Archives par étiquette : Caroline

La tomate, un fruit trop catho pour Caroline Fourest?

Après avoir vilipendé Blaise Matuidi pour son signe de Croix, elle pourrait, comme d'autres, s'en prendre à la tomate : 

Lire la suite de l'article

Projet de loi sécessionniste en Caroline du Sud

D'Alain Sanders dans Présent :

Unknown-19"Les élus républicains de Caroline du Sud ont présenté un projet de loi qui donnerait à cet Etat la possibilité de se séparer – osons le mot : de faire sécession – des Etats-Unis si Washington violait le Second Amendement de la Constitution. En saisissant, par exemple, des armes légalement achetées et donc légalement détenues.

Ce projet de loi, soumis au Comité judiciaire de l’Etat de Caroline du Sud, a sans doute peu de chances d’être ratifié. Il n’empêche que c’est un message fort au gouvernement fédéral, alors que l’on assiste à une campagne hystérique contre les armes à feu.

Naguère, en 1835, alors que les Mexicains prétendaient confisquer à la petite ville de Gonzales, Texas, son canon, les Texans leur répondirent : « Come and take it ! » (« Venez le prendre ! »). Les Mexicains s’y essayèrent. A leurs dépens. Plus tard, en 1861, le Texas sera un des fers de lance de la Confédération. Et, pour y séjourner régulièrement, j’ai cru comprendre que la méfiance – pour ne pas parler de tentation sécessionniste là aussi – à l’égard de Washington reste prégnante.

En ce qui concerne la Caroline du Sud, on rappellera qu’elle fut la toute première – « La première et toute seule », comme on le dit fièrement sur place – à faire sécession le 20 décembre 1860. Et ce fut elle, encore, qui passa à l’action le 12 avril 1861. Ce jour-là, à quatre heures trente du matin, les canons de Charleston ouvraient le feu sur Fort

Lire la suite de l'article

Harcèlements sexuels : Caroline de Haas quitte les réseaux sociaux

Grâce à une enquête de Libération, il a été établi que l'UNEF est devenu un "terrain de chasse sexuel" lorsque Caroline de Haas est devenue secrétaire général du syndicat.

Devant les évidences, Caroline de Hass est incapable d'argumenter et préfère quitter les réseaux sociaux.

Elle se dit victime collatérale de l’enquête de Libération relatant les abus sexuels contre des militantes syndicales de l’UNEF. Après cet article, elle a été prise à partie sur Twitter par le chroniqueur Eric Naulleau.

Lire la suite de l'article

Caroline de Haas : “Un homme sur deux ou trois est un agresseur” … à l’UNEF

ImagesGrâce à une enquête de Libération, il est désormais établi que l'UNEF était un "terrain de chasse sexuelle" entre 2007 et 2015.

Une vingtaine de militantes ou ex-militantes de l'Unef dénoncent des violences sexuelles qui auraient eu lieu entre 2007 et 2015 au sein du syndicat étudiant.

Or, Caroline de Hasse a été secrétaire générale de l'UNEF de 2006 à 2009.

Caroline de Haas a donc peut-être raison d'affirmer :"Un homme sur deux ou trois est un agresseur" … à l'UNEF.

Lire la suite de l'article

Caroline Roux : “L’acharnement à banaliser l’avortement constitue un grave déni de la réalité”

Tribune de Caroline Roux de l'Alliance Vita sur Atlantico :

"Madame Rossignol, ministre des Familles, de l’enfance et du droit des femmes a déclaré la guerre aux sites Internet qui, selon elle, donneraient des informations "faussées" sur les conséquences de l'avortement. Elle entend élargir le délit d’entrave aux informations d’associations qui ne se résignent pas à le banaliser et qui prennent en compte les dilemmes des femmes. 

Depuis des années, l’information n’a cessé de se dégrader. Trop de femmes qui hésitent à poursuivre une grossesse inattendue et souhaiteraient pourvoir éviter une IVG, sont conduites vers l’avortement par fatalité, faute d’une information équilibrée et d’un accompagnement approprié. Selon l’Ined, 72% des femmes qui avortent suivaient une méthode de contraception quand elles ont découvert leur grossesse. Face à l’inattendu, les questions se bousculent dans la panique, et souvent la solitude. Bien des femmes, jeunes ou moins jeunes, se sentent jugées et rejetées quand elles révèlent être enceintes sans l’avoir planifié. Certaines confient penser à l’IVG à contrecœur sous la pression de leur compagnon, de l’entourage, ou encore par peur pour leur emploi.

