Archives par étiquette : beaucoup

Beaucoup de personnes présentes aux débats sur la bioéthique partagent nos convictions

Une lectrice m'envoie ce compte-rendu sur le débat bioéthique d'Angers, qui a eu lieu la semaine dernière :

 "6a00d83451619c69e201b8d2d76f58970c-200wiUne semaine après le débat citoyen sur la PMA pour femmes seules ou couples de femmes qui s’est déroulé à Angers, nous avons entendu beaucoup de critiques légitimes sur l’impréparation des animateurs, les questions très fermées afin d’éluder un vrai débat philosophique et anthropologique, des interventions individuelles privilégiant la sensibilité, l’incapacité de l’animateur à classer nos interventions selon leur nature, l’absence de pédopsychiatres ou de philosophes parmi les animateurs, l’inutilité d’un tel débat, les dés étant déjà jetés sur le projet de réforme de la loi par le Chef de l’Etat. Toutes ces raisons auraient pour effet de nous faire baisser les bras en nous disant « à quoi bon ? ».

Plutôt que de voir le verre à moitié vide, regardons-le à moitié plein parce que l’un des premiers débats de ce type dans l’hexagone, avec ses imperfections certes, nous laisse espérer.

Nous nous sommes mobilisés et avons découvert, un peu avec surprise, d’une part que beaucoup de personnes présentes partageaient nos convictions tout en respectant nos contradicteurs et d’autre part que les pro-PMA sans père étaient en partie absents et que ceux qui étaient là, n’étaient ni préparés ni capables d’exprimer une argumentation étayée et audible pour défendre les leurs sans nous attaquer. « C’est moi qui choisis pour moi et ça ne regarde que moi ! Non, nous formons une société  et nous sommes tous concernés ! » 

Beaucoup de jeunes, déjà professionnels ou étudiants,

Lire la suite de l'article

La droite a beaucoup à apprendre de la gauche au plan de l’action politique

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

Images-4"À quelques heures d’ intervalle, j’ai ainsi appris deux anecdotes très différentes, venant de per- sonnalités également différentes, mais qui, côte à côte, prennent un relief étrange. J’ai d’abord appris que Julien Dray, l’un des fondateurs de SOS Racisme et l’un des meilleurs spécialistes des coups tordus au Parti socialiste, s’opposait à la loi Collomb de contrôle de l’ immigration. Cette opposition n’était pas vraiment une surprise. En revanche, les termes utilisés, par leur outrance, eux, m’ont surpris – et pas moi seulement, puisque toute la presse ne parlait que de cela le week-end dernier.

Il a dénoncé les « rafles » que constituerait, selon lui, le contrôle d’immigrés. Et, pour qu’ il soit bien clair que le terme était pesé, il a ajouté: « Je choisis ce mot délibérément, parce que je sais ce que ça veut dire quand on va donner la possibilité aux services de descendre dans les centres de migrants, et ça apparaîtra comme une rafle, aussi dur que le mot soit. » Quelques heures après avoir lu, un peu abasourdi (même si j’ai une haute estime du n’importe quoi dont est capable M. Dray !), cette saillie invraisemblable, j’ai appris qu’Alain Juppé ne paierait pas sa cotisation aux LR en 2018, précisant :

« Je prends du recul en attendant de voir ce que devient LR, notamment dans la perspective des élections européennes de 2019. Ce sera pour moi un rendez-vous majeur, un point de clivage fondamental. »

Lire la suite de l'article

Beaucoup de soignants quittent la profession, écœurés des actes mortifères qu’on leur fait commettre

Odile Guinnepain, infirmière en soins palliatifs et responsable de l’antenne « Nos mains ne tueront pas », a bien voulu répondre aux questions du Rouge & le Noir. Extraits :

43_main_rs-8738e"Une délégation de professionnels de santé sera en tête de la marche pour la première fois cette année. Pourquoi ce choix ?

Tout simplement pour faire entendre la voix des soignants sur toutes ces problématiques liées à la vie parce qu’on oublie qu’elles les concernent directement. Qui pratique les IVG, les IMG, qui délivre les MCU (moyens de contraception d’urgence), qui administre les sédations terminales dont beaucoup sont euthanasiques, qui administre les traitements et pratique les actes pour la PMA, … ? Ce sont des professionnels de santé : médecins, sages-femmes, infirmières, pharmaciens, etc… Par la force des choses, tous ces actes nécessitent l’intervention de soignants. Pour autant, cela ne signifie pas qu’ils le font aisément ou dans une consciencieuse indifférence ! Nous n’avons pas choisi ce métier pour détruire la vie. Nous l’avons choisi pour la servir !

