Archives par étiquette : celui

Celui qui voulait interdire les crèches de Noël dans les mairies arrête la vie politique

Images-3Encore un que l'on ne regrettera pas. Le laïciste François Baroin va mettre fin à sa carrière politique.

« Je tourne la page de 25 ans d’engagement politique. Je suis rentré très jeune, j’étais député j’avais 27 ans, au gouvernement de Jacques Chirac j’en avais 29 »

Commentaires (3)

Ouf! si seulement Juppé avait la même idée.

Rédigé par : RAYMOND | 17 nov 2017 08:12:39
____________________________________

Je propose de lui envoyer comme cadeau pour son départ en retraite prématurée un santon de Provence représentant le maire avec son écharpe tricolore. Il pourra le mettre dans sa crèche personnelle, au pied de son arbre de Noël, dans quelques semaines. Blague à part, c'est une vraie bonne nouvelle !

Rédigé par : B.H. | 17 nov 2017 08:32:07
____________________________________

Le renouvellement de la classe politique va pouvoir se poursuivre.

A qui le tour, maintenant …

Rédigé par : Noel de Virdeuil | 17 nov 2017 08:37:27
____________________________________

Lire la suite de l'article

Avant Paris 2024, celui d’aujourd’hui

il ne s'agit pas en politique de rêver d'un avenir meilleur, mais de savoir gérer le quotidien. Pour le bien commun. Pas pour sa propre g….

Les politicards français et parisiens ont tout à apprendre de et art et pendant ce temps, les Français trinquent. Ca donne presque envide de demander aux lecteurs d'augmenter le nombre des photos de notre capitale laissée aux mains d'impies égoïstes.

 

Lire la suite de l'article

La face cachée de celui qui “aide les migrants” mais qui en fait viole la loi

Valeurs actuelles nous en dépeint le portrait de celui qui a été condamné en appel : 

"C’est précisément parce que la justice le soupçonne d’organiser une filière d’immigration clandestine que l’homme fait parler de lui. On lui reproche d’aller chercher des migrants derrière la frontière italienne et de les choisir lui-même, pour les faire passer en France à bord de sa camionnette. Sa ferme est repérée depuis plusieurs mois comme un point de collecte de vêtements et de denrées au profit des migrants.

S’il est établi qu’il ne s’enrichit pas à travers cette activité, il est aujourd’hui clairement identifié par les autorités comme un passeur. Il est reproché à ce militant assumé d’extrême gauche de 37 ans d’avoir organisé un système illégal d’« aide à l’entrée, à la circulation et au séjour d’étrangers en situation irrégulière ». L’agriculteur bio, qui vend ses oeufs sur les marchés de la région, est aussi poursuivi pour « occupation illégale de locaux privés », après avoir installé un camp de migrants dans des locaux appartenant à la SNCF. Jugé le 4 janvier dernier à Nice, le procureur a requis huit mois de prison avec sursis. L’homme a reconnu être allé chercher les migrants en Italie et non les avoir trouvés le long du chemin. Le jugement sera rendu le 10 février (…)

Impliqué dans les milieux No Borders, particulièrement actifs à Notre- Dame-des-Landes où ceux-ci se livrent à des attaques violentes contre les forces de l’ordre, ou encore à Sivens,

Lire la suite de l'article

Gilles Richard : “l’avenir du FN me semble beaucoup moins compromis que celui de LR”

Gilles Richard, historien et spécialiste des droites, vient de publier Histoire des droites en France (1815-2017). Il répond au Figaro :

"[…] Nous vivons un moment historique troublant (il y en a eu d'autres!) parce que le clivage droite(s)-gauche(s), qui a structuré la vie politique française depuis le début du XXe siècle et qui influence encore notre vocabulaire, s'est peu à peu effacé depuis 1984 (le «tournant de la rigueur»). Faute de forces politiques à gauche capables d'imposer ce que l'on appelait la question sociale (et sans doute aussi à cause de la fin de la Guerre froide par liquéfaction de l'URSS), l'acceptation ou le rejet du capitalisme n'est plus la question centrale du débat public. Aujourd'hui, France insoumise et PCF additionnés n'ont qu'une trentaine de députés, soit bien moins encore que les gauches en 1958, année où elles atteignirent pourtant leur plus bas niveau au XXe siècle. C'est cela qui a permis en trois décennies l'émergence d'un nouveau clivage autour de la question nationale, devenue aujourd'hui la question centrale du débat public. En 1997, lors du congrès du FN à Strasbourg, Bruno Mégret l'avait déjà prédit en affirmant que désormais, la France se divisait entre «mondialistes et nationalistes». Si l'on suit mon analyse, on voit donc que la place est par définition fort réduite entre ces deux grandes familles politiques que sont les néolibéraux, thuriféraires de «la mondialisation» par nature heureuse, et les nationalistes. Sauf à vouloir à nouveau tenter de les

Lire la suite de l'article

Le droit de rester dans son pays précède celui d’immigrer

C'est ce que déclare Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations-Unies à New-York:

Unknown-4"Au paragraphe 43 de la Déclaration de New York, la communauté internationale s’est engagée à aborder « les facteurs qui créent ou exacerbent de grands mouvements » afin de « coopérer pour créer des conditions qui permettent aux communautés et aux individus de vivre en paix et dans la prospérité dans leurs pays d’origine ».