Même si l’avortement suscite des oppositions de principe qui demeurent irréductibles, notre société peut-elle laisser croire que les femmes pourraient le ressentir comme un acte anodin ?

Sur le site du gouvernement dédié à l’IVG, on trouve des informations à sens unique. Aucun renseignement n’est proposé sur les aides et droits des femmes enceintes qui pourraient contribuer, pour celles qui le souhaitent, à poursuivre leur grossesse. Dans une vidéo, un

Lire la suite de l'article

Réécriture de la Loi Taubira : Caroline Mécary tacle François Fillon

Sur le plan juridique, elle n'a pas tort : pour réécrire cette loi, François Fillon devra s'affranchir du Conseil constitutionnel et de la CEDH, ce qui paraît bien illusoire (autant on peut sortir de la CEDH, mais il faudra un sacré courage politique, autant, pour passer outre le Conseil constitutionnel, on se demande bien comment il va s'y prendre). Ce qui valide l'idée que seule l'abrogation de la loi est techniquement envisageable :

"Si Francois Fillon impose l'adoption simple pour les enfants élèves par des couples homos et l'adoption plénière pour les enfants elevés par des couples hétéros il crée une discrimination entre les enfants selon qu'ils sont l'orientation sexuelle des parents, il viole la Constitution et la Convention européenne des droits de l'Homme. Bref il rend la France "éligible" à une condamnation de la CEDH;;;;ah merde il veut aussi sortir du système CEDH sans doute pour se rapprocher de la Russie."

Lire la suite de l'article

Caroline Roux : “Il faut avoir une véritable politique de prévention de l’IVG”

Le site de l’Alliance Vita propose un verbatim du débat sur l’IVG auquel a participé Caroline Roux, directrice générale adjointe d’Alliance VITA, sur Sud radio. Extraits :

“Beaucoup de femmes sont culpabilisées de se sentir mal par rapport à l’avortement, tant il y a une obstination en France de faire croire que cet acte n’aurait pas de portée intime, sociale ou éthique. Or, les femmes le savent bien, ce sont des vies humaines qui sont en jeu. D’où des questionnements qui peuvent être douloureux… »

Il faut revenir à la réalité : l’avortement est d’abord un problème social et humanitaire. Aujourd’hui, il faut comprendre pourquoi les femmes avortent. Il y a un chiffre qui est très important à connaître : 72% des femmes qui avortent disent avoir suivi une méthode de contraception quand elles ont découvert leur grossesse. A-t-on le droit à l’erreur ? C’est à la source d’ un grand malentendu entre les hommes et les femmes. 

Cela invite les politiques mais aussi toute la société à avoir un autre regard sur les grossesses inattendues pour que les femmes ne se sentent pas stigmatisées, comme certaines le sont : beaucoup se sentent rejetées, jugées quand elles sont confrontées à une grossesse inattendue ; c’est extrêmement violent pour elles.

La question qui se pose aujourd’hui, c’est d’avoir une véritable politique de prévention de l’IVG, que celles qui souhaitent l’éviter, puissent l’éviter.  Le sondage IFOP Les Français et l’IVG, publié en septembre 2016 révèle que 72% des Français pensent que

Lire la suite de l'article

Diktat LGBT en Caroline du Nord

La loi fédérale "HB2"promulguée en Caroline du Nord le 23 mars stipule que "les individus transgenres doivent utiliser les toilettes publiques qui correspondent à leur identité sexuelle assignée à la naissance". Le texte, surnommé "loi toilettes" aux États-Unis où elle a provoqué un débat national, exclut par ailleurs la protection de l'identité de genre et de l'orientation sexuelle de sa définition de la non-discrimination.