C’est la raison pour laquelle nous serons présents en délégation à la MPV ; afin de manifester notre refus de participer et de nous rendre responsables de tous ces actes, et indirectement, de leurs conséquences ; mais aussi pour demander une clause de conscience beaucoup plus libre. Beaucoup de soignants quittent la profession, écœurés des actes mortifères qu’on leur fait commettre.

Quels sont les enjeux pour les professionnels de santé de la révision de la loi de bioéthique qui s’ouvre actuellement ?

Ils sont nombreux car les projets actuels

Lire la suite de l'article

Beaucoup de nos contemporains n’ont pas trouvé de place à l’hôtellerie de la mondialisation sauvage

De Loup Matin :

Images"La naissance de l’Enfant Jésus dans une étable demeure un éternel signe d’espérance pour l’humanité. Elle nous renvoie aussi à la situation de beaucoup de nos contemporains qui n’ont pas trouvé de place à l’hôtellerie de la mondialisation sauvage et qui vivent dans la précarité, en particulier en milieu rural. On évoque souvent les milliards déversés dans les banlieues mais, loin des grandes mégapoles, la pauvreté silencieuse et invisible des campagnes n’en demeure pas moins une réalité bien réelle.

Sacrifiés depuis longtemps sur l’autel du libre-échangisme le plus déloyal, les agriculteurs en sont les victimes les plus emblématiques. Tous les jours, dans la boue et le froid, 30 % d’entre eux survivent avec 350 € par mois, travaillant parfois dix heures par jour. Alors que, en trente ans, 100 milliards ont été déversés dans les banlieues françaises, le nombre d’exploitations agricoles a fondu de 1,4 million à 452.000 (-68 % en trente ans). En 2016, le nombre de défaillances économiques (liquidations, cessations) a augmenté de 4 % et, en 2017, de 6,7 %.

Les paysans en difficulté génèrent un appauvrissement de tout le monde rural. Les ouvriers, les jeunes néoruraux sans le sou, les petits commerçants qui ont fait faillite : pour tous ces gens-là, les fins de mois sont difficiles, le surendettement est une épée de Damoclès, l’alcool ou le sommeil une échappatoire. Cette pauvreté rurale trouve en partie son terreau dans la crise agricole, mais frappe aussi les familles des classes populaires – en France, la moitié des pauvres

Lire la suite de l'article

Il y a beaucoup de dirigeants politiques qui se disent catholiques, qui souvent démontrent peu de cohérence avec les convictions catholiques

Dans un message vidéo adressé aux participants d’une rencontre d’hommes politiques catholiques à Bogota (1er -3 décembre), le pape François a appelé les chrétiens à s'engager dans la cité. Extraits cités par Chrétiens dans la cité :

F"Depuis le pape Pie XII jusqu’à ce jour, les pontifes qui se sont succédé ont toujours fait référence à la politique comme une forme élevée de charité. On pourrait aussi traduire comme un service inestimable de dévouement pour l’accomplissement du bien commun de la société. […] Ce qui est clair, c’est qu’il y a besoin de dirigeants politiques qui vivent avec passion leur service aux populations, qui vibrent avec les fibres intimes de leurs ethos et de leur culture, solidaires avec leurs souffrances et leurs espérances ; des hommes politiques qui mettent en avant le bien commun par rapport à leurs intérêts privés, qui ne se laissent pas intimider par les grands pouvoirs financiers et médiatiques, qui soient compétents face aux problèmes complexes, qui soient ouverts pour écouter et apprendre dans le dialogue démocratique, qui conjuguent la recherche de la justice avec la miséricorde et la réconciliation. 

