Archives par étiquette : autre

L’islamisme radical est une agression directe sur notre civilisation. Cependant, il y a aussi un autre adversaire

Mardi 14 novembre se déroule à Paris un colloque intitulé « L’esprit de défense en Île-de-France », organisé à l’initiative du groupe Front national au conseil régional d’Île-de-France. Le philosophe et écrivain Thibaud Collin intervient à ce colloque. Il répond aux questions de Boulevard Voltaire.

DOnZfuHXcAU6rn-"L’islamisme radical est une agression directe sur notre civilisation. Cependant, il y a aussi un autre adversaire. C’est un adversaire peut-être plus diffus, mais non moins important parce qu’il est plus intérieur. Marcel Gauchet parle de « l’individu total ». Il y a eu le totalitarisme de l’État total : le communisme et le nazisme. Aujourd’hui, nous faisons face à une forme plus sournoise du totalitarisme, peut-être moins violente au premier abord, et aux caractéristiques bien différentes. Il s’agit de cet « individu total » auquel tout devrait être dû, et qui refuse de recevoir comme un don tout ce qui a été accumulé et travaillé par les générations précédentes. D’ailleurs, bien souvent, il refuse d’assumer cette fonction de transmission et d’enrichissement de ce patrimoine. Ce patrimoine ne se réduit pas simplement à des monuments.

Cet individualisme est une forme de nihilisme et d’hédonisme. Il empêche de mobiliser en nous l’esprit de défense. Cet esprit de défense implique de se défendre contre cet adversaire qui nous traverse chacun. L’hédoniste, ce n’est pas simplement mon voisin, c’est moi sous un certain rapport qui peut, à un moment, se dire « à quoi bon ? », « pourquoi pas ? » Toutes ces questions me mettent sur la pente d’une forme de nihilisme où je n’ai plus rien à transmettre. J’aime

Lire la suite de l'article

Fabien Bouglé : “Une chose est d’être un bon conférencier, une autre est d’être un homme politique de convictions”

Fabien Bouglé, président de Versailles Famille Avenir, explique à Jeanne Smits pourquoi il soutient François Billot de Lochner plutôt que François-Xavier Bellamy à Versailles :

François-Xavier-Bellamy-Fabien-Bouglé-élection-Versailles-opposer-entretien-e1496784313144"[…] il faut aussi avoir à l’esprit que l’élection de dimanche prochain conditionne le financement des partis pour les prochaines années. Je ne souhaite en aucun cas pour ma part contribuer au financement du parti des Républicains dont on voit toutes les contradictions mises à jour avec l’élection de Macron. Ce parti, par son manque d’unité et son absence totale de vraies convictions, a fait perdre la France depuis des années par la mollesse de son action.

Vous êtes conseiller municipal de Versailles, chef de file de l’opposition à François de Mazières. Vous ne soutenez donc pas François-Xavier Bellamy. N’est-il donc pas un jeune homme talentueux ?

Effectivement, M. Bellamy a le parcours brillant du normalien. Il a un véritable talent de conférencier. Tout dernièrement, je l’ai écouté lors d’un débat à Versailles organisé par les AFC, et j’ai été sensible aux belles paroles qu’il a pu développer dans son exposé. Le livre qu’il a écrit a été un véritable succès de librairie, ce qui est justifié car je lui reconnais une belle plume. Il est incontestablement doué pour la transmission des savoirs et je crois qu’il a là un véritable rôle à jouer en tant qu’enseignant, qui est une très belle vocation.

Pour autant vous n’appelez pas à voter pour lui. N’est-ce pas contradictoire avec vos propos ?

Une chose est d’être un bon conférencier, une autre est d’être

Lire la suite de l'article

2049000831

Médias : “Pas la moindre allusion au fait que les quartiers populaires sont ceux d’autres peuples et surtout d’une autre religion”

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

Titre du Huffington Post :

Sevran.jpeg

Après Sevran et La Chapelle-Pajol, les femmes n’ont-elles plus droit de cité dans nos quartiers populaires?

