Archives par étiquette : Baisse

Enorme baisse d’impôts

Aux Etats-Unis :

Unknown-40"Alors que l’Union européenne (UE) fixait fièrement sa nouvelle liste des paradis fiscaux, une déflagration se produisait sous ses yeux : son premier partenaire commercial, les Etats-Unis, est en train d’organiser un big bang fiscal et de baisser les impôts de 1 400 milliards de dollars (près de 1 185 milliards d’euros) sur dix ans.

Les Européens sont concernés à trois titres : les Américains s’apprêtent à baisser massivement le taux de l’impôt sur les sociétés (IS), qui va passer de 35 % à une fourchette comprise entre 20 % et 22 % (ce taux n’est pas définitif, la réforme devant faire l’objet d’un compromis entre le Sénat et la Chambre des représentants avant Noël). Ensuite, ils vont pratiquer une amnistie déguisée, en taxant à un taux d’environ 14 % les 2 900 milliards de profits des multinationales logés à l’étranger. Enfin, ils vont mettre en place toute une série de mesures pour éviter l’évasion fiscale et forcer les multinationales à payer un impôt minimal au fisc américain.

Le Vieux Continent craint que cette révolution ne provoque une guerre fiscale avec les Américains, mais aussi entre Européens. Logiquement, le ministre français des finances, Bruno Le Maire, et son homologue allemand, Peter Altmaier, avaient demandé que le sujet soit mis à l’ordre du jour de l’Ecofin, la réunion des ministres des finances de l’UE, de mardi 5 décembre. Les Européens cherchent à se rassurer : les mesures américaines constituent un énorme stimulus budgétaire, qui devrait doper la consommation et les importations et conduire à une remontée du dollar avec l’afflux des capitaux

Lire la suite de l'article

Double baisse de la PAJE : les classes moyennes frappées de plein fouet par le gouvernement

La Manif Pour Tous dénonce une mesure injuste pour les classes moyennes et rappelle que les familles ne sont pas des vaches à lait : elles ne doivent pas être la variable d'ajustement des politiques publiques et du budget :

"La majorité La République En Marche vient de voter la baisse du montant de la PAJE et la baisse du plafond des revenus pour y accéder. Les classes moyennes deviennent la cible de la familiphobiedu gouvernement. La PAJE, Prestation d'Accueil du Jeune Enfant, était destinée à aider les familles pendant les trois premières années d'un enfant. En s'attaquant à cette allocation à de trèsnombreuses familles, le gouvernement porte gravement atteinte à notre politique familiale déjà mise à mal tout au long du quinquennat de François Hollande.

Alors que 6 groupes parlementaires sur 7 se sont opposés à cet article, et que 236 députés ont déposé des amendements contre cette baisse de la PAJE, la réponse de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a été lacunaire sur les conséquences de cet article. Selon l'UNAF (Union Nationale des Associations Familiales), cette mesure exclurait jusqu'à 30% des familles de l'aide de la PAJE, essentiellement des classes moyennes et populaires."

Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif Pour Tous, souligne :

« Alors que la natalité française est en chute depuis 4 ans, avec 130.000 naissances en moins, cette nouvelle mesure va fragiliser encore un peu plus la démographie de notre pays. L'accueil des jeunes

Lire la suite de l'article

Malgré une baisse en Europe, les catholiques ont augmenté de 12 millions dans le monde

Lu sur I.Media :

"A l’occasion de la Journée missionnaire mondiale, qui aura lieu le 22 octobre prochain, l’agence Fides a présenté le 20 octobre 2017 au Vatican son état statistique de l’Eglise dans le monde pour l’année écoulée. Le nombre de catholiques a augmenté de 12,5 millions, malgré une baisse en Europe et un tassement du nombre de religieux."

Lire la suite de l'article

Malgré une baisse, le Canard est en bonne santé

De Marc Baudriller :

Capture d’écran 2017-09-08 à 08.28.50"Moins de 2 millions d'euros de bénéfice en 2016 (1,92 million précisément), soit 334.000 euros de moins que l'an dernier: Le Canard enchaîné fléchit mais sa situation reste fort enviable par une large majorité de la presse de France. L'hebdomadaire satirique, farouchement indépendant de tout actionnaire, a en effet reversé cette somme à son confortable trésor de guerre. La trésorerie du titre qui affiche 22,7 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016 pèse aujourd'hui 125,3 millions d'euros. Ainsi, Le Canard pourrait vivre pendant plus de cinq ans sans la moindre ressource, en offrant ses exemplaires au public. Un exploit évidemment unique en France.

