Archives par étiquette : capable

Une Europe qui a renoncé au Christ ne sera pas capable de préserver son identité

Le 22 septembre se tenait à la résidence de l’ambassadeur de Russie en Grande-Bretagne, un symposium international sur l’avenir chrétien de l’Europe. Le métropolite Hillarion, directeur du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou de l’Église orthodoxe russe, y prononça le discours d’ouverture. Extrait trouvé dans Christianophobie Hebdo :

Images"Le déclin contemporain du christianisme dans le monde occidental peut être comparé à la situation dans l’empire russe avant 1917. La révolution et les événements dramatiques qui l’ont suivie avaient des causes profondément spirituelles autant que sociales et politiques. Depuis de longues années, l’aristocratie et l’intelligentsia avaient abandonné la foi, et le peuple ordinaire suivit [cet exemple].

[…] Dans les années de l’immédiat après-­guerre, le christianisme joua un rôle considérable dans le processus d’intégration européenne qui, dans le contexte de la Guerre froide, fut considéré comme l’un des moy­ens de contenir l’expansion de la propagande athée et de l’idéologie communiste. Dans sa propagande anticom­muniste, le Vatican s’appuya sur l’unification européenne, sur les partis démocrates chrétiens de l’Europe occidentale. Ces derniers croyaient fermement que la civilisation occidentale était intimement liée aux valeurs chré­tiennes, et ils avaient à se défendre contre la menace communiste. Pie XII soutint la création d’une communauté européenne comme étant une « mission historique de l’Europe chrétienne ».

[…] Et lorsque, un demi-­siècle après la création de l’Union européenne, on rédigea sa Consti­tution, il eût été naturel pour les Églises chrétiennes de s’attendre à ce que le rôle du christianisme en tant qu’une des valeurs europée­nnes, soit inclus

Lire la suite de l'article

Législatives – Diane de Bourguesdon (PCD) : “je mets au défi quiconque serait capable de dire aujourd’hui quel est le socle idéologique des Républicains”

Diane de Bourguesdon, candidate du PCD dans la 14e circonscription de Paris, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l’élection législative dans la 14èmecirconscription de paris. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

RBF45HWGJe me lance par passion, par devoir et par conjoncture. Par passion car j’ai toujours eu le goût de la question politique, depuis que je suis en âge d’avoir une conscience politique. Je suis d’ailleurs encartée depuis l’âge de 19 ans, et j’ai milité pour la droite lorsque j’étais étudiante. Aujourd’hui mère de famille et consultante dans un cabinet de conseil en assurance, je dégage du temps pour suivre un enseignement hebdomadaire de philosophie politique à l’Ecole professorale de Paris. Par devoir car la situation de notre pays me semble suffisamment préoccupante pour s’inquiéter de l’avenir de notre nation et de notre société, dans lesquelles vont évoluer nos enfants, et également parce que la réponse politique donnée depuis plusieurs années et en particulier par M. Hollande me semble être la meilleure manière de foncer dans le mur. Par conjoncture enfin, puisque j’ai eu récemment la chance de découvrir un parti, le Parti Chrétien-Démocrate, reposant sur un socle conceptuel cohérent et solide qui correspond en tous points à mes opinions, et de rencontrer des personnes authentiques, courageuses et sympathiques, ce qui n’enlève rien, tout cela me donnant l’énergie et l’envie de me mobiliser et défendre nos idées.

Dans cette circonscription vous allez affronter Claude Goasguen, le maire LR du 16è. N’êtes vous

Lire la suite de l'article

Little Boy : Crois-tu en être capable ?

De Bruno de Seguins Pazzis sur le film Little Boy, qui sort en salles ce mercredi.

Sans titreO’Hare, petite ville côtière de la côte californienne en 1944. Pepper Busbee est un petit garçon de 8 ans qui ne grandit plus. Il est alors surnommé « Little Boy ». Il entretient une relation très proche avec son père qui l’encourage malgré sa petite taille. Lorsque la seconde guerre mondiale éclate, son grand frère London est réformé à cause de ses pieds plats. Son père va alors le replacer pour partir au front. Pepper est effondré par cette séparation. Lorsqu’il entend un jour le verset 17:20 de l’Evangile selon St Mathieu (« En vérité, je vous le dis, si vous avez la foi aussi petite qu'une graine de moutarde, vous pouvez dire à cette montagne: Et elle se déplacera »), il décide d’acquérir tout ce qu’il faut de foi pour obtenir le retour de son père. Cette quête de « Little Boy » va le faire passer par un chemin initiatique au cours duquel il devra se soumettre aux conseils du Père Oliver, mais aussi se défendre contre les garçons de son âge qui le moquent, affronter Hashimoto, un vieux japonais qui symbolise l’ennemi des américains, surmonter la nouvelle de la mort de son père, avant de trouver tout au bout la sérénité, la paix et l’amour.

