Archives par étiquette : aujourd’hui

Humanae Vitae : Paul VI a prédit des désordres que nous voyons aujourd’hui

L'abbaye de Kergonan organise une session à l'occasion des 50 ans de Humanae vitae. A cette occasion, le frère Francesco est interrogé dans Famille chrétienne :

6a00d83451619c69e20224e03c8760200dPourquoi cette encyclique a-t-elle été aussi mal comprise par les catholiques à l'époque ?

Certains, il s’agit de le rappeler, ont reçu cette encyclique avec gratitude et l’ont transmise à leurs enfants comme un trésor. Beaucoup en effet, laïcs ou clercs, ont été désarçonnés. Dans les difficultés inhérentes à la vie de famille et propre à la modernité, ils ont pensé trouver dans les moyens de contraception une solution confortable, pour une aspiration au plaisir. Depuis le péché originel, on court après une harmonie perdue. Le rappel de la vérité interne de l’acte conjugal et de son lien avec la transmission de la vie a semblé rude. Paul VI exprimait par la non-dissociation entre union et procréation, la sollicitude de l’Église pour ses enfants. Il a prédit des désordres qu’aujourd’hui nous voyons. Avec 50 ans de recul, on peut dire que la contraception, généralisée, ne rend pas les couples plus solides, les familles plus soudées, l’accueil de l’enfant plus généreux et plus aimant, le rapport à la Création plus respectueux… au contraire ! On confond désir et amour, on attrape à la place de recevoir, on perd le sens de la féminité comme de la masculinité.

50 ans après sa publication, la présence du cardinal Sarah à Kergonan est-elle le signe que les nouvelles générations sont plus réceptives à cette sainteté qui passe

Lire la suite de l'article

La Mecque que décrit l’islam est une imposture aujourd’hui démontrée

Dan Gibson, historien canadien spécialiste des Nabatéens, affirme d'après ses recherches que les musulmans prieraient en fait dans la mauvaise direction. Selon lui, la ville des origines de l'islam ne serait pas La Mecque mais Pétra, en Jordanie.

Il a détaillé ses recherches dans ses livres ("Quranic Geography," , Independent Scholar's Press, 2011 et "Early Islamic Qiblas: A survey of mosques built between 1AH/622 C.E. and 263 AH/876 C.E"., Independent Scholar's Press, 2017). Il propose avec le documentaire "La Ville Sacrée" une présentation de certains arguments en faveur de sa thèse : archéologie, photographie satellite, manuscrits anciens…

Lire la suite de l'article

L’enjeu politique pour la droite aujourd’hui est de choisir son camp

Guillaume Bernard estime qu'il n’existe plus d’espace politique pour la droite modérée, si ce n’est dans le giron de La République en Marche :

1lQYV_eU_400x400"Ce qui se joue aujourd’hui avec la stratégie adoptée par Laurent Wauquiez, ce n’est ni plus ni moins que la survie du parti Les Républicains (LR). À l’occasion des élections européennes de 2019, nous allons voir s’affronter trois positions. Défendre l’Union européenne (UE) comme le fait Emmanuel Macron ; s’opposer à l’Europe comme le font les souverainistes. Entre les deux, Laurent Wauquiez ancre son parti sur une ligne pro-européenne mais critique envers l’Union. Il s’agit d’être dans une opposition claire à Emmanuel Macron mais aussi de se rapprocher des droites conservatrices européennes au Parlement européen.

Les partis de droite en Europe sont actuellement sur cette position pro-européenne mais très critique vis-à-vis de l’UE. Cette opinion est soit portée par un parti comme le Fidesz en Hongrie, soit incarnée par une coalition comme c’est le cas en Autriche avec les conservateurs et la droite nationaliste.

Laurent Wauquiez considère aussi que la droite progressiste a déjà basculé du côté de LREM et je partage ce point de vue. Aujourd’hui sur les questions de bioéthique et d’identité nationale, il y a davantage de proximité entre Emmanuel Macron et des personnes comme Virginie Calmels et Valérie Pécresse, qu’entre ces dernières et Laurent Wauquiez. L’opposition entre un camp progressiste et un camp conservateur paraît de plus en plus nette.

La définition d’une ligne libérale reste en revanche beaucoup plus ambiguë et devrait

Lire la suite de l'article

Le pape sur l’avortement : aujourd’hui nous faisons comme les nazis et en gants blancs

Lu ici : 

"J'ai entendu dire qu'il est à la mode, ou au moins habituel, de faire au cours des premiers mois de grossesse des examens pour voir si l'enfant ne va pas bien ou s'il naîtra avec quelque chose (un problème, ndlr), le premier choix étant de s'en débarrasser", a déclaré le pape en recevant au Vatican des représentants d'associations familiales.

"Au siècle dernier, tout le monde était scandalisé par ce que faisaient les nazis pour veiller à la pureté de la race. Aujourd'hui nous faisons la même chose en gants blancs", a déclaré le pontife argentin.

Le pape s'est aussi interrogé: "Pourquoi ne voit-on plus de nains dans les rues ? Parce que le protocole de nombreux médecins dit: il va naître avec une anomalie, on s'en débarrasse".

