Archives par étiquette : Charlie

PMA : même Charlie Hebdo s’inquiète

Thumbnail Thumbnail-2

Commentaires (4)

Tiens, on commence à se poser des questions intelligentes chez Charlie! Comme quoi l'Esprit Saint est constamment au travail. Encore un pas et ils admettrons que la seule solution à tous ces errements diaboliques est de privilégier les droits de l'enfant et non celui des "consommateurs".

Rédigé par : Stephe | 20 sep 2017 09:18:16
____________________________________

La conclusion de cet article de Gérard Biard est étonnament juste!

Rédigé par : clovis | 20 sep 2017 09:22:42
____________________________________

le choix des mots : droit, égalité, …
et le droit et l'égalité pour les hommes d'être enceint(e)? (tiens, ça me rappelle un film…)
expliquez-moi ce qui empêche toute femme, quelle que soit son inclinaison sexuelle, d'avoir un enfant? elle choisi un "géniteur et crak boum hue -c'est pas naturel et écolo, ça?
mais non, il faut une assurance que le petit soit bien sous tout rapport
l'eugénisme avance caché, mais pour combien de temps?

Rédigé par : incongru | 20 sep 2017 09:30:44
____________________________________

Il faut bien comprendre que la PMA de convenance remboursée par la Sécurité Sociale, n'inquiète pas seulement à Droite mais beaucoup à gauche!

L'ouverture du "Droit à l'enfant pour chaque individu" est un fait gravissime.

Il faut dépasser le clivage Droite- Gauche sur cette question. Car il s'agit de faire entrer la reproduction dans le champ de la reproduction, ce que Marx lui-même refusait,comme le souligne Alexis Escudero uin libertaire d'extreme-gauche.

Il ne faut pas rechigner à reprendre les critiques pertinentes d'où qu'elles viennent, même de

Lire la suite de l'article

La RATP épinglée par Charlie Hebdo

Non, il ne s'agit pas de la régie de transport, mais de la religion d'amour, de tolérance et de paix, mise en cause sans détour à la une du torchon satirique à paraître demain. Pour une fois, c'est politiquement incorrect, bien tourné et sans vulgarité.

DH2m464W0AEVqx2.jpg large

Il sera intéressant de suivre les différents charlolâtres dans leurs contorsions entre la "correction politique" et le respect de la liberté de dire tout et n'importe quoi. On notera au passage (titres en haut à droite de l'image) que le foliculaire contient sa dose habituelle d'articles très probablement blasphématoires (non, nous ne les avons pas lus, et ne les lirons pas, et oui nous faisons un procès d'intention).

Lire la suite de l'article

Les parents du petit Charlie Gard acceptent le transfert de leur fils en soins palliatifs

Les parents du petit Charlie Gard, bébé de 11 mois atteint d’une maladie génétique rare, ont annoncé lundi 24 juillet la fin de leur procédure judiciaire pour le maintien en vie de l’enfant. La Cour devait déterminer le 25 juillet si l’enfant pouvait recevoir un traitement expérimental aux Etats-Unis. Cette décision aurait confirmé ou infirmé les avis précédents des différentes institutions de justice interrogées sur l’affaire. La décision a été prise après qu’un médecin américain, venu examiner l’enfant quelque jours plus tôt ait dit aux parents qu’il était trop tard pour lui donner le traitement prévu. D’après leur avocat,

« il n'est plus dans l'intérêt de Charlie de poursuivre le traitement » car « Charlie a souffert d’atrophie musculaire grave » et « les dégâts pour ses muscles [sont] irréversibles ». « Charlie a patiemment attendu un traitement. En raison de ce délai, cette opportunité a été perdue ».

Les parents se sont dit prêts à accepter que Charlie soit transféré au service de soins palliatifs et qu'il soit « autorisé à mourir avec dignité ». Ils envisagent de fonder une association afin que la voix de Charlie « continue à être entendue ».

Lire la suite de l'article

Le tuteur de Charlie Gard est une militante pro euthanasie

Nouveau rebondissement :

Unknown-9"On se souvient que les juridictions britanniques et européennes ont récemment donné raison à un hôpital qui voulait, contre la volonté de ses parents, "débrancher" Charlie Gard, un enfant de 11 mois atteint d'une maladie grave.

Un tuteur avait été nommé par les juridictions pour contourner le refus des parents et représenter l'enfant en justice. Ce tuteur était censé être un professionnel impartial, garant de l’intérêt de l’enfant. Il avait – au nom de l'enfant – donné son accord à l'arrêt de la respiration artificielle et à sa mort.

Or les médias britanniques révèlent ce jour que ce tuteur, l’avocate Victoria Butler-Cole, est membre du conseil d’administration de l'organisation "Compassion In Dying", issue de la "Voluntary Euthanasia Society" qui fait campagne pour la légalisation de l’euthanasie au Royaume Uni. Me Butler-Cole s’était déjà illustrée en défendant une femme qui demandait qu'on laisse mourir son mari, par déshydratation et sédation.

Cette révélation est grave et remet en cause la procédure. Elle intervient quelques jours après qu'une dizaine de scientifiques a écrit à l'hôpital pour témoigner, en soutien aux parents, de la possibilité de tenter un traitement expérimental offrant, environ, 10% de chances de guérison à l'enfant."

De tuteur à tueur…

Lire la suite de l'article

Une vidéo fait le point sur l’affaire Charlie Gard

La justice a décidé d'arrêter le respirateur, l'alimentation et l'hydratation de Charlie Gard, bébé de 10 mois atteint d’une maladie génétique, ce qui va le faire mourir. Il n'appartient pas à un État de décider de la vie et de la mort des personnes humaines.