On lit ensuite :

Les femmes sont devenues les premières victimes de la montée du sexisme, de l'insécurité et du harcèlement de rue. À Paris le phénomène a pris une ampleur inédite.

Tout l’article est de la même veine. On y parle d’une « situation d’un autre âge », de la façon dont on pourrait lutter contre cette « gangrène sexiste », contre les « tenants du machisme archaïque »…

Mais il n’y a pas un mot sur le processus qui a conduit à cette situation. Pas la moindre allusion au fait que les quartiers « populaires » sont ceux d’autres peuples, et surtout d’une autre religion. D'une religion qui fait sa loi, qui s'appelle charia. Le mot « islam » est devenu tabou. Le « sexisme » est une calamité sans origine. Qu’en France des rues soient interdites aux femmes est une sorte de catastrophe naturelle du XXIe siècle.

Si l’on s’astreint à écrire des articles entiers sur ce phénomène sans employer le mot islam (celui-là n’est pas le seul, loin de là, mais il a le titre le plus violemment mensonger), c’est qu’on est mûr pour la dhimmitude.

Et pour enfoncer le clou, on nous prévient :

Paris : harcèlement de rue, attention aux amalgames !

Lire la suite de l'article

« Quand on décide de vivre dans un autre pays, on s’adapte ! »

Charlotte d'Ornellas interroge Oskar Freysinger suite à la décision de la CEDH, qui a donné raison, mardi, aux autorités suisses qui avaient refusé d’exempter deux écolières musulmanes de cours de natation mixtes obligatoires:

Lire la suite de l'article

Délit d’entrave : de nombreux électeurs de droite attendent autre chose de leurs élus

Le conseiller régional du Parti chrétien démocrate en Ile-de-France, Nicolas Tardy-Joubert, dénonce dans Valeurs Actuelles :

"Nous avons observé ces derniers jours des retournements assez inattendus sur le délit d’entrave numérique pour l’avortement. A l’Assemblée Nationale, le 1er décembre, seuls 16 députés « Les Républicains » et 3 « non-inscrits » se sont opposés courageusement à ce texte liberticide. 183 députés LR étaient absents lors du vote. Au Sénat le 7 décembre, avec une majorité de droite, et malgré une mobilisation beaucoup plus forte des parlementaires, le texte proposé par la gauche a été adopté (173 voix pour et 126 contre). La raison ?  Trop d'absents, d'abstentions, de trahisons, et une alliance défectueuse avec l’UDI.

Quelles leçons faut-il en tirer ? La droite humaniste et conservatrice fait-elle le lit de la gauche libérale et libertaire ? Chacun qualifie l’avortement de drame, et Simone Veil elle-même, disait qu’il fallait tout faire pour l’éviter. L’information gouvernementale est déséquilibrée et nie beaucoup d’évidences. Le « délit d’entrave numérique » ne vise qu’à museler les opposants au tout IVG. La France, pourtant, ne peut se satisfaire d’enregistrer sans sourciller un nombre deux fois plus élevé d’avortements, que ses voisins italiens et allemands.

Pourquoi alors nos politiques ne font-ils pas face comme ils le devraient? Il devient essentiel de mettre en place un grand plan de santé publique pour apporter l’éclairage nécessaire aux futurs parents (père et mère), et ne pas s’engouffrer dans le tout avortement. L’information sur la contraception doit aussi inclure le respect de la personne humaine ainsi qu’une réelle éducation affective

Lire la suite de l'article

Primaire de la gauche : un autre candidat “Poisson”

Et pourquoi ne pas participer à la primaire du PS ? Ancien cadre dirigeant du parti socialiste, et candidat des Poissons roses à la primaire de la gauche, Régis Passerieux répond à Famille chrétienne :

"La primaire de la gauche 2017 pourra-t-elle être un bon cru ?

