Archives par étiquette : aujourd’hui

“Vous savez ce que je redoute aujourd’hui ? Qu’on m’égorge, qu’on me décapite”

CaptureTémoignages glaçants de surveillants de prison mais aussi de détenus dans Paris Match, qui titre :

"Les prisons françaises sous la coupe des islamistes"

Extraits :

« Avant, chaque matin, j’avais peur de trouver un gars pendu dans sa cellule. Vous savez ce que je redoute aujourd’hui ? Qu’on m’égorge, qu’on me décapite, qu’on me plante une lame dans le dos. Au nom de l’islam et de Daech. Tous les jours, en allant travailler, j’ai cette peur qui me bouffe le ventre. »

« A l’intérieur [de la prison], l’état de guerre… c’est puissance dix. »

« Autrefois, les comportements agressifs étaient liés aux difficultés du quotidien. A présent, la haine et la violence se déchaînent à l’encontre de l’autorité, de notre société, de ses valeurs. Pas surprenant que, face à la radicalisation, les surveillants deviennent des cibles. »

« Les radicaux dealent le shit quatre fois plus cher “à l’intérieur” que dehors. Leur profit ? Jusqu’à 10 000 euros par mois. Ce qui leur permet d’accumuler les appareils électroniques, la nourriture, les produits d’hygiène. Ils offrent leur butin aux plus vulnérables, aux détenus fragiles, isolés, qui leur deviennent redevables, et le piège se referme. »

«En prison, il faut survivre. Ça veut dire dormir sereinement, manger à sa faim. Pour ça, tu dois te rapprocher d’un camp. Sinon, au mieux, tu souffres. Au pire, tu crèves. Quand j’ai été incarcéré aux Baumettes, les barbus m’ont offert protection et téléphone portable… contre les cinq prières par jour. Je n’étais pas

Lire la suite de l'article

Film sur La persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde

DelpardLe film de Raphaël Delpard est à commander ici.

215 millions de femmes, d’hommes et d’enfants, dans cinquante pays sont persécutés en raison de leur foi. Imaginez si, sur les 508 millions d’habitants en Europe, les Français, les Italiens, les Allemands et les Belges étaient chaque jour en bute aux pires maltraitances : bastonnade, lapidation, tortures en tous genres, viols, emprisonnement, discrimination, assassinat. Sur simple dénonciation, pouvant à tout moment être accusé de blasphème. Et cela, dans le silence assourdissant des Etats, et des commissions des droits de l’homme de l’O.N.U et de l’Union européenne.

Lire la suite de l'article

«Hier comme aujourd’hui, quand se pose la question de la légitimité du pouvoir, la guerre civile n’est jamais loin»

Patrick Buisson présente son livre «La grande histoire des guerres de Vendée» sorti chez Perrin et évoque la question de la reconnaissance du génocide vendéen par la France sur RCF Vendée :

Lire la suite de l'article

Sortie en salles aujourd’hui : Tout mais pas ça

0Analyse cinéma de Bruno de Seguins Pazzis pour les lecteurs du Salon Beige :

Rome. Tommaso De Luca, la cinquantaine, est un chirurgien reconnu. Avec son épouse Carla, ils ont élevé leurs enfants Andrea et Bianca dans un esprit de laïcité. Or voilà qu’Andrea annonce son intention de devenir prêtre. Tommaso, athée convaincu, persuadé que son fils est sous influence et qu’il est fait pour tout sauf pour être prêtre, est bien décidé à tout faire pour éviter cette catastrophe. Tommaso décide de suivre Andrea en cachette afin d'en savoir plus sur ce prêtre particulier Don Pietro, qui a « retourné » Andrea, ​ et libérer son fils de l’influence de ce dernier. Avec : Marco Giallini (Tommaso De Luca), Laura Morante (Carla De Luca), Alessandro Gassman (Don Pietro Pellegrini), Giuzeppina Cervizzib (l’infirmière Rosa), Edoardo Pesce, (Gianni Malloni), Carlo Luca de Ruggieri (Pizzuti), Llaria Spadia (Bianca De Luca), Enrico Oetiker (Andrea De Luca), Alex Cendron (Fratta), Fabrizio Giannini (Questore), Silvia Munguia (Xenia), Urbano Lione (Paziente), Maurizio Lops (Mimmo).  Scénario ; Edoardo Maria Falcone et Marco Martani. Directeur de la photographie : Tommaso Borgstrom. Musique : Carlo Virzi.