A l'origine de ce relatif creux de vague, la diffusion payée du Canard, qui n'accepte aucun revenu de la publicité et vit donc exclusivement de ses ventes, enregistre une baisse de 8,6% en 2016, à 358.347 exemplaires, indique le Palmipède. Les Dossiers du Canard chutent eux de 10,5% à 59.274 exemplaires de moyenne. Mais ce coup de fatigue pourrait être de courte durée car les ventes rebondissent de 24% sur les sept premiers mois de l'année, " grâce à la campagne présidentielle et aux fillonneries ", indique l'hebdomadaire.

L'avenir dépend largement d'Emmanuel Macron et de ses ministres. Vendu essentiellement au numéro (près de 270.000 exemplaires à ajouter aux 72.300 abonnements), Le Canard résiste vaillamment jusqu'ici à la raréfaction des marchands de journaux dans l'Hexagone mais se pose la question d'une diffusion via le numérique pour une partie de ses exemplaires, comme l'indique

Lire la suite de l'article

Nouvelle baisse de la natalité en France

Lu dans Famille chrétienne :

"D’après une enquête de l’Insee parue le 30 août, 784 000 bébés sont nés en France en 2016, soit 15 000 de moins qu’en 2015 (- 1,9  %). C'est la deuxième année consécutive de diminution de la natalité. Cette tendance s’explique en partie par la baisse du nombre de femmes en âge de procréer. Début 2017, l’Insee annonçait que la fécondité atteignait 1,93 enfant par femme. L’étude indique par ailleurs que moins de 1 % des naissances ont lieu hors d’une structure de soins."

Lire la suite de l'article

“Le chef d’état-major des armées ne fait que dire la vérité : avec des budgets en constante baisse, nos missions ne pourront plus être remplies”

Pdv2Le jeune Emmanuel Macron a beaucoup perdu en croyant qu'il pouvait s'en prendre publiquement à un général d'armée tant apprécié dans les armées françaises : 

"La Croix : Que pensez-vous du rappel à l’ordre de Pierre de Villiers par Emmanuel Macron au sujet des moyens alloués à l’armée ?

Vincent Desportes : Je suis, comme beaucoup dans l’armée, très déçu de la réaction du président de la République. Et très étonné aussi car il jouissait jusque-là d’une très bonne image dans nos rangs.

Le choix de remonter les Champs-Élysées dans un véhicule militaire le 14 mai avait été apprécié, tout comme son discours aux accents très gaulliens devant nos troupes au Mali, en mai, lors duquel il s’était engagé à débloquer tous les moyens nécessaires. Jusqu’à cette réaction outrancière et humiliante à l’égard de Pierre de Villiers…

On la comprend d’autant moins que le chef d’état-major des armées ne fait que dire la vérité : avec des budgets en constante baisse, nos missions ne pourront plus être remplies, c’est un fait ! Et l’affirmer, ce n’est pas défendre les militaires, mais bien défendre la sécurité des Français.

Certes, mais Pierre de Villiers ne s’est-il pas affranchi de son devoir de réserve ?

V. D. : Aucunement. Les propos qu’on lui impute – et qui sont très directs, je vous l’accorde – ont été tenus devant la commission Défense de l’assemblée nationale (1). Il n’a fait qu’exprimer, devant les députés qui l’y invitaient, la situation budgétaire de l’armée. Et ce de

Lire la suite de l'article

Départ de l’UDI et de l’aile gauche LR = François Fillon baisse de 1 point

La gauche LR ne pèse plus grand chose, on le savait déjà avec la primaire de droite (puisque Juppé a pu aller au 2nd tour grâce aux électeurs PS qui s'étaient déplacés). Depuis mercredi les défections des poids lourds LR sont nombreuses (Chantal Jouanno vient de rejoindre le train… on ne la regrettera pas), mais cela ne lui fait perdre qu'un point dans les sondages, preuve qu'il y a un réel divorce entre la base et les apparatchiks de la rue de Vaugirard :

C6AiLtcWUAAtZAFCertes, nous attendons encore que des personnes comme NKM quittent le navire, mais cela ne devrait pas trop tarder : le temps de négocier un parachute pour les législatives et de garder une gamelle.

Lire la suite de l'article

Baisse des avortements en Hongrie

Lu dans Présent :

"En Hongrie, les avortements sont autorisés jusqu’à la 12e semaine de grossesse et même jusqu’à la 18e semaine si la mère est mineure et au-delà s’il y a risque de malformation du fœtus ou danger pour la vie de la femme enceinte. Et si, comme dans beaucoup de pays post-communistes, les avortements restent très nombreux (un avortement pour trois naissances), la politique de promotion de la vie et de soutien aux familles menée depuis 2010 par le gouvernement de Viktor Orban a permis non seulement d’inverser la tendance à la baisse des naissances mais aussi de réduire fortement, d’un quart, le nombre d’avortements.

