Archives par étiquette : cette

Le cardinal Jean-Louis Tauran est décédé cette nuit

DhYHl8oXkAItQxjLe cardinal Jean-Louis Tauran, âgé de 75 ans, l'unique cardinal français encore en poste à la Curie romaine, président du conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux, est décédé.

Prêtre à Bordeaux en 1969, il fut appelé en 1975 dans les services diplomatiques du Saint-Siège. Il a ainsi servi dans les nonciatures apostoliques de la République dominicaine, puis du Liban, avant de représenter le Saint-Siège auprès de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). En 1988, il est nommé sous-secrétaire du Conseil pour les affaires publiques de l’Église. Polyglotte, il est nommé Secrétaire pour les relations du Saint-Siège avec les États à la Secrétairerie d’État et archevêque en 1991. 

Créé cardinal par Jean-Paul II lors du consistoire du 21 octobre 2001, il est nommé cardinal archiviste et bibliothécaire. Le 1er septembre 2007, il devient président du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux. 

Le 13 mars 2013, à l’issue du conclave chargé d’élire un successeur au pape Benoît XVI, il prononce l'Habemus papam, annonçant au monde l’élection du cardinal Jorge Mario Bergoglio.

Le cardinal Jean-Louis Tauran souffrait de la maladie de Parkinson.

Lire la suite de l'article

Cathophobie larvée : cette fois contre un collège catholique

Hier, Lahire évoquait la cabale contre le directeur de Saint-Jean de Passy.

Il y a aussi le processus de recrutement du nouveau directeur du collège Sainte-Marie à Meaux, perturbé par une poignée d'anticatholiques.

"La raison de la colère porte un nom, celui de Virginie Maury. Cette proche de l’Opus Dei, une institution controversée de l’Eglise catholique, était pressentie pour succéder à Bertrand Thomas, le chef d’établissement qui s’apprête à partir à la retraite.

Devant le tollé suscité par sa possible nomination, la candidate « a quitté la procédure de recrutement », annonce Benoît Lecoutère, le directeur diocésain de l’enseignement catholique en Seine-et-Marne.

Virginie Maury est actuellement responsable du lycée Gerson à Paris (XVIe). En 2014, sa direction avait été accusée d’exercer une « influence intégriste » sur l’enseignement prodigué en classe.

L’association anti-avortement Alliance Vita était intervenue à Gerson lors d’un cours de catéchèse."

Commentaires (1)

Si on ne peut même plus avorter et euthanasier en paix ni encourager le LGBTQI tranquillement dans les collèges catholiques ou même, entre deux joints, concélébrer le ramadan de façon œcuménique, où va-t-on ?

Vous allez voir que, si ça continue, ils vont imposer l'uniforme !

Rédigé par : Meltoisan | 5 juin 2018 11:15:49
____________________________________

Lire la suite de l'article

De quelle façon peut-on conclure que cette situation est dans le meilleur intérêt de l’enfant ?…

En cette journée internationale de la famille, voici une anecdote ubuesque du lobby des cinglés au Québec :

"En 2013, un « couple lesbien », Christiane et Johanne, signent avec Jonathan, devant notaire, un document intitulé « Entente pour mettre un enfant au monde ». Le texte stipule que ces trois personnes désirent « individuellement et coopérativement mettre au monde et aimer un enfant, dans un contexte d'amour et de diversité ».

C’est Johanne qui doit porter l’enfant, conçu théoriquement par fécondation artificielle avec le sperme de Jonathan, en fait conçu de façon nettement plus naturelle à l’insu de Christiane… En 2014 naît Charlotte. Les deux femmes signent l’acte de naissance, elles sont donc le parent A et le parent B pour la loi. Mais voilà que le « couple » éclate. Jonathan demande que son nom soit inscrit à l’état civil comme père de l’enfant (ce qu’il est indubitablement) et que soit supprimé celui de Christiane, qui d’ailleurs entre temps est devenue Christian…

