Archives par étiquette : chemin

Cardinal Burke : “la confusion et l’erreur qui ont conduit la culture humaine sur le chemin de la mort et de la destruction sont également entrées dans l’Eglise”

Le cardinal Raymond Burke a donné le 22 juillet une conférence au 32e Forum annuel « Church Teaches » (« L’Eglise enseigne »), à Louisville dans le Kentucky. Voici des extraits de la traduction du texte intégral de cette conférence, disponible ici dans sa version originale, par Jeaanne Smits (cette traduction n’a pas été officiellement validée par le cardinal Burke) :

[…] Nous vivons les temps les plus troublés qu’aient connus aussi bien le monde que l’Eglise. La sécularisation a ravagé la culture de nombreuses nations, spécialement en Occident, éloignant la culture de sa vraie source qui est Dieu, et de son plan pour nous et pour notre monde. Des attaques quotidiennes et généralisées visent la vie humaine innocente et sans défense, accompagnées d’une violence sans précédent qui en résulte au sein de la vie familiale et de la société en général. L’idéologie du genre toujours plus virulente répand une confusion totale à propos de notre identité en tant qu’homme ou femme, et conduit au malheur profond et même à la destruction de soi de nombreux membres de la société. On assiste également à la négation de la liberté de religion qui tente d’empêcher, sinon d’éteindre totalement, tout discours public à propos de Dieu et de notre nécessaire relation avec Lui. La négation de la liberté de religion s’accompagne de la tentative d’obliger les personnes qui craignent Dieu à agir contre leur conscience bien formée, c’est-à-dire contre la loi de Dieu inscrite dans le cœur de l’homme. Dans les pays supposés libres,

Lire la suite de l'article

Catéchisme Le Chemin du Ciel avec Imprimatur de Mgr Rey

ImageLe catéchisme Le Chemin du Ciel propose un enseignement clair de la foi catholique, avec un langage simple et adapté aux enfants.

Cette 1ère année, destinée aux enfants de 7 à 10 ans, expose les vérités de la foi contenues dans le Credo à travers 21 chapitres magnifiquement illustrés par Joëlle d’Abbadie.

Imprimatur et préface de Mgr Dominique Rey.

Auteurs : Abbé Henri Forestier, Marie Cartier

Illustrations intérieures : Joëlle d'Abbadie – Illustration de la couverture : Anne-Charlotte Larroque.

Lire la suite de l'article

Les Etats-Unis sur le chemin de la conversion au réalisme

De Thomas Flichy de La Neuville :

Le National Intelligence Council vient de publier son nouveau rapport de prospective pour 2035. Prenant le contre-pied du précédent -dont les prévisions s’étaient révélées à l’opposé de ce qu’il advint- ce dernier s’est plié à un soupçon d’exigence et par conséquent de réalisme. Il est intitulé Paradoxe du progrès. L’idée sous-jacente en est que le déferlement de la violence loin d’être la conséquence logique de l’effacement des frontières protectrices, se présente comme la rançon ou le sous-produit inéluctable du progrès. A ceux qui s’interrogent sur les inévitables violences résultant des migrations massives ou bien sur les milliers de morts provoqués par le conflit syrien,  le rapport apporte désormais une réponse imparable : ce que vous vivez n’est qu’un paradoxe du progrès.

Les auteurs ont toutefois conscience que ce dernier n’est pas universellement apprécié. Il est d’ailleurs notable qu’une référence ait été faite à la perception russe de la décadence de l’Europe alors même que la notion de décadence est considérée comme une construction mentale ou un jugement moral par les sphères pseudo-intellectuelles auxquelles se rattachent les auteurs. Les références à la démocratie sont majoritairement ponctuées d’interrogations très sérieuses quant à son devenir. Le rapport évoque la fin de la démocratie, une démocratie qui ne va plus de soi, une démocratie remise en cause, ou une démocratie fragile dont le cours semble s’être inversé. La monarchie n’est donc pas très loin même si le rapport préfère à ce joli mot le vocable d’autocratie.  Peut être

Lire la suite de l'article

Agressions au couteau le jour de Noël sur le chemin de la messe

Notre-Dame de Longeborgne est un ermitage situé au-dessus du village de Bramois (commune de Sion), en Valais (Suisse).

