Archives par étiquette : c’estàdire

Médine est une arme de soft power pour une partie des islamistes, c’est-à-dire un outil d’influence

De Julien Langella à propos du prochain concert de Médine au Bataclan :

Unknown-13"[…] Médine incarne une vérité que nous devons tous avoir en tête : en islam, il n’y a pas cette séparation stricte et infranchissable entre les meurtriers, qui suivent le Coran à la lettre, et les autres, obligés de verser un peu d’eau dans leur thé à la menthe pour conserver une foi impossible à mettre en pratique jusque dans ses moindres commandements. Les uns comme les autres obéissent au même texte écrit directement, croient-ils, de la main de Dieu. Ce qui en limite les interprétations possibles… C’est la raison pour laquelle la théologie musulmane est quasi-inexistante et que les juristes musulmans, en revanche, sont légion : ces derniers sont indispensables au croyant devant assumer quotidiennement une doctrine justifiant la mort des kouffars (« mécréants »). L’islam est une tribu aux liens tellement serrés que le musulman dit « modéré » préférera défendre l’honneur de son frère criminel plutôt que d’admettre l’origine coranique du terrorisme. L’équation se vérifie constamment.

Alors, de quoi Médine est-il le nom ? C’est très simple : Médine est un immigré musulman donneur de leçons, comme un très grand nombre de ses cousins, avec un sens aigu de la solidarité tribale, là aussi… comme ses cousins. Ni plus, ni moins. Et c’est la raison pour laquelle il est indécent de le voir se produire, lui qui chante « on a colonisé / je viens rendre la pareille », dans un lieu où des Français ont été assassinés par d’autres immigrés, pratiquant la vengeance communautaire

Lire la suite de l'article

Primaire LR : il ne reste que 2 candidats, celui de l’ancien gouvernement Sarkozy – c’est-à-dire tous les autres – et Jean-Frédéric Poisson

C'est ce que déclare Jean-Frédéric Poisson à Famille chrétienne :

CwawGytXAAEut1J"[…] Il ne restait plus que deux candidats. D'un côté le candidat de l'ancien gouvernement de Nicolas Sarkozy – c'est-à-dire tous les autres – et, de l'autre, Jean-Frédéric Poisson. On a bien vu que les candidats réglaient des comptes entre eux (tu as été ma porte-parole, tu as fait le Grenelle, etc.) Moi je n'avais rien à faire dans cette affaire ! Ce n'était pas mon sujet pour la bonne raison que je n'ai pas participé à ce gouvernement ! Toutes les personnes qui étaient là ont exercé des responsabilités majeures dans le quinquennat 2007-2012 qui a abouti à la défaite. Ils en sont tous solidairement responsables. La manière dont la plupart souhaitent s'en exonérer n'est pas juste. Heureusement les Français comprennent la politique sans que nous ayons besoin de leur expliquer. Ils ne sont pas dupes. Ils savent pourquoi ils ont mis cette majorité dehors en 2012.

Vous ne croyez pas au « cordon sanitaire » vis-à-vis du Front national. Pourquoi ?

On ne peut pas à la fois parler de « vivre ensemble » et invoquer le « cordon sanitaire » ! ? Le fameux cordon sanitaire, il n'y a plus qu'eux derrière ! Cela n'existe plus. Quand le FN alerte sur la construction européenne, le choc migratoire ou le sentiment d'abandon dans les campagnes, etc. je ne peux pas considérer que ces problèmes ne se posent pas ! On ne va pas faire semblant. Les familles de la droite et du

Lire la suite de l'article

Le concept de genre recouvre une certaine vision du monde – c’est-à-dire, une théorie

Normalien, agrégé de philosophie et maire adjoint (sans étiquette) de Versailles, François-Xavier Bellamy décrypte sur Figarovox l'idéologie de la rumeur :

"La théorie du genre existe-t-elle? A partir de cette question si vivement discutée aujourd'hui, il me semble utile de tenter une réponse – et de formuler une remarque.

BPartons de ce qui est certain: le concept de genre existe bel et bien. Apparu dans la littérature universitaire il y a une quarantaine d'années, il s'est déployé dans des directions variées, au point qu'il est aujourd'hui utilisé dans des champs aussi éloignés que la sociologie, la littérature, l'économie ou les politiques publiques.

Quel est le sens de ce concept? Il sert à ceux qui l'emploient de critère d'interprétation pour décrypter la vie sociale et les relations humaines, à partir d'une idée essentielle: les différences entre hommes et femmes ne sont pas liées à une altérité naturelle, mais produites par une construction culturelle, tout entière organisée pour consolider la domination d'un sexe par l'autre.

Ainsi explicité, le concept de genre recouvre bien une certaine vision du monde – c'est-à-dire, au sens étymologique du terme, une théorie. […]

Les défenseurs de ce concept, qui l'emploient massivement aujourd'hui (on ne compte pas les séminaires, colloques, cours, publications dédiées à des études liées au genre dans tous les domaines de la recherche) nient avec véhémence qu'une quelconque «théorie» soit cachée derrière ce concept. Mais cette dénégation n'a tout simplement aucun sens. […]

Il est tout à fait permis de penser qu'il n'y a

Lire la suite de l'article