Archives par étiquette : charge

Le député Rixain, scandalisé par un colloque pro-vie, chargé d’une mission sur… la maternité

Unknown-17Marie-Pierre Rixain, député LREM et présidente de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes, s'était scandalisée à propos de la journée pour la vie, organisée par le député Lorho, le 17 janvier à l'assemblée (au passage, nous la remercions pour la pub, le colloque affiche complet).

Elle vient d'être chargée d'une mission sur le congé maternité :

Capture d’écran 2018-01-11 à 20.37.41

Commentaires (3)

Dommage qu'une si jolie figure ne soit faite que de courants d'airs… Comment peut-on être scandalisée d'une "Marche pour la Vie" ? Va t-elle organiser une marche pour la mort ?

Rédigé par : Irishman | 12 jan 2018 09:14:23
____________________________________

Que vaut donc cette litanie de diplômes, dont certains ne s'acquiert qu'en versant un droit d'entrée extrêmement onéreux, pour obtenir au final une personne pro-mort? Quelle éducation à t'elle reçue pour en arriver là? Bourgeoisie libertaire très certainement, et en matière d'obscurantisme régressif elle se pose là en soutenant le droit à tuer.

Rédigé par : Stephe | 12 jan 2018 10:27:24
____________________________________

quand on s'appelle Marie Pierre l'on aurait pu penser que cette personne véhicule une pensée autrement plus précieuse pour la vie que leur culture de mort.

Rédigé par : estebe | 12 jan 2018 10:44:44
____________________________________

Lire la suite de l'article

Coexister : derrière les apparences d’une comédie, une charge haineuse contre la religion catholique

Bruno de Seguins Pazzis livre aux lecteurs du Salon beige sa critique du film Coexister :

CSynopsis

Nicolas Lejeune est un producteur de musique de variété dont la carrière et la vie de famille battent de l'aile : il est en panne de talents à produire et sa femme le rejette en raison de ses infidélités. Sophie Demanche, qui dirige le groupe dont fait partie son petit label, lui lance comme défi de remplir le music-hall parisien l'Olympia avec un nouveau projet dans un délai maximum de six mois. Au pied du mur, Nicolas et son assistance Sabrina vont monter un groupe de musique composé d'un curé, le père Benoit, d'un rabbin, Samuel, et d'un imam, Moncef, pour chanter la diversité et le « vivre-ensemble ». Le recrutement n’est pas facile et les membres du groupe vont rencontrer quelques difficultés pour s'accorder. Avec : Fabrice Éboué (Nicolas Lejeune), Ramzy Bédia (Moncef, l'imam), Guillaume de Tonquédec (Benoit, le curé), Jonathan Cohen (Samuel, le rabbin), Amelle Chahbi (Alexia), Audrey Lamy (Sabrina), Mathilde Seigner (Sophie Demanche), Grégoire Foessel (un technicien du cinéma), Mylene Bude (une groupie), Michel Drucker (lui-même), Jean-Pascal Zadi (Pink Kalash). Scénario : Fabrice Éboué. Directeur de la photographie : Philippe Guilbert. Musique : Guillaume Roussel.

Plus que christianophobe, anti-catholique

Qui d’autre pouvait produire ce tas d’immondices si ce n’est EuropaCorp, la maison de production de Luc Besson, le sinistre producteur et réalisateur d’un Jeanne d’Arc (1999) blasphématoire. Dans un jeu de mot stupide, le Chicago Sun-Times qui n’apprécie pas le film écrit « Coexister est un film qui n’existe pas ». Cette affirmation est malheureusement fausse. Coexister existe bel et bien et pas pour le bien du spectateur

Lire la suite de l'article

Trump nomme un catholique ambassadeur extraordinaire des États-Unis chargé de la liberté religieuse

Unknown-7Lu sur Americatho :

"Le gouverneur républicain du Kansas Samuel “Sam” Brownback, élu en 2011 et qui ne devrait pas solliciter un nouveau mandat, vient d’être désigné par le Président Trump pour devenir ambassadeur extraordinaire des États-Unis chargé de la liberté religieuse internationale. Il devrait ainsi succéder, dans cette fonction, au rabbin David Saperstein nommé par Barack Obama, et dont la mission s’est achevée le 20 janvier de cette année. Cette nomination présidentielle est, comme toute nomination d’ambassadeur, soumise à la ratification du Sénat. Ancien député du Kansas puis sénateur de ce même État au Congrès, Sam Brownback s’est converti au catholicisme en 2002."

