Archives par étiquette : cardinal

Le cardinal Sarah sera à Chartres en 2018

Cardinal-robert-sarahDe Jean de Tauriers, président de Notre-Dame de Chrétienté :

"Comme je l’ai annoncé lors de l’Assemblée Générale de notre association (le 17 novembre) et à l’Université d’Automne (le 18 novembre), Notre Dame de Chrétienté aura le grand honneur d’accueillir le cardinal Sarah lors de la Messe de clôture de notre prochain pèlerinage à Chartres, le 21 mai 2018.

Nous remercions infiniment le cardinal Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, d’avoir accepté de venir pèleriner avec nous. Nous nous faisons une joie de préparer cet événement qui sera une date importante pour l’histoire de notre pèlerinage."

Lire la suite de l'article

Le cardinal Schönborn a ouvert sa cathédrale à des militants LGBT

De Jeanne Smits sur Réinformation.tv :

S"Le cardinal Christoph Schönborn a ouvert sa cathédrale Saint-Etienne à des militants homosexuels ou transsexuels connus, le 1er décembre dernier, à l’occasion de la journée mondiale du sida. La célébration liturgique œcuménique s’est ouverte par l’accueil du militant homosexuel Gerry Keszler à la porte de la cathédrale par le cardinal autrichien lui-même qui a ensuite, depuis l’autel, prononcer un discours de bienvenue à l’activiste et à tous ceux qui avec lui organisent le Life Ball de Vienne. Le leader LGBT n’a pas été le seul à avoir un rôle de premier plan : portant barbe et cheveux longs, visage efféminé, Conchita Wurst a proposé une intention de prière…

Le Life Ball, plus grand événement caritatif mondial pour les victimes du sida et les séropositifs se tient tous les ans à Vienne « sous le signe de la solidarité et de la tolérance ». Le 10 juin 2017, il s’accompagnait d’une « afterparty » en boîte de nuit. Les participants à l’événement rivalisent d’inventivité pour les tenues – travestis, drag queens, diables sont les bienvenus – selon une tradition instituée lors de la création de Life Ball par un petit groupe de gays. D’ailleurs, devant le succès de l’événement chez les hétéros, un quota des billets, dont le nombre est strictement limité à 3.780, est réservé aux gays et lesbiennes. 

Au moment de la « prière universelle » au cours de cette liturgie, en pleine cathédrale, c’est le « transformiste » Thomas Neuwirth, mieux connu sous son nom de scène de Conchita Wurst, qui

Lire la suite de l'article

Immigration : selon le cardinal Sarah, la Pologne montre le chemin

Capture d’écran 2017-12-01 à 08.40.14Le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte divin, prononçait une conférence en anglais sur l’Europe, le 22 octobre à Varsovie, invité par le mouvement Europa Christi. Son conférence a été traduite en français dans le numéro de décembre de La Nef. Extrait :

Capture d’écran 2017-12-01 à 08.36.53 Capture d’écran 2017-12-01 à 08.37.10 Capture d’écran 2017-12-01 à 08.37.31

Lire la suite de l'article

Deux vies, un message. Marcel Van, Cardinal Van Thuân

Lu sur Info catho :

"L’un vient d’une famille riche, l’autre d’une famille pauvre. L’un a reçu une solide formation, l’autre n’a jamais pu étudier. L’un est Cardinal, l’autre apôtre caché de l’amour. Et pourtant tout les rassemble : Voici l’histoire de deux hommes vietnamiens qui ont consacré toute leur vie à Dieu même dans les pires conditions de captivité et de souffrance. Aujourd’hui, leurs procès en Béatification sont ouverts pour faire reconnaître la sainteté de ces hommes au même message : Celui de l’espérance qui ne déçoit pas au cœur même de l’expérience douloureuse de l’Amour. Il est apparu important à AMIS DE VAN EDITIONS de partager ce parallèle entre Thuân et Van dont les destins, par la force des choses mêlés, et les héritages spirituels suscitent un fort intérêt chez de nombreuses personnes. Porteur d’un message profond d’Espérance et de Confiance ce livre va renforcer la foi des lecteurs dans un monde en perte de repères à la lumière des enseignements offerts par ces deux hommes choisis par Dieu."

