Archives par étiquette : Campagne

On lui aurait demandé de fermer les yeux sur des anomalies de comptes de campagne

Un rapporteur de la Commission nationale des comptes de campagne révèle pourquoi il a décidé de démissionner :

Unknown-6"Le 20 novembre, les portes ont claqué dans le huis clos du 36, rue du Louvre, siège de la discrète Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Une séance « longue, houleuse et difficile », au dire de notre témoin, qui s'est résigné à démissionner, la mort dans l'âme. « Vous ne m'offrez d'autre alternative que celle de me soumettre ou de me démettre », écrit Jean-Guy de Chalvron dans une lettre adressée au président de la CNCCFP, François Logerot, dont nous avons obtenu copie, paraphrasant la tirade de Gambetta. Durant toute sa carrière, cet inspecteur général de l'administration, aujourd'hui retraité, a été un grand serviteur de l'Etat, passé par dix ministères, de l'Industrie à l'Intérieur. Il fut aussi directeur de cabinet de Louis Mexandeau aux Anciens combattants. De solides gages de sérieux pour ce haut fonctionnaire qui met en avant dans sa lettre de rupture les « valeurs d'indépendance et de rigueur » qui l'ont toujours guidé. Que s'est-il donc passé pour qu'il en arrive là et rompe le silence ?

«La colère », nous explique-t-il, « révolté ». Pendant cinq mois, il a été l'un des deux rapporteurs chargés d'éplucher les 52 cartons de factures d'un grand candidat à la présidentielle. Or, il dit avoir déniché nombre de dépenses litigieuses qui ne pouvaient pas, selon lui, ouvrir droit à un remboursement par l'Etat, donc par le

Lire la suite de l'article

Le directeur de campagne de Laurent Wauquiez accepte la PMA pour les LGBT

C'était bien la peine d'exclure les Constructifs…

Lire la suite de l'article

La campagne pour le droit à la Vie continue

Clv-aff-pasunchoix_0Le visuel de campagne pour le droit à la Vie a suscité sur le net une vague de réactions qui méritent d'être soulignées de part leur extrême violence. En quelques jours pluie d'insultes, d'agressivité et de menaces furent déversées à l'encontre de Choisir la Vie en général, et plus particulièrement à l'encontre de sa présidente Cécile Edel.

Nous y voyons la preuve que nous touchons juste en affichant publiquement cette réalité simple, vraie que nombreux veulent pouvoir effacer car trop violente: l'avortement porte atteinte à la vie d'un enfant!Cette réalité fait très fortement écho en chacun et elle est insupportable pour certains.

La journée mondiale pour le droit à l'avortement proclamée par Marisol Touraine en 2015 est terminée mais 220 000 enfants sont toujours avortés chaque année en France.

Nous devons continuer à nous mobiliser! Nous comptons sur vous pour continuer à diffuser ces affiches et autocollants qui dérangent tant !

Pour toute commande : info@choisirlavie.fr (libre participation aux frais)

Pour tout don : chèque à l'ordre de Choisir la Vie : 70 bld St Germain- 75005 Paris ou via paypal sur www.choisirlavie.fr

Lire la suite de l'article

Journée pour le droit à l’avortement : Choisir la Vie riposte en lançant une grande campagne de sensibilisation pour le droit à la Vie

0

Communiqué de Choisir la vie :

"En 2015, Marisol Touraine, alors Ministre de la Santé, décidait de faire du 28 septembre, la journée mondiale du droit à l'avortement et célébrait cet évènement en inaugurant un numéro vert d'appel pour informer les femmes sur l'IVG. Depuis, chaque année, à cette même date, nous voyons fleurir de nouvelles affiches non seulement promouvant toujours davantage ce droit mais également en le glorifiant… comme si l'avortement était l'objectif ultime à atteindre dans la vie d'une femme !

Depuis plus de 40 ans, les gouvernements successifs ont persisté dans cette volonté de banaliser et nier en particulier l'impact psychologique de cet acte qui arrête un cœur qui bat.

Choisir la Vie qui, quotidiennement, se place et du côté des femmes et du côté des enfants à naître entend, par sa nouvelle campagne pour le droit à la vie, riposter à cette campagne pro IVG et montrer que l'avortement ne peut constituer un choix respectueux de la vie humaine.

Pour toute commande d'affiches et d'autocollants : info@choisirlavie.fr (libre participation aux frais)."

Lire la suite de l'article

Campagne des Survivants : Marlène Schiappa tombe dans le panneau (de JC Decaux)

La campagne des Survivants ne laisse pas indifférent et c'est déjà une victoire : l'avortement on en parle.

270317_104653_PEEL_GQRQZBLa nouvelle ministre a l'air d'être une hystérique comme son père. Ce dernier, Jean-Marc Schiappa, membre de la Fédération Nationale de la Libre Pensée, avait publié un ouvrage négationniste, niant les racines chrétiennes de la France. Il doit vivre reclus dans sa loge pour en arriver à ce degré.

