Archives par étiquette : bataille

La mosquée de Poitiers, financée par le Qatar, porte le nom arabe de la bataille de Poitiers

Unknown-2C'est sur cette mosquée, encore en construction, que des membres de Génération Identitaire étaient monté.

Dans une vidéo en arabe, sur la chaîne qatarie Al Rayyan, en 2015, Boubaker Al-Hadj Amor, figure de l’UOIF, révèle le vrai nom de la “Grande Mosquée de Poitiers” : Balat al-Chouhada… le nom islamique de la bataille de Poitiers en 732 !

« Pourquoi avez-vous nommé cette mosquée “Pavé des Martyrs”? L’avez-vous appelé du nom de la bataille qui a eu lieu ici ? »

« Oui, grâce à Dieu, cet endroit est sur la ligne principale passée par l’armée islamique. C’était une route pavée par les Romains, et l’armée islamique est passée par cette route. Alors, grâce à Dieu, cet endroit est à côté de la ligne principale. C’est pour cela qu’on l’a nommée “Mosquée Pavé des Martyrs” ».

La « bataille du Pavé des Martyrs », comme la désignent les historiens arabes, ou bataille de Poitiers, a vu la victoire en 732 de Charles Martel sur l’armée d’Abd er-Rahman, signant la fin des incursions musulmanes au nord des Pyrénées, et préparant la Reconquista au sud.

« Nous voulons que ce centre soit une mosquée et un centre de rayonnement culturel ». « Le but de ce centre est de créer les conditions d’une rencontre avec l’islam et parler de cette religion sainte et pour qu’il soit un centre de prédication. Inch’Allah. »

L’imam de Poitiers admet aussi avoir bénéficié de fonds étrangers pour poursuivre la construction de la mosquée, interrompue plusieurs années durant en raison d’un manque de financement par les fidèles

Lire la suite de l'article

Bataille autour du droit à naître des enfants porteurs de la trisomie 21

Aux Etats-Unis :

Unknown-33"[…] Ces dernières années, plusieurs États – le Dakota du Nord, l'Indiana, l'Ohio – ont voté des lois très controversées [sic] interdisant aux femmes l'avortement si le fœtus est atteint de trisomie 21 et punissent le médecin qui pratiquerait une interruption médicale de grossesse en suspendant sa licence. D'autres États, comme l'Utah, ont des projets de loi similaires en attente.

Depuis plus de 40 ans les conservateurs, parmi eux beaucoup de chrétiens évangéliques, n'ont qu'une priorité : la lutte contre l'IVG pourtant légalisée par la Cour suprême en 1973. Ils ont réussi, au fil du temps, à pousser certains États à mettre en place toutes sortes de mesures qui rognent le droit à l'avortement : ils ont imposé une période d'attente obligatoire, des échographies vaginales, des séances de « conseil ». Le but est de dissuader les femmes d'avorter. Ils ont également obligé les cliniques à respecter des conditions de fonctionnement de plus en plus draconiennes. Beaucoup d'établissements ont dû fermer leurs portes et dans plusieurs États, il faut maintenant parcourir des centaines de kilomètres pour trouver une clinique afin de pratiquer une IVG.

Le dernier combat des anti-avortement se focalise sur le sort des fœtus trisomiques qui souffrent d"une terrible forme de discrimination", selon Karianne Lisonbee, une représentante du congrès local de l'Utah et auteur d'un projet de loi. « L'avortement sélectif n'est jamais le bon choix, mais c'est particulièrement monstrueux que l'on puisse refuser la vie à des enfants à naître simplement parce qu'ils ont un handicap », a déclaré Ohio Right

Lire la suite de l'article

Les enjeux de la bataille d’Afrin

Analyse d'Antoine de Lacoste pour les lecteurs du Salon beige :

Zones de peuplement kurdeVoilà maintenant plusieurs jours que l’armée turque a lancé son offensive contre l’enclave kurde d’Afrin, au nord-ouest de la Syrie. Les résultats ne sont guère tangibles pour l’instant (hormis la destruction stupide d’un site assyrien vieux de 3000 ans inutilement bombardé…). Les pertes semblent faibles des deux côtés et les kurdes ne sont pas encore menacés de perdre leur bastion d’Afrin.

On sait que c’est l’annonce par Rex Tillerson, le secrétaire d’Etat américain, de la prochaine création d’une milice arabo-kurde (surtout kurde en fait) de 30 000 hommes chargée de garder la frontière turco-syrienne qui a déclenché l’ire turque. Il n’est en effet pas question pour Erdogan d’accepter à sa porte une telle force payée par les Américains et proche du PKK, le mouvement séparatiste kurde qui opère en Turquie.

Afin d’éviter des pertes trop importantes, la Turquie a mis en première ligne les hommes de l’ASL, l’armée syrienne libre, qu’elle finance depuis maintenant plusieurs mois. C’est une évolution intéressante. En effet, l’ASL nous a longtemps été présentée comme l’opposition syrienne modérée sur laquelle s’appuyer pour reconstruire la Syrie après le départ de Bachar el Assad. Cette fiction a aujourd’hui disparu surtout depuis la bataille d’Alep. Non seulement cette bataille fut le tournant militaire de la guerre mais en plus elle a mis en lumière les multiples exactions des combattants de l’ASL qui tenaient plusieurs quartiers Est de la ville.

Lâchée par les Américains (qui préfèrent maintenant les FDS kurdes), laminée par

Lire la suite de l'article

Patrick Buisson : “La droite paie le mépris dans lequel elle a toujours tenu la bataille des idées et le combat culturel.”