En réaction à l'adoption de cette loi qu'elle juge contraire aux intérêts de la communauté LGBT, la puissante ligue de basket nord-américaine, la NBA, a décidé de retirer l'organisation en février 2017 du "All-Star Week-End" à Charlotte, plus grande ville de Caroline du Nord. Le All-Star week-end, vitrine de la ligue, réunit chaque année dans une ville différente l'élite des basketteurs NBA pour plusieurs rencontres amicales et diverses festivités. Pour la ville de Charlotte, les pertes économiques sont estimées à 100 millions de dollars

Dans un email interne, un actionnaire minoritaire du club des Hornets conteste la décision de la NBA, en  : 

"Si vous voulez changer de genre, faîtes-le, c’est un pays libre mais ne forcez pas un enfant de huit ans à partager des toilettes avec des gens qui n’ont pas les organes avec lesquels ils sont nés, ce n’est pas acceptable".

Lire la suite de l'article

Un avocat proche de Caroline Mecary suspendu du barreau de Paris

Yann-streiffMe Yann Streiff a comparu le 23 décembre devant la formation de jugement de l’ordre des avocats de Paris, pour avoir soutiré 1,6 million d’euros à l’une de ses clientes en situation de faiblesse, qui alternait tentatives de suicide et séjours à l’hôpital. Il a été condamné à trois ans de suspension d'exercer par le barreau de Paris. Fait rare, cette sentence disciplinaire est frappée d’appel à la fois par le procureur général de Paris et par le bâtonnier de la capitale, Pierre-Olivier Sur, dont le mandat s’achevait deux jours plus tard. Au vu de la gravité des faits, ils veulent que Me Streiff soit radié définitivement. Ce double appel est embarrassant pour le barreau de Paris, qui se retrouve accusé d’avoir manqué de sévérité envers l’un de ses membres, non seulement par le procureur général, mais aussi par son propre patron. 

Yann Streiff a, selon une enquête de Mediapart, bénéficié pendant quinze ans d’une étonnante mansuétude de l’ordre chargé de sanctionner les atteintes à la déontologie, malgré son implication dans plusieurs autres affaires.

Les ennuis de l'avocat commencent au milieu des années 2000. Avec sa confrère et amie Caroline Mecary, connue pour son engagement en faveur des homosexuels (ils ont plaidé ensemble des affaires de PMA et GPA), Yann Streiff défend deux héritiers français de la célèbre peintre américaine Joan Mitchell. Le 11 mars 2003, après sept ans de procédure, un accord bouclant cette succession conflictuelle est sur le point d’être conclu, avec 700 000 euros de rémunération à

Lire la suite de l'article

Un Bobard d’or pour Caroline Fourest pour l’ensemble de son oeuvre ?

Et certains la désignent encore comme une "journaliste" :

"On se souvient de sa chronique (…) dans laquelle elle affirmait, après avoir vu sur Internet une photo de trois militaires ukrainiens aux yeux bandés, que des militaires pro-russes leur avaient « arrachés au couteau les globes oculaires ». Cela lui avait valu un rappel à l’ordre du CSA qui lui demandait de « faire preuve de davantage de vigilance et de rigueur » dans son travail.

Quelques mois plus tard, elle n’hésitait pas à tronquer le témoignage de Sigolène Vinson, chroniqueuse judiciaire à Charlie Hebdo et rescapée de la tuerie du 7 janvier, en racontant qu’un des frères Kouachi lui avait fait réciter le coran, ce que s’était empressée de démentir l’intéressée. Ensuite, elle a carrément menti sur le plateau de Laurent Ruquier, affirmant avoir gagné un procès… qu’elle avait perdu, ce qui avait provoqué la colère de l’animateur qui avait juré de ne plus jamais inviter la menteuse. Malgré ce C.V. déjà bien chargée (et on en passe !), Caroline Fourest ne compte visiblement pas s’arrêter en si bon chemin et la voilà qui réitère aujourd’hui ses mensonges et ses approximations visant à salir ceux qui ne pensent pas comme elle.

Fourest
Le 14 septembre, c’est au nouveau chef du parti travailliste anglais, Jeremy Corbyn, qu’elle s’en est prise (…) sur France Culture, l’accusant pêle-mêle d’avoir « ses bureaux » à la mosquée des Frères musulmans de Finsbury ; de donner des interviews à

Lire la suite de l'article