S'exprimant sur la question de la famille, le pape a observé qu'"aujourd'hui on parle de familles diversifiées, de divers types de familles. Oui c'est vrai: famille est un seul et même mot, on dit aussi la famille des étoiles, la famille des animaux". "Mais la famille, à l'image de Dieu, homme et femme, il n'y en a qu'une seule", a poursuivi Jorge Bergoglio.

"La famille est une belle aventure et aujourd'hui, c'est une souffrance que de le dire, on observe que souvent on pense à fonder une famille, à se marier, comme s'il s'agissait d'une loterie. Si ça va, ça va et si ça ne va pas, on efface tout et on recommence", a déploré le pape.

Lire la suite de l'article

Cardinal Sarah : Aujourd’hui, toi aussi, Peuple de France, réveille-toi!

En attendant l'intégralité de l'homélie du cardinal Sarah à Chartres, en voici quelques perles :

Unknown-30

Lire la suite de l'article

Il n’est plus possible aujourd’hui d’affirmer avec certitude qu’Alfie est mort de mort naturelle

Jeanne Smits nous informe que deux heures avant de mourir, peu après minuit le samedi matin du 28 avril, le petit Alfie Evans a reçu quatre médicaments. Sa situation s'est rapidement dégradée, de telle sorte que la journaliste Benedetta Frigerio l'affirme aujourd'hui : il n'est plus possible aujourd'hui d'affirmer avec certitude, comme on avait pu le penser, qu’Alfie est mort de mort naturelle :

Unknown-25"Certes, rien ne permet de dire combien de temps Alfie aurait pu survivre, lui qui a fait preuve d'une exceptionnelle combativité, d'une vraie rage de vivre après son extubation. Rien ne permet non plus de savoir si une recherche de diagnostic précis et un hypothétique traitement auraient pu lui assurer des mois ou des années de vie supplémentaires. Ce qui est certain, c'est qu’Alder Hey voulait sa mort. […]

Selon LifeSiteNews, qui cite une source proche de la famille Evans (celle-ci n'ayant pas répondu aux demandes de commentaires présentées par le site pro-vie) Tom a alors été convoqué à une réunion au beau milieu de la nuit, inhabituelle, et il s'est absenté de la chambre. C'est alors, comme l’affirme aussi La Nuova Bussola,  qu'une infirmière est entrée dans la pièce où la maman d’Alfie, Kate James, somnolait, et où se trouvait un autre membre de la famille. L'infirmière a annoncé qu'elle allait administrer quatre médicaments à Alfie, sans préciser lesquels. Cela a été fait par injection, selon LifeSite. A peine 30 minutes plus tard, le taux de saturation en oxygène d’Alfie était tombée à

Lire la suite de l'article

Gérard Leclerc ne participe pas du procès fait aujourd’hui contre ce qu’on appelle le repli identitaire

Gérard Leclerc, éditorialiste à France Catholique et Radio Notre-Dame, est interrogé dans La Nef sur Mai 68. Extraits :

Vous consacrez un chapitre à Maurice Clavel : quelle était sa « perspective chrétienne » sur Mai 1968 ?

Unknown-17Maurice Clavel est un personnage clé de cette période, dont il a donné une analyse personnelle, qui défiait toutes les coordonnées sociologiques et idéologiques en cours. Il s’était converti au catholicisme à la suite d’une violente crise intérieure, qu’il racontera par la suite dans un grand livre intitulé Ce que je crois. C’est à la lumière de sa propre expérience qu’il comprend la crise de 68. Car il s’agit pour lui non pas d’un problème d’adaptation à des mutations technologiques ou économiques, mais d’une crise qui met en cause les fondements souterrains d’une civilisation. Celle-ci n’a plus les énergies nécessaires pour donner du sens à l’existence sociale. Fondamentalement, c’est le rapport de la société à l’absolu qui est en cause. Un absolu que les Lumières et les idéologies modernes ont voulu abolir et qui se réveille d’une façon intempestive pour nous secouer. Il est auprès des gauchistes les plus incandescents, car il a le sentiment que leur extrémisme est sans débouché s’il n’aboutit pas à une véritable metanoïa spirituelle. Pour ma part, je l’ai lu sur le moment et j’ai totalement adhéré à son diagnostic. Plus tard je l’ai rencontré et je me suis trouvé en communion avec son projet qui se précisait à mesure d’une révolution spirituelle de fond engageant un changement de trajectoire

Lire la suite de l'article

Alfie Evans : rassemblement aujourd’hui devant l’ambassade de Grande-Bretagne à Paris

Dbt3ysyW0AIEdVn

18h30 au 35 Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris.

DbtQrQSX4AA8sCL

Cette affaire conduit à deux réflexions :

1. Les médecins de cet hôpital de Liverpool, comme ceux de l’hôpital de Reims (Vincent Lambert) se considèrent comme les propriétaires de leurs patients, avec droit de vie ou de mort – c’est-à-dire de mort – sans considération de l’autorité familiale, et en ce qui concerne Alfie de l’autorité de ses parents, qui sont, de droit naturel, et de bon sens, les seuls dépositaires de l’autorité. Et ils poussent leur folle dictature jusqu’à enfermer à clef leurs patients à tuer en attendant de pouvoir le faire.

