Archives par étiquette : Bonne

Bonne question de Jean-Yves Le Gallou sur le FN

Lire la suite de l'article

« Paradise papers » : une bonne partie des dossiers respectent la loi

Selon Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

P"[…] Mais, dans le cas des « Paradise papers », c’est encore plus beau. Si j’ai bien compris, une bonne partie (tous ?) des dossiers qui ont été « balancés » respectent parfaitement la loi. Rien à voir avec du crime organisé, ni même de la fraude fiscale. Simplement une application astucieuse des lois existantes. Ainsi, quand on nous annonce que la reine d’Angleterre « aurait des intérêts dans des paradis fiscaux », il faut comprendre qu’elle est actionnaire d’un fonds d’investissement basé aux îles Caïmans. En toute légalité, semble-t-il. D’ailleurs, la reine n’est pas soumise à l’impôt britannique, qu’elle paie, malgré cela, volontairement !

Rappelons quelques éléments aux valeureux « investigateurs ». Tout d’abord, on ne redira jamais assez que, s’il existe des paradis fiscaux, c’est principalement parce qu’il existe des enfers fiscaux. Ensuite, la plupart des fonds d’investissement prennent des risques pour développer des sociétés de l’économie réelle. Ces sociétés paient généralement l’impôt dans leurs pays ; les actionnaires du fonds aussi. Que le fonds ne souhaite pas tripler la mise me semble assez logique. Enfin, on oublie trop souvent que bon nombre des produits d’épargne proposés par les banques françaises – y compris aux petits épargnants – comportent des éléments juridiquement basés dans des paradis fiscaux. Cela ne fait pas de l’ensemble des épargnants français des complices du blanchiment d’argent sale ! Qu’il y ait des pourris dans le monde, et spécialement au plus haut niveau, me semble

Lire la suite de l'article

Forum Polémia : “Face à Macron : une bonne droite!”

L'Opinion annonce le forum de la dissidence Polémia qui aura lieu le samedi 18 novembre à Paris :

Polemia2017-jpg-petit-web-only"(…) Le 18 novembre, à Paris, se tiendra le troisième « forum de la dissidence Polemia » sur un thème clair et net : « Face à Macron : une bonne droite! » Il s'agit, précise l'invitation, de « soutenir l’union de la droite face au politiquement correct » car « le salut ne viendra pas des partis politiques tant qu’ils resteront médias dépendants. Il viendra des intellectuels, des militants, des réinformateurs, des médias alternatifs ».

Quatre « constats fondamentaux» seront faits lors de cette réunion: « Premièrement, le peuple de Droite existe. Deuxièmement, les idées de Droite sont majoritaires. Troisièmement, les intellectuels de Droite se réveillent. Quatrièmement, LMPT [la Manif pour tous], le plus puissant mouvement social récent, fut de droite

Parmi les participants annoncés figurent le directeur du mensuel L'Incorrect(dont le numéro 3 vient de sortir) Jacques de Guillebon, et son actionnaire principal Charles Beigbeder, les anciens conseillers régionaux FN Jean-Yves Le Gallou et Martial Bild (fondateur de TV Libertés), l'ancien patron du Front national de la Jeunesse Julien Rochedy (que l'on a vu aussi chez les « Amoureux de la France» de Nicolas Dupont-Aignan), le fondateur de Riposte laïque Pierre Cassen, l’universitaire Bérénice Levet et, pour couronner le tout, l’ancien député, eurodéputés et numéro 2 du FN, Bruno Mégret (…)"

Lire la suite de l'article

Malgré une baisse, le Canard est en bonne santé

De Marc Baudriller :

Capture d’écran 2017-09-08 à 08.28.50"Moins de 2 millions d'euros de bénéfice en 2016 (1,92 million précisément), soit 334.000 euros de moins que l'an dernier: Le Canard enchaîné fléchit mais sa situation reste fort enviable par une large majorité de la presse de France. L'hebdomadaire satirique, farouchement indépendant de tout actionnaire, a en effet reversé cette somme à son confortable trésor de guerre. La trésorerie du titre qui affiche 22,7 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016 pèse aujourd'hui 125,3 millions d'euros. Ainsi, Le Canard pourrait vivre pendant plus de cinq ans sans la moindre ressource, en offrant ses exemplaires au public. Un exploit évidemment unique en France.

A l'origine de ce relatif creux de vague, la diffusion payée du Canard, qui n'accepte aucun revenu de la publicité et vit donc exclusivement de ses ventes, enregistre une baisse de 8,6% en 2016, à 358.347 exemplaires, indique le Palmipède. Les Dossiers du Canard chutent eux de 10,5% à 59.274 exemplaires de moyenne. Mais ce coup de fatigue pourrait être de courte durée car les ventes rebondissent de 24% sur les sept premiers mois de l'année, " grâce à la campagne présidentielle et aux fillonneries ", indique l'hebdomadaire.