Commander le livre

Lire la suite de l'article

Cardinal Cañizares : « Nous célébrons le rétablissement de la foi catholique, qui avait été éliminée sous la domination de l’envahisseur musulman »

De Daniel Hamiche sur l'Observatoire de la christianophobie :

"Le 29 septembre 1238, après 18 mois de siège, les musulmans qui occupaient Valence capitulèrent devant le roi Jacques Ier d’Aragon, dit le Conquérant – né, disons-le en passant, à… Montpellier… Le 9 octobre suivant, le roi fit procéder à la consécration de la grande mosquée qui avait été construite sur l’ancienne cathédrale wisigothique, qui fut ainsi rendue au culte catholique et dédiée à la Vierge Marie. C’est en souvenir de cette journée du 9 octobre que se célèbre chaque année la fête aux « gloires valenciennes » (las Glorias valencianas). Un Te Deum y est chanté dans la cathédrale mais, depuis trois ans, les autorités municipales – une alliance de l’extrême gauche, des socialistes et des nationalistes catalans – se refusent d’y assister et même d’entrer dans la cathédrale : célébrer la libération de la ville de la domination musulmane les insupporte… Le cardinal Antonio Cañizares, archevêque de Valence, n’a visiblement pas les mêmes sentiments. Il a présidé cette cérémonie hier et a précisé dans son homélie : « Nous célébrons avec une immense joie le rétablissement de la foi catholique à Valence, qui avait été éliminée de l’espace public sous la domination de l’envahisseur musulman ». Cela ne va pas lui faire que des amis à la mairie mais celui lui vaut, évidemment, notre respect et notre admiration…"

Lire la suite de l'article

Le cardinal Burke de retour au Tribunal suprême de la Signature apostolique

Unknown-9Le cardinal Raymond Leo Burke, né le 30 juin 1948, fut évêque de La Crosse, puis archevêque de Saint-Louis. En 2010, le pape Benoît XVI le nomme préfet du tribunal suprême de la Signature apostolique. Le pape l'a démis de cette fonction en 2014 pour le nommer à l'Ordre Souverain de Malte.

Aujourd'hui, le pape François a nommé cinq nouveaux membres du Tribunal suprême de la Signature apostolique. Dont… le cardinal Raymond Burke.

Lire la suite de l'article

Cardinal Müller : l’ancienne liturgie “continuera à rajeunir l’Église”

Une dépêche de l'AFP évoque le retour du missel de 1962 en France :

DSC_6087"[…] En France, la "forme extraordinaire du rite romain" est célébrée dans 230 lieux, sans compter ceux de la Fraternité Saint-Pie X fondée par Mgr Lefebvre, toujours séparée du Saint-Siège. Le chiffre paraît modeste si on le rapporte au nombre des paroisses, environ 13.000. Mais il a presque doublé en dix ans.

A Passy, quartier du cossu XVIe arrondissement de Paris, le curé de Notre-Dame de l'Assomption a introduit la forme extraordinaire à son arrivée en 2014. Une fois par semaine, en soirée, le chanoine Guillaume de Menthière dit une messe basse – non chantée – presque entièrement en latin. Les fidèles y restent essentiellement silencieux, le célébrant leur tournant le dos pour officier en direction de l'Orient, "orienté" vers Dieu.

En ouvrant cette "petite lucarne" dans une église où toutes les autres messes sont données en français dans la "forme ordinaire" (missel de Paul VI), le père de Menthière pensait attirer surtout des personnes âgées en quête de souvenirs d'enfance. Il a été "surpris du nombre de jeunes". Et il refuse les "caricatures" présentant ces fidèles comme une "armée de conservateurs".

A la sortie de la messe, Caroline, 51 ans, dit apprécier ce qui "favorise l'intériorité". Son mari Louis-Aimé, 61 ans, loue l'aspect "extrêmement ritualisé" d'une "symphonie où tout est écrit". Denyse, elle, trouve "très touchant qu'il y ait des prêtres voulant revenir" à l'ancienne forme. "C'est une messe très pure", souligne la vieille dame,

Lire la suite de l'article

Voeux des Echevins : le cardinal Barbarin s’étonne de la présence du ministre Collomb

Gérard Collomb assistait vendredi à Lyon à la traditionnelle cérémonie du voeu des Echevins, à laquelle participaient le nouveau maire et toute la classe politique lyonnaise. Pendant la messe, Mgr Barbarin s'est publiquement dit surpris de sa présence ici alors qu'on pouvait l'attendre auprès des populations sinistrées, victimes de l'ouragan Irma…

Lire la suite de l'article

La dernière lettre du cardinal Caffarra au pape François

Le 6 septembre, le cardinal Carlo Caffarra nous a quittés à l’improviste. Après la disparition, brutale elle aussi, du cardinal Joachim Meisner le 5 juillet, les quatre cardinaux signataires des « dubia » soumis au pape François il y a un an sur des points controversés d’Amoris laetitia ont été réduits de moitié. Les deux à être encore en vie sont l’allemand Walter Brandmüller et l’américain Raymond L. Burke.