À cet égard, le Saint-Siège continue d’insister sur le droit de tous de rester dans leur pays en paix et avec une sécurité économique. Si les conditions d’une vie décente sont satisfaites et que les moteurs de la migration sont adéquatement abordés, les gens ne se sentiront pas forcés de quitter leur domicile.

Ma délégation demande donc instamment que le Pacte mondial souligne le droit de rester avant le droit d’émigrer. Cela ne signifie pas qu’un droit soit plus important que l’autre, mais qu’en assurant ce droit antérieur, les flux migratoires deviendront volontaires, réguliers et sûrs et par conséquent plus faciles à gérer et durables. Lorsque le droit de rester est respecté, la migration devient un choix plutôt que quelque chose de forcé ou d’involontaire. Toutefois, pour que ce droit soit efficace, les facteurs qui contraignent les personnes à émigrer doivent être pris en charge par une coopération internationale fondée sur la confiance, la responsabilité et la solidarité mutuelles.

Il n’y a pas de pire crise causée par l’homme et conduisant les gens à migrer de force ou les populations à se déplacer

Lire la suite de l'article

Notre temps est celui des espoirs déçus. Et donc celui de l’Espérance relevée.

De l'abbé Garnier, aumônier général de Notre-Dame de Chrétienté :

Abbe-garnier"Lorsque la France tremblait devant l'invasion prussienne, et que s'effondrait le régime de Napoléon III, des âmes inquiètes venaient interroger la petite Bernadette, cherchant auprès de la « saintoune » une lumière au milieu de l'obscurité. Elle leur répondait paisiblement ; « Il ne faut pas trop s'arrêter à la main des hommes».

Notre temps est celui des espoirs déçus. Et donc celui de l'Espérance relevée.

Paradoxe ? Jolie formule ? Non. C'est le prolongement dans la vie de l'Eglise et de nos âmes du Mystère de Jésus. Mais cette profondeur du mystère de bonté et d'iniquité nous étonne, nous déconcerte, nous effraie. Au bout des attentes messianiques, des enthousiasmes, des tentatives de couronnement terrestre, il y eut le retournement des foules, la couronne d'épines et la condamnation à mort. Au bout des enthousiasmes, des protestations de fidélité, il y eut les lâchetés et les abandons. Au bout des rayons de transfiguration, il y eut l'heure de la Puissance des ténèbres, l'obscurité dans l'âme de Jésus et dans les cieux à la sixième heure. Après le Thabor, il y eut Gethsemani et le Golgotha. « Ce que nous prenons pour la fin n'est que le commencement (1) ». Etait-ce la fin ? Non. Et l'âme de Jésus en croix, plongée en déréliction, chantait déjà en sa partie haute le salut accompli, l'Esperance affermie. Le prélude de la résurrection.

Quelle est donc la vraie hauteur de l'Espérance ?

L'espérance porte sur un bien, et sur

Lire la suite de l'article

Etienne Lahyre : “Marine Le Pen et le FN doivent tirer les conséquences et sacrifier leurs intérêts à celui de la Nation”

Analyse des résultats obtenus par Marine Le Pen par Étienne Lahyre, haut-fonctionnaire et ancien élève de l'ENA, pour le site Polémia. Analyse qui n'est pas sans rappeler le débat de fond qui avait déjà animé la droite nationale fin 1998-début 1999 avec la scission de Bruno Mégret. Extraits :

7782929546_l-annonce-des-resultats-du-premier-tour-de-la-presidentielle-2002"Après chaque épreuve, chaque défaite, chaque trahison, Jean-Marie Le Pen chantait. Invariablement. Pour faire bonne figure ; pour se donner du courage, ou pour remotiver les troupes hagardes, c’était selon (…) Le soir du 7 mai 2017, Marine Le Pen dansait. Sa défaite était consommée. Et la présidente du FN en était presque soulagée (…) Jean-Marie Le Pen affichait un visage renfrogné le soir du 21 avril 2002, quand les militants euphoriques voyaient en sa qualification pour le second tour de l’élection présidentielle la concrétisation de leurs efforts et de leur dévouement ; et ce 7 mai, alors qu’elle obtenait 10 millions de voix de moins que son adversaire et que l’espoir de la voir un jour accéder à la présidence avait quitté les plus candides, c’est la mine goguenarde de Marine Le Pen que les militants frontistes abattus durent supporter. Le calice jusqu’à la lie (…)

C’est un immense sentiment de gêne, voire de honte nationale qu’ont éprouvé les patriotes à l’issue de la performance indigente de leur candidate. Et un sentiment d’abattement à l’annonce des résultats du second tour, tant ceux-ci donnent peu de motifs de satisfaction et d’espoir.