Une comédie réflexive

Rares sont les films qui évoquent la vocation sacerdotale à ses débuts. Dans le registre dramatique on peut citer Les mains liées (1956) de Roland Quignon, mais dans celui de la comédie, cela ne vient pas promptement à l’esprit. Il faut reconnaître à l’italien Edoardo Maria Falcone qui se limitait jusqu’alors à l’écriture de scenarii et qui avec Tout mais pas ça  réalise son premier long métrage,

Lire la suite de l'article

Jean-Yves Le Gallou : “Le moule de résistance d’identité européenne se trouve aujourd’hui dans les pays de l’Est”

Jean-Yves Le Gallou commente sur Boulevard Voltaire la grande manifestation patriotique qui s'est déroulée en Pologne :

Que s’est-il passé en Pologne le 11 novembre ?

Depuis un certain nombre d’années, un traditionnel défilé patriotique est organisé le 11 novembre en Pologne. Il y a une dizaine d’années, il attirait quelques centaines ou quelques milliers de personnes. Depuis quelques années, il touche un assez grand nombre de Polonais. Les organisateurs parlent de 120.000 personnes, la police parle de 60.000 personnes. C’est donc une très grande manifestation patriotique polonaise.

Cette manifestation de l’identité polonaise peut-elle s’inscrire dans la montée de l’extrême droite dans les pays européens ?

Non, je crois que cette manifestation est polonaise tout simplement. L’identité polonaise est européenne, chrétienne et catholique. C’est normal que cela se retrouve dans les slogans et dans les drapeaux. En revanche, l’attitude des médias occidentaux (États-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne…) est nouvelle. Elle consiste à interdire toutes expressions identitaires et patriotiques en utilisant un vocabulaire de dénigrement et diabolisation. Ce qui est intéressant comme ils n’hésitent pas à monter en puissance dans le dénigrement. Ils parlent de manifestations d’extrême droite. Ils qualifient l’ASB en Allemagne de néonazi, les patriotes polonais sont des néonazis. Tout cela relève du délire médiatique.

La Pologne a une histoire assez particulière. Cette histoire la place dans un contexte antinazi et anticommuniste. Où se situe la Pologne aujourd’hui sur l’échiquier européen ?

La Pologne espère rester polonaise. Il est très significatif que les Polonais, les Hongrois et les Tchèques, qui sont

Lire la suite de l'article

«La persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde» le 15 novembre

Le film La persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde sort au cinéma le Lucernaire à partir du 15 novembre.

53, rue Notre Dame des Champs 75006 Paris

Séances mercredi et jeudi à 20 h 30.

Vendredi, samedi et dimanche : 14 h 30 – 16 h 30 – 18 h 30 – 20 h 30

Lire la suite de l'article

Le plus grand danger auquel nous devons faire face aujourd’hui, c’est l’indifférence d’une Europe qui nie ses racines chrétiennes

Du 11 au 13 octobre s’est tenue à Budapest une réunion internationale sur la persécution des chrétiens, organisée par le gouvernement hongrois. Chistianophobie Hebdo a traduit une partie du discours d’accueil du Premier Ministre Viktor Orbán. Extrait :

Unknown-8"[…] Aujourd’hui, je voudrais dire quelques mots sur cette forme de persécution des chrétiens.Nous nous sommes rassemblés ici, venant du monde entier, pour trouver des réponses à une crise qui n’a été que trop longtemps cachée. Nous sommes venus de différents pays et, pourtant, quelque chose nous relie : responsables d’Églises chrétiennes et hommes politiques chrétiens. […] Dans le Livre d’Ezéchiel nous lisons que, si le veilleur voit l’ennemi approcher mais qu’il ne sonne pas l’alarme, le Seigneur le tiendra pour responsable de la mort de ceux qui ont été tués à cause de son inaction.

Bien des fois au cours de notre histoire, nous les Hongrois nous avons dû nous battre pour rester chrétiens et Hongrois. Pendant des siècles, nous avons combattu sur les frontières méridionales de notre patrie pour défendre toute l’Europe chrétienne. […] Ici, dans cette salle, se trouvent des personnes plus âgées que moi qui ont fait l’expérience de première main de ce que c’est que d’avoir vécu en chrétien fidèle sous un régime despotique. Pour nous, toutefois, par une cruelle et absurde ironie de l’Histoire nous voici vivant comme des membres d’une communauté assiégée. Où que nous vivions dans le monde – que nous soyons catholiques, protestants, orthodoxes ou Coptes –, nous sommes membres d’un seul corps et

Lire la suite de l'article

“Le plus grand destructeur de la paix, aujourd’hui, est le crime commis contre l’innocent enfant à naître”

17 octobre 1979 : il y a 38 ans, Ste Mère Teresa reçut le prix Nobel de la paix :

MèreTérésaNobel« Et je ressens quelque chose que je voudrais partager avec vous. Le plus grand destructeur de la paix, aujourd’hui, est le crime commis contre l’innocent enfant à naître. Si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu’est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entretuer les uns les autres ?

