Archives par étiquette : béatification

Béatification de 17 martyrs du Laos communiste

Lu sur Eglises d'Asie :

"A ce jour, les autorités laotiennes – habituellement discrètes – n’ont pas réagi à l’annonce par Rome de la signature, le 5 juin dernier, par le pape François de la promulgation des décrets relatifs au martyre de 17 prêtres et laïcs laotiens et missionnaires étrangers, tués au Laos entre 1954 et 1970. C’est pourtant la première fois que l’Eglise catholique s’aventure à béatifier des martyrs tués en Asie par des organisations communistes dont les héritiers directs sont toujours au pouvoir. 

Le gouvernement laotien n’est pas pris par surprise. La cause de béatification de ces 17 martyrs a été introduite en 2004, et ce sont les évêques du Laos qui l’ont voulue, convaincus que la béatification de leurs martyrs contribuera à l’édification de l’Eglise dans leur pays. Selon les propres termes des évêques laotiens, l’Eglise du Laos est « encore une jeune plante bien fragile : elle a besoin de trouver des ‘tuteurs’, des appuis surnaturels solides » pour mener son parcours dans un environnement trop souvent hostile. […]

Dans le cas des 17 martyrs du Laos, les dossiers le montrent : le P. Joseph Thao Tiên et seize autres prêtres et laïcs assassinés, exécutés ou morts d’épuisement entre 1954 et 1970, ont trouvé la mort dans un contexte politique particulièrement complexe, celui de la décolonisation, des guerres de libération nationale et de la guerre froide.

[…] Quarante-cinq ans après la mort des deux catéchistes tués en 1970 qui clôturent la liste de ces

Lire la suite de l'article

Le pape souhaite l’aboutissement de la cause de béatification du prêtre français Léon Dehon

Pour calmer une polémique médiatique, Benoît XVI fit le choix de retarder la béatification du père Léon Dehon et nomma une commission chargée de faire la lumière sur l’antisémitisme supposé de ce prêtre français.

Il semble que la commission ait abouti et donc le pape François a expressément souhaité l’aboutissement de la cause de béatification du fondateur de la Congrégation des prêtres du Sacré-Coeur. François a assuré que le père Dehon avait subi une forme « d’humiliation » après sa mort. Recevant au Vatican quelque 120 religieux de cet institut, le pape a demandé que l’histoire du « quasi bienheureux Dehon » soit étudiée en tenant compte du contexte de l’époque. Le pape a souhaité que les écrits jugés antisémites du père Dehon soient placés dans le contexte de l’époque. « C’est un problème d’herméneutique » : « On doit étudier une situation historique avec l’herméneutique de l’époque, et pas avec celle d’aujourd’hui ». 

Lors de cette polémique en 2005, le Salon Beige citait les propos du supérieur général des déhoniens :

"La plupart des papiers des agences de presse et des quotidiens, très souvent caractérisés par leur caractère polémique, se fondent sur une connaissance superficielle et partiale de l’œuvre et de la personnalité de Léon Déhon". 

"Toutes les œuvres du Père Dehon, dont les textes incriminés, ont été publiés intégralement. Ils ont été soumis à l’examen des censeurs de la congrégation pour les causes des saints. Et jamais, il n’y a eu la moindre 'dissimulation' comme l’a écrit Le

Lire la suite de l'article

Béatification de Mgr Romero

Radio Vatican :

EPA1749123_Articolo

"Oscar Arnulfo Romero y Galdamez est donc Bienheureux. Environ 200 000 personnes, parmi lesquelles de nombreux chefs d'État, ont participé samedi à San Salvador à la cérémonie de béatification de l'archevêque martyr, assassiné en haine de la foi le 24 mars 1980, pendant qu'il célébrait l'eucharistie. « Un homme de foi profonde et d'une espérance inébranlable », ainsi l'a défini le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, qui représentait le Pape François lors de cette cérémonie. La fête du Bienheureux Oscar Romero est fixée au 24 mars, jour de sa mort.[…]

Lire la suite de l'article

Benoît XVI assistera à la béatification de Paul VI

Le Directeur de la Salle de Presse a confirmé que Pape émérite assisterait dimanche à la messe de béatification de Paul VI, comme les deux cardinaux ayant eux aussi été créés par ce Pape: Paulo Evaristo Arns (Brésil) et William Wakefield Baum (USA).

Lire la suite de l'article

120 000 personnes assistent à la béatification de don Alvaro del Portillo

Le second prélat de l’Opus Dei, à la suite du fondateur San Josemaria Escriva, a été élevé aux autels de Madrid. Le cardinal Amato a déclaré : «le nouveau bienheureux nous invite à une sainteté aimable, miséricordieuse, affable, doux et humble.»