Le juge Gary Morrison a dû prendre une décision. Pour lui, il faudrait reconnaître que la fillette a trois parents. Mais la loi ne le permet pas. « Le meilleur intérêt de l'enfant mineure requerrait que la loi permette la reconnaissance de sa réalité, soit que sur les plans émotionnel et socio-économique elle a effectivement toujours eu trois parents. Au lieu d'être en mesure de formaliser la situation par une filiation à trois parents pour le bien de l'enfant, ils se retrouvent dans un combat juridique,

Lire la suite de l'article

« Cette société, où le droit à la vie est un droit inaliénable »

Unknown-22On me fait remarquer cette déclaration de l'avocat général à l'issue du procès du criminel Jacques Rançon (poursuivi pour crimes, viols et mutilations), fin mars, Luc-André Lenormand qui a réclamé et obtenu la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de vingt-deux ans :

"Jacques Rançon n'a plus rien à faire dans cette société où le droit à la vie est un droit inaliénable."

Il pourrait ressortir cette déclaration dans d'autres procès…

Lire la suite de l'article

Dérive totalitaire : cet enfant condamné à mort, à la pire des morts, est mort cette nuit. RIP

000_14B837"Alfie Evans a 23 mois. Ce petit enfant britannique, atteint d’une maladie neurologique dégénérative, est en soins depuis décembre 2016 à l’hôpital Alder Hey de Liverpool, où les médecins n’ont pas réussi à établir un diagnostic définitif sur sa maladie. Incapable de le guérir, l’équipe médicale, bénéficiant de l’appui indéfectible des justices anglaise et européenne ainsi que de celui des forces de l'ordre, a décidé de mettre fin à sa vie, contre l’avis de ses parents qui se battent ensemble pour que leur enfant puisse être soigné dans un hôpital dédié" (suite).

Alfie Evans est mort cette nuit, la nuit d'un saint innocent, aux premières heures de la fête de Sainte Jeanne Beretta Molla, pédiatre et mère de famille, qui l'a accueilli à la droite du Père. RIP

Lire la suite de l'article

ZAD : Cette année, le 30 mars tombe le 14 mai

Le 18 avril, le gouvernement s'est montré très ferme.

Suite à l'abandon du projet d'aéroport à Notre Dame des Landes, Edouard Philippe laissait "jusqu'au 30 mars aux zadistes pour partir".

Après les violences à l'encontre des gendarmes sur la ZAD, le gouvernement se montre à nouveau très ferme :

"les occupants illégaux ont désormais jusqu’au 14 mai pour partir".

Il se murmure que les zadistes vont passer un bel été à Notre-Dame des Landes…

Lire la suite de l'article

Personne ne se demande donc pourquoi cette supposée attaque chimique arrive maintenant ?

Comme dans l'affaire de l’empoisonnement de l'ex-agent double russe, personne ne doute donc des versions officielles ni se demande à qui profite le crime ? A la veille de probables frappes contre la Syrie, voici des extraits de la tribune de Caroline Galactéros pour le Figaro :

La messe semble dite et une atmosphère de veillée d'armes plane sur Paris, tandis que le jeune prince d'Arabie Saoudite quitte la capitale et que notre président est en étroit dialogue avec son homologue américain. La France pourrait, en coordination avec Washington, frapper de manière imminente les forces du régime syrien en représailles d'une nouvelle attaque chimique imputée de manière «très probable» mais en amont de toute enquête, aux forces de l'abominable tyran Assad soutenu par les non moins affreux régimes russe et iranien (…) Pendant ce temps, la guerre silencieuse du Yémen continue. Ces civils-là n'existent pas, ne comptent pas (…)

Mais agir contre qui ? Qui faut-il punir ? Le régime de «l'animal Assad», comme l'a appelé Trump? L'Iran? La Russie? Vraiment? Et si ce trio noir que l'on désigne exclusivement depuis des mois à la vindicte populaire internationale n'était qu'un leurre, proposé à notre indignation sélective pour ne pas réfléchir à nos propres incohérences?

Personne ne se demande pourquoi cette nouvelle attaque chimique arrive maintenant, au moment même où la Ghouta orientale repasse sous contrôle gouvernemental syrien et parachève sa reconquête territoriale, face à des groupuscules rebelles rivaux globalement en déroute et plus que jamais prêts à se

Lire la suite de l'article