2. Nous avons aboli la peine de mort pour les criminels, mais nous avons donné aux juges le droit de condamner à mort des innocents… Il est clair que tout cela ne pourrait avoir lieu si l’on n’avait pas instauré le règne de la culture de mort impliquant le droit de tuer l’enfant dans le ventre de sa mère, puis toutes les aberrations … En attendant d'avoir, comme en Chine, les avortements forcés.

Lire la suite de l'article

La notion de patrie a-t-elle encore un sens aujourd’hui ?

Notre-Dame de Chrétienté propose ce mois-ci deux vidéoformations réalisées avec Alain Toulza, vice-Président de la D.R.A.C. (Droits du Religieux Ancien Combattant, devenue Défense et Renouveau de l'Action Civique), destinées à rendre hommage à nos anciens morts au combat pour défendre notre liberté :

  • « La notion de patrie a-t-elle encore un sens aujourd'hui ? ». La folie du sacrifice du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, officier de gendarmerie et catholique, atteste que se mettre au service de la patrie demeure toujours d’actualité.
  • « Les religieux dans la grande guerre » apporte un témoignage exemplaire de l’engagement volontaire des religieux dans la défense de la France qui pourtant les avait expulsés.

Relisons ce magnifique extrait de « Heureux ceux qui sont morts » de Charles Péguy qui nous a précédé sur les routes de Chartres, et qui est mort le 5 septembre 1914 à Villeroy, près de Meaux, lors des premiers combats de la bataille de la Marne :

Heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle,
Mais pourvu que ce fût dans une juste guerre.
Heureux ceux qui sont morts pour quatre coins de terre.
Heureux ceux qui sont morts d'une mort solennelle…

… Heureux ceux qui sont morts pour des cités charnelles.
Car elles sont le corps de la cité de Dieu.
Heureux ceux qui sont morts pour leur âtre et leur feu,
Et les pauvres honneurs des maisons paternelles.
Notre Dame de la Sainte-Espérance, convertissez-nous !

Lire la suite de l'article

Combien de manifestants aujourd’hui à Paris ?

Capture d’écran 2018-03-22 à 19.15.16Dans la capitale, la préfecture de Police a compté 49 000 participants, entre fonctionnaires et cheminots. Avec des affrontements.

Le premier décompte de la CGT a estimé à 65 000 manifestants à Paris. 

Quant à la presse, elle a mis en place son propre système de comptage et a dénombré 47 800 personnes.

Si leur comptage devient plus précis, nous allons pouvoir relancer une Manif Pour Tous !

A Paris, le boulevard Beaumarchais a été ravagé :

Unknown-3 Unknown-4 Unknown-5

Lire la suite de l'article

« Il y a des jeunes Français qui se lèvent en disant : aujourd’hui je tuerai des Gaulois »

Unknown-38Le général Pierre de Villiers était à Nantes jeudi 15 mars pour présenter son livre Servir. Devant un amphithéâtre comble, l’ancien chef d’état-major des armées a répondu aux questions de l’auditoire avant de dédicacer son livre. Breizh.info était sur place.

Interrogé sur les deux menaces globales que peuvent constituer le djihadisme international et le retour aux États – puissances (Chine, Inde, Qatar, Russie, Turquie…), il a posé « deux tournants stratégiques majeurs » : la chute du Mur et les attentats des deux tours de New York en 2001.

« l’Histoire est une succession d’événements et non de ruptures brutales. L’énergie libérée suite à la chute du Mur a conduit au retour des Empires, le djihadisme est la suite de l’attentat des deux tours de New-York et même des années 1980 où se sont constituées ces cellules terroristes ».

Quand il était chef d’état-major, il recevait le matin à 8 heures un rapport sur les attaques terroristes dans le monde :

« il y en avait 3 à 5 par jour, avec des véhicules piégés, des mines, des engins explosifs, des tireurs, des embuscades. C’est une idéologie nihiliste. On tue, on viole, on égorge, on décapite, tous les jours à quelques heures de vol de Paris. C’est une menace distincte mais pas totalement disjointe du retour des Empires ». « Certains pays réarment de 5% par an depuis dix ans. Nous ne sommes pas près de les rattraper ».

« En Syrie, sur 20 km de côté, vous avez des soldats russes, syriens, iraniens, kurdes, turcs,

Lire la suite de l'article

Cécile Edel sur l’avortement : ” Aujourd’hui on parle de droit fondamental alors pourquoi n’évitons pas à la femme un tel drame ?

Anticipant la diffusion ce soir d’un “documentaire” à charge contre les milieux pro-vie sur Arte, Jean-Marc Morandini a organisé un débat objectif et bien mené entre Cécile Edel, présidente de Choisir la vie, et Fatime Benomar, féministe, sur Cnews.

On peut retrouver sur la vidéo ci-dessous à partir de 21’45” ce débat où Cécile Edel a été remarquable par son courage, son éloquence et la force de ses convictions face à une adversaire pourtant rompue aux plateaux de télévision. 

Lire la suite de l'article