Des centaines de milliers de personnes soutiennent les parents de Charlie Gard qui se battent pour que Charlie puisse vivre sa vie ! Soutenez-les aussi en signant cette pétition.

Lire la suite de l'article

Le petit Charlie va finalement être maintenu en vie

L’hôpital pour enfants de Great Ormond street à Londres a annoncé vendredi qu’il allait examiner de nouvelles possibilités pour traiter un bébé atteint d’une maladie rare, quelques jours après les interventions du Pape et du président américain Donald Trump.

L’hôpital devait cesser de maintenir en vie le bébé, Charlie Gard, à la suite d’une décision de justice, mais contre l’avis de ses parents.

«Deux hôpitaux internationaux et leurs chercheurs nous ont indiqué ces dernières 24 heures qu’ils avaient de nouveaux éléments pour le traitement expérimental qu’ils avaient proposé». «Nous estimons, tout comme les parents de Charlie, qu’il est juste d’explorer ces éléments».

Le Vatican s'est dit prêt à lui accorder la nationalité vaticane et faciliter son transfert dans les services de l’hôpital pédiatrique du Saint siège, Bambino Gesu.

Lire la suite de l'article

Cardinal Sgreccia : 10 points critiques concernant le cas du petit Charlie Gard

Analyse du Cardinal Elio Sgreccia, publiée en italien sur http://www.ildonodellavita.it et traduite en français par Aude Dugast :

Alors que le dernier recours en justice, auprès de la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) des parents de Charlie Gard vient de donner raison aux différentes cours britanniques qui ont décidé de suspendre la vie de leur enfant, le Cardinal Elio Sgreccia, ancien président de l’Académie pontificale pour la vie, publie une analyse soulignant les points d’interrogations qui demeurent dans cette affaire. Gènéthique en publie l’intégralité. Dans le même temps, la présidente de l'hôpital pédiatrique Bambino Gesù (Enfant Jésus) qui dépend du Vatican, Mme Mariella Enoc, s'est déclarée prête à « accueillir Charlie Gard à Rome, si ses parents le souhaitent et si son état le permet ».

En ces heures dramatiques nous assistons, avec douleur et impuissance, aux derniers développements et aux funestes contours de l’affaire du petit Charlie Gard, ce nouveau-né de 10 mois, affecté par le syndrome de l’encéphalopathie mitochondriale de forme infantile, lequel, sur la base de différentes décisions judiciaires émises par trois différentes Cours anglaises, de degré divers, et finalement par la Cour européenne des Droits de l’Homme elle-même, devrait être accompagné à la mort par le débranchement de la machine qui assure sa ventilation mécanique et par l’interruption de l’alimentation et l’hydratation artificielles, après lui avoir administré une sédation profonde.

Dans les décisions judiciaires des différents degrés, les Cours anglaises ont répété (souligné) que le processus de dégradation générale des conditions cliniques de Charlie, et

Lire la suite de l'article

Donald Trump propose son aide aux parents de Charlie Gard

Donald Trump a offert aujourd'hui d'aider les parents de Charlie Gard, ce bébé britannique de dix mois atteint d'une maladie génétique rare et dont la justice a autorisé la fin du maintien en vie.

"Si nous pouvons aider le petit #CharlieGard, comme le demandent nos amis britanniques et le pape, nous serions ravis de le faire".

Lire la suite de l'article

Euthanasie de Charlie Gard : «Nous sommes arrivés au terminus de la culture de mort. Les tribunaux décident si un bébé a ou non le droit de vivre»

0ptLe petit Charlie Gard, victime d'une maladie orpheline, doit être « débranché » avec la bénédiction de la Cour européenne des droits de l'homme, contre l'avis de ses parents. Voici ce qu'en a dit le cardinal Carlo Caffarra dans une très forte déclaration à Il Giornale (traduction de Jeanne Smits) :

« Nous sommes arrivés au terminus de la culture de mort. Ce sont les institutions publiques, les tribunaux qui décident si un bébé a ou non le droit de vivre. Y compris en allant contre la volonté des parents. Nous avons touché le fond de la barbarie. Sommes-nous les enfants des institutions, et leur devons-nous la vie ? Pauvre Occident : il a rejeté Dieu et sa paternité est aujourd'hui baillée à la bureacratie ! L'ange de Charlie voit toujours la Face du Père. Arrêtez, au nom de Dieu. Sans quoi je vous dirai, avec Jésus : “Il vaudrait mieux que l'on vous attache une meule autour du cou et qu'on vous jette au plus profond de la mer.” »

Lire la suite de l'article

Où sont passés les millions de Charlie Hebdo ?

Unknown-9Philippe Val, l’ex-directeur de l’hebdo satirique, s’était engagé à reverser l’intégralité des recettes du numéro dit « des survivants » aux familles des victimes. Un appel à la générosité était parallèlement lancé pour assurer l’avenir du journal. Les ventes historiques de la Une « Tout est pardonné » ont rapporté 12 millions d’euros. Contre 4,3 millions provenant des dons. 

Mais la nouvelle direction de Charlie a décidé de conserver les bénéfices colossaux issus des ventes. Dans une plainte transmise à la justice, l'une des familles des victimes écrit :

« Les acheteurs du journal comme les victimes de l’attentat et leurs ayants droit ont été dupés par la direction […], qui est délibérément et unilatéralement revenue sur ses engagements […]. Ce revirement démontre en réalité une intention de détourner les fonds promis initialement aux familles ».

En clair : un « abus de confiance ».

Lire la suite de l'article