Il y en a beaucoup qui se disent catholiques – et il ne nous est pas donné de juger leurs consciences, mais leurs actes si –, qui souvent démontrent peu de cohérence avec les convictions éthiques et religieuses du magistère catholique. Nous ne savons pas ce qu’il advient dans leurs consciences, nous ne pouvons la juger, mais regardons leurs actes. Il y

Lire la suite de l'article

“Mon chromosome supplémentaire me rend beaucoup plus tolérante que vous, Monsieur”

M. Ben Achour, expert au Comité des droits de l'homme de l'ONU, s'est prononcé pour l'élimination prénatale des personnes trisomiques. Choquée par cette intervention, Charlotte, jeune femme porteuse de trisomie 21, répond à M. Ben Achour :

« Je suis un être humain comme vous ! Notre seule différence est un chromosome supplémentaire. Mon chromosome supplémentaire me rend beaucoup plus tolérante que vous, Monsieur. (…) Si n’importe quel autre trait héréditaire comme la couleur de peau était utilisé pour éradiquer un groupe humain, le monde entier serait révolté. Mais pourquoi ne pas être choqué lorsque les personnes comme moi sont menacées d’être éradiquées ? Qu’avons-nous fait pour que vous souhaitiez notre disparition ? Pour autant que je sache, ma communauté ne hait ni discrimine personne et n’a commis aucun crime. (…) Ce que vous proposez est de l’eugénisme (…) Vous devriez être écarté du Comité des droits de l’homme. Vous n’êtes pas un expert de la trisomie. Vous, Monsieur, ne pouvez pas parler au nom de ma communauté. (…) Je me battrais le restant de ma vie pour notre droit d’exister. »

Lire la suite de l'article

Les adolescents LGBT présentent beaucoup plus de risques que les autres de concevoir un enfant

Lu sur Réinformation.tv, cette analyse de Jeanne Smits à propos de nouvelles statistiques publiées dans le Minnesota :

"[…] Eh oui, ces adolescents supposément homosexuels ont des rapports hétérosexuels, ce qui laisse tout de même planer un doute sur la réalité de leur « orientation sexuelle », et indique plutôt que l’adolescence est un âge où les problèmes liés à la perception de soi peuvent entraîner des comportements de simple expérimentation voire de rejet de l’ordre établi à la maison. Le message culturel environnant fait une promotion éhontée de l’homosexualité : la normalité ne va plus de soi. Il ne faut pas s’étonner si Erin Wilkins explique que l’identité sexuelle « est complexe et plus fluide qu’on ne le pense ». Après la promotion de l’homosexualité, voici celle de la pansexualité, en somme.

On apprend également que davantage de jeunes LGBT ont des relations sous l’influence de la drogue ou de l’alcool que les autres, d’où un taux de grossesse plus élevé…
 
Le pasteur évangélique Mark Hodges note pour LifeSite que ces chiffres sont vérifiés par des études dans plusieurs pays, où l’on apprend que les homosexuels, garçons et filles, ont une activité sexuelle significativement plus élevée que celle des hétéros. Avec davantage de promiscuité. Et que les taux de grossesse peuvent s’y révéler jusqu’à sept fois plus importants chez les lesbiennes et les gays.
 
Tout cela nous apprend que l’homosexualité est loin d’être un absolu contre lequel on ne peut rien parce qu’on est « né comme ça », puisque de nombreux

Lire la suite de l'article

Gilles Richard : “l’avenir du FN me semble beaucoup moins compromis que celui de LR”

Gilles Richard, historien et spécialiste des droites, vient de publier Histoire des droites en France (1815-2017). Il répond au Figaro :

"[…] Nous vivons un moment historique troublant (il y en a eu d'autres!) parce que le clivage droite(s)-gauche(s), qui a structuré la vie politique française depuis le début du XXe siècle et qui influence encore notre vocabulaire, s'est peu à peu effacé depuis 1984 (le «tournant de la rigueur»). Faute de forces politiques à gauche capables d'imposer ce que l'on appelait la question sociale (et sans doute aussi à cause de la fin de la Guerre froide par liquéfaction de l'URSS), l'acceptation ou le rejet du capitalisme n'est plus la question centrale du débat public. Aujourd'hui, France insoumise et PCF additionnés n'ont qu'une trentaine de députés, soit bien moins encore que les gauches en 1958, année où elles atteignirent pourtant leur plus bas niveau au XXe siècle. C'est cela qui a permis en trois décennies l'émergence d'un nouveau clivage autour de la question nationale, devenue aujourd'hui la question centrale du débat public. En 1997, lors du congrès du FN à Strasbourg, Bruno Mégret l'avait déjà prédit en affirmant que désormais, la France se divisait entre «mondialistes et nationalistes». Si l'on suit mon analyse, on voit donc que la place est par définition fort réduite entre ces deux grandes familles politiques que sont les néolibéraux, thuriféraires de «la mondialisation» par nature heureuse, et les nationalistes. Sauf à vouloir à nouveau tenter de les