C’est le cardinal Caffarra qui était le moteur du groupe. C’est sa signature qui figurait au bas de la lettre de demande d’audience pour lui et les trois autres envoyée au pape François au printemps dernier.  Cette fois encore, comme ce fut déjà le cas pour les dubia, cette demande était restée lettre morte. Peu avant l’envoi de cette lettre, le cardinal Caffarra avait eu la chance de croiser le pape François lors d’un de ses déplacement, à Carpi, près de Bologne, le 2 avril dernier. Pendant le repas, il était assis à côté de lui mais le pape avait préféré converser avec un vieux prêtre et avec les séminaristes assis à la même table.

Voici le texte intégral de la lettre en question, la dernière que le cardinal Caffarra ait adressée au Pape et qui avait déjà été publiée en exclusivité le 20 juin dernier par Settimo Cielo, avec l’autorisation de l’auteur.

Très Saint Père,

C’est avec une certaine appréhension que je m’adresse à Votre Sainteté durant ces jours du temps pascal. Je le fais au nom de leurs éminences les cardinaux Walter Brandmüller, Raymond

Lire la suite de l'article

Le cardinal Carlo Caffarra, RIP

Unknown-5L'archevêque émérite de Bologne, âgé de 79 ans, est décédé ce matin, des suites d'une longue maladie. Il avait dirigé l'archidiocèse de l'Émilie-Romagne pendant 12 ans, de 2003 à 2015.

Ordonné prêtre en 1961, il obtient un doctorat en droit canonique à l’université pontificale Grégorienne et un diplôme de spécialisation en théologie morale auprès de l’Académie pontificale alphonsienne. Il part enseigner la théologie morale dans les séminaires de Parme et de Fidenza, puis à la faculté théologique de l'Italie septentrionale à Milan. En 1974, il est nommé par le Pape Paul VI membre de la Commission théologique internationale.

Dans les années 1970, le cardinal Caffarra approfondit les thèmes du mariage, de la famille et de la procréation et enseigne l’éthique médicale à la Faculté de médecine et de chirurgie de l'université catholique du Sacré-Cœur à Rome. En 1980, le Pape Jean-Paul II le nomme expert au Synode des évêques sur le Mariage et la Famille puis le charge l’année suivante de fonder et de présider l’Institut pontifical Jean Paul II sur le mariage et la famille.

Le cardinal Carlo Caffarra fait partie des quatre signataires des « Dubia » adressés au pape à propos de l'exhortation Amoris laetitia. Après le décès du cardinal Meisner il y a quelques mois, il ne reste plus que le cardinal Burke et le cardinal Brandmüller.

Nommé cardinal par le pape Benoît XVI en 2006, le cardinal Caffarra était un très proche de Saint Jean-Paul II.

Le cardinal Caffarra ne sera pas

Lire la suite de l'article

Le Cardinal de Retz, mots d’esprit pour temps de troubles

De Thomas Flichy de La Neuville :

Jean-François de Gondi se savait trop léger pour prétendre s’emparer du pouvoir. Cet agitateur professionnel nous a pourtant légué, au fil de ses Mémoires, quelques traits extraordinairement lucides sur la métamorphose d’un Etat en temps de guerre civile. L’une des caractéristiques de la Fronde fut en effet de mêler très étroitement la bataille judiciaire à celle des rues, et il ne fut pas rare de voir des robins abandonner soudainement le prétoire pour tirer l’épée. Ils n’étaient d’ailleurs pas seuls à se battre en un temps où l’on voyait des enfants de cinq et six ans avec les poignards à la main. C’étaient leurs propres mères qui les leur apportaient[1]… Ceci amène le cardinal de Retz à décrire crûment la déliquescence des pouvoirs publics :

« Le dernier point de l’illusion en matière d’Etat, est une espèce de léthargie qui n’arrive jamais qu’après les grands symptômes. Le renversement des anciennes lois, l’anéantissement de ce milieu qu’elles ont posé entre les peuples et les rois, l’établissement de l’autorité purement et absolument despotique »[2].

Le mémorialiste en profite naturellement pour attaquer les actions d’intoxication du camp adverse, incarné par Mazarin, qui promit tout car il ne voulut rien tenir[3]. En effet, comme le grand secret de ceux qui entrent dans les emplois est de saisir d’abord l’imagination des hommes par une action de circonstance[4], les bruits les plus spectaculaires ne pourraient être qu’écrans de fumée. Le

Lire la suite de l'article