« L’ennemi, c’est celui qui vous hait et veut

Lire la suite de l'article

Opération recasage des membres du cabinet de Hollande dans celui de Macron

À l'Élysée, certains conseillers, anticipant une victoire d'Emmanuel Macron, ont déjà noué des contacts avec les équipes du candidat. Objectif: être reconduit dans le nouvel exécutif.

«Il n'y a pas un seul membre du cabinet qui n'ait en ligne, quotidiennement, un interlocuteur au QG d'En marche!».

En marche vers Hollande 2.

Lire la suite de l'article

Dieu est désigné par le même mot en arabe et en français mais le Dieu du Coran n’est pas celui de la Bible

Dans le nouveau numéro de Clarifier, Annie Laurent revient sur la manière d’écrire « Dieu » lorsqu’il s’agit de celui des musulmans

Jesusissa2-450x255"(…) Autrement dit, en français, faut-il dire « Allah », comme le font la plupart des auteurs d’écrits relatifs à l’islam ? La réponse à cette question ne va pas de soi car l’écriture choisie – Dieu ou Allah – sous-entend une expression théologique spécifique. Nous prolongeons cette analyse en abordant un sujet connexe mais lié au précédent thème : que signifie Issa, retenu par le Coran pour désigner Jésus, Fils de Dieu pour les chrétiens ?

Si l’on veut respecter la logique linguistique, il convient de dire « Dieu » lorsqu’on s’exprime en français, comme on dit Deus en latin, Dio en italien, God en anglais, Gott en allemand, etc.

« Allah » est un terme sémitique antérieur à l’apparition de l’islam, au même titre qu’« Eloah » en hébreu (« Elohim » étant le pluriel de majesté) et « Elah » en araméen. Provenant de la racine étymologique El ou Al, il désigne toute divinité quelle qu’elle soit, sans rapport nécessaire avec le monothéisme. Il est parfois incorporé dans un prénom. Ainsi, selon la biographie de référence de Mahomet, rédigée par Ibn Hichâm, le père du prophète de l’islam, Mahomet, qui professait l’une des religions païennes en vigueur à La Mecque au VIIe siècle, se nommait Abdallah, c’est-à-dire « Serviteur du dieu ». (Cf. La vie du prophète Mahomet, Fayard, 2004).

Le nom « Allah » résulte de la contraction de l’article al- et du substantif ilâh (« divinité »). L’article semble avoir été

Lire la suite de l'article

4e circonscription du Maine et Loire : LR investit un candidat UDI contre celui du PCD

La 4e circonscription du Maine et Loire est réservée par LR à l'UDI Eric Touron, en succession du député UDI actuel Michel Piron qui ne se représente pas. L'ancien maire LR de Saumur estime que Eric Touron, maire de Distré, n'a pas de légitimité et lui préfère le candidat PCD Charles-Henri Jamin :

C2rSFGbXAAA8PBo

Lire la suite de l'article

Primaire LR : il ne reste que 2 candidats, celui de l’ancien gouvernement Sarkozy – c’est-à-dire tous les autres – et Jean-Frédéric Poisson

C'est ce que déclare Jean-Frédéric Poisson à Famille chrétienne :

CwawGytXAAEut1J"[…] Il ne restait plus que deux candidats. D'un côté le candidat de l'ancien gouvernement de Nicolas Sarkozy – c'est-à-dire tous les autres – et, de l'autre, Jean-Frédéric Poisson. On a bien vu que les candidats réglaient des comptes entre eux (tu as été ma porte-parole, tu as fait le Grenelle, etc.) Moi je n'avais rien à faire dans cette affaire ! Ce n'était pas mon sujet pour la bonne raison que je n'ai pas participé à ce gouvernement ! Toutes les personnes qui étaient là ont exercé des responsabilités majeures dans le quinquennat 2007-2012 qui a abouti à la défaite. Ils en sont tous solidairement responsables. La manière dont la plupart souhaitent s'en exonérer n'est pas juste. Heureusement les Français comprennent la politique sans que nous ayons besoin de leur expliquer. Ils ne sont pas dupes. Ils savent pourquoi ils ont mis cette majorité dehors en 2012.

Vous ne croyez pas au « cordon sanitaire » vis-à-vis du Front national. Pourquoi ?

On ne peut pas à la fois parler de « vivre ensemble » et invoquer le « cordon sanitaire » ! ? Le fameux cordon sanitaire, il n'y a plus qu'eux derrière ! Cela n'existe plus. Quand le FN alerte sur la construction européenne, le choc migratoire ou le sentiment d'abandon dans les campagnes, etc. je ne peux pas considérer que ces problèmes ne se posent pas ! On ne va pas faire semblant. Les familles de la droite et du

Lire la suite de l'article