Avec: Jakob Salvati (Pepper Flynt Busbee, “Littele Boy”), Emily Watson (Emma Busbee, la mère de Pepper), David Henrie (London Busbee, le frère de Pepper), Cary-Hiroyuki Tagawa (Hashimoto), Michael Rapaport (James Busbee, le père de Pepper), Ben Chaplin (Ben

Lire la suite de l'article

Yannick Moreau : Si nous gagnons en 2017 il faudra être capable de proposer des mesures concrètes pour la vie à naître

Yannick Moreau, député Les Républicains de Vendée (qui a évoqué hier les crimes de la Terreur) répond aux questions du Rouge & le Noir sur le délire d'entrave à l'avortement :

Unknown-69"Les socialistes ont engagé une procédure accélérée parce qu’ils savent bien que leur fin est proche ! Il ne reste plus que 3 mois avant la fin de la session parlementaire et 5 mois avant la fin d’un quinquennat funeste pour la France. Fragmentée à l’Assemblée nationale, la majorité se déchire à sa tête pour savoir qui du Président de la République ou du Premier ministre va les représenter. La gauche joue son « va-tout » avec des textes symboliques et clivant, ressuscitant les fantasmes pour mobiliser l’extrême-gauche à quelques semaines des primaires de la gauche. […]

Une enquête de l’IFOP de 2010 indique que 47 % des Français estiment que c’est « la situation matérielle » qui est principalement à l’origine des interruptions définitives de grossesses. C’est notamment pour cela que j’ai déposé un amendement pour réintroduire le détail des aides proposées aux femmes enceintes et aux jeunes mères, dans le livret officiel d’information remis aux femmes enceintes consultant en vue d’une interruption volontaire de grossesse. Une mesure à laquelle sont d’ailleurs favorables 84% des Français selon une étude IPSOS de septembre 2016. […]

Il est assez évident que les socialistes ont une vision très réduite de la liberté d’expression. Ils en font la démonstration régulièrement. Nous avons déposé, avec mes collègues de l’Entente parlementaire pour la Famille, un amendement pour

Lire la suite de l'article

Voulez-vous être médecin : de quoi êtes-vous capable dans la boucherie intra-utérine ?

Le titre de ce post va sans doute choquer nos camarades du Planning, et quelques autres aussi, mais cette horreur (dixit le pape François) est bien une réalité. Yves Daoudal fait remarquer que le nouveau plan de l’Agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France pour « améliorer l’accès à l’IVG » prévoit notamment de « sensibiliser les futurs praticiens à la pratique de l’IVG ». Et l'on y trouve aussi cette mesure :

« Contractualisation avec les établissements de santé sur un objectif de volume d’activité d’IVG par rapport au volume de leur activité d’obstétrique. »

Question d'Yves Daoudal :

"Cela veut-il vraiment dire que les établissements dits « de santé » devront s’engager par contrat à tuer une quantité définie de bébés à naître par rapport au volume global de leur activité obstétrique ? Et s’ils n’arrivent pas au quota, il se passe quoi ? On va chercher des femmes à avorter par tous les moyens ? On vire les médecins qui ne font pas assez d’avortements ? On coupe dans les crédits qui vont aux soins pour punir cet établissement ?"

Derrière cette mesure, de toute évidence, se met en place le processus qui aboutira à la suppression de la liberté de conscience des médecins sur ce sujet.

Lire la suite de l'article

Les catholiques peuvent-ils être une force capable d’influencer la politique ?

De Guillaume Bernard dans le dernier numéro de La Nef :

N"[…] Au premier tour de la présidentielle 2012, les cathos pratiquants (ceux qui vont au moins une fois par mois à la messe) ont voté à 47 % pour Nicolas Sarkozy (contre 27 % au niveau national), à 17 % pour François Bayrou (contre 9 %) et 15 % pour Marine Le Pen (contre 18 %). Ils votent donc très nettement plus à droite que la moyenne nationale, leur centre de gravité se situant au sein de la droite modérée. Au second tour, 79 % d’entre eux, l’équivalent de ce qui s’était porté au premier tour sur le centre et les droites, ont donné leur soutien au président sortant. Ils étaient 9 % de plus qu’en 2007. Cette progression peut s’expliquer par les positions en matière de mœurs (mariage homosexuel) et de bioéthique (euthanasie) du candidat PS heurtant de front leurs convictions. Les pratiquants occasionnels (qui assistent à l’office moins d’une fois par mois) n’ont été que 62 % à se prononcer pour Sarkozy. Quant au comportement électoral des cathos non-pratiquants, il est quasiment identique à celui du reste de la population. À l’inverse, ceux des électeurs qui se définissent comme sans religion ainsi que les musulmans ont massivement préféré François Hollande : respectivement 70 et 86 % d’entre eux (soit 18 et 34 points de plus que son score national). Tout cela confirme que, parmi les facteurs expliquant le vote, l’enracinement culturel est l’un des plus prégnants.

Lire la suite de l'article