L'avenir dépend largement d'Emmanuel Macron et de ses ministres. Vendu essentiellement au numéro (près de 270.000 exemplaires à ajouter aux 72.300 abonnements), Le Canard résiste vaillamment jusqu'ici à la raréfaction des marchands de journaux dans l'Hexagone mais se pose la question d'une diffusion via le numérique pour une partie de ses exemplaires, comme l'indique

Lire la suite de l'article

Une bonne partie des difficultés de la banlieue serait résolue si l’on enseignait que la France est un pays chrétien

Agrégé, docteur en histoire, Jean-François Chemain a enseigné dix ans dans un collège de Zep. Dans une tribune publiée par Valeurs Actuelles, il s'étonne du silence des enseignants sur l'islam :

"[…] C’est l’omerta. Le logiciel interne de nombre de “profs” ne semble pas comporter cette capacité de constater ce qui a trait à l’islam. On peut — on doit — dénoncer l’influence néfaste “des religions” (essentiellement, en fait, du christianisme) mais on ne peut en aucun cas dire que l’islam pourrait poser des questions spécifiques. Si certains élèves dysfonctionnent, ce ne peut être que pour des raisons sociales (certains semblent même voir avec plaisir en eux le sang neuf qui viendra réveiller leur vieux rêve de révolution). Le regard de bienveillance que l’institution demande à bon droit de porter sur eux supposerait donc un refus de reconnaître l’origine proprement religieuse de certaines difficultés. Lorsque des collègues ont découvert, grâce à Internet, que j’osais poser ce genre de questions, j’ai vécu une véritable mise à l’écart. « Nous savons maintenant qui tu es vraiment ! » (sic). On a tout de suite fait de moi un “propagandiste d’extrême droite” ! Mise à l’index, chasse aux sorcières : le registre sémantique de l’inquisition n’est pas exagéré pour décrire ce que l’on peut, dans ce pays “laïc”, subir quand on s’écarte de certains dogmes.

Car c’est le coeur du problème, et le plus douloureux de mes étonnements : le sectarisme d’une Éducation nationale qui vit sa mission de manière proprement cléricale,

Lire la suite de l'article

Il s’inspire de Bourvil pour piller les troncs. C’est une bonne soeur qui l’identifie.

1452575L'affaire qui rappelle ce film n'est pas banale :

"L’histoire débute en 2014. Quelques mois après sa prise de fonction, sœur Anne se rend compte que l’argent qu’elle récupère dans le tronc de l’église n’est pas équivalent aux nombres de cierges brûlés. Maligne, elle met en place un stratagème : mettre un billet dans le tronc pour éviter qu’on puisse s’emparer des pièces. « S’il disparaît, c’est qu’il y a bien un voleur. » Quelques jours après, le billet a disparu.

Avant de porter plainte, elle renouvelle plusieurs fois l’expérience. Les faits perdurent. Elle tente de placer des balles de ping-pong dans le tronc. Malgré le subterfuge, elle constate que des allumettes enflammées ont été insérées dans le tronc, brûlant les balles de ping-pong… Elle décide alors de surveiller l’église. « J’avais peur que ce soit quelqu’un que je connaisse, mais heureusement non. À un moment donné, j’ai repéré un homme, pas très jeune et pas vieux non plus. Après ses visites, l’argent disparaissait, indique-t-elle. Voler dans une église, c’est un peu lamentable. »

Fin 2016, sœur Anne porte plainte chez les gendarmes. Un enquêteur de la brigade de gendarmerie de Saint-Sauveur-le-Vicomte s’intéresse de près à l’affaire. Il prend contact avec le diocèse et, au terme de quelques mois d’enquête, parvient à identifier puis à localiser le voleur.

Ce jeudi, à l’aube, le voleur présumé, un homme de 48 ans, est interpellé à son domicile à Saint-Lô par les gendarmes de la communauté de brigades de Sainte-Mère-Église, avec

Lire la suite de l'article

Législatives – Marie Garcia (Fontainebleau) : “Je travaillerai à établir des passerelles avec tous les autres députés de bonne volonté”

Marie Garcia candidate FN aux législatives à Fontainebleau (2e circonscription de Seine et Marne) a accepté de répondre à nos questions.