POui, si l'on est capable de donner à cette primaire un statut de refondation. Oui, si l'on est capable de reconstruire le logiciel du parti socialiste dans un débat très rapide d'un mois qui apporte des idées nouvelles.

À condition qu'à côté de Manuel Valls qui représenterait la gauche gouvernementale, il y ait un frondeur – si les quatre frondeurs s'entendent une fois pour toutes –, moi-même pour représenter le courant des Poissons roses avec l'économie du partage et le lien personnaliste dans la société, mais aussi un écologiste et peut-être Nouvelle Donne qui parle de la réduction du temps de travail. Alors on pourra avoir un débat intelligent.

Par contre, si on en reste à la gestion du modèle tel qu'il est contre des alternatives comme le panache à la Montebourg ou la fermeture à la Hamon, ce n'est pas ça qui sortira de la situation dans laquelle on est. En d'autres termes, les électeurs n'ont pas besoin d'un choix fermé entre la gestion du modèle social d'une part et, d'autre part, l'espèce de panache, de replis dans nos congrès de démondialisation. […]

On n'est pas obligé d'être d'accord, mais on peut aussi voter utile pour éliminer Manuel Gaz ?

Lire la suite de l'article

Loi Taubira : ce qu’un législateur a fait, un autre peut le défaire

A l’approche de La Manif Pour Tous, Jean-Frédéric Poisson, Charles Beigbeder et Robert Ménard lancent un appel à la mobilisation :

14615677_1438942579469218_3641562030792744143_o"Plus de trois années nous séparent du vote de la loi Taubira instaurant le mariage entre personnes de même sexe. À l’échelle d’un quinquennat, cela peut paraître beaucoup mais à l’échelle de l’histoire, ce n’est rien. Ce qu’un législateur a fait, un autre peut le défaire. Nous sommes convaincus qu’une telle loi, qui va à l’encontre du bon sens le plus élémentaire et dont certains croient à tort qu'elle va "dans le sens de l'histoire", ne résistera pas à l’épreuve du temps long. Car un enfant aura toujours besoin de voir sa filiation inscrite dans des lignées paternelle et maternelle. C’est une question de civilisation, les rôles de père et de mère ne sont jamais interchangeables !

Aujourd’hui, un narcissisme triomphant met l’enfant au service du projet des adultes sans considération pour son épanouissement psycho-affectif. C’est cette mentalité que nous combattons. Nous nous inscrivons d’emblée dans la perspective du temps long car nous savons qu’il nous donnera raison. D’abord dans le cadre de la bataille culturelle que nous entreprenons ; ensuite dans les urnes.

Nous savons pertinemment que les Français sont accaparés par d’autres sujets qui les concernent apparemment plus dans leur quotidien : insécurité physique et culturelle, immigration massive, communautarisme islamique, crise identitaire, attentats terroristes, chômage endémique et paupérisation rampante. Pour autant, on ne saurait négliger l’importance du facteur familial dans le délitement de notre société.

La

Lire la suite de l'article

Attaque d’un convoi humanitaire en Syrie: un autre son de cloche

Unknown-6Les bavures réelles ou calculées se succèdent en Syrie et mettent en péril le cessez-le-feu conjointement initié par les Russes et les Américains. Après l'attaque, samedi 17 septembre, d'unités de l'armée syrienne par l'aviation de la coalition, faisant plus de 60 morts et profitant à Daesh, c'est un convoi humanitaire (ayant déchargé son frêt) qui a été frappé, faisant une vingtaine de morts. Dans ce dernier cas, chacun des partis rejette la faute sur l'autre. Vous pouvez trouver dans les medias mainstream les arguments allant dans le sens anti-russe et anti-gouvernement syrien. Nous relayons ici et les arguments allant dans le sens inverse. Précisons qu'il ne s'agit pas ici de prendre parti quant aux responsabilités dans ce dernier drame, ce qui serait téméraire compte tenu des éléments disponibles, mais de présenter une version alternative.