P120 000 personnes de 80 nationalités, 17 cardinaux, 1200 prêtres et 150 évêques du monde entier ont assisté à la béatification de Monseigneur Alvaro del Portillo célébrée le 17 septembre à Madrid. Le journal national El Pais mentionne la présence d’au moins 40000 jeunes, dont 3500 se sont portés volontaires pour aider à la gestion de la célébration. Il semble que

« beaucoup de ces jeunes ne connurent pas Don Alvaro, mort en 1994, et que leur présence exprime l’appréciation et les fruits de sa tâche évangélisatrice et le désir de rendre grâce pour sa vie de don de soi aux autres. »

La cérémonie fut présidée par le délégué du Pape François, le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrétation pour les Causes des Saints, et concélébrée par l’archevêque de Madrid et le Prélat de l’Opus Dei. Parmi les cardinaux présents se tenait le Cardinal Müller, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

Dans son homélie, le Cardinal Amato exposa les nombreuses vertus du Bienheureux Alvaro, qui viva de façon héroïque. Il pratiqua la foi, l’espérance et la charité,

« à la lumière des béatitudes de la mansuétude, de la miséricorde, de la pureté de cœur. Les témoignages sont unanimes. En plus d’impressionner par

Lire la suite de l'article

Opus Dei : béatification de Mgr Alvaro del Portillo

Mgr Alvaro del Portillo (1914-1994), successeur de saint Josémaria à la tête de l’Opus Dei, sera béatifié à Madrid le 27 septembre. Mgr Antoine de Rochebrune, vicaire pour la France de la prélature de l’Opus Dei, répond à La Nef. Extraits :

N"Né en 1914 et décédé en 1994, il a été le successeur immédiat du fondateur, après en avoir été le bras droit pendant de nombreuses années. Il était, en quelque sorte, un fils aîné pour saint Josémaria, celui dont ce dernier disait qu’il avait le mieux saisi l’esprit de l’Opus Dei et le vivait avec la fidélité la plus exemplaire. Je dirais que son parcours personnel est à la fois simple et d’une rare intensité. Jeune étudiant, il a rencontré le fondateur de l’Opus Dei. Ce fut un choc, comme il le dira lui-même : « Jamais je n’avais entendu parler de Dieu avec tant de foi, tant d’amour. Cela m’a ouvert les yeux : j’ai commencé ma vraie vie. » À partir ce moment-là, il s’est entièrement donné à Dieu. Il a très rapidement occupé diverses fonctions de gouvernement dans l’Opus Dei et a succédé à saint Josémaria à la mort de ce dernier, en 1975. Vous savez que, pour une institution d’Église, la mort du fondateur peut entraîner de fortes perturbations. S’il n’en a rien été dans l’Opus Dei, c’est principalement grâce au futur bienheureux. Il s’est efforcé de gouverner en toute chose comme saint Josémaria l’aurait fait. C’est d’ailleurs ce que Paul VI lui

Lire la suite de l'article

Opus Dei : béatification de Mgr Alvaro del Portillo

Mgr Alvaro del Portillo (1914-1994), successeur de saint Josémaria à la tête de l’Opus Dei, sera béatifié à Madrid le 27 septembre. Mgr Antoine de Rochebrune, vicaire pour la France de la prélature de l’Opus Dei, répond à La Nef. Extraits :

N"Né en 1914 et décédé en 1994, il a été le successeur immédiat du fondateur, après en avoir été le bras droit pendant de nombreuses années. Il était, en quelque sorte, un fils aîné pour saint Josémaria, celui dont ce dernier disait qu’il avait le mieux saisi l’esprit de l’Opus Dei et le vivait avec la fidélité la plus exemplaire. Je dirais que son parcours personnel est à la fois simple et d’une rare intensité. Jeune étudiant, il a rencontré le fondateur de l’Opus Dei. Ce fut un choc, comme il le dira lui-même : « Jamais je n’avais entendu parler de Dieu avec tant de foi, tant d’amour. Cela m’a ouvert les yeux : j’ai commencé ma vraie vie. » À partir ce moment-là, il s’est entièrement donné à Dieu. Il a très rapidement occupé diverses fonctions de gouvernement dans l’Opus Dei et a succédé à saint Josémaria à la mort de ce dernier, en 1975. Vous savez que, pour une institution d’Église, la mort du fondateur peut entraîner de fortes perturbations. S’il n’en a rien été dans l’Opus Dei, c’est principalement grâce au futur bienheureux. Il s’est efforcé de gouverner en toute chose comme saint Josémaria l’aurait fait. C’est d’ailleurs ce que Paul VI lui

Lire la suite de l'article

Béatification de Jean-Paul Ier ?

Lu ici :

"Le cardinal Tarcisio Bertone, ancien Secrétaire d’Etat de Benoît XVI, a révélé que la cause pour la béatification du pape Jean Paul Ier, qui n’avait régné qu’un peu plus d’un mois, devrait être examinée par la Congrégation pour la cause des saints à l’automne prochain. La procédure avait commencé en 1990 lorsque des évêques brésiliens avaient signé une pétition en ce sens, et le procès en béatification est ouvert depuis 2003. On recense jusqu’ici un miracle attribué à ce successeur de Pierre, la guérison d’une tumeur en Italie en 1992, ce qui pourrait donc suffire à une béatification."

