Archives par étiquette : assez

Wauquiez : le problème de la droite française, ce n’est pas de trop en dire, c’est de ne pas assez en faire

Interrogé dans Causeur, Laurent Wauquiez rejoint l'idée selon laquelle la droite a échoué car, si elle est parfois de droite dans ses discours, elle ne l'est pas dans ses actes :

Unknown-45"François Fillon a perdu à cause de l’instrumentalisation des affaires. Je lui suis très reconnaissant de ne pas avoir cherché à jeter son programme en pâture pour acheter la clémence de la meute. En cela, il a fait preuve de courage, car toute une partie de la droite essaie d’expliquer qu’on aurait perdu les deux dernières présidentielles, 2012 comme 2017, parce qu’on aurait trop défendu nos valeurs. Je crois exactement l’inverse : le problème de la droite française, ce n’est pas de trop en dire, c’est de ne pas assez en faire. Quand la droite se trahit, elle se recroqueville, quand elle s’assume, elle rayonne.

La formule est belle, mais vous ne nous ferez pas croire que la déconnexion entre LR et les Français s’explique par une histoire de costumes.

J’ai la conviction que les valeurs auxquelles les Français sont les plus attachés supposent un programme résolument et sereinement à droite. Le doute qui s’est instillé dans notre rapport avec les Français ne porte pas sur nos valeurs, mais sur notre capacité à tenir nos engagements. Au printemps, la France s’est retrouvée dans ce paradoxe hallucinant : elle se réveille avec un président de la République libéral-libertaire, l’exact inverse de ce que le pays attendait ! Aboutissement logique de cette supercherie, Macron est tombé à une vitesse ahurissante dans

Lire la suite de l'article

On ne communiquera jamais assez sur les persécutions contre les chrétiens d’Orient

Charles de Meyer, président de SOS Chrétiens d'Orient, est interrogé dans Valeurs Actuelles. Extrait :

Capture d’écran 2017-11-27 à 21.08.49"Certains trouvent que vous communiquez beaucoup, voire trop…

Pour ma part, je trouve qu’on ne communiquera jamais assez sur les crimes et persécutions commis contre les chrétiens d’Orient. Ce qui se passe au Proche-Orient depuis quelques années — ou en Turquie depuis un siècle — est extrêmement grave. Mais pour vous répondre complètement, oui, nous vivons avec notre époque et avons intégré l’importance de la communication dans nos paramètres. L’information et la sensibilisation de l’opinion publique sont même inscrites dans nos statuts ! Nous avons en outre la chance de nous appuyer sur une équipe très jeune, soutenue par des centaines de volontaires venus sur le terrain. Forts de cette expérience, ils sont les mieux placés pour faire connaître au grand public nos actions en faveur des chrétiens d’Orient. […]"

Lire la suite de l'article

Une passante demande à Valls “s’il y a assez de blancs au marché de Corbeil”

En 2009 sur le marché d’Evry, Manuel Valls se lamentait du manque de “blancs, de white, de blancos”. En 2017, sur le marché de Corbeil, une passante lui demande si la quantité de blancs est satisfaisante à son goût :

Lire la suite de l'article

Il n’y a pas assez de forces de l’ordre pour assurer la sécurité des matchs de foot

On apprend dans L'Equipe que les forces de l'ordre sont débordées, en raison des émeutes de banlieue :

"Les autorités publiques ont décidé d'interdire le déplacement des supporters du PSG ce dimanche à Marseille pour le Classique (21 heures au stade Vélodrome). Initialement ils devaient être 500 pour ce choc selon le principe de réciprocité qui prévaut désormais pour ces rencontres. La décision des pouvoirs publics, qui intervient au lendemain d'une réunion à Marseille préparatoire au match, est motivée par le contexte très tendu actuellement dans les banlieues et ils ne disposent pas d'assez de forces pour garantir la sécurité des fans parisiens."

Lire la suite de l'article

Immigration : Dupont-Aignan en a assez “de la fausse générosité, des bons sentiments de personnes qui refusent de voir la misère sociale”

Nicolas Dupont-Aignan est interrogé dans Famille chrétienne. Extrait :

Numero-2036-samedi-21-janvier-2017-est-on-victime-de-son-education_media_sidebar"Vous êtes critique vis-à-vis des prises de position du pape François sur les migrants. Vous ne croyez pas qu’il soit possible de concilier une juste régulation des flux migratoires et une nécessaire hospitalité humaine, chrétienne dirions-nous ?

A partir du moment où l’hospitalité se fait au détriment de nos propres citoyens, nous marchons sur la tête ! Quand vous avez des gens modestes qui n’ont plus les moyens de vivre et qu’au même moment l’Etat, avec fausse générosité, donne l’argent des impôts des Français pour accueillir toujours plus d’étrangers, je dis : « folie ! ». L’hospitalité doit être raisonnable. Or le stade du raisonnable a été dépassé.

Plutôt que de faire de la charité mal comprise et contre-productive, en culpabilisant et en menaçant nos propres concitoyens qui souffrent, on ferait mieux, nous Européens, de nous projeter dans les trente prochaines années et de nous dire que la seule question importante est de savoir comment gérer le doublement de la population africaine. La banque centrale européenne donne chaque année 1000 milliards d’euros aux banques, et on n’est pas capables d’apporter 50 milliards d’euros d’aide au développement ? On n’est pas capable de développer le projet de reforestation au Sahel, et on n’est pas capable d’intervenir en Somalie ? Mais à quoi servent les dirigeants européens ?

Le rôle d’un chef d’Etat est différent de celui d’un pape. Je comprends les sentiments religieux, et les sentiments tout court. Mais il y a aussi la raison d’État qui, à un

Lire la suite de l'article

Bruno Gollnsich : “Martin Schultz s’est montré un président du Parlement européen assez sectaire”

Bruno Gollnsich commente le départ de Martin Schultz de la présidence du parlement européen :

Cl_OeqfXIAA1N8c"Il est le produit d’un accord immoral entre les prétendus démocrates-chrétiens, dont les racines chrétiennes ne sont pas véritablement apparentes, et les socialistes. Or ces gens-là sont théoriquement rivaux au cours des élections et font semblant d’afficher des différences. Et sitôt les élections terminées, ils s’entendent pour se répartir les postes. C’est dans ce cadre-là que Martin Schulz est devenu président du Parlement européen : il  était le président du groupe socialiste, mais les chrétiens-démocrates ne lui ont opposé personne de crédible et cela a résulté en un accord moyennant quoi les socialistes acceptaient de ne pas trop ennuyer Jean-Claude Juncker en tant que président de la Commission européenne.

Ces accords se font sur le dos des citoyens à qui on fait croire que ces gens-là ont des visions de l’Europe opposées, alors qu’ils sont parfaitement solidaires dans une vision unique de l’euromondialisme, de l’ouverture des frontières européennes à tous les flux de marchandises, de capitaux et de personnes, y compris à l’échelle du monde entier, ce qui a des effets dévastateurs sur nos nations.

Martin Schultz s’est montré un président du Parlement assez sectaire, très germanique dans sa façon de procéder, punissant les députés qui tenaient des propos qu’il estimait injustifiables. Mais il est un instrument, il a accompagné la dérive de cette institution qui se croit autorisée, au lieu de gérer des problèmes très difficiles de l’Union européenne, à donner

Lire la suite de l'article

Bac mention très bien : une qualification sans doute pas assez remarquable pour Emmanuel Macron

Le ministre de l'Economie se réjouissait de "l'opportunité économique" des immigrés, "car ce sont des femmes et des hommes qui ont aussi des qualifications remarquables". Mais Bac mention très bien, ce n'est sans doute pas assez :

Image-1

Lire la suite de l'article

Violences : les Nantais en ont assez

La campagne gouvernementale oublie aussi cette violence : des vitres brisées sur la façade de la mairie de Nantes, des abris de bus et de tram saccagés, des graffitis et des projectiles jetés sur les vitrines des commerçants… A chaque manifestation d'extrême-gauche, il y a de la casse. Les commerçants en ont ras-le-bol.

Prochaine manifestation : jeudi.

Lire la suite de l'article

Les forces mobiles ne sont pas assez nombreuses pour répondre aux besoins

Lu sur Novopress:

"Les unités des Forces Mobiles (CRS et gendarmes mobiles) sont tellement débordées que Cazeneuve est obligé de centraliser leur gestion pour sacrifier certaines de leurs missions.

C’est une information passée totalement inaperçue dans la presse généraliste, mais qui est pourtant d’une importance capitale : les unités de Forces Mobiles (Compagnies républicaines de sécurité et escadrons de gendarmerie mobile) cessent d’être gérées au niveau zonal et passent directement « sous l’autorité du ministre de l’Intérieur », via une unité de coordination au sein du cabinet du Directeur général de la Police nationale. Cette évolution fait suite à une étude soulignant que « l’augmentation croissante des missions de maintien de l’ordre » ne permettait plus de répondre aux besoins.

Concrètement, cela veut dire que les forces mobiles de police et de gendarmerie, saignées à blanc par la sécurisation de Calais, par les missions Vigipirate et par les innombrables troubles à l’ordre public, ne sont pas assez nombreuses pour répondre aux besoins. Le ministère de l’Intérieur se trouve donc contraint de rationaliser au maximum leur emploi, sacrifiant certaines missions. […] Débordé par la masse de désordres touchant la France, le ministère de l’Intérieur n’est plus capable de maintenir l’ordre et doit choisir quelles missions sont sacrifiables sans que ça ne se voie trop. Ce qui appelle, au vu de l’augmentation des tensions, à une interrogation primordiale : quand est-ce que les tensions seront telles que l’État ne pourra plus répondre, même aux missions prioritaires ?"

Lire la suite de l'article

Assez ! Il faut rendre justice au Moyen-Age

Réflexion de Bernard Antony :

"Dans le numéro de Paris-Match de cette semaine, sur le congrès islamique de Pontoise, une photo de pleine page est ainsi légendée : « Des prédicateurs français renvoient nos filles et nos épouses au Moyen-Âge » (sic !). 

Les prédicateurs en tenue salafiste, Mehdi Kabir et Nader Abou Anas, peuvent bien en effet être hélas de nationalité française alors que leur vraie patrie semble plutôt être l’oumma islamique. 

Mais pour ce qui est du Moyen-Âge, du nôtre, les femmes n’étaient pas murées dans des harems ou ne pouvant sortir qu’accompagnées. Elles n’étaient pas recouvertes de linceuls ne laissant apparaître que leurs yeux. Il n’est que de voir la beauté des robes et des parures au long des époques de ce que l’on appelle le « Moyen-Âge ». 

Il y en eut beaucoup, grandes reines et princesses, pour gouverner, il y en eut pour écrire, il y en eut pour fonder des monastères et des œuvres admirables de charité, pour exercer très fréquemment la médecine, d’autres se consacrant à l’administration de domaines et de biens, d’autres à différents métiers, au commerce, à la littérature

Il y eut en effet bien des femmes écrivains, des éducatrices et de grandes suzeraines. Et sait-on à Paris-Match que dans nos temps féodaux les filles étaient majeures à l’âge de 12 ans, deux ans avant les garçons ? Et il y eut aussi des femmes combattantes telles Jeanne Hachette et sainte Geneviève. 

Mais à la fin du Moyen-Âge, Dieu fit surgir

Lire la suite de l'article