Capture d’écran 2017-05-18 à 20.47.43Vous avez annoncé votre candidature sous la bannière Front National à l'élection législative pour la 2e circonscription de Seine et Marne (Fontainebleau/Nemours). Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

J'ai été appelé par le Front National pour incarner l'idéal patriote et national du mouvement en sud Seine et Marne. Dans cette terre que je connais bien et que j'aime, il plane -osons le mot- une forme de terrorisme intellectuel qui interdit presque à qui que ce soit de porter les couleurs du Front National. Un seul exemple: Pierre Bacqué, maire d'une commune rurale et conseiller départemental LR qui a rallié le Rassemblement Bleu Marine au mois de mars dernier; à la suite de ce ralliement, il s'est vu refuser l'accès à un repas d'aînés auxquels il avait été invité, on lui a retiré ses vices présidences au conseil départemental et quatre de ses adjoints à la mairie ont démissionné. Vous voyez que le terrorisme intellectuel est puissamment à l'oeuvre. Imaginez un seul instant un avocat, un médecin, un notaire, un cadre d'entreprise ou un commerçant rallier ouvertement le FN: il peut envisager le pire pour ses affaires.

Au delà des circonstances, je me suis engagée en politique car depuis longtemps je militais pour des causes particulières. Aujourd'hui, je préfère le tout à la partie: plutôt que de défendre une cause particulière, je préfère défendre toutes les causes réunies dans le

Lire la suite de l'article

Bonne fête à tous les scouts !

St georgesSi saint Michel a été choisi comme saint patron des scouts du monde entienr, c'est parce qu'il est le saint patron de l'Angleterre, nation de Baden- Powell. Cependant tous les scouts doivent voir en lui un exemple de chevalerie surtout en ces temps troublés où la France a besoin de retrouver des hommes qui se lèvent et se mettent en marche pour la servir.

Prière du père Jacques Sevin : 

Seigneur Jésus, de qui descend toute noblesse et toute chevalerie,
apprenez-nous à servir noblement.
Que notre fait ne soit point parade ni littérature,
mais loyal ministère et sacrifice coûteux.

Tenez nos âmes hautes, tout près de Vous,
dans le dédain des marchandages, des calculs et des dévouements à bon marché.
Car nous voulons gagner notre paradis non pas en commerçants,
mais à la pointe de notre épée, laquelle se termine en croix, et ce n'est pas pour rien.

Nous avons fait de beaux rêves pour Votre amour
dans l'obscurité des journées banales, préparez-nous aux grandes choses par le fidélité aux petites
et enseignez-nous que la plus fière épopée est de conquérir notre âme et de devenir des saints.

Nous n'avons pas visé moins haut, Seigneur, et nous sommes bien ambitieux,
mais heureusement nous sommes faibles
et cette grâce, nous l'espérons de Votre miséricorde,
nous conservera humbles.

Demandez-nous beaucoup, et aidez-nous ô Vous donner davantage.
Et puisque nous sommes livrés à Vous [au jour de notre adoubement],
ne Vous gênez pas pour nous prendre au mot et pour nous sacrifier :
Nous

Lire la suite de l'article

“Une bonne fois pour toutes”, Alain Juppé renonce

Il l'a annoncé ce matin :

J«Je ne suis pas en mesure, aujourd'hui, de réaliser le nécessaire rassemblement autour d'un projet fédérateur et c'est pourquoi je confirme, une bonne fois pour toutes, que je ne serai pas candidat à la présidence de la République». «C'est ce que je dirai à Nicolas Sarkozy et à François Fillon s'ils souhaitent me rencontrer».

«Aujourd'hui encore, j'ai reçu de très nombreux appels me demandant de prendre la relève (…) Je mesure la déception que provoquera cette décision chez beaucoup, et les reproches, que, paradoxalement, elle me vaudra».

«A mes yeux, la condition sinequanone du succès c'est évidemment le rassemblement le plus large possible de la droite et du centre. Aujourd'hui ce rassemblement est devenu plus difficile. Une partie du centre, que certains d'entre nous ont rudement stigmatisé, nous a quittés. Comme l'a montré la manifestation d'hier au Trocadéro, le noyau des sympathisants et militants LR s'est radicalisé. François Fillon n'a cessé de réaffirmer sa détermination et hier soir encore son obstination».

«Les Français veulent un profond renouvellement de leurs dirigeants politiques et à l'évidence, je n'incarne pas ce renouvellement». «Les récentes péripéties ont encore accru l'exigence d'exemplarité des Français vis-à-vis de leurs femmes et hommes politiques. Ici encore, je ne peux répondre pleinement à cette exigence même si, la justice qui m'a condamné, m'a exonéré de tout enrichissement personnel». «Je ne veux pas livrer mon honneur et la paix de ma famille en pâture, aux démolisseurs de réputation». «Pour moi, il est

Lire la suite de l'article