Archives par étiquette : Campagne

Campagne des Survivants : Marlène Schiappa tombe dans le panneau (de JC Decaux)

La campagne des Survivants ne laisse pas indifférent et c'est déjà une victoire : l'avortement on en parle.

270317_104653_PEEL_GQRQZBLa nouvelle ministre a l'air d'être une hystérique comme son père. Ce dernier, Jean-Marc Schiappa, membre de la Fédération Nationale de la Libre Pensée, avait publié un ouvrage négationniste, niant les racines chrétiennes de la France. Il doit vivre reclus dans sa loge pour en arriver à ce degré.

Lire la suite de l'article

Le renouvellement c’était pendant la campagne…

124098496Désormais Macron fait du neuf avec du vieux. Exemple avec le nouveau ministre des Armées, Florence Parly (à l'extrême gauche sur la photo ci-contre datée de l'époque Jospin) :

"A sa sortie de l'ENA, Florence Parly intègre la direction du budget où elle contribue à la mise en place technique du Revenu Minimum d'Insertion (RMI). Après des passages dans des cabinets ministériels sous Michel Rocard et Pierre Bérégovoy, puis un retour à la direction du budget, elle intègre le cabinet de Lionel Jospin en 1997 et traite des questions budgétaires, avant d'être nommée secrétaire d'État au Budget en 2000, à 37 ans. Elle y rencontre alors une forte exposition médiatique: on la voit défendre ses réformes et sa «confiance dans le retour au plein-emploi» sur les plateaux de télévision, chez Christine Ockrent ou, enceinte, chez Arlette Chabot. Sa formule sur le service de l'État – qui est «plus intéressant que de vendre des savonnettes» citée dans un reportage sur Matignon, fait également parler d'elle. Après la chute de la gauche en 2002, elle effectue un passage au conseil régional de Bourgogne, puis se reconvertit -malgré ses déclarations- dans le privé en 2006."

Lire la suite de l'article

La Françafrique dans la campagne présidentielle

Robert Bourgi, l'homme des Costumes de François Fillon lui en taille un beau dans Vanity Fair.

"Au fond je n’ai jamais cru en Fillon. Tu comprends ma grande ?, [dit-il en s’adressant à la journaliste] Tu me suis ? C’est Sarko que j’aime. Il est comme moi : un affectif, un métèque. D’ailleurs je ne l’ai jamais trahi, je lui racontais tout de mes discussions avec Fillon.”

Les deux hommes se connaissent depuis 1980 et les débuts de françois Fillon en politique. Ils vont gravir parallèlement les marches du pouvoir, sans jamais se croiser. Jusqu’à la primaire de la droite et du centre où François Fillon l’emporte sur Nicolas Sarkozy. Si Bourgi veut continuer à exister, il doit changer de cheval. Mais le Sarthois ne semble plus vouloir entendre parler de celui avec qui il partage la passion des moteurs rutilants. Bourgi rumine sa vengeance.

L’affaire éclate finalement le 12 mars 2017.

L'article sur Robert Bourgi raconte une discussion “particulièrement franche” dont se souvient un proche de Fillon, Bernard Debré avec Patrick Stefanini, le directeur de campagne :

“Je l’ai dit à François : ‘Si tu veux que je m’occupe de l’Afrique, je ne veux pas de Bourgi dans les pattes. Ce type est dangereux'”.

Alors Bourgi, se sentant délaissé, passe aux aveux :

“J’ai appuyé sur la gâchette”. 

On voit que l'intérêt supérieur de la France anime vraiment ces hommes… C'est beau la droite des valeurs.

Lire la suite de l'article

Hervé de Lépinau : “Nous payons le prix de la fin de campagne présidentielle du Front national”

Le successeur de Marion Maréchal Le Pen dans la 3e circonscription du Vaucluse est en deuxième position, très proche de la candidate En Marche, Brune Poirson – seulement 90 voix les séparent. Il déclare à Présent :

Unknown"Je suis un peu étonné par la faiblesse de mobilisation de notre électorat. Par rapport au premier tour de Marion Maréchal-Le Pen, nous avons perdu dans les 3 600 voix. Cette perte de voix s’inscrit dans le phénomène Macron mais aussi dans la difficile visibilité du programme du FN. La diabolisation monétaire menée contre nous, mais aussi la volonté implacable de notre parti à vouloir sortir de l’euro, a déboussolé l’électorat, qui attendait autre chose. Nous payons le prix de la fin de campagne présidentielle du Front national. Aujourd’hui, j’appelle les abstentionnistes à venir voter pour nous.

[…] Nous n’avons pas été capables de stabiliser notre électorat, qui est pourtant sensibilisé aux questions identitaires. Nous nous sommes laissé submerger par la problématique monétaire. Le résultat est que nous sommes partis pour avoir deux ou trois députés à l’Assemblée… Ces résultats montrent la victoire de l’égoïsme et du matérialisme. Nous avons un pays qui est moralement battu, il n’a plus de système immunitaire et est donc vulnérable à toutes les agressions.

[…] Le FN va devoir faire un travail d’inventaire, comme on dit. La leçon de ces élections est que les grands courants des 40 dernières années ont explosé, et le FN a été touché au même titre que les autres."

Lire la suite de l'article

Élisabeth Guigou met le hijab pour faire campagne

8903886lpw-8905314-article-jpg_4341448_660x281L'ex-ministre de la Justice s'est rendue à la rupture du jeûne du ramadan lundi 5 juin à la mosquée de Pantin. Elle n'a pas hésité à revêtir un hijab, le foulard islamique. Surjouant ses "origines" marocaines – elle est née il y a 70 ans à Marrakech –, elle a insisté sur l'héritage commun de la France et de l'Afrique autour de la Méditerranée. Élisabeth Guigou a surtout apporté son soutien à la construction de la grande mosquée de Pantin et cela, bien que ce ne soit pas dans les prérogatives d'un député. À côté d'elle se tenaient Mohammed Henniche, président de Union des associations musulmanes, et Alain Peries, premier adjoint du maire socialiste de Pantin, chargé de l'urbanisme, de l'aménagement de l'habitat et des bâtiments.

Lire la suite de l'article

Législatives – Pauline Betton (PCD) : “Au soir du 1er tour de la présidentielle je me suis sentie lâchée en rase campagne”

Pauline Betton, candidate PCD, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative pour la 2e circonscription de Paris (celle de François Fillon) sous les couleurs du PCD. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

ZpAQjnNuComme des millions de Français en janvier 2013 j’ai répondu à l’appel de Frigide Barjot (redevenue Virginie TELLENNE) pour dire non à la loi TAUBIRA de Mariage pour Tous et défendre la filiation homme/femme, le droit de l’enfant à connaître son père et sa mère, à grandir avec eux, à être éduqué et aimé par eux avant tout alea de la vie. J’étais alors expatriée à Moscou, j’ai organisé sans hésiter la résistance de la communauté Française avec beaucoup de succès, d’engagement et de mobilisation il faut bien le dire. Dans cet élan, un an plus tard, je me suis présentée en candidate indépendante aux élections des Français de l’étranger avec la liste Ici Moscou et ai été élue conseiller consulaire Russie Biélorussie, j’ai ensuite participé aux sénatoriales des Français de l’étranger en tant que grand électeur et candidate sur la liste de centre droit de Robert del Picchia, sénateur sortant réélu. La défense de la famille a soulevé une lame de fond très profonde dans la société française pour préserver notre identité et notre civilisation française et européenne. J’appartiens à cette génération qui a la conviction d’avoir le devoir de lever les tabous sociétaux pour répondre aux enjeux majeurs qui attendent la France dans les 10 prochaines années et

Lire la suite de l'article

La Préfecture de Haute-Savoie oublie d’envoyer les documents de campagne de certains çandidats

Chantal Touvet, candidate PCD sur la deuxième circonscription de Haute-Savoie, a découvert que sa profession de foi et son bulletin était absent de toutes les enveloppes distribuées par la préfecture. Plusieurs candidats sont ainsi privés de ce moyen de communication ! La préfecture a diffusé ce communiqué de presse minimaliste :

Capture d’écran 2017-06-08 à 06.59.21

La presse s'interroge sur un report du scrutin :

"Alors que le premier tour des élections législatives doit se tenir, comme partout en France, dimanche 11 juin, il pourrait bien être reporté sur les 1re et 2e circonscriptions du département. En cause : un défaut dans les enveloppes contenant les professions de foi des candidats et les bulletins de vote portant leur nom.

En effet, des militants des Républicains habitant sur la 1re circonscription ont alerté leur fédération, mardi 6 juin, pour lui signaler qu’il manquait la documentation d’Annabel André-Laurent et de Bernard Accoyer (son suppléant) dans l’enveloppe. Après enquête, l’état-major républicain s’est rendu compte que les papiers avaient été envoyés et distribués à… Roanne, dans la Loire.

« Nous avons pourtant fait les choses comme il se doit, explique un responsable de la fédération. Nous avons imprimé les professions de foi et les bulletins de vote à Meythet et les avons apportés à la préfecture de Haute-Savoie en temps et en heure. Le reste de la procédure est de son ressort. » Comment les documents sont arrivés dans un autre département ? Le militant ne le sait pas.

Ce qu’il sait en revanche, c’est que la fédération locale des

Lire la suite de l'article

Sarah Halimi, de confession juive, tuée aux cris d’“Allah akbar” : le scandale d’une dissimulation médiatique durant la campagne

Les faits se sont déroulés le 4 avril, en pleine campagne présidentielle. Sarah Halimi, Française de confession juive, âgée de 65 ans, mère de trois enfants et retraitée, a été torturée à son domicile aux cris d'“Allah akbar” puis défenestrée.

Selon les 17 signataires d'une tribune publiée dans Le Figaro jeudi 1er juin, le suspect de cet assassinat, Kobili Traoré, un homme de 27 ans d'origine malienne,

“a le profil de beaucoup d'islamistes radicaux violents : un passé de délinquant, un casier judiciaire très lourd avec des condamnations multiples dans des affaires de drogues, plusieurs séjours en prison”.

Dans cette tribune, les signataires, parmi lesquels figurent Alain Finkielkraut, Michel Onfray et Éric Ciotti, veulent dénoncer une “politique de l'autruche” des autorités et des médias qui sont accusés d'avoir fait l'impasse sur le caractère “antisémite” du meurtre de cette juive orthodoxe. Ils souhaitent “que toute la vérité soit dite sur la profondeur des fractures françaises”. Le procureur de Paris, François Molins “considéré qu'il fallait attendre le résultat de l'enquête avant de se prononcer sur la nature du crime”.

Capture d’écran 2017-06-02 à 21.45.15

Capture d’écran 2017-06-02 à 21.45.28

Lire la suite de l'article