Enfin, nous vous proposons l'analyse de Stratediplo, qui fait un rapprochement entre l'attaque de ce convoi et l'attaque du marché de Markalé, à Sarajevo au milieu des années 90 (voir ici, et ), qui avait justifié les opérations offensives contre les Serbes de Bosnie.

Lire la suite de l'article

Non Monsieur Plenel, le burkini n’est pas un vêtement comme un autre !

On pense ce que l'on veut de Fatiha Daoudi, qui au-delà de ses nombreux diplômes est aussi "militante des droits humains" et "experte en genre", aïe. Elle remet néanmoins Edwy Plenel à sa place sur le chapitre du burkini, et elle sait de quoi elle parle :

"A vous entendre pérorer sur la liberté vestimentaire des femmes musulmanes, confortablement installé dans une démocratie centenaire dont les institutions sont solidement ancrées et où les libertés individuelles sont sacralisées, je sens mes cheveux se dresser sur ma tête non voilée et la colère m'envahir.

Vous dites que le burkini est un vêtement comme un autre alors que le terme lui-même est un carcan pour les femmes puisqu'il veut dire un mélange entre la burqa (voile total) et le bikini, vêtement de plage. Il ressemble à s'y méprendre à une combinaison de plongée sous-marine avec en plus une capuche qui couvre la tête. Imaginez ce qu'éprouve une femme ainsi couverte, sous le soleil!

Non Monsieur Plenel, le burkini n'est pas un vêtement comme un autre et je sais de quoi je parle puisque je suis une femme de culture musulmane et vivant dans un pays, le Maroc, où l'islam est religion d'Etat. Pays où les droits des femmes ont évolué vers plus de liberté grâce aux femmes qui se sont battues becs et ongles pour que leur voix soit entendue et leur place dans l'espace public reconnue et qui continuent leur lutte encouragées par une volonté politique même si le gouvernement

Lire la suite de l'article

“Je n’ai jamais vu un retour de la liberté contre la technocratie se traduire par autre chose que par un progrès”

Vu ici : L'économiste Charles Gaves, président de l'Institut des libertés, nous explique que l'Euro est déjà virtuellement mort, et que si les conséquences pour les Européens risquent d'être peu agréables, elles n'en seront pas moins un retour à la liberté, donc un progrès.

 

Lire la suite de l'article

2017 : Dominer est une chose, gagner en est une autre

Dans une tribune intitulée "Philippe, Nicolas et Marine, la France vous regarde", Jean-Pierre Lenoir espère une union des droites nationales :

"Ce n’est pas le système qui va mourir, monsieur de Villiers, mais vous et nous, Français de la première heure, et ce pays qui n’en finit pas d’agoniser dans des soubresauts pathétiques. À moins que vous ne décidiez de porter l’estocade avec d’autres (…)

Si, malgré toutes ses contradictions politico-philosophiques, le Front national est arrivé aux portes du pouvoir, c’est qu’il y a quelque chose de vrai et de solide dans son credo. Si ce n’était pas le cas, il y a longtemps qu’il aurait été balayé de la scène politique française. Vous avez prouvé, Philippe de Villiers, que vous étiez un guerrier car vous vous êtes battu jusqu’ici pour de nobles causes et vous avez eu le courage de vous mettre en marge du marigot de droite dans lequel vous avez fait vos premières armes. Cependant, cette marginalisation pourrait, demain, vous être fatale si vous ne vous décidez pas, au moment fatidique, à rejoindre le gros de la troupe pour l’assaut final. Se mettre au service de la France avec le panache qui vous sied si bien vous donnerait non pas une place de simple soldat mais, au contraire, un poste stratégique que vous sauriez, j’en suis sûr, honorer avec intelligence et grandeur…

Et vous, Nicolas Dupont-Aignan ? Crier « Debout la France », c’est bien, mais ne serait-il pas encore mieux que vous

Lire la suite de l'article