Lire la suite de l'article

Le renouvellement c’était pendant la campagne…

124098496Désormais Macron fait du neuf avec du vieux. Exemple avec le nouveau ministre des Armées, Florence Parly (à l'extrême gauche sur la photo ci-contre datée de l'époque Jospin) :

"A sa sortie de l'ENA, Florence Parly intègre la direction du budget où elle contribue à la mise en place technique du Revenu Minimum d'Insertion (RMI). Après des passages dans des cabinets ministériels sous Michel Rocard et Pierre Bérégovoy, puis un retour à la direction du budget, elle intègre le cabinet de Lionel Jospin en 1997 et traite des questions budgétaires, avant d'être nommée secrétaire d'État au Budget en 2000, à 37 ans. Elle y rencontre alors une forte exposition médiatique: on la voit défendre ses réformes et sa «confiance dans le retour au plein-emploi» sur les plateaux de télévision, chez Christine Ockrent ou, enceinte, chez Arlette Chabot. Sa formule sur le service de l'État – qui est «plus intéressant que de vendre des savonnettes» citée dans un reportage sur Matignon, fait également parler d'elle. Après la chute de la gauche en 2002, elle effectue un passage au conseil régional de Bourgogne, puis se reconvertit -malgré ses déclarations- dans le privé en 2006."

Lire la suite de l'article

La Françafrique dans la campagne présidentielle

Robert Bourgi, l'homme des Costumes de François Fillon lui en taille un beau dans Vanity Fair.

"Au fond je n’ai jamais cru en Fillon. Tu comprends ma grande ?, [dit-il en s’adressant à la journaliste] Tu me suis ? C’est Sarko que j’aime. Il est comme moi : un affectif, un métèque. D’ailleurs je ne l’ai jamais trahi, je lui racontais tout de mes discussions avec Fillon.”

Les deux hommes se connaissent depuis 1980 et les débuts de françois Fillon en politique. Ils vont gravir parallèlement les marches du pouvoir, sans jamais se croiser. Jusqu’à la primaire de la droite et du centre où François Fillon l’emporte sur Nicolas Sarkozy. Si Bourgi veut continuer à exister, il doit changer de cheval. Mais le Sarthois ne semble plus vouloir entendre parler de celui avec qui il partage la passion des moteurs rutilants. Bourgi rumine sa vengeance.

L’affaire éclate finalement le 12 mars 2017.

L'article sur Robert Bourgi raconte une discussion “particulièrement franche” dont se souvient un proche de Fillon, Bernard Debré avec Patrick Stefanini, le directeur de campagne :

“Je l’ai dit à François : ‘Si tu veux que je m’occupe de l’Afrique, je ne veux pas de Bourgi dans les pattes. Ce type est dangereux'”.

Alors Bourgi, se sentant délaissé, passe aux aveux :

“J’ai appuyé sur la gâchette”. 

On voit que l'intérêt supérieur de la France anime vraiment ces hommes… C'est beau la droite des valeurs.

Lire la suite de l'article

Hervé de Lépinau : “Nous payons le prix de la fin de campagne présidentielle du Front national”

Le successeur de Marion Maréchal Le Pen dans la 3e circonscription du Vaucluse est en deuxième position, très proche de la candidate En Marche, Brune Poirson – seulement 90 voix les séparent. Il déclare à Présent :

Unknown"Je suis un peu étonné par la faiblesse de mobilisation de notre électorat. Par rapport au premier tour de Marion Maréchal-Le Pen, nous avons perdu dans les 3 600 voix. Cette perte de voix s’inscrit dans le phénomène Macron mais aussi dans la difficile visibilité du programme du FN. La diabolisation monétaire menée contre nous, mais aussi la volonté implacable de notre parti à vouloir sortir de l’euro, a déboussolé l’électorat, qui attendait autre chose. Nous payons le prix de la fin de campagne présidentielle du Front national. Aujourd’hui, j’appelle les abstentionnistes à venir voter pour nous.

[…] Nous n’avons pas été capables de stabiliser notre électorat, qui est pourtant sensibilisé aux questions identitaires. Nous nous sommes laissé submerger par la problématique monétaire. Le résultat est que nous sommes partis pour avoir deux ou trois députés à l’Assemblée… Ces résultats montrent la victoire de l’égoïsme et du matérialisme. Nous avons un pays qui est moralement battu, il n’a plus de système immunitaire et est donc vulnérable à toutes les agressions.

[…] Le FN va devoir faire un travail d’inventaire, comme on dit. La leçon de ces élections est que les grands courants des 40 dernières années ont explosé, et le FN a été touché au même titre que les autres."

Lire la suite de l'article