Archives par étiquette : Béziers

Symposium sur Saint Joseph, du 25 au 30 septembre à l’Institut Redemptoris Custos, près de Béziers

Depuis plus de 40 ans, les Centres de joséphologie se réunissent tous les quatre ans pour partager leurs travaux, se rencontrer et célébrer saint Joseph. Après l’Italie, le Canada, la Pologne, le Mexique, la France recevra le prochain symposium international.

Il revient ainsi à l’Institut Redemptoris Custos (Famille de Saint Joseph) d’accueillir, du 25 au 30 septembre 2017, les amis de saint Joseph du monde entier. Ce symposium sera présidé par Mgr Philippe Barbarin, cardinal archevêque de Lyon, Mgr Louis Raphaël 1er Sako, patriarche de Babylone des Chaldéens et le Père Joseph-Marie Verlinde, Institut Redemptoris Custos (Père prieur de la Famille de Saint Joseph). De nombreux intervenants de grande qualité seront également présents : Mgr Jean-Pierre Batut, Mgr André Léonard, P. Stracisio Tamare, etc … et le tout sera couvert par KTO.

Il permettra d'alterner des temps de conférences, d'échanges et de prières. Ce rendez-vous revêt un caractère particulier : signe de la vitalité du culte à saint Joseph en France, il a pour mission de participer au renouveau de la recherche théologique francophone sur saint Joseph.

Ce symposium aura lieu à Saint-Joseph de Mont-Rouge, à une vingtaine de kilomètres au nord de Béziers. Il est ouvert à tous : religieux, laïcs, universitaires et sera traduit en plusieurs langues.

Affiche-Josephologie

Lire la suite de l'article

Création d’un nouvelle école indépendante à Béziers

Communiqué de la responsable Pédagogique :

"Après dix ans passés comme directrice bénévole du cours Notre-Dame, une école indépendante à Montpellier, j'ai décidé de me lancer, avec les membres de l'association ALTES (Association la Tour de l'Espérance) dans un projet difficile mais important je pense, et qui me tient énormément à cœur : celui de créer une école indépendante à la Devèze, à Béziers, pour offrir aux enfants de ce quartier dit "sensible" une chance d'intégration et de réussite, que l'Éducation nationale n'arrive plus à leur offrir aujourd'hui.

Ce quartier cumule les difficultés : chômage, pauvreté, insécurité, repli communautaire… Face à cette situation, et malgré, souvent, la bonne volonté des enseignants sur le terrain, l'école publique a atteint ses limites. Les notions de respect des autres et d'autorité ont disparu. Avoir une bonne note, "c'est la honte" ! L'échec scolaire est omniprésent. Et à la clef, le risque est grand, pour beaucoup d'enfants de ces quartiers, de partir à la dérive, sans personne pour les rattraper…

C'est pour agir avant qu'il ne soit trop tard que j'ai décidé de me lancer dans ce projet d'école à la Devèze, baptisée "Cours Gustave Fayet" et offrir une chance de réussite à ces enfants qui auraient, sans cela, été laissés sur le bord du chemin.

Je suis bien consciente que cette entreprise est loin d'être facile, et que le parcours risque d'être semé d'embûches. Mais j'estime que nous ne pouvons pas rester sans rien faire face à cette situation. Alors, aujourd'hui, je suis

Lire la suite de l'article

Chasse à la crèche : la Ville de Béziers condamnée

Lu sur le site de la ville de Béziers :

Unknown-28"Après avoir gagné en première instance, la Ville de Béziers vient d’être condamnée par la cour administrative d’appel de Marseille pour l’installation de sa crèche dans les locaux de l’Hôtel de Ville en décembre 2014. À l’origine de la plainte, la Ligue des Droits de l’Homme et un de ses derniers sbires locaux, « atteint et choqué par cette démonstration religieuse ».

Les semaines passent et les attentats se succèdent contre notre civilisation – encore aujourd’hui à Saint-Pétersbourg, en Russie. Heureusement, la Ligue des Droits de l’Homme continue de se battre quotidiennement ! Contre les terroristes islamistes ? Pensez-vous ! Elle se bat contre vous, contre nous. Elle attaque ce que nous sommes : des Français, attachés à nos traditions, notre culture, nos racines et notre mode de vie.

Évidemment, la Mairie de Béziers ne se satisfait pas de cette décision déconnectée de la réalité et a décidé de se pourvoir devant le Conseil d’État. Car l’installation, chaque année, de la crèche de la Nativité dans l’Hôtel de Ville, est un véritable plébiscite. En décembre dernier, elle a d’ailleurs battu tous les records d’affluence. Biterrois ou touristes, ils ont été 23 500 à se rendre dans le hall de mairie pour admirer la crèche, remplissant pas moins de quatre livres d’or !"

Lire la suite de l'article