Lire la suite de l'article

Selon le commissaire européen chargé des migrations : « trop peu de migrants sont renvoyés » dans leur pays

D'Edouard Ferrand, Chef de la Délégation française de l'ENL :

"Le commissaire européen en charge des migrations vient d’avouer que « trop peu de migrants sont renvoyés » dans leur pays d’origine et que « le retour vers le pays d'origine est un aspect indispensable d'une politique migratoire globale ». Il s’agit d’un désaveu pour les européistes qui essayaient de nous persuader du contraire. 

Incompétence ou enfumage ? L'interrogation est légitime à la lumière du bilan et projet de la Commission européenne. En effet, dans sa publication intitulée « contribution des fonds structurels et d’investissement européens aux dix priorités de la commission » elle annonce que des fonds destinés au développement des territoires ruraux pourront désormais «contribuer à soutenir l’intégration à long terme des migrants » en Europe. 

Une fois de plus, la Commission montre au mieux son incompétence au pire sa fourberie devant la colère des peuples européens violemment hostiles à cette politique migratoire de masse organisée pour satisfaire les intérêts du capitalisme mondialisé."

Lire la suite de l'article

C8 envoie un journaliste faire de la provocation pour collecter des témoignages à charge

Nicolas Bay, secrétaire général du FN, a dézingué le documentaire de Guy Lagache, lui aussi présent dans l'émission, sur les jeunes du FN diffusé sur C8 :

"Vous faites en réalité ce que vous appelez pudiquement de l'immersion, mais c'est en réalité de la caméra cachée pendant deux mois avec un jeune de 22 ans, que vous envoyez là pour faire de la provocation. Tous les témoignages qui m'ont été rapportés, expliquent que ce garçon faisait en permanence de la provocation en les incitant à aller toujours plus loin, en les emmenant sur des sujets délicats, donc c'est des méthodes qui discréditent toute la profession. (…) Non seulement ce sont des méthodes de voyou, Monsieur Lagache, mais ce sont aussi des méthodes de paresseux."

 

Lire la suite de l'article

UE : François Fillon veut un secrétariat européen chargé de veiller à une harmonisation fiscale

Extrait d'un entretien de François Fillon dans Les Echos :

"Infléchirez-vous votre projet, comme l'ont demandé l'UDI et des proches de Nicolas Sarkozy ?

Mon projet reste et restera celui de la primaire, avec la mise en oeuvre d'un choc de compétitivité immédiat pour faire redémarrer l'économie et un soutien rapide au pouvoir d'achat. Nous avons simplement amélioré certains volets, notamment la baisse des charges salariales, afin qu'elle bénéficie davantage aux bas salaires. […]

Alain Juppé a-t-il raison de dire qu'une partie des électeurs LR s'est radicalisée ?

Non, pas du tout ! Le mot est blessant. Il n'y a pas de radicalisation, le projet n'a pas changé, il n'est pas plus à droite. Le fait que la plupart des dirigeants politiques partis pendant la crise aient décidé de revenir le montre. Il n'y a pas de radicalisation, mais de la colère, oui."

Pourtant, Jean-Christophe Lagarde a affirmé avoir modifié le programme de François Fillon :

 Il est vrai que sur le plan européen, François Fillon parle de gouvernance économique, allant encore plus loin qu'aujourd'hui dans la fédéralisme :

"Seule une initiative franco-allemande forte peut relancer le projet européen. Il faut donc que nous agissions ensemble, ce que je suis allé proposer à Madame Merkel il y a un mois. L'idée est que la France et l'Allemagne lancent une initiative

Lire la suite de l'article

Chargé de la tranquillité publique : un métier d’avenir

J'avais cru que c'était un montage, mais non, Youssef Zaoui, l'adjoint au maire (UDI) de Bobigny, est bien chargé de la tranquillité publique à Bobigny :

A

Suite à l'émeute d'hier soir, la mairie de Bobigny a communiqué :

"Ce samedi 11 février s'est tenue devant le tribunal de Bobigny, une manifestation en soutien à Théo, le jeune homme d'Aulnay-sous-Bois grièvement blessé lors d'un contrôle de police.

De graves débordements ont eu lieu en marge de ce rassemblement. Une minorité de casseurs en ont [sic] profité pour s'en prendre aux forces de l'ordre et aux équipements publics autour du tribunal de Bobigny, ainsi qu'à certains commerces. Ces débordements inqualifiables d'une poignée de vandales desservent la cause de Théo, dont la municipalité salue la dignité et la confiance dans nos institutions. Nous réitérons notre soutien à la victime, à sa famille, et à la ville d'Aulnay-Sous-Bois dans leur combat pour la vérité et la justice.