Patrick Buisson a été interrogé dans Valeurs Actuelles. Extraits :

Unknown-2Pourquoi la droite et le Front national se montrent-ils aujourd’hui incapables de faire émerger une véritable opposition ?

Parce que l’un et l’autre se dérobent au bon diagnostic. L’élection de 2017 aura mis à bas leurs vieux schémas. La droite et le FN ont fait la démonstration, chacun à leur tour, de leur incapacité à reconquérir ou à conquérir le pouvoir sur la base de leurs seules forces. Faute d’avoir su opérer la nécessaire clarification idéologique, la droite ne peut plus se prévaloir du bénéfice automatique de l’alternance. Elle a perdu l’élection imperdable et à moins qu’elle ne sache se réinventer, on ne voit pas pourquoi elle ne perdrait pas les élections qui viennent. Le FN, de son côté, faute d’avoir su construire une offre politique crédible, est resté ce qu’il a toujours été : le meilleur allié du système, son assurance vie. Englués dans des logiques d’appareils, Les Républicains comme le FN sont aujourd’hui dans une triple impasse : idéologique, stratégique, sociologique. Mais, pour rien au monde, ils ne voudront l’admettre. Je crains que cela ne débouche sur des désillusions encore plus cruelles.

Les Républicains ont entamé un véritable chantier de refondation. Par quoi doivent-ils commencer ?

Par tordre le cou aux incantations rituelles autour du “rassemblement”, mot-valise qui la leste comme un impedimentum. Le rassemblement appartient à l’ordre des moyens, ce n’est pas une fin en soi. Or, voici des lustres que, pour la droite,

Lire la suite de l'article

La bataille du Chemin des Dames

A l’occasion de la commémoration de la Première guerre mondiale, TV Libertés et Clio vous proposent un reportage sur le Chemin des Dames. Images inédites, vues prises avec des drones, expertises du professeur Philippe Conrad, et de Thierry Porte, un splendide documentaire financé par les donateurs de TV Libertés.

Lire la suite de l'article

Reconquérir les médias pour gagner la bataille des idées

Mardi 20 juin les Eveilleurs d'Espérance lancent le grand débat sur la reconquête des médias au théâtre Montansier de Versailles à 20h30

Avec:

  • Geoffroy Lejeune, directeur de la rédaction de Valeurs actuelles
  • Eugénie Bastié, journaliste au Figaro
  • Charlotte d'Ornellas, chroniqueuse à Boulevard Voltaire

Réservez votre place ici: http://www.eveilleursdesperance.fr/evenement/reconquerir-medias-gagner-bataille-idees/

2017-06-20 Ornellas Bastié & Lejeune - 300dpi

Lire la suite de l'article

La gauche a remporté une bataille idéologique en soumettant toutes les questions politiques à l’économie

De Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

"[…] force est de constater que la France manque cruellement d’une vraie droite de gouvernement. Les électeurs de droite ont, en effet, le choix entre une droite apte au gouvernement, mais honteuse de ses valeurs – ou plutôt celles de ses électeurs – et une droite inapte à gouverner.

C’est ainsi que François Fillon, après avoir créé la surprise aux primaires, a délibérément « oublié» le pan civilisationnel de son programme (le rejet du totalitarisme islamique, la défense de la famille traditionnelle, etc.), pour ne plus se concentrer que sur les réformes économiques et sociales. Même si je partageais une bonne partie de son positionnement en ce domaine, occulter la moitié de son programme au motif que la presse bien-pensante la réprouve est un signe particulièrement inquiétant d’absence de courage politique – ou d’absence de conviction.

D’un autre côté, l’électeur de droite peut aussi voter pour le FN. Mais, là, il ne semble pas que les équipes soient prêtes à gouverner. La calamiteuse intervention de Marine Le Pen, lors du débat de l’entre-deux tours, a manifesté une sorte de « j’men foutisme», ou d’amateurisme, aussi inquiétante que l’absence de courage (ou de conviction) de François Fillon.

En sorte que tout se passe comme si les seuls capables de gouverner pour faire avancer leurs idées étaient les élus de gauche. Ce que confirmait l’« ouverture à gauche » de Nicolas Sarkozy. D’ailleurs, la gauche a remporté une importante bataille idéologique en soumettant toutes

Lire la suite de l'article

La compagne de Benoît Hamon a bataillé en faveur du travail dominical

HGabrielle Guallar est chargée des affaires publiques auprès du secrétaire général de LVMH, Marc-Antoine Jamet. Très discrète, cette brillante lobbyiste, ancienne du Centre national de la cinématographie, est passée de l'ombre à la lumière à l'occasion de la campagne des primaires de la gauche conduite par son compagnon Benoît Hamon, devenu depuis le candidat des socialistes.

En refusant que sa femme participe à l'émission Une Ambition Intime de Karine Le Marchand, Benoît Hamon a braqué les projecteurs sur elle.

Cette diplômée de Sciences-Po, mi-catalane, mi-danoise, qui parle cinq langues, a longtemps bataillé en faveur de l'ouverture des magasins le dimanche et le travail en soirée pour le compte de Sephora, filiale de LVMH. Elle avait défendu son point de vue le 10 mars 2015 devant une commission spéciale du Sénat chargée d'examiner la loi Macron alors que son mari bataillait en face en proposant une série d'amendements. Il faut dire que le groupe de luxe avait été condamné en septembre 2013 à fermer les portes du magasin Sephora des Champs-Elysées à 21 heures.

Lire la suite de l'article