Lire la suite de l'article

Xavier Bertrand : “Soyons sérieux, le mal est beaucoup plus profond : que veut dire aujourd’hui être de droite? “

Le président de la région des Hauts-de-France ne briguera pas la tête du parti Les Républicains en novembre et se dit prêt à soutenir Valerie Pécresse. Il déclare au JDD :

"Le vieux monde politique est par terre. Où sont passés ceux dont on disait qu’ils étaient les électeurs type de la droite? Les agriculteurs, les commerçants, les artisans… Sans parler des ouvriers, ou des chercheurs. La droite s’est coupée de la société, rétrécie. Au-delà de la défaite de François Fillon, c’est tout cela que nous payons. Depuis le débat sur l’identité et le discours de Grenoble, faute de résultats, et faute d’avoir fait les réformes complètement, nous n’avons eu de cesse de chercher à tout prix à regagner les électeurs partis au Front national… en courant après le FN.

Le problème remonte donc à Nicolas Sarkozy?

L’élection de Nicolas Sarkozy en 2007 a été une formidable promesse. La droite ne parlait plus seulement de sécurité mais aussi de pouvoir d’achat, d’espoir. Le début de son quinquennat a été impressionnant, mais après la crise de 2008 – qu’il a géré de main de maître -, nous n’avons pas fait les réformes sur la fiscalité, les 35 heures et même sur la sécurité. Les promesses n’ont pas été tenues. […]

Et aujourd’hui on nous dit : "On a failli revenir à 65 députés, on est quasiment le double, on a sauvé les meubles." Soyons sérieux! Nous avons perdu en cinq ans deux élections présidentielles et cette fois, sans être au second

Lire la suite de l'article

Seigneur donnez-nous beaucoup de saints prêtres : neuvaine-pèlerinage de la relique du cœur de saint Jean-Marie Vianney

Communiqué de l'Alliance Saint Jean-Marie Vianney :

L'Alliance Saint Jean-Marie Vianney propose une adoration eucharistique pour consoler le Cœur Sacerdotal de Jésus des outrages eucharistiques et des fautes sacerdotales.
A saint Joseph de Pont-du-Las entrée sur la gauche, de 20h à 22h jeudi 22 juin.
Les Adorations sont dirigées par l'abbé Lambilliotte, aumônier nommé par monseigneur Rey.
 
L'Alliance Saint Jean-Marie Vianney vous fait part également de l'annonce ci-dessous :
 
Une neuvaine-pèlerinage de la relique du cœur de saint Jean-Marie Vianney, le curé d'Ars, patron de tous les curés de l'univers et des prêtres de France, aura lieu dans notre diocèse pour supplier le Ciel de nous accorder de nombreuses et saintes vocations.

du 6 au 15 novembre 2017
 
Ce pèlerinage est organisé par l'alliance Saint Jean-Marie Vianney. De plus amples informations vous seront communiquées en temps voulu.
 
 (Tél. secrétariat : 06.59.64.68.47 Mail : jeune.permanent@gmail.com

Lire la suite de l'article

Les banquiers d’affaire rigolent beaucoup des rémunérations déclarées d’Emmanuel Macron

Julien Rochedy aimerait que les journalistes enquêtent sérieusement sur le sujet :

Lire la suite de l'article

Marine Le Pen : “La colonisation a beaucoup apporté”

Loin du politiquement correct et des soumissions mémorielles, Marine Le Pen s’est exprimée sur la colonisation :

Le FN a soutenu de toutes ses forces les rapatriés de l’Algérie. Je défends les harkis, les rapatriés, je pense qu’ils ont été maltraités, mal accueillis dans leur pays, les harkis ça a été encore pire, ils ont été mis dans des camps dans des conditions épouvantables (…) Moi je pense – et chacun d’ailleurs qui est de bonne foi admet – que la colonisation a beaucoup apporté, notamment, puisqu’on parle de l’Algérie, à l’Algérie : des hôpitaux, des routes, des écoles… Même des Algériens qui sont de bonne foi l’admettent”

Elle en profite même pour dire un mot gentil sur son père qui a annoncé qu’il votera pour elle :

Il est patriote. Ça ne m’étonne pas de lui. C’est un patriote, il s’est battu toute sa vie pour la France et les Français […]. Il a défendu l’Algérie française, comme beaucoup de gens qui ont créé le FN”

Lire la suite de l'article