La municipalité de Bobigny en appelle donc au calme. La lutte contre les injustices, quelles qu'elles soient, doit se mener quotidiennement, avec force et détermination, mais dans l’absolu pacifisme. Aujourd'hui, loin de faire reculer les injustices, les casseurs ont fait de nouvelles victimes : habitants et usagers de Bobigny, mais aussi l'image de nos banlieues populaires et de ses habitants."

Lire la suite de l'article

Gardez-nous de la “droite”. Quant aux gauchistes, on s’en charge

De François Billot de Lochner à propos de la droite liberticide :

"La droite française, à tort ou à raison, a la réputation d’être la plus bête du monde. Est-elle aussi la plus liberticide ? Les dernières péripéties relatives à l’information concernant l’avortement tend à le démontrer de façon implacable, mais commençons par le commencement.

Piqué par on ne sait quelle mouche liberticidement venimeuse, le bon Pleven, ministre droitier du conservateur Pompidou, fit voter en 1972 une loi objectivement liberticide, car ouvrant de nouveaux volets répressifs concernant la liberté d’expression. Comme la loi ne définissait pas précisément le contenu des actes répréhensibles, elle permettait  tous les abus en termes de répression. Loi de droite, mais exception bien française dans les pays développés.

La mouche venimeuse n’ayant pas rendu l’âme, elle se précipita sur le bon Raffarin, ministre droitier d’un Jacques Chirac théoriquement droitier, et le piqua de son venin communément appelé liberticidor. Notre Raffarin fit donc voter dans l’urgence, en 2004, une loi également liberticide. Au moment du vote, le rédacteur en chef du Nouvel Observateur expliqua fort justement qu’il s’agissait d’une loi unique en son genre dans le monde, mis à part dans les pays de dictature. Cette loi inique comprenait un volet que n’aurait pas renié le bon Joseph, dit Petit Père des Peuples : la création de la sinistrissime Halde, sorte de Tribunal illégitime présidé par le sombrissime Louis Schweitzer. La Halde, pure aberration idéologique, sera certes amendée ultérieurement, mais sera laissé intact le reste de

Lire la suite de l'article

CEF : “La crise de la politique est une crise de confiance envers ceux qui sont en charge du bien commun”

La Conférence des Evêques de France (CEF) publie un livre de 94 pages qui sera en vente dans les librairies le 14 octobre dont le titre est "Dans un monde qui change retrouver le sens du politique". L'Obs en publie quelques extraits :

9782204117852-57f255352de5a"Le livre est particulièrement sévère avec la classe politique qui serait, jugent les évêques, démagogique, coupée des citoyens et trop accaparée par la défense de ses intérêts personnels :

Depuis plusieurs années, la politique dans notre pays ne cesse de voir son discrédit grandir, provoquant au mieux du désintérêt, au pire de la colère. Le temps qui passe voit le fossé se creuser entre les citoyens et leurs représentants et gouvernants. La crise de la politique est d’abord une crise de confiance envers ceux qui sont chargés de veiller au bien commun et à l’intérêt général.

Des ambitions personnelles démesurées, des manœuvres et calculs électoraux, des paroles non tenues, le sentiment d’un personnel politique coupé des réalités, l’absence de projet ou de vision à long terme, des comportements partisans et démagogiques… sont injustifiables et sont devenus insupportables (…)"

Lire la suite de l'article

Sarkozy admire Benoît XVI par la manière dont il a renoncé à sa charge

Le journaliste de Famille chrétienne Samuel Pruvot, auteur d'un livre sur Nicolas Sarkozy et la religion analyse pour le Figarovox la visite de l'ancien chef d'état au pape François. Extrait :

XVM68a3331c-ef4b-11e5-af54-a78fdf19de00-200x300"[…] Par delà le bénéfice politique supposé de l'opération, il y a sans doute une vraie curiosité de Nicolas Sarkozy vis-à-vis du pape François. Le président de LR apprécie les personnalités qui bousculent l'ordre établi. Les réformateurs et plus encore les prophètes qui agissent au nom de leur foi. Il admire la parole franche du pape François dont la popularité internationale résiste à l'épreuve du temps. Mais, à dire vrai, celui qu'il respecte par-dessus tout, c'est paradoxalement le pape émérite. Leurs profils psychologiques sont évidemment aux antipodes. Mais quand j'ai interrogé Nicolas Sarkozy pour mon livre, il m'a clairement fait comprendre qu'il cherchait à revoir Joseph Ratzinger. «L'ermite» de Rome. Il a été fasciné par sa finesse spirituelle et son envergure intellectuelle. Plus encore par la manière dont il a renoncé à sa charge et à tous les honneurs."