Lire la suite de l'article

Vers la béatification du père Auguste Arribat

A A la suite de l'audience accordée au Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour les causes des saints, le Pape a ordonné la promulgation des décrets relatifs aux vertus héroïques du serviteur de Dieu Auguste Arribat, Père Joseph (1879 – 1963), prêtre salésien.

Ordonné prêtre le 20 décembre 1912 à Marseille, il est envoyé en 1915 au front comme infirmier. Son dévouement héroïque lui vaut la croix de guerre. Après un service auprès des apprentis à Nice durant 6 ans, il est nommé directeur à La Navarre en 1931 et chargé de la paroisse Saint-Isidore de Sauvebonne où il va rester trois ans. Les gens l'appellent "le saint de la vallée". A partir de 1934, il devient directeur à Morges (Suisse) puis à Millau (Aveyron).

Il est envoyé à Villemur-sur-Tarn (31) pour y créer l’École Saint-Pierre, un pensionnat salésien pour garçons. Cette école fut ouverte le 1er octobre 1942 et compta jusqu’à 150 élèves. Parmi ces élèves, il y avait six enfants juifs dont les parents avaient fui Paris, occupé par les Allemands. Les enfants juifs devaient ainsi se comporter comme les autres et même aller à la chapelle afin de ne pas éveiller de soupçon. D’autres familles juives furent hébergées dans une ferme isolée appartenant à l’école. Quand la Division Das Reich réquisitionna l’école en avril 1944, le père parlementa fermement avec les SS pour que l’école continue. Impressionnés par son sens du devoir, les Allemands lui affectèrent quelques dépendances qu’il aménagea tant bien que mal en

Lire la suite de l'article

Procès en béatification des époux Manelli, parents du fondateur des Franciscains de l’Immaculée

Lu ici :

"la phase diocésaine du procès en béatification des époux Manelli, fils spirituels de Padre Pio et parents de padre Stefano, le fondateur des Franciscains de l’Immaculée, est close.

L’enquête diocésaine a été conclue vendredi 27 juin au Palais du Latran, en présence de nombreux membres de la famille Manelli et de tout autant de frères et sœurs représentant les Franciscains de l’Immaculée.

Comme l’a souligné le vicaire judiciaire en charge du dossier, Monseigneur Oder, « le plus édifiant chapitre » de leur existence a été la façon dont ils ont mené leur vie de famille (très) nombreuse « dans l’amour obéissant à la volonté de Dieu, vivant en époux enracinés dans l’Évangile, toujours ouverts à la vie ». Il faut dire que les époux Manelli ont bénéficié pendant plus de 40 ans, de la direction spirituelle de Padre Pio de Pietrelcina et ont donné naissance à une descendance extraordinairement féconde : 21 enfants dont 10 sont encore en vie aujourd’hui ; 55 petits-enfants et, pour l’heure, 80 arrière-petits-enfants. Une descendance qui compte de très nombreux religieux et religieuses et à laquelle on est tenté d’ajouter les Franciscains de l’Immaculée fondés par leur fils Stefano. […]"

Lire la suite de l'article

Béatification du premier martyr birman

ILe P. Mario Vergara, prêtre missionnaire de l'Institut pontifical pour les Missions Etrangères (PIME) et Isidore Ngei Ko Lat, catéchiste birman, assassinés tous deux en 1950, seront béatifiés le 24 mai.

Envoyé en Birmanie en 1934, ce prêtre italien, après avoir rapidement appris le dialecte local, s’intègre dans sa nouvelle communauté avec une facilité qui irrite les baptistes. Ces derniers s’inquiètent du soutien apporté par le missionnaire aux populations pauvres et sous-développée de la région.

Les premières menaces, accompagnées de campagnes de calomnie contre le P. Verdata suivent de près le déclenchement de la guerre civile, lors de l’accession à l’indépendance de la Birmanie en 1948. Les tribus locales rebelles sont convaincues que les catholiques sont les « héritiers » de l’ancien gouvernement colonial et les espions du nouveau régime. La guérilla, soutenue par les baptistes, s’attaque aux missionnaires catholiques.

Le 24 mai 1950, le P. Vergara se rend dans le centre de Shadaw avec son catéchiste Isidore Ngei Ko Lat, afin de convaincre le chef de district, qui dirige les milices locales, de relâcher un autre catéchiste, récemment arrêté. Mais le rendez-vous est un guet-apens : les deux catholiques sont soumis à un interrogatoire à l’issue duquel ils sont ligotés et emmenés dans la jungle. Après avoir marché toute la nuit, le P. Vergara et Isidore Ngei Ko Lat sont fusillés à l’aube du 26 mai. Leurs corps, enfermés dans des sacs, puis jetés dans la rivière Salween, ne seront jamais retrouvés.

Issu d’une famille de paysans convertis, Isidore a

Lire la suite de l'article