L’Écriture déclare elle-même : « Même si une mère peut oublier son enfant, moi, je ne vous oublierai pas. Je vous ai gardés dans la paume de ma main. » Même si une mère pouvait oublier… Mais aujourd’hui on tue des millions d’enfants à naître. Et nous ne disons rien. On lit dans les journaux le nombre de ceux-ci ou de ceux-là qui sont tués, de tout ce qui est détruit, mais personne ne parle des millions de petits êtres qui ont été conçus avec la même vie que vous et moi, avec la vie de Dieu. Et nous ne disons rien. Nous l’admettons pour nous conformer aux vues des pays qui ont légalisé l’avortement. Ces nations sont les plus pauvres. Elles ont peur des petits, elles ont peur de l’enfant à naître et cet enfant doit mourir ; parce qu’elles ne veulent pas nourrir un enfant de plus, élever un enfant de plus, l’enfant doit mourir.

Et ici, je vous demande, au nom de ces petits… car ce fut un enfant à

Lire la suite de l'article

« Le Président Macron a toutes les peines du monde à dire qui tue en France aujourd’hui ! »

Mercredi matin, Robert Ménard a organisé une cérémonie commémorative pour le père Hamel. À Béziers, une promenade au pied de la cathédrale porte son nom. Il explique à Boulevard Voltaire :

Lire la suite de l'article

Le négationnisme aujourd’hui, ce n’est pas d’affirmer le Grand Remplacement, c’est évidemment de le nier

Renaud Camus est interrogé par Breizh-info.com. Extrait : 

Outre les oukases habituels de la presse subventionnée, on vous reproche de ne pas avoir voulu débattre par rapport aux chiffres de l’immigration que vous exposait Hervé le Bras, en sa qualité de démographe. Pourquoi avoir choisi un autre terrain ?

C’est pour moi un point tout à fait central, capital. "Certes je suis bien persuadé que le Grand Remplacement est parfaitement et facilement prouvable avec des chiffres, bien que tout soit fait pour empêcher qu’il le soit. Michèle Tribalat s’en approche déjà beaucoup plus qu’Hervé Le Bras. Mais je refuse absolument de me laisser entraîner sur ce terrain-là. D’abord parce que ce n’est pas le mien, je n’y suis absolument pas compétent, et, reconnaissons-le, ça ne m’intéresse pas du tout. Ensuite, et surtout, pour deux raisons principales.

D’abord parce que jamais, jamais, jamais, dans l’histoire de notre pays, ni d’aucun pays au monde, un peuple ne s’en est remis à la science de savoir ce qui lui arrivait. C’est une révolte ? demande Louis XVI. — Non, Sire, c’est une révolution, répond La Rochefoucauld.

Et vous imaginez le roi reprendre : Vous avez les chiffres ? Pensez-vous que les Français aient eu besoin des chiffres pour savoir qu’ils vivaient la Guerre de cent ans, même s’ils la nommaient autrement ? les Guerres de religion, la Fronde, la Révolution française, la Commune, la Grande Guerre, la Première Occupation ? La science peut intervenir a posteriori pour apporter des précisions sur l’ampleur d’un phénomène. Elle

Lire la suite de l'article

Il y a aujourd’hui 15 pays européens où il n’y a aucune obligation vaccinale

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Le Premier ministre a donc confirmé qu’il y aurait désormais 11 vaccins obligatoires. Trois ce n’était pas suffisant, il faut injecter 11 substances toxiques aux bébés.

Les motifs avancés sont évidemment absurdes. Sans vouloir évoquer la question de l’efficacité des vaccins, on peut remarquer que l’histoire de la « couverture vaccinale » est une vaste fumisterie, dans la mesure où la grande majorité des Français ne se préoccupe pas des rappels qui seuls permettraient d’obtenir une « couverture »… qui ne sert à rien.

Surtout, il y a aujourd’hui 15 pays européens, QUINZE, dont l’Allemagne et le Royaume-Uni, l’Espagne et la Suède, l’Irlande et la Pologne, où il n’y a AUCUNE obligation vaccinale. On n’a pas entendu dire qu’il y ait dans ces pays des problèmes sanitaires dus à cette absence d’obligation…

Il est clair que la décision est purement politique. C’est un des premiers diktats macroniens, celui-ci n’étant qu’un renvoi d’ascenseur aux laboratoires pharmaceutiques.

Nicolas Hulot se moque quant à lui de la pollution des bébés et se coule dans la dictature macronienne dont il profite. Lui il se préoccupe de la pollution automobile, et il décide qu’il n’y aura plus de voitures à essence en 2040. Parce que bien sûr il sera toujours ministre dans 20 ans, pour faire appliquer son diktat de 2017. Les voitures seront donc électriques, et l’on remplacera donc la pollution atmosphérique temporaire par la fabrication de toujours plus de déchets radioactifs hypertoxiques pendant des milliers d’années. Même s’il prétend dans

Lire la suite de l'article