gestation pour autrui", alors même que figure dans son projet la reconnaissance des enfants nés par GPA à l'étranger, ce qui est singulièrement contradictoire.

Lire la suite de l'article