Pour celui qui avait déclaré arrêter la politique et qui y est revenu presque aussitôt, la décision de Benoît XVI apparaît en effet comme un mystère…

Autre extrait :

"Seul Dieu sonde les reins et les cœurs. Mais il va de soi que Nicolas Sarkozy n'est pas un enfant de chœur. Il m'a confié: «Je ne suis pas pratiquant, je ne suis militant d'aucune Eglise, j'ai une culture chrétienne et je suis intéressé par la transcendance.» Je

Lire la suite de l'article

Etre homosexuel et avoir une charge pastorale ?

Reçu par courriel de Mathieu Parbot

« L'Eglise, tout en respectant profondément les personnes concernées, ne peut pas admettre au Séminaire et aux Ordres sacrés ceux qui pratiquent l'homosexualité, présentent des tendances homosexuelles profondément enracinées ou soutiennent ce qu'on appelle la culture gay. » Cette sentence, tirée de l’Instruction de la Congrégation pour l'Education catholique sur les critères de discernement vocationnel  au sujet des personnes présentant des tendances homosexuelles en vue de l'admission au séminaire et aux Ordres sacrés, éclaire très opportunément les événements lyonnais. Le cas du diocèse de Lyon n’est pas unique. Dans bien des diocèses en effet, des clercs sont concernés par cette problématique.

La question est de se demander comment ces prêtres ont pu passer au travers des mailles du filet… En cause, le relativisme moral et doctrinal des 50 dernières années. La révolution marxiste s’accommode de tout ; l’essentiel c’est l’agit’ prop’, la remise en cause perpétuelle des vérités établies, le refus d’une loi, même si c’est la loi naturelle. La loi morale s’apparente alors à une formalité bourgeoise. Le nouveau peuple de Dieu doit s’affranchir de ces liens qui manifestent, dans l’humanité nouvelle, l’emprise des docteurs sur le reste des baptisés. Cette perspective qui dominait les années 60-70-80 est aujourd’hui en recul ; mais elle n’est pas éteinte. Elle s’accommodait parfaitement avec le « jouir sans entraves », avec toutes les déviances que l’on peut, ou pas, imaginer. Le marxisme a donc bien enfanté le relativisme et le refus de tout ce qui peut être appelé intrinsèquement mauvais.

Lire la suite de l'article

Prélèvement à la source : projet liberticide destiné à masquer ce que coûte la charge publique

Tribune intéressante de Jean-Yves Archer pour le Figaro. Extraits :

"(…) Selon un site dépendant de l'Administration, le prélèvement de l'IRPP à la source serait un «mode de recouvrement relativement simple et indolore pour le contribuable favorisant l'acceptabilité de l'impôt».

Indolore, acceptabilité: les grands mots sont avancés et révèlent la véritable intention de la Puissance publique. Pour parler en termes clairs, en changeant l'axe de la lame de la tondeuse, le mouton sera d'autant plus coopératif. Pour parler en termes de science politique, le prélèvement à la source peut devenir une grandiose opération d'enfumage qui masquera, pour des millions de citoyens, la vraie charge publique.

Autrement dit, prélever en amont c'est s'assurer d'avoir l'aval de celui qui paye et ne comprend plus le schéma d'ensemble. C'est donner quitus aux gouvernants par-delà les errements éventuels de leurs gestions. Rendre indolore c'est participer à l'aveuglement du contribuable dans un pays qui est peut-être le dernier de l'UE à ne pas prélever à la source mais qui est le premier en pourcentage de PIB ( 57,4% ) pour sa dépense publique (…)

Quant aux contribuables, le mot de garantie leur est quasiment interdit. De toute évidence, le prélèvement à la source est truffé de conséquences liberticides qu'un simple lot de questions permet de situer.

Acceptez-vous que votre employeur, pour appliquer le taux de votre imposition, ait un accès oblique aux revenus de votre conjoint ou à vos éventuels revenus fonciers ou financiers? Par exemple, si vous gagnez 29000 euros nets annuels chez

Lire la suite de l'article