Trois personnes ont été blessées à l’arme blanche le dimanche de Noël sur le chemin de Longeborgne. Un quatrième homme, peut-être l’agresseur, a été retrouvé mort.

Un septuagénaire blessé raconte :

«Je monte tous les dimanches là-haut pour la messe». «Arrivé à mi-parcours, j’ai vu un homme blessé et un autre homme qui s’est approché de moi en courant. Il m’a donné un coup de lame derrière l’oreille, avec un couteau ou un cutter.» «Je n’ai pas vu l’arme, car il a surgi dans mon dos».

Le Père François Huot, recteur de l'Ermitage, a indiqué s'être occupé du septuagénaire blessé :

"Il saignait beaucoup à la joue et nous a dit qu'il y avait quelqu'un qui arrêtait les gens, les massacrait si on peut dire, les agressait pour qu'ils n'arrivent pas à monter".

Lire la suite de l'article

Brest : l’église St Louis cherche à financer un chemin de croix

Unknown-28Un chemin de croix est actuellement en cours de réalisation pour l’église Saint Louis de la paroisse Brest Centre qui en est dépourvue. Ce chemin de croix aidera à méditer la Passion du Christ tout au long de l’année, et particulièrement pendant la semaine Sainte. Pour réaliser ce projet, deux paroissiens ont décidé de récolter des dons en s’engageant dans une course qui promet d’être un véritable calvaire : Le Raid ultra marin, un trail de 87 km autour du golfe du Morbihan. Le départ de cette course sera donné le 24 juin à 15h, pour une arrivée au petit matin du 25.

Lire la suite de l'article

Le chemin de la Consolation à la Sainte-Baume pour les femmes ayant avorté

La Croix consacre un article au chemin de la Consolation au sanctuaire de la Sainte Baume où sainte Marie Madeleine a passé les trente dernières années de sa vie.

"Installé à Pâques 2015 pour les parents ayant vécu un avortement ou une fausse couche, inauguré en décembre, ce chemin « porte déjà beaucoup de fruit », assure Paule Palau, l’une des chevilles ouvrières du projet. À l’origine de cet itinéraire, Sabine et Jean-Marc Poujade, anciens responsables de l’association Mère de Miséricorde, qui s’occupe des personnes concernées par l’IVG. L’idée remonte aux années 1980, lorsque Jean-Paul II s’était rendu dans un jizo, un de ces mémoriaux pour les enfants non-nés au Japon.

Constatant l’absence de lieu équivalent en France, Sabine en discute avec son mari, aujourd’hui décédé. « Nous avons tous les deux senti la nécessité d’un endroit de la mémoire, du repos, d’une façon tout à fait incarnée. » C’est le dominicain David Macaire, qui était jusqu’en avril 2015 recteur du sanctuaire de la Sainte-Baume, avant d’être nommé archevêque de Martinique, qui donne son feu vert.

Il aura fallu quatre ans pour mettre en place le projet : trouver un lieu, une modalité, obtenir les autorisations. Pour Paule Palau, ce n’est pas un hasard si ce chemin s’est concrétisé là où vécut Marie Madeleine, « pécheresse pardonnée mais surtout grande apôtre de la miséricorde ». La grotte est un lieu « hautement symbolique », souligne-t-elle encore, « qui évoque les entrailles maternelles ».

Pour donner une existence à l’enfant qu’ils n’ont pas eu, puisqu’ils ont eu recours à un avortement

Lire la suite de l'article

Terrorisme musulman : “utiliser le nom de Dieu pour justifier ce chemin, ces choix, c’est un blasphème”

L'angelus du Pape

« Chers frères et sœurs,

Je tiens à exprimer ma tristesse pour les attentats terroristes qui ont ensanglanté la France, tard vendredi, faisant de nombreuses victimes. J’adresse l’expression de ma souffrance, mes condoléances au président de la République française et à tous les citoyens. Je suis proche, en particulier, des familles de ceux qui ont perdu la vie et des blessés.

