Archives par étiquette : biologique

La France en contradiction avec ses engagements internationaux, sur la filiation biologique

Grégor Puppinck a accordé un entretien au site Gènéthique pour présenter le nouveau rapport de l'ECLJ sur "La violation des droits des enfants issus d'AMP". Extraits. 

Quelles circonstances vous ont poussé à publier ce document ?

Photo Grégor PuppinckLe régime français de la procréation médicalement assistée (PMA) a prévu la possibilité d’un don de gamètes, dont la gratuité et l’anonymat devaient être des garanties « éthiques ». On a longtemps imaginé qu’il était possible et souhaitable de ne rien dire aux enfants de leurs origines, que c’était sans importance, et on a institué une sorte de secret, de mensonge autour de leur conception. Aujourd’hui, il y a toute une génération de personnes nées dans ces conditions qui peuvent parler pour elles-mêmes et qui remettent en cause la PMA telle qu'elle est pratiquée actuellement. Avec ce recul de l’expérience, on s’aperçoit que la conception avec tiers donneur anonyme a des conséquences négatives pour les enfants.

L’anonymat des donneurs est-il un principe immuable ?

Non, c'est un choix législatif de plus en plus remis en cause. C’est le cas du Royaume-Uni, de la Suède, de la Finlande, de la Norvège, des Pays-Bas… où l’anonymat des donneurs a été levé selon des modalités différentes. Pour d’autres pays, le changement est en cours. Du côté des institutions internationales, la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) semble se diriger en ce sens. Enfin, à l’ONU, le consensus en faveur du droit de connaître ses origines est encore plus fort.

Les pays comme la France se sont

Lire la suite de l'article

Le gouvernement veut instaurer la ‘famille’ sociale et multiparentale au détriment de la famille biologique

Marion Maréchal-Le Pen publie une tribune sur la famille dans Valeurs Actuelles. Extraits :

"Après le passage au forceps de la loi sur le mariage et l’adoption pour les homosexuels, la majorité socialiste achève son entreprise de destruction de la famille traditionnelle avec une nouvelle réforme du droit de la famille, reportée sine die mais qui ne tardera pas, les ténors socialistes l’ont promis, à revenir par la petite porte. Le gouvernement cherchant à tout prix à minimiser la polémique, il a chargé sa majorité de déposer une proposition de loi. Ce choix d’une proposition plutôt que d’un projet permet d’éviter habilement l’obligation constitutionnelle de procéder à une étude d’impact ainsi qu’à la consultation d’un certain nombre d’instances nationales. Ces propositions ne sont pas tout à fait nouvelles, puisque certaines d’entre elles ont été exprimées à l’UMP par la voix de Mme Nadine Morano.

C’est donc en catimini que le gouvernement bouleverse le code civil en consacrant l’instauration de la famille sociale et multiparentale au détriment de la famille biologique. Ce texte contient deux dispositions phares créant un véritable statut de beau-parent dans le cadre d’une coéducation. […]

Ce texte de loi incite les parents à se déresponsabiliser contractuellement de l’exercice conjoint et quotidien de leur autorité parentale. Il désacralise leur rôle et leur statut aux yeux de la société et soumet l’enfant aux aléas des relations entre adultes. Le lien affectif, par nature fluctuant, est mis au même niveau que la relation pourtant

Lire la suite de l'article

“Il faut rompre avec la vision simplement biologique de l’individu”

De Catherine Jessus, dans le journal du CNRS, directrice de l'Institut des sciences biologiques du CNRS, à propos de l'idéologie qui n'existe pas :

C

Lire la suite de l'article