Au début du mois de février, le gouvernement hongrois s’est à nouveau attiré les critiques de l’opposition libérale-libertaire en annonçant qu’il allait accorder une aide de 28 millions d’euros pour la création d’un nouveau service de maternité et de gynécologie à Budapest. Ce service sera géré en commun par deux hôpitaux : l’un qui appartient à la fondation calviniste Bethesda, et l’autre qui est géré par l’ordre hospitalier de Saint-Jean de Dieu, un ordre catholique. Mais cette aide vient en échange de la garantie donnée par les deux hôpitaux qu’il n’y sera pas pratiqué d’avortements."

Lire la suite de l'article

La baisse du taux de natalité n’est pas seulement liée à la crise économique

Jean-Pierre Maugendre rétablit quelques vérités, à propos de la crise démographique que la France connaît :

"[…] « C’est d’abord parce que les Français sont inquiets sur l’évolution de leur niveau de vie » (Yves de Kerdrel Valeurs Actuelles du 26 janvier) que la natalité chuterait. L’éditorialiste du célèbre hebdomadaire semble créer un lien direct de cause à effet entre les perspectives de prospérité matérielle et la fécondité. S’il n’est pas question de nier que les difficultés matérielles peuvent être un frein à la natalité il n’est pas non plus légitime de lier la natalité uniquement à des questions économiques. Les pays les plus riches d’Europe (Allemagne, Suisse, Autriche, Norvège, Suède, etc.) ne sont pas ceux à la natalité la plus élevée. Citons les taux de fécondité de l’Allemagne (1,44 enfants par femme), la Suisse (1,55), la Norvège (1,86), l’Autriche (1,46), etc.

La vérité sur le « baby boom »

C’est au général De Gaulle et à la politique nataliste impulsée par le Conseil National de la Résistance que serait dû le redressement démographique de la France après la seconde guerre mondiale, le fameux « baby boom ». Il se trouve que c’est à la IIIe République confortée par les mesures de l’État Français que l’on doit le redressement de notre natalité à partir de …1943 et cela malgré l’absence de 1 850 000 prisonniers. En effet l’année 1943 enregistre 589 000 naissances contre 576 000 en 1938 et 580 000 en 1939. Que s’est-il passé ? Tout d’abord de nombreuses

Lire la suite de l'article

Le nombre d’avortement baisse au Etats-Unis

L’Institut Guttmacher souligne que le taux d’avortement aux Etats-Unis est pour la première fois descendu en 2014 au-dessous de ce qu’il était en 1973, la première année de la légalisation.

  • Ce taux est de 14,6 pour mille, contre 16,9 pour mille en 2011.
  • En 2013, le nombre d’avortements était tombé en dessous du million, pour la première fois depuis 1975.
  • En 2014, le nombre a encore baissé, passant de 958.700 à 926.000. 
  • La baisse est de 14% depuis 2011.

L’institut Guttmacher tente de montrer que cette baisse n’a pas de rapports avec les nouvelles mesures législatives prises dans divers Etats. Yves Daoudal estime que c'est faux :

"D’abord on ne peut pas déterminer immédiatement l’efficacité de ces mesures. Et surtout l’institut Guttmacher fait l’impasse sur les fermetures d’avortoirs qui ont eu lieu ces dernières années. Il est bien évident que lorsqu’il n’y a plus qu’un seul avortoir dans un Etat il y a beaucoup moins d’avortements. Or la fermeture des avortoirs est la conséquence des nouvelles mesures législatives."

Lire la suite de l'article

Après 5 années d’attaques contre la famille, la baisse de la natalité se poursuit

En 2016, la fécondité a diminué pour la deuxième année d’affilée, selon les chiffres rendus publics mardi 17 janvier. L’année dernière, 785 000 bébés sont nés. Soit 14 000 de moins qu’en 2015, qui avait déjà connu 20 000 naissances de moins que l’année précédente. L’indicateur conjoncturel de fécondité s’établit à 1,93 enfant par femme, contre 1,96 en 2015, et 2 en 2014.

La France ne remplace plus sa population. Mais d'autres le font puisque la population globale est en hausse. Au cours de l'année 2016, la population a augmenté de 265 000 personnes, soit une hausse de 0,4%. Le solde migratoire est estimé à 67 000 personnes supplémentaires en 2016. Le nombre de décès a atteint 587 000 en 2016. Après avoir augmenté en 2015, il baisse légèrement en 2016 (-7000).

La population française continue de vieillir : au 1er janvier 2017, "les personnes de 65 ans ou plus représentent 19,2% de la population, soit trois points de plus que dix ans auparavant".

En 2016, 235 000 mariages ont été célébrés, dont 7 000 parodies entre personnes de même sexe.

Lire la suite de l'article