Une telle barbarie nous laisse sans mots et nous nous demandons comment le cœur de l’homme peut concevoir et réaliser ces horribles événements qui ont bouleversé non seulement la France mais le monde entier. Face à des actes aussi intolérables, on ne peut que condamner cet affront inqualifiable à la dignité de la personne humaine. Je tiens à réaffirmer avec force que le chemin de la violence et de la haine ne pourra jamais résoudre les problèmes de l’humanité ! Et utiliser le nom de Dieu pour justifier ce chemin, ces choix, c’est un blasphème.

Je vous invite à vous joindre à moi dans la prière : confions à la miséricorde de Dieu les victimes sans défense de cette tragédie. Que la Vierge Marie, la mère de miséricorde, suscite dans les cœurs de tous des pensées de sagesse et des intentions de paix. Nous lui demandons de protéger et de veiller sur la chère nation française, fille aînée de l’Église, sur l’Europe et sur le monde tout entier".

Lire la suite de l'article

A qui vas-tu demander ton chemin ?

Voici le scénario proposé par un professeur, mis en ligne sur le site de l'académie de Rennes, pour faire débattre les élèves de 5e sur la notion de préjugés ou de clichés dans le cadre du nouvel enseignement moral et civique (EMC) :

« Un soir, tardivement, tu dois rendre visite à une amie qui habite dans une cité que tu ne connais pas et tu es perdu.Tu arrives sur une place où se trouvent un SDF qui dort sur un banc, une bande de jeunes bruyants qui discutent sur un autre banc. Un homme d'origine africaine en tenue traditionnelle traverse la place, accompagné d'une femme aveugle. A la sortie d'une supérette, il y a une femme d'origine roumaine qui porte un bébé dans ses bras. Vers qui vas-tu demander ton chemin ? Qui évites-tu à tout prix ? Explique ton choix. »

Cela fait un tollé et donc l'académie a retiré l'exercice. Bon, mais c'est quoi la réponse morale ?

Lire la suite de l'article

Mgr de Germay : le mariage n’est pas une finalité, mais un chemin vers le Ciel

GermayExtrait d'une réflexion sur le mariage et l’Alliance par Mgr Olivier de Germay, évêque d’Ajaccio, dans le cadre du Synode des évêques sur la famille :

"Je voudrais simplement indiquer un aspect de notre foi qui me semble sous-jacent à ces débats et qui touche à la dimension eschatologique de la vie chrétienne.

Peut-être cet aspect est-il trop souvent négligé aujourd’hui. Il suffit de voir le nombre de parcours de catéchèse qui, depuis une cinquantaine d’années, ont tout simplement omis de parler des fins dernières. En oubliant cette orientation fondamentale de la vie chrétienne, ne risque-t-on pas de poser un regard faussé sur les situations d’aujourd’hui ?

« L’Eglise m’interdit d’aimer » entend-on parfois. Certes, le désir d’aimer et d’être aimé est notre désir le plus fondamental, et il ne saurait être négligé. Mais précisément les exigences de l’Evangile sont là pour décrire le chemin qui conduit à l’Amour en plénitude : « Si tu veux entrer dans la Vie, observe les commandements » (Mt 19,17). Si nous oublions de situer les exigences de l’Evangile dans la perspective de la Vie éternelle, elles nous paraissent hors de portée (cf. Mt 19,25) voire inhumaines. Nous faisons comme si l’amour conjugal, ou revendiqué comme tel, était la finalité de notre existence. Or le mariage vécu selon l’Evangile n’est que le chemin ordinaire pour avancer vers le Royaume des Cieux, là où « on ne se marie pas ». Il n’est pas le but mais un signe et un chemin. Le but n’est pas le mariage mais

Lire la suite de l'article