Archives par étiquette : Brouwet

Lettre de Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Tarbes et Lourdes, au sujet de la PMA

Longue de 8 pages, elle est en ligne sur le site du diocèse. Extrait :

201509092265-full"[…] On peut s’interroger par ailleurs sur la pérennité des conclusions du CCNE qui déclarait dans son avis n°90 de novembre 2005 :

« L’AMP a toujours été destinée à résoudre un problème de stérilité d’origine médicale et non à venir en aide à une préférence sexuelle ou à un choix de vie sexuelle. L’ouverture de l’AMP à l’homoparentalité ou aux personnes seules ouvrirait de fait ce recours à toute personne qui en exprimerait le désir et constituerait peut-être alors un excès de l’intérêt individuel sur l’intérêt collectif. La médecine serait simplement convoquée pour satisfaire un droit individuel à l’enfant. » (§ I.3.5).

En 2005, donc, le comité d’éthique proscrit la légalisation de l’AMP pour les couples homosexuels ou pour les personnes seules, en soulignant qu’on ne peut pas utiliser la médecine pour satisfaire un droit à l’enfant. En 2017 le même comité autorise l’AMP en estimant que le désir des femmes de procréer passe avant toutes les questions relatives à l’enfant.

Les fondements de la réflexion éthique changent donc en quelques années. Cela pose un problème de méthode. Recourir à l’éthique, c’est nous inviter à prendre du recul, de la hauteur, nous extraire des modes et des polémiques pour distinguer ce qui est durable, permanent, et ce qui est provisoire, passager ; c’est faire reposer la réflexion sur des principes qui dépassent les intérêts particuliers et les désirs individuels. A moins, bien sûr,

Lire la suite de l'article

Fête de ND de Lourdes : méditation de Mgr Brouwet

Dans le cadre de la neuvaine de prière pour la France, Mgr Brouwet propose une méditation à l'occasion de la fête de Notre-Dame de Lourdes :

"La primauté de la grâce

Prier, c’est d’abord confesser que nous croyons à la puissance de la grâce, à sa primauté sur l’action humaine. C’est confesser que nous gardons fermement l’espérance et que nous ne baissons pas les bras même si l’avenir peut nous paraître sombre ou incertain. 

Prier ainsi, c’est nous situer dans la longue foule des fidèles qui s’en sont remis à Dieu alors qu’à vue humaine rien n’était plus possible. Je pense à Judith portée par la prière de tout Israël qui implore le Seigneur : « Ce n'est pas dans le nombre que réside ta force, ni ton pouvoir en des hommes vigoureux. Mais tu es le Dieu des humbles, secours des opprimés, protecteur des faibles, refuge des délaissés, sauveur des désespérés. Oui, toi, Dieu de mon père, Dieu de l'héritage d'Israël, maître du ciel et de la terre, créateur des eaux, roi de tout ce que tu as créé, oui, exauce ma supplication ! » (Judith 9, 11-12).

Tant d’hommes et de femmes de foi nous ont montré comment avancer en laissant le Seigneur nous prendre la main sans jamais nous décourager ! 

« Nous aussi, entourés de cette immense nuée de témoins, (…), écrit l’auteur de l’épître aux Hébreux, courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée, les yeux fixés sur Jésus, qui est à l’origine

Lire la suite de l'article

Mgr Brouwet : aidons les chrétiens à rester en Irak

Mgr Nicolas Brouwet, évêque de Lourdes et Tarbes, répond au Figaro. Extrait :

"Le cardinal Barbarin a évoqué le signe «N» arabe plaqué sur les maisons des chrétiens à Mossoul, comme un signe qui évoquait des heures douloureuses pour notre histoire. La comparaison entre la persécution des Juifs (obligés de porter une étoile jaune) et celle des Chrétiens d'Irak vous parait-elle pertinente?

BElle est pertinente parce que c'est une même logique. A travers les maisons ce sont les personnes qui sont montrées du doigt, condamnées, rejetées comme des citoyens de seconde zone. Or dans les quartiers des villes du Moyen-Orient, on sait qui est chrétien et qui est musulman. Il n'est pas nécessaire de le marquer sur les maisons. […] La stigmatisation des maisons chrétiennes met à terre cet équilibre et désignent les chrétiens comme ceux qui n'ont plus rien à faire dans les quartiers de ces villes. […]

Qu'attendez-vous de la communauté internationale? Comment les Etats peuvent-ils intervenir pour sauver les chrétiens irakiens sans semer davantage le trouble par une ingérence qui a déjà couté cher au pays en 2003?

L'Occident en général et la France en particulier auraient à se poser la question de savoir si leur rôle est d'imposer aux pays du Moyen-Orient leur modèle démocratique et culturel. En prenant part à la déstabilisation politique de ces pays, on a fait le lit des partisans du jihad. Ce n'est pas la démocratie qui triomphe mais la terreur et le chaos. Or qu'avons-nous à proposer? Un modèle

Lire la suite de l'article