Archives par étiquette : arrivées

Allemagne : L’Eglise appelle à freiner les arrivées d’immigrés

MarxLe cardinal Reinhard Marx, président de la Conférence épiscopale allemande, dans un entretien au quotidien régional Passauer Neue Presse, a déclaré :

«En tant qu'Eglise aussi, nous disons que nous avons besoin d'une réduction du nombre de réfugiés».

L'Allemagne ne peut pas «accueillir tous les nécessiteux du monde». Le cardinal Marx estime que cette question ne doit pas être traitée uniquement à l'aune «de la charité mais également de la raison».

Lire la suite de l'article

Le président le dit lui-même : “Dans des arrivées massives comme cela, il y a aussi beaucoup d’infiltrés”

Omar Bongo, président du Gabon, a prononcé des paroles sensées sur la vague d'immigrants :

"Quand nous voyons les images (des migrants), on peut se poser la question, nous chefs d'Etat, si quelque part il y a quelque chose que nous aurions pu mieux faire (…)

On ne peut pas régler le problème si on ne voit pas les pays d'origine et d'arrivée se mettre ensemble. (…) Il y a une détresse, il faut savoir pourquoi les migrants quittent leur pays (…) 

Nous au Gabon souffrons de cette question d'émigration depuis plus de 30 ans, avec plus de 25% de population étrangère, venue des pays voisins mais aussi beaucoup d'Afrique de l'Ouest

Il faut réagir, développer un certain nombre de programmes pour garder les gens chez eux (…)

La fermeture totale des frontières n'est pas une solution. (…) L'émotion c'est bien, mais il faut faire très attention à qui l'on accueille".

Interrogé sur l'infiltration de possibles "terroristes" islamistes parmi les réfugiés qui arrivent actuellement en Europe, M. Bongo a répondu: "sans aucun doute, j'en suis persuadé".

"Dans des arrivées massives comme cela, il y a aussi beaucoup d'infiltrés (…)

"Daech (l'organisation Etat islamique) et ses alliés deviennent un problème qui est aujourd'hui global. Nous avons vu au Tchad, au Nigeria, des Africains qui commettent aussi des actes terribles, ce n'était pas courant, aujourd'hui